Der Blaue Reiter. Histoire et style du groupe expressionniste


Le groupe expressionniste Der Blaue Reiter a entrepris une recherche des valeurs émotionnelles et spirituelles de la peinture qui a conduit à l'art abstrait.

Der Blaue Reiter (“Le Cavalier bleu”) est une organisation d’artistes fondée à Munich , en Allemagne, en 1911 et active jusqu’en 1914, qui a contribué à l’établissement de l’art abstrait. Le groupe était l’un des deux noyaux fondamentaux de l’expressionnisme allemand, composé d’artistes internationaux qui ont produit des œuvres et des théories sur l’art au début du siècle et organisé des expositions collectives itinérantes jusqu’à la Première Guerre mondiale. Leur production était principalement liée aux valeurs émotionnelles et spirituelles de l’expression personnelle, dont les développements ont été décisifs pour les expérimentations visuelles ultérieures tout au long du XXe siècle.

Au cours de la première décennie du siècle, Munich était une ville culturellement importante, un pôle d’attraction pour les jeunes artistes qui y convergeaient pour entrer en contact avec de nouvelles expériences et innover. Parmi eux, le Russe Vassily Kandinsky (Moscou, 1866 - Neuilly-sur-Seine, 1944) abandonne à l’âge de trente ans une carrière académique prometteuse (il avait étudié le droit) pour se consacrer à la peinture. En 1911, Kandinsky et d’autres, qui partagent des intentions d’innovation dans le langage artistique, se détachent de la NKvM - Neue Künstlervereinigung München (Nouvelle association d’artistes de Munich) à laquelle ils appartiennent et fondent le groupe Der Blaue Reiter. Ces peintres se comparent à la pratique de l’autre groupe expressionniste de Dresde, Die Brücke (“Le Pont”), mais entreprennent une quête plus spirituelle, anti-naturaliste et anti-figurative. Leur peinture se voulait essentiellement une rébellion subjective contre la réalité et l’expression d’un contenu intérieur, à travers des représentations structurées mais non objectives, avec des couleurs altérées, vives et très significatives.

Outre le Russe Kandinsky, dont la personnalité motrice est orientée vers la recherche de rythmes de formes et de couleurs en relation avec la musique, le groupe comprend les Allemands Franz Marc (Munich, 1880 - Verdun, 1916), qui en est le cofondateur, Gabriele Münter (Berlin, 1877 - Murnau am Staffelsee, 1916), qui en est l’un des membres fondateurs et qui est l’un des membres fondateurs du groupe. Murnau am Staffelsee, 1962), August Macke (Meschede, 1887 - Perthes-lès-Hurlus, 1914), les Russes Alexej von Jawlenskij (Toržok, 1864 - Wiesbaden, 1941) et Marianne von Werefkin (Tula, 1860 - Ascona, 1938), avec, entre autres, le Suisse Paul Klee (Münchenbuchsee, 1879 - Muralto, 1940). Les idées et les écrits de ces artistes ont contribué à jeter les bases d’une expérimentation révolutionnaire.

Vassily Kandinsky, Le cavalier (1914-1915 ; huile sur carton, 61 x 91 cm ; Moscou, galerie Tret'jakov)
Vassily Kandinsky, Le cavalier (1914-1915 ; huile sur carton, 61 x 91 cm ; Moscou, Galerie Tretiakov)
Franz Marc, Chevaux (1911 ; huile sur toile, 103 x 178 cm ; Minneapolis, Walker Art Center)
Franz Marc, Les grands chevaux bleus (1911 ; huile sur toile, 103 x 178 cm ; Minneapolis, Walker Art Center)
Franz Marc, La vache jaune (1911 ; huile sur toile, 140,5 x 189,2 cm ; New York, Solomon R. Guggenheim Museum)
Franz Marc, La vache jaune (1911 ; huile sur toile, 140,5 x 189,2 cm ; New York, Solomon R. Guggenheim Museum)

Histoire du groupe Der Blaue Reiter

Au début de l’année 1909 à Munich, le Russe Vassily Kandinsky propose de former un nouveau groupe d’artistes pour organiser des expositions en s’affranchissant des dynamiques académiques et d’exposition traditionnelles. Il devient président de la NKvM - Neue Künstlervereinigung München (Nouvelle association d’artistes de Munich), qui regroupe déjà à l’époque plusieurs des futurs membres de Der Blaue Reiter. Parmi eux, les Russes Alexej von Jawlensky et Marianne von Werefkin, ainsi que les Allemands Gabriele Münter, Alexander Kanoldt et l’Américain d’origine allemande Adolf Erbsloh. Outre leur volonté de rompre avec l’establishment artistique dominant, ces artistes partagent un style visuel qui s’inspire des leçons du fauvisme français et, dans une certaine mesure, du symbolisme, et suivent l’expérience du groupe expressionniste allemand pionnier Die Brücke, formé par Ernst Ludwig Kirchner, Fritz Bleyl, Erich Heckel et Karl Schmidt-Rottluff, qui opère à Dresde de 1905 à 1911 et à Berlin jusqu’en 1913.

Pour le NKvM et la formation ultérieure du groupe Der Blaue Reiter, les artistes de Die Brücke constituent une référence. Les artistes munichois poursuivaient cependant des objectifs bien différents de ceux de leurs “collègues” de Dresde. Les deux groupes ont trouvé leur inspiration dans l’utilisation de couleurs vives chez les Fauves et dans les techniques d’impression historiques telles que les gravures sur bois, mais alors que les artistes de Die Brücke utilisaient des couleurs vives pour exprimer l’émotion exacerbée de leurs figures simplifiées, pour Kandinsky et ses artistes, ces couleurs devaient aller au-delà de la simple persuasion émotionnelle par la forme pour trouver une résonance dans l’âme humaine.

Der Blaue Reiter (titre tiré d’un tableau de Kandinsky datant de 1903 et de The Blue Horses peint par Marc en 11) a été créé à l’initiative de Kandinsky en 1911, après qu’une de ses œuvres a été exclue d’une exposition du NKvM. Le rejet du tableau Le Jugement dernier (1910) a créé une scission parmi les membres, qui a été suivie par l’organisation d’une exposition indépendante également connue sous le nom de “Première exposition des éditeurs du Chevalier bleu”. Elle se tint entre la fin de 1911 et le début de 1912 à la Moderne Galerie Tannhäuser de Munich et présenta plus de quarante œuvres de quatorze artistes, pour une variété d’œuvres qui reflétait immédiatement l’intérêt pour l’expérimentation libre et l’expression authentique. Outre Kandinsky et Franz Marc, Gabriele Münter et August Macke ainsi que le compositeur expérimental Arnold Schoenberg figuraient parmi les artistes exposés.

En 1912, plusieurs nouveaux associés proposent de participer à une deuxième exposition collective consacrée principalement à l’art graphique, qui se tient à la galerie “New Art” de Hans Goltz, avec 315 œuvres de plus de 30 artistes internationaux issus de l’Art nouveau, du cubisme et de l’art populaire “naïf”. Parmi eux figuraient Paul Klee, Pablo Picasso et Georges Braque. La position du groupe devient explicite dans Der Blaue Reiter Almanach, un recueil également publié en 1912, édité par Kandinsky et Marc, qui rassemble 14 articles et essais théoriques, tout à fait décisifs pour les développements esthétiques ultérieurs du groupe, et plus de 140 reproductions d’œuvres d’art.

Peintures et illustrations de maîtres tels que El Greco, Van Gogh, Gauguin, Matisse, Rousseau et le groupe Die Brücke avec Kirchner et Heckel. Des images en comparaison avec des gravures sur bois, des sculptures et tapisseries médiévales, des objets d’art en verre bavarois et d’autres réalisés en dehors de l’Europe, comme des bronzes du Bénin ou des dessins d’enfants, par exemple. Grâce à la place centrale occupée par Kandinsky et Marc, Der Blaue Reiter a atteint une rigueur théorique unificatrice qui en a fait un mouvement plus défini que son prédécesseur, le NKvM.

Deux ans seulement avant la parution de l’Almanach, en 1910, Kandinsky avait écrit le traité Le spirituel dans l’art (publié plus tard à la fin de 1911 et traduit de l’original allemand en français et en anglais), se consolidant ainsi en tant que théoricien de l’art révolutionnaire de l’époque. Pour Kandinsky, l’artiste moderne a pour mission d’amener le spectateur à une transcendance spirituelle par le biais de son expression abstraite ou non objective, fondée sur la connaissance de l’effet de l’œuvre non seulement sur l’œil mais aussi sur l’âme, un principe qu’il appelle la"nécessité intérieure". Son intuition la plus décisive a été de relier les composantes visuelles de l’œuvre d’art à des éléments extra-visuels, tels que l’émotion, la pensée, l’abstrait par excellence, donc sans manifestation tangible ou figurative. À la recherche d’un langage pour exprimer leur approche abstraite, les artistes du groupe dirigé par Kandinsky ont établi des parallèles entre la peinture et la musique, nommant souvent leurs œuvres “compositions”, “improvisations” et “études”, empruntées à la terminologie musicale, explorant la synesthésie, en tant qu’association entre les sens dans la perception de la couleur, du son et d’autres stimuli.

Les deux expositions de Der Blaue Reiter ont voyagé à travers l’Europe de 1912 à 1914, dans de nombreuses villes internationales, et l’Almanach a été largement lu au cours de cette période, ce qui a contribué à diffuser les idées du groupe. Leur dernière exposition a eu lieu à la célèbre galerie “Der Sturm” à Berlin, où leurs œuvres ont également été incluses dans une exposition intitulée “Premier salon d’automne allemand”, qui s’est tenue en 1913. Mais avec l’éclatement de la Première Guerre mondiale, Der Blaue Reiter se disperse prématurément. Marc et Macke sont enrôlés dans le service militaire allemand et tués peu après, et les membres étrangers du groupe, Kandinsky entre autres, sont tous contraints de s’expatrier. Après avoir échappé à la guerre, ils se retrouvent: en 1924, Kandinsky, Klee et l’Américain Lyonel Feininger, devenus professeurs au Bauhaus de Weimar, forment un nouveau groupe, Die Blaue Vier (“Les quatre bleus”), avec l’autre ancien membre Alexej von Jawlenskij, et exposent ensemble de 1925 à 1934.

Franz Marc, Le destin des animaux (1913 ; huile sur toile, 195 x 268 cm ; Bâle, Kunstmuseum)
Franz Marc, Le destin des animaux (1913 ; huile sur toile, 195 x 268 cm ; Bâle, Kunstmuseum)
<img class="lazy" src="https://www.finestresullarte.info/Grafica/placeholder.jpg" data-src=“https://cdn.finestresullarte.info/rivista/immagini/2023/fn/paul-klee-nello-stile-di-kairouan.jpg ” alt=“Paul Klee, Dans le style de Kairouan (1914 ; crayon et aquarelle sur papier, 123 x 195 mm ; Berne, <a href=”https://www.finestresullarte.info/art-base/paul-klee-artist-abstract-life-work-style“>Paul Klee</a> Foundation) ” title=“Paul Klee, Dans le style de Kairouan (1914 ; crayon et aquarelle sur papier, 123 x 195 mm ; Berne, Paul Klee Foundation) ” />
Paul Klee, Dans le style de Kairouan (1914 ; crayon et aquarelle sur papier, 123 x 195 mm ; Berne, Paul Klee Foundation)
Vassily Kandinsky, Composition VII (1913 ; huile sur toile, 200 x 300 cm ; Moscou, Galerie Tret'jakov)
Vassily Kandinsky, Composition VII (1913 ; huile sur toile, 200 x 300 cm ; Moscou, Galerie Tretiakov)
August Macke, Adieu (1914 ; huile sur toile, 101 x 130,5 cm ; Cologne, Museum Ludwig)
August Macke, Adieu (1914 ; huile sur toile, 101 x 130,5 cm ; Cologne, Museum Ludwig)

Le style des principaux représentants

Bien que le style de peinture varie d’un artiste à l’autre au sein de Der Blaue Reiter, le groupe s’oriente vers des tendances communes. Leur expressionnisme était considéré comme la contrepartie abstraite du style figuratif déformé de Die Brücke et comme une réponse coloristique aux explorations formelles monochromatiques contemporaines entreprises par l’avant-garde cubiste à Paris. Si Picasso et Braque simplifiaient leurs palettes de gris et de bruns pour mieux se concentrer sur les questions de forme, les artistes de Der Blaue Reiter intensifiaient leur utilisation de la couleur sans se soucier des apparences, en théorisant ses qualités symboliques. On le comprend déjà à l’attribut “bleu” du chevalier du nom, qui renvoie à la conviction de Kandinsky et de Marc que le bleu, avec ses nuances, est la couleur qui symbolise le mieux la capacité à dépasser la condition terrestre. Ils ont utilisé des couleurs non pas naturalistes, comme Die Brücke, mais avec des effets résolument plus lyriques et évocateurs, chacun interprétant le monde avec son propre regard, comme une désobéissance subjective à la réalité.

Dans Le Spirituel de l’art et dans les essais publiés dans l’Almanach, Kandinsky expose et développe sa théorie des propriétés des couleurs, pour lesquelles, par exemple, le jaune en vient à représenter la chaleur et l’excitation, signifiant la joie, la contrariété ou l’épuisement, et le bleu, plus paisible et à résonance spirituelle, peut conduire à un sentiment d’apaisement. De même, Marc a établi une théorie qui attribue des valeurs symboliques à des couleurs spécifiques. Par exemple, dans ses gravures sur bois et ses peintures d’animaux dans la nature, essentiellement figuratives, le jaune représente la joie féminine, tandis que le bleu représente la masculinité et, comme pour Kandinsky, la spiritualité(La vache jaune, 1911 ; Le destin des animaux, 1913). Le symbolisme des couleurs est utilisé à des degrés divers dans les œuvres de nombreux artistes du Der Blaue Reiter. Klee, musicien et dessinateur expérimental, est notamment à l’origine d’une exploration révolutionnaire du colorisme au cours de cette période. Inspiré par les écrits de Kandinsky, il commence à dépasser ses premières œuvres en noir et blanc pour se lancer dans une étude intense de la couleur et de l’abstraction qui fait de lui l’un des membres centraux du groupe. L’aquarelle et le crayon sur papier Dans le style de Kairouan de 1914 sont considérés comme sa première œuvre entièrement abstraite, dans laquelle le peintre a choisi de renoncer à des images reconnaissables en faveur d’une composition géométrique équilibrée de cercles, de rectangles et de polygones irréguliers délicatement colorés dans une variété de couleurs mélangées.

Tous ces artistes s’intéressent également aux arts des “primitifs” d’Afrique, d’Océanie, d’Amérique du Nord et d’Extrême-Orient, plus proches d’un état inné et immédiat de spiritualité que la civilisation a perdu. L’innovation de leur peinture réside dans l’idée que les couleurs et les formes simplifiées, comme dans le primitivisme authentique, permettent d’entrer en contact avec des valeurs archaïques perdues et transcendantes. Dans son essai intitulé “Les sauvages d’Allemagne”, également publié dans l’Almanach, Marc décrit ses collègues - dont les artistes du NKvM, de la Sécession berlinoise et de Die Brücke - comme des “sauvages” luttant contre un “ancien pouvoir constitué” pour créer des “symboles appartenant aux autels d’une future religion spirituelle”. Cette réhabilitation de la notion de “sauvage” va de pair avec la redécouverte de l’art “primitif” qui pénètre en Europe, recueilli dans les musées ethnographiques, et supplante le classicisme eurocentrique.

La rupture avec les contraintes intellectuelles de la société occidentale moderne leur permet d’atteindre un mode d’expression plus “simple”, ce qui signifie que les formes, rendues de manière directe, moins articulées et moins vraisemblables, peuvent s’éloigner de la beauté canonique qui était auparavant considérée comme le but le plus élevé de l’art, pour tendre vers l’abstraction suprême de la forme.

Le contenu de l’almanach Der Blaue Reiter démontre également l’engagement du groupe en faveur de la forme musicale, qui s’appuie également sur les codifications de Kandinsky de la relation synesthésique entre la couleur et le son. La musique était l’analogie parfaite pour l’art visuel abstrait, non seulement capable d’évoquer des réponses émotionnelles profondes ou des résonances spirituelles, mais aussi, grâce aux timbres reconnus de certains instruments, capable d’évoquer des images ou des associations malgré l’incapacité de l’œil humain à “voir” la musique. Le langage sonore conférait une vibration et une puissance aux compositions peintes, qui pouvaient être bruyantes et cacophoniques ou calmes et harmonieuses ; une forme pigmentée pouvait croître sur une toile, ou une combinaison de tons créer un vibrato visuel. Le peintre décrivait ses compositions picturales comme des “visions intérieures”, semblables en tous points à une symphonie.

Peinte à l’époque de Der Blaue Reiter, Composition VII (1913) est largement considérée comme l’un de ses plus grands chefs-d’œuvre (huile sur toile de deux mètres sur trois). Elle présente un ensemble de couleurs et de formes dans lequel des images non immédiatement reconnaissables, mais fortement expressives et évocatrices, ont été largement interprétées par les critiques d’art. La volonté d’abstraction de Kandinsky et des autres artistes était fondée sur la croyance que l’humanité vivait la fin des temps et avait besoin d’une renaissance spirituelle. Mais les destructions massives de la Première Guerre mondiale ont été perçues par de nombreux artistes et intellectuels comme une apocalypse.

L’huile sur carton Adieu de 1914 d’August Macke reflète l’état d’esprit qui a envahi les Européens. Peinte après le déclenchement de la Première Guerre mondiale et la dissolution de Der Blaue Reiter qui s’ensuivit, cette œuvre est aussi la dernière que Macke ait réalisée avant de mourir au front. La palette mixte et discrète contraste avec les toiles d’avant-guerre aux couleurs vives, et les corps aliénés et anonymes qui se profilent sont des signaux visuels des sentiments de peur et d’anxiété de cette époque de guerre. Les figures simplifiées et sans traits s’inspirent de l’approche abstraite de Der Blaue Reiter, bien que le sentiment de rédemption spirituelle ait disparu.

Der Blaue Reiter. Histoire et style du groupe expressionniste
Der Blaue Reiter. Histoire et style du groupe expressionniste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.