Domenico Ghirlandaio, la vie, l'œuvre et le style du grand artiste de la Renaissance


Domenico Ghirlandaio est l'un des protagonistes de la Renaissance florentine, une sorte de chroniqueur de la société de son temps. Vie, œuvres principales, style.

DomenicoGhirlandaio (Domenico Bigordi ; Florence, 1449 - 1494) est un peintre florentin qui a travaillé durant la seconde moitié du XVe siècle. Contemporain d’artistes tels qu’Andrea del Verrocchio et Antonio del Pollaiolo, il est considéré comme l’un des protagonistes de la Renaissance. Son œuvre artistique raconte la ville de Laurent le Magnifique, en transmettant son atmosphère et sa grande effervescence culturelle. C’est pourquoi on lui attribue une sorte de chroniqueur de la société de son temps: il travaillait principalement à Florence, où il dirigeait son atelier, fréquenté également par le tout jeune Michel-Ange.

La seconde moitié du siècle se caractérise par un climat intellectuel enivrant pour un peintre aussi large d’esprit que Ghirlandaio, très attentif aux détails et amateur de modèles anciens : la saison des recherches sur la perspective vient de s’achever et les textes du peintre et architecte Leon Battista Alberti circulent encore. Les Commentarii du sculpteur Lorenzo Ghiberti reconsidèrent largement le traité d’architecture de Vitruve, qui revient également dans les idées du théoricien Filarete, avec un goût marqué pour l’antique. C’est aussi l’époque où la peinture flamande circule à Florence, faisant connaître les noms de Hans Memling, Rogier Van Der Weyden et surtout Hugo Van Der Goes - ce dernier est arrivé à Florence grâce aux commandes des familles Baroncelli et Portinari, agents de la banque des Médicis à Bruges. Ghirlandaio était constamment en contact avec cette réalité, si vivante et pleine d’opportunités : il en a saisi toutes les stimulations, s’ouvrant à la Renaissance.

Au cours de sa vie, Ghirlandaio s’est rendu deux fois à Rome, la seconde fois en 1481 avec la commande de la fresque du registre central de la chapelle Sixtine. L’expérience romaine est un moment très important pour le peintre, qui est également fasciné par la redécouverte de la Domus Aurea de Néron et de ses décorations picturales, connues plus tard sous le nom de"grotesques". Ghirlandaio a été l’un des peintres qui ont vécu cette redécouverte en descendant dans les tunnels ouverts du Colle Oppio et en laissant sa signature sur les murs de la domus. À partir des années 1970, l’artiste connaît un grand succès et est très demandé par la haute société florentine, notamment pour ses talents de portraitiste. Le soin et l’élégance qu’il apportait aux détails ont conduit les chercheurs à étudier à plusieurs reprises ses relations avec l’art flamand.

Outre la passion sans bornes de Ghirlandaio pour l’Antiquité, la raison d’être de sa peinture était essentiellement de documenter et de communiquer la culture et les coutumes de son époque, un pouvoir de témoignage que ses œuvres exercent encore aujourd’hui.

Domenico Ghirlandaio, Saints Jérôme, Barbara et Antoine Abbé (vers 1471 ; fresque ; Cercina, église paroissiale de Sant'Andrea)
Domenico Ghirlandaio, Saints Jérôme, Barbara et Antoine Abbé (vers 1471 ; fresque ; Cercina, église paroissiale de Sant’Andrea)
Domenico Ghirlandaio, Sainte Barbara (vers 1471 ; fresque ; Cercina, église paroissiale de Sant'Andrea) Domenico
Ghirlandaio, Sainte Barbara (vers 1471 ; fresque ; Cercina, église paroissiale de Sant’Andrea)
Domenico Ghirlandaio, Madone de la Miséricorde et Pieta (1472 ; fresque ; Florence, Ognissanti)
Domenico Ghirlandaio, Madone de la Miséricorde et Pietà (1472 ; fresque ; Florence, Ognissanti)
Domenico Ghirlandaio, Madone de la Miséricorde (1472 ; fresque ; Florence, Ognissanti) Domenico
Ghirlandaio, Madone de la Mis
éricorde
(1472 ; fresque ; Florence, Ognissanti)
Domenico Ghirlandaio, Pietà (1472 ; fresque ; Florence, Ognissanti) Domenico
Ghirlandaio, Pietà (1472 ; fresque ; Florence, Ognissanti)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de sainte Fina (1473-1475 ; fresques ; San Gimignano, église collégiale) Domenico
Ghirlandaio, Histoires de sainte Fina (1473-1475 ; fresques ; San Gimignano, église collégiale)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de sainte Fina, Apparition de saint Grégoire (1473-1475 ; fresques ; San Gimignano, église collégiale) Domenico
Ghirlandaio
, Histoires de sainte
Fina, Apparition de saint Grégoire (1473-1475 ; fresques ; San Gimignano, église collégiale)
Domenico Ghirlandaio, Histoires des funérailles de sainte Fina (1473-1475 ; fresques ; San Gimignano, église collégiale)
Domenico Ghirlandaio
, Histoires de sainte Fina, Funérailles de sainte
Fina (1473-1475 ; fresques ; San Gimignano, église collégiale)

Vie de Domenico Ghirlandaio

Domenico Bigordi, né à Florence en 1449, est le premier des cinq enfants de l’orfèvre Tommaso del Ghirlandaio. C’est de là que vient le nom sous lequel il est considéré comme l’un des peintres les plus célèbres de la Renaissance : son père est en effet l’inventeur des “guirlandes”, splendides coiffures en vogue chez les jeunes filles et les femmes de la noblesse florentine. Dans un premier temps, Tommaso del Ghirlandaio oriente Domenico vers l’art de l’orfèvrerie : mais ce dernier, “n’aimant pas cela, ne resta pas à dessiner” car “il était fait par nature pour être peintre” (Vasari). Dans ses Vies, Giorgio Vasari fournit des informations complètes sur le peintre : il raconte que le jeune Ghirlandaio trouva son premier maître en la personne du peintre Alessio Baldovinetti, qui eut le mérite de l’initier à l’art flamand lorsque celui-ci commença à se répandre dans les milieux florentins.

Ghirlandaio travaille surtout à Florence, mais va plus loin : toujours en Toscane, il peint à fresque, en 1475, les Histoires de Santa Fina dans la collégiale de San Gimignano. Son activité artistique le conduit également en Ombrie, à Narni, mais où qu’il aille, ses œuvres se distinguent clairement par la prise en compte et le rendu de son époque, combinés à une re-proposition étudiée des iconographies et des modèles de l’antiquité.

Ghirlandaio a cultivé sa passion pour l’antiquité non seulement à Florence, mais aussi à Rome, où son premier voyage en 1475 avec son frère David est documenté. L’artiste y est bouleversé par la Ville éternelle et ses ruines : durant son séjour, le peintre participe à la redécouverte de la Domus Aurea et de ses systèmes décoratifs. Comme beaucoup d’autres peintres, il a également laissé sa signature sur les murs, plus précisément dans la salle 129, connue sous le nom d’Hector et Andromaque. Domenico Bigordi a signé son nom pour témoigner de son implication, comme il l’a fait pour sa peinture, qui visait à restaurer cette ferveur classique, un amour qui s’est poursuivi tout au long de sa carrière. À Florence, le maître installe son atelier, dans lequel travaille également le tout jeune Michel-Ange.

La fin du XVe siècle est une période florissante et de grand dynamisme culturel, favorisée également par la paix politique qui règne entre Florence et Rome. En témoigne l’échange entre le pape Sixte IV et Laurent de Médicis: en 1481, à la demande du souverain pontife, il envoie les meilleurs artistes pour décorer la chapelle Sixtine. Parmi eux se trouvaient Pietro Perugino, Sandro Botticelli et Cosimo Rosselli, avec leurs assistants et aides. Ghirlandaio part avec l’équipe et emmène également Michel-Ange, dont la jeune main a été très recherchée parmi les fresques de la Sixtine, sans jamais avoir été détectée. À l’époque, en revanche, les rapports hiérarchiques dans l’atelier étaient très bien structurés et il était difficile de laisser la direction d’une composition à une autre main que celle du chef d’atelier. Ghirlandaio s’est vu confier ici deux des Histoires du Christ.

Au cours des années 1480, le maître continue à travailler à Florence, où il œuvre dans l’église de Santa Trinita pour la famille Sassetti. Plus tard, en 1486, Giovanni Tornabuoni (déjà représenté dans les fresques de la chapelle Sixtine) s’adresse à Ghirlandaio pour la fresque de la chapelle familiale de Santa Maria Novella. C’était un homme de grande culture, bien plus puissant que la famille Sassetti, et très proche des Médicis, puisque sa sœur Lucrezia avait épousé Piero de’ Medici. Ghirlandaio a peint à fresque pour lui les Histoires de la Vierge et de saint Jean-Baptiste. Pour cette dernière famille, il réalisa également quelques années plus tard le célèbre portrait de Giovanna Tornabuoni : le peintre était en effet devenu le portraitiste le plus recherché de la Florence des Médicis et n’avait pas de concurrent dans ce domaine artistique. À propos de ces dons, Giorgio Vasari rapporte une anecdote de son enfance : “Doté par la nature d’un esprit parfait et d’un goût admirable et judicieux pour la peinture, bien qu’il ait été orfèvre dans son enfance, il s’est toujours occupé de dessin, et il est devenu si rapide et si facile que beaucoup disent que pendant qu’il était orfèvre, en faisant le portrait de toutes les personnes qui passaient dans son atelier, il les faisait immédiatement lui ressembler” : comme en témoignent encore de nombreux portraits de lui dans ses œuvres, qui sont d’une ressemblance des plus vives".

Ghirlandaio se consacre à la production de retables, toujours dans la sphère florentine. Les derniers panneaux montrent des traces de l’intervention de plusieurs mains, car Ghirlandaio avait alors atteint une certaine renommée et était obligé de recourir à l’aide d’assistants et d’amis. Deux de ses frères, David et Benedetto, étaient de bons peintres, et son beau-frère Bastiano Mainardi, peintre de San Gimignano, travaillait également pour lui. Dans ces œuvres sur panneau, la contribution du maître devient de moins en moins identifiable. En 1494, Domenico Ghirlandaio meurt à Florence à l’âge de 44 ans. Il est pleuré par ses assistants, son fils Ridolfo, également peintre remarquable, et d’autres excellents artistes qui s’inspirent encore de ses œuvres, “Onde per tale ricchezza e memoria, nell’arte merita grado et onore, et essere celebrato con lode straordinarie dopo la morte” (Giorgio Vasari).

Domenico Ghirlandaio, Appel des Apôtres (1481 ; fresque, 349 x 570 cm ; Cité du Vatican, Chapelle Sixtine)
Domenico Ghirlandaio, Vocation des apôtres (1481 ; fresque, 349 x 570 cm ; Cité du Vatican, Chapelle Sixtine)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de saint François (1483-1485 ; fresques ; Florence, Santa Trinita, chapelle Sassetti)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de saint François (1483-1485 ; fresques ; Florence, Santa Trinita, chapelle Sassetti)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de saint François, confirmation de la règle (1483-1485 ; fresques ; Florence, Santa Trinita, chapelle Sassetti) Domenico
Ghirlandaio
, Histoires
de saint François, confirmation de la règle (1483-1485 ; fresques ; Florence, Santa Trinita, chapelle Sassetti)
Domenico Ghirlandaio, Fresques de la chapelle Tornabuoni (1486-1490 ; fresques ; Florence, Santa Maria Novella, chapelle Tornabuoni)
Domenico Ghirlandaio, Fresques de la chapelle Tornabuoni (1486-1490 ; fresques ; Florence, Santa Maria Novella, chapelle Tornabuoni)

Le style et les principales œuvres de Ghirlandaio, entre l’ancien et le moderne

Domenico Ghirlandaio commence à travailler dans les églises de campagne des environs immédiats de Florence : sa première œuvre connue est la décoration à fresque de l’église de Cercina. Les saints Jérôme, Barbara et l’abbé Antoine sont représentés dans une architecture à faux pilastres avec des chapiteaux corinthiens. Les figures aux longs membres sont rendues avec douceur et rétablissent l’harmonie grâce au choix de couleurs vives et à la fluidité des lignes. Dans ce premier Ghirlandaio, une première recherche du mouvement des masses est suggérée, mais sans aboutir à une grande force dramatique. Au plus fort de l’année 1472, Ghirlandaio est au service de la famille Vespucci, une célèbre famille noble alliée aux Médicis. Pour eux, il peint à fresque la chapelle de l’église d’Ognissanti. Dans le panneau central apparaît la Pietà. En haut, au-dessus de l’arc, apparaît la Vierge de la Miséricorde ouvrant son manteau dans un geste de protection : en dessous se trouvent les différents personnages de la famille commanditaire, où Ghirlandaio démontre son attention aux détails physiques, confirmant ses qualités de portraitiste.

Plus tard, en 1475, Ghirlandaio a peint à fresque les Histoires de Santa Fina dans l’église collégiale de San Gimignano. C’est dans des œuvres comme celles-ci que le peintre définit son champ d’action artistique, en se concentrant sur une diffusion plate qui puisse atteindre tout le monde. Dans l’Apparition de saint Grégoire, la construction en perspective de l’architecture intérieure, le ton calme de la figuration, avec son rythme lent; le schéma de composition n’a pas de grandes prétentions, mais il est transparent et essentiel. Dans les Esequie di Santa Fina, on peut suivre l’intérêt de Ghirlandaio pour l’antiquité, qui était purement celui du monde plastique, une antiquité de marbre, celle des ruines romaines et de la numismatique antique: à cet égard, il convient de mentionner que la plus importante collection numismatique de l’époque était celle de Laurent de Médicis, qui contribua grandement à la diffusion de cet intérêt.

Le premier voyage à Rome, vers 1475, a dû être une grande satisfaction pour le peintre. Il s’y rend pour la décoration à fresque de la bibliothèque du Vatican avec son frère David. Les fresques en question sont perdues, mais le voyage est documenté. “On dit de lui qu’il était un grand dessinateur et un grand amateur d’antiquités : on raconte qu’en représentant les antiquités de Rome, les arcs, les bains, les colonnes, les colisées, les aiguilles, les amphithéâtres et les aqueducs, il était si correct dans ses dessins qu’il les faisait à l’œil, sans règle, ni sixièmes, ni mesures ; et en les mesurant comme il les avait faits, ils étaient aussi corrects que s’il les avait mesurés. Et lorsqu’il dessinait le Colisée à l’œil, il y faisait une figure debout qui mesurait tout l’édifice ; et lorsque les maîtres en firent l’expérience après sa mort, il trouva que c’était très correct” (Vasari). Son deuxième séjour à Rome a lieu en 1481, où il est appelé par le pape Sixte IV pour peindre les fresques du bandeau central de la chapelle Sixtine.

Ici, la scène de la Vocation des premiers apôtres est très liée à la peinture florentine. Les figures sont simples, statufiées et colonnaires, l’écho de la leçon de Masaccio est encore perceptible. À droite, le petit groupe de femmes qui discutent révèle l’esprit mondain du peintre, et il est clair qu’il était bien inséré dans la dynamique de la société florentine, comme on peut encore le voir dans les regards et les gestes des personnages plus haut placés, intrusifs et curieux de ce qui se passe.

De retour à Florence, Ghirlandaio révèle sa passion pour l’antiquité dans presque toutes ses œuvres. C’est l’époque d’une nette évolution stylistique, due également à son contact et à son étude de l’art flamand : les figures deviennent plus majestueuses, les paysages moins conventionnels. Les cycles de fresques exécutés dans les années 1480 correspondent aux œuvres de maturité les plus importantes. En 1485, Ghirlandaio peint à fresque la chapelle Sassetti et les Histoires de saint François dans l’église de Santa Trinita : la scène de la confirmation de la règle , où l’artiste représente également plusieurs de ses contemporains, est célèbre. Pour la même salle, il a également réalisé une peinture à la détrempe sur panneau avec la scène de l’Adoration des bergers . La cabane de la sainte famille est construite sur le modèle d’une ruine ; au sommet, on remarque la citation d’épigraphes des épigraphes classiques, tirées de véritables sarcophages. Le paysage à l’arrière-plan est clairement d’origine flamande. Dans la chapelle, sur les côtés du retable, les profils des mécènes, Francesco Sassetti et son épouse, sont peints à fresque.

Entre 1486 et 1490, Ghirlandaio se consacre à la décoration de la chapelle Tornabuoni à Santa Maria Novella. À cette occasion, il est aidé par de nombreux assistants (dont Michel-Ange) et peint les Histoires de la Vierge et les Histoires de saint Jean-Baptiste . Ici aussi, le souvenir remonte à la sculpture classique ; il y a aussi une petite allusion aux méthodes picturales et décoratives de la Domus Aurea de Néron. Si le style évolue sous l’impulsion des Flamands et alimenté par la recherche continue d’iconographies anciennes, l’objectif principal de sa peinture reste le même, à savoir une représentation scénique fidèle, où le récit doit être un témoignage sincère de l’époque. Même si le sujet est religieux, le symbolisme doit s’inspirer de la réalité. C’est pourquoi les personnages peints à fresque pour Tornabuoni s’habillaient selon la mode de l’époque, même s’ils se référaient à des scènes d’époques beaucoup plus lointaines.

Dans la Nativité de la Vierge , la naissance de Marie est racontée comme un événement ordinaire et banal, mais se déroule dans un intérieur à l’architecture raffinée et somptueuse, d’inspiration classique, comme en témoignent les frises d’angelots. Le souci du détail et la volonté de raconter l’environnement et la société florentine sont évidents dans le rendu matériel des vêtements des personnages, mais aussi dans les incrustations dorées sur les murs, qui font référence aux arts appliqués alors en vogue dans la Florence laurentienne. Une autre scène qui a contribué à faire de lui un peintre majeur de la Renaissance est celle de la Visitation, l’un des récits les plus importants d’un point de vue iconographique.

Parmi les panneaux, leCouronnement pour la cathédrale de Narni témoigne de son travail en Ombrie (1486) et, toujours pour la famille Tornabuoni, l’Adoration des Mages (1487). Il convient de noter que, malgré l’acceptation généralisée de la peinture flamande, Ghirlandaio a continué à réaliser ses retables à ladétrempe, sans suivre la nouvelle tendance de la peinture à l’huile. L’un des chefs-d’œuvre est le portrait de profil de Giovanna Tornabuoni, exécuté en 1488, qui est aussi l’année de la mort de la jeune fille. Le tableau, toujours exécuté à la détrempe sur panneau, est aujourd’hui conservé à Madrid. La jeune fille - qui apparaît également dans les scènes mentionnées de la chapelle Tornabuoni - est représentée de profil avec une grande finesse ; sa coiffure et ses vêtements suivent la mode de la noble société florentine. Derrière la coiffure se trouve un collier de perles de corail rouge et un rouleau portant une inscription et l’année de la mort de la jeune fille. L’inscription est tirée d’une épigramme du poète latin Martial, une citation qui témoigne de l’intérêt global du peintre pour la culture antique, non seulement figurative mais aussi littéraire. L’œuvre est exécutée avec un immense soin et révèle la rencontre pleinement réussie avec l’art nordique.

Domenico Ghirlandaio, Histoires de la Vierge, Nativité de la Vierge (1486-1490 ; fresques ; Florence, Santa Maria Novella, chapelle Tornabuoni)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de la Vierge, Nativité de la Vierge (1486-1490 ; fresques ; Florence, Santa Maria Novella, chapelle Tornabuoni)
Domenico Ghirlandaio, Histoires de saint Jean-Baptiste, Visitation (1486-1490 ; fresques ; Florence, Santa Maria Novella, chapelle Tornabuoni)
Domenico Ghirlandaio
, Histoires
de saint Jean-Baptiste, Visitation (1486-1490 ; fresques ; Florence, Santa Maria Novella, chapelle Tornabuoni)
Domenico Ghirlandaio, Couronnement de la Vierge (1486 ; tempera sur panneau, 330 x 230 cm ; Narni, Museo di Palazzo Eroli)
Domenico Ghirlandaio, Couronnement de la Vierge (1486 ; tempera sur panneau, 330 x 230 cm ; Narni, Museo di Palazzo Eroli)
Domenico Ghirlandaio, Adoration des Mages (1487 ; tempera sur panneau, diamètre 117 cm ; Florence, galeries des Offices)
Domenico Ghirlandaio, Adoration des Mages (1487 ; tempera sur panneau, 117 cm de diamètre ; Florence, Galerie des Offices)
Domenico Ghirlandaio, Portrait de Giovanna Tornabuoni (1488 ; tempera sur panneau, 77 x 49 cm ; Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza)
Domenico Ghirlandaio, Portrait de Giovanna Tornabuoni (1488 ; tempera sur panneau, 77 x 49 cm ; Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza)

Où voir les œuvres de Domenico Ghirlandaio ?

À Florence, ville natale du peintre, vous pourrez admirer les fresques de la chapelle Sassetti dans l’église de Santa Trinita, et celles de la chapelle Tornabuoni dans la basilique de Santa Maria Novella. Les fresques de la chapelle Vespucci, peintes à la fin des années 1970, se trouvent plutôt dans l’église d’Ognissanti. Toujours à Florence, dans la Galerie des Offices, se trouvent l’Adoration des Mages (1487) et une autre détrempe sur panneau peinte entre 1480 et 1483, la Vierge à l’Enfant trônant avec les saints Denys l’Aréopagite, Dominique, Clément, Thomas d’Aquin et des anges . Toujours en Toscane, dans la collégiale de San Gimignano, se trouvent les fresques de 1475 avec les Histoires de Santa Fina. À Lucques, le Dôme de San Martino abrite le panneau représentant l’Enfant trônant entre des anges et des saints.

À Rome, la chapelle Sixtine abrite une fresque de Ghirlandaio : Vocation des premiers apôtres, dans le bandeau central. En Ombrie, au Museo Eroli de Narni, se trouve leCouronnement, un retable peint pour la cathédrale vers 1486.

À l’étranger, le musée du Louvre à Paris conserve un panneau de la Visitation exécuté en 1491. Le formidable Portrait de Giovanna Tornabuoni (1488) se trouve à Madrid, au musée Thyssen-Bornemisza. À l’étranger, la Kress Collection de Washington abrite un panneau représentant la Vierge à l’enfant (1470-1475).

Domenico Ghirlandaio, la vie, l'œuvre et le style du grand artiste de la Renaissance
Domenico Ghirlandaio, la vie, l'œuvre et le style du grand artiste de la Renaissance


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.