Pieter Bruegel, père de la "peinture de genre". Vie, œuvres, style


Pieter Bruegel l'Ancien est l'artiste le plus influent du XVIe siècle aux Pays-Bas, le père d'une dynastie de peintres. Vie, œuvres, style.

Pieter Bruegel, dit l’Ancien (Breda, vers 1525 - Bruxelles, 1569), fut le plus grand artiste des Pays-Bas au XVIe siècle, exerçant une forte influence sur la peinture de l’époque et plus tard, et devint par ses fils, Pieter et Jan, l’ancêtre d’une dynastie de peintres qui survécut jusqu’au XVIIIe siècle. De sa production qui nous est parvenue, de nombreux dessins, gravures et un peu plus d’une quarantaine de peintures authentifiées, les paysages et les scènes de la vie paysanne sont particulièrement connus, souvent rendus dans un sens humoristique, caricatural et grotesque, grâce à une minutie du détail typique de la peinture flamande antérieure. Avec Bruegel, la vie du peuple prend de l’importance, la nature et l’humanité sont une source inépuisable de ses représentations.

L’évolution artistique de Bruegel l’Ancien est retracée à travers ses œuvres signées et datées, mais les détails de sa vie ne sont pas connus avec précision, à commencer par son année de naissance incertaine. Les informations biographiques proviennent principalement du “Schilderboek” ou “Livre de la peinture” de 1604 du Flamand Karel van Mander, biographe d’artistes comme l’avait été l’Italien Giorgio Vasari. Ce que l’on sait, c’est que vers 1551, Bruegel entreprend un voyage en Italie, où, outre une série de dessins des lieux visités, il réalise sa première peinture signée en 1553.

De retour aux Pays-Bas, il devient célèbre grâce à des images satiriques et moralisatrices. L’œuvre du peintre se distingue par le fait qu’il s’éloigne des modèles de l’art européen de la Renaissance, afin de réserver la scène à des individus ordinaires et non plus seulement à des personnalités héroïques ou à des événements glorieux. Son œuvre se concentre sur des thèmes tels que la vie professionnelle rurale, la religion et la superstition, ainsi que les intrigues politiques et sociales. De nombreux chefs-d’œuvre dépeignent les coutumes et les habitudes néerlandaises, traduisant des idiomes colorés ou des expressions verbales populaires en images picturales, des paysages saisonniers et des vues réalistes de la vie rurale et du folklore ou des événements bibliques et mythologiques dans des décors pittoresques, souvent vus d’en haut. Il a défini une nouvelle approche protestante des sujets religieux. Le géographe Abraham Ortelius, ami et collectionneur de Bruegel, a écrit à son sujet : “Il était capable de peindre des choses qui ne peuvent pas être peintes [...] dans toutes ses œuvres, on doit toujours être capable de comprendre plus que ce qui a été peint”, indiquant ainsi un sens supplémentaire à rechercher dans les peintures.

Pieter Bruegel, Autoportrait présumé avec mécène (vers 1566 ; crayon et encre ; Vienne, Albertina)
Pieter Bruegel, Autoportrait présumé avec mécène (vers 1566 ; crayon et encre ; Vienne, Albertina)

La vie de Pieter Bruegel l’Ancien

Selon son premier biographe van Mander, Pieter Bruegel l’Ancien, né Peeter Brueghel à Breda aux Pays-Bas vers 1525, est mis en apprentissage à Bruxelles chez Pieter Coecke van Aelst, sculpteur, architecte et dessinateur de tapisseries et de vitraux qui a voyagé et connaît l’Italie.Après la mort de Van Aelst en 1550, Bruegel s’installe à Anvers, où il reçoit sa première commande : un retable commandé par une guilde. Le système des guildes était important pour promouvoir les carrières artistiques, et la vie professionnelle de Bruegel commence effectivement en 1551 lorsqu’il est élu à la Guilde de Saint-Luc, une association de peintres anversois. Cette année-là, il entreprend un long voyage de peinture et de recherche à travers l’Italie, dont témoignent des dessins en compositions libres et des esquisses, dont la plupart deviendront des œuvres achevées après son retour à Anvers.

Plusieurs dessins, peintures et gravures conservés permettent de déduire qu’il a voyagé au-delà de Naples, jusqu’en Sicile. Ses premières œuvres, datant de 1552, sont des paysages italiens. De nombreux dessins de régions alpines, réalisés entre 1553 et 1556, témoignent de l’impact visuel et émotionnel considérable que l’expérience de la montagne a eu sur lui. Van Mander a observé que l’artiste “avalait toutes les montagnes et tous les rochers pour les recracher à son retour sur la toile et les pinceaux”. Les paysages de montagne résultant de la tournée en Italie ont établi la norme dans l’art européen. En 1553, il a certainement vécu quelque temps à Rome, où il a réalisé son premier tableau signé et daté, Paysage avec le Christ et les apôtres à la mer de Tibériade. À son retour à Anvers vers 1555, Bruegel a commencé à travailler pour le principal artiste et graveur de la ville, Hiëronymus Cock. À partir de 1556, il se concentre sur des sujets satiriques et moralisateurs, souvent à la manière fantastique ou grotesque de Hiëronymus Bosch (’s-Hertogenbosch, 1453 -1516), dont les imitations étaient très populaires à l’époque.Cock exploite l’occasion en vendant une gravure de Bruegel relativement peu connue, Le grand poisson mange le petit poisson (1556), en la faisant passer pour un original de Bosch, mort quarante ans plus tôt. Certains artistes se contentent d’imiter, mais l’inventivité de Bruegel monte en flèche et il trouve bientôt un moyen d’exprimer ses idées de manière personnelle. Bruegel commence à produire des peintures principalement à partir de 1557 environ, développant un style de composition inimitable et atteignant le statut d’artiste important et très demandé.Il s’intéresse à la figure humaine sans délaisser le paysage et multiplie les expériences dans ce domaine : à côté des compositions de montagne, il commence à dessiner les bois de la campagne, puis les villages flamands et, vers 1562, les paysages urbains avec les tours et les portes d’Amsterdam.

La plupart de ses tableaux sont réalisés pour des collectionneurs, de riches marchands et des membres de l’Église. Parmi ses mécènes figurent Antione Perrenot, cardinal de Granvelle, président du conseil d’État des Pays-Bas, et Niclaes Jonghelinck, qui achète 16 de ses tableaux en 1566. En 1559, l’artiste a changé l’orthographe de son nom de “Peeter Brueghel” à “Pieter Bruegel”. En 1563, il épouse Mayken Coecke, la fille de son premier maître Pieter Coecke van Aelst, et le couple s’installe à Bruxelles. Ce mariage a donné naissance à ce qui allait devenir une dynastie d’artistes : ses deux fils, Pieter, plus tard connu sous le nom de Pieter Brueghel le Jeune, né en 1564, et Jan Brueghel l’Ancien, né en 1568, ainsi que son petit-fils Jan Brueghel le Jeune, ont suivi ses traces (en reprenant à leur nom de famille leh que l’Ancien avait abandonné) et ont contribué à asseoir la réputation internationale de leur père. À Bruxelles, Bruegel réalise ses plus grands tableaux et seulement quelques dessins pour des gravures, car il a relâché ses liens avec Hiëronymus Cock après son départ d’Anvers.

Vers la fin de sa carrière, outre de nombreux paysages, il continue à se consacrer à des récits religieux et à des scènes de la vie quotidienne, qui le rendent unique et influent, notamment en raison du contexte historique et politique dans lequel ils ont été créés. Bruegel s’est éloigné de la représentation iconographique des saints et martyrs catholiques, en désaccord avec les campagnes sanglantes de la Contre-Réforme : au milieu des années 1500, les Pays-Bas sont devenus le domaine du gouvernement catholique espagnol qui a réprimé et persécuté la rébellion protestante. Malgré l’orientation religieuse d’une grande partie de son œuvre de maturité, certains historiens de l’art suggèrent que Bruegel était tout à fait conscient de la signification politique de son travail, comme l’a raconté Van Mander lui-même : peu de temps avant sa mort, l’artiste a demandé à sa femme de brûler certaines de ses œuvres, estimant que leur contenu pouvait la mettre en danger.On ne sait pas grand-chose non plus des circonstances de sa mort, si ce n’est que, comme il n’y a pas de tableaux datés de 1569, 1569 est aussi la dernière année de sa vie, au cours de laquelle, d’ailleurs, le conseil communal de Bruxelles l’a dispensé de travailler avec une garde de soldats espagnols postés dans sa maison, ce qui laisse supposer que le contenu politiquement subversif de son œuvre était bel et bien compris. Il est enterré à Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles.

Pieter Bruegel l'Ancien, Paysage avec le Christ et les apôtres à la mer de Tibériade (1553 ; huile sur panneau, 67 x 100 cm ; collection privée)
Pieter Bruegel l’Ancien, Paysage avec le Christ et les apôtres à la mer de Tibériade (1553 ; huile sur panneau, 67 x 100 cm ; collection privée)
Pieter Bruegel l'Ancien, Le grand poisson mange le petit poisson (1557 ; gravure, 229 x 297 mm ; New York, The Metropolitan Museum)
Pieter Bruegel l’Ancien, Le grand poisson mange le petit poisson (1557 ; gravure, 229 x 297 mm ; New York, The Metropolitan Museum)
Pieter Bruegel l'Ancien, Combat entre le carnaval et le carême (1559 ; huile sur panneau, 118 x 164,5 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l’Ancien, Lutte entre le carnaval et le carême (1559 ; huile sur panneau, 118 x 164,5 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l'Ancien, Jeux d'enfants (1560 ; huile sur panneau, 118 x 161 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l’Ancien, Jeux d’enfants (1560 ; huile sur panneau, 118 x 161 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l'Ancien, Marguerite la Folle (1563 ; huile sur panneau, 115 x 161 cm ; Anvers, Maison Mayer-Musée van den Bergh)
Pieter Bruegel l’Ancien, Marguerite folle (1563 ; huile sur panneau, 115 x 161 cm ; Anvers, Maison-musée Mayer van den Bergh)

Style et chefs-d’œuvre de Pieter Bruegel l’Ancien

Bruegel excellait en tant que dessinateur, dans l’art de la gravure et de la peinture. Il était également capable de décrire les détails les plus minutieux, conformément à la tradition formelle et coloriste flamande. Sa production est d’une ampleur extraordinaire. Sa maîtrise technique permettait au peintre de rendre la vision et la composante atmosphérique des paysages, tels que les paysages d’hiver ou les marines, ainsi que de détailler avec précision les figures. Son répertoire se compose de scènes naturelles dans lesquelles figurent des épisodes bibliques conventionnels, des paraboles du Christ, des sujets mythologiques et des satires sociales profanes, des scènes de la vie paysanne jusqu’à ses “pays de proverbes”, avec lesquels il illustre des dictons proverbiaux et la vie quotidienne populaire aux Pays-Bas.Depuis les deux séries gravées des Vices (1556-57) et des Vertus (1559-60), jusqu’aux sujets hors de la classification thématique tels que La lutte entre le carnaval et le carême (1559) ou Jeux d’enfants (1560) et Marguerite la Folle (1562), ses compositions sont construites de manière allégorique, de sorte qu’il faut chercher le contenu et les références pour les interpréter.

Son apport stylistique distinctif dans l’histoire de l’art est la forme narrative de la composition, où le paysage prend vie à travers l’humanité des personnages qui se déplacent et peuplent les toiles. Après son retour d’Italie, il se consacre à la représentation de foules disposées de manière à créer plusieurs points focaux qui se croisent et qui sont généralement vus d’en haut. En 1564 et 1565, il réduit drastiquement le nombre de figures, les rendant plus grandes et plus proches les unes des autres dans un espace très confiné, pour revenir ensuite à des foules, disposées en groupes densément concentrés. Cette approche distingue Bruegel de nombreux artistes de la Renaissance qui privilégient des compositions visuellement plus harmonieuses, en proposant plutôt le portrait d’une société humaine chaotique et indisciplinée.

Dans le chaos apparent de ses grandes œuvres, on trouve des hommes et des objets représentés avec précision. Le tableau des Proverbes flamands (1559) est un exemple de sa technique de composition. Dans le raccourci d’un village, Bruegel déplace les actions représentatives de la sagesse populaire, dans ce qu’il considère comme 120 épisodes sur la folie et les vices. Une autre caractéristique de l’art de Bruegel est l’intérêt qu’il porte à la représentation du mouvement. Les nombreuses peintures de danses paysannes en sont des exemples clairs, jusqu’aux représentations processionnelles de La conversion de saint Paul (1567), où l’on retrouve ce sentiment qui était apparu dans les premiers dessins des montagnes.Vers la fin de sa vie, Bruegel semble avoir été fasciné par le problème de la chute de la figure. Ses études atteignent leur apogée dans La Parabole des aveugles (1568), où l’unité de la forme, du contenu et de l’expression marque un point culminant dans l’art européen.

Pieter Bruegel l'Ancien, Proverbes flamands (1559 ; huile sur panneau, 117 x 163 cm ; Berlin, Gemäldegalerie)
Pieter Bruegel l’Ancien, Proverbes flamands (1559 ; huile sur panneau, 117 x 163 cm ; Berlin, Gemäldegalerie)
Pieter Bruegel l'Ancien, La conversion de saint Paul (1567 ; huile sur panneau, 108 x 156 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l’Ancien, La conversion de saint Paul (1567 ; huile sur panneau, 108 x 156 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l'Ancien, Parabole de l'aveugle (1568 ; tempera sur toile, 86 x 154 cm ; Naples, Museo Nazionale di Capodimonte)
Pieter Bruegel l’Ancien, Parabole des aveugles (1568 ; tempera sur toile, 86 x 154 cm ; Naples, Museo Nazionale di Capodimonte)
Pieter Bruegel l'Ancien, Tour de Babel (vers 1563 ; huile sur panneau, 60 x 74,5 cm ; Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen)
Pieter Bruegel l’Ancien, Tour de Babel (vers 1563 ; huile sur panneau, 60 x 74,5 cm ; Rotterdam, Museum Boijmans Van Beuningen)
Pieter Bruegel l'Ancien, Chasseurs dans la neige (1565 ; huile sur panneau, 116,5 x 162 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l’Ancien, Chasseurs dans la neige (1565 ; huile sur panneau, 116,5 x 162 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Pieter Bruegel l'Ancien, Paysage d'hiver avec patineurs et piège à oiseaux (1565 ; huile sur panneau, 38 x 56 cm ; Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique)
Pieter Bruegel l’Ancien, Paysage d’hiver avec patineurs et piège à oiseaux (1565 ; huile sur panneau, 38 x 56 cm ; Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique)

L’héritage de Bruegel l’Ancien

Ses fils ont perpétué son style jusqu’au XVIIIe siècle. Le jeune Pieter créera de nombreuses copies des tableaux de son père, contribuant à asseoir sa réputation internationale longtemps après sa mort et suscitant des doutes quant à l’attribution des œuvres du vieil homme et de celles de son fils.

Bruegel a été un pionnier de ce que l’on allait appeler la “peinture de genre”, choisissant de représenter des gens ordinaires engagés dans des scènes quotidiennes de la vie domestique. Dans les siècles à venir, notamment grâce au travail d’artistes hollandais du XVIIe siècle tels que Rembrandt, cette focalisation sur le contexte de la vie quotidienne allait devenir la base du réalisme au XIXe siècle, en France, et au-delà.

Où voir les principales œuvres de Bruegel l’Ancien ?

Outre les dessins et les gravures, 45 peintures authentifiées de Bruegel ont été conservées, faisant partie d’une production beaucoup plus importante aujourd’hui perdue.Le plus grand nombre qui nous est parvenu est concentré entre le Kunsthistorisches Museum de Vienne, avec des chefs-d’œuvre tels que la Grande Tour de Babel (1563), les Chasseurs dans la neige (1565 ; en savoir plus sur l’œuvre ici) ou la Danse des paysans (1568), et le Musé es Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles qui conserve la Chute d’Icare (1558), la Chute des anges rebelles (1562), le Paysage d’hiver avec patineurs et piège à oiseaux (1565) et le Recensement de Bethléem (1566).

Toujours à Bruxelles, sa maison du quartier des Marolles a été restaurée et transformée en musée, mais des doutes subsistent quant à l’exactitude de l’identification. D’autres œuvres sont réparties dans les plus grands musées du monde, en Europe et aux États-Unis, de la National Gallery de Londres au Louvre de Paris, au Museo del Prado de Madrid ainsi qu’au Metropolitan Museum de New York. A Rotterdam, au Musée Boijmans Van Beuningen, on peut remarquer la Petite Tour de Babel, et à Anvers les Douze Proverbes (1558) et Marguerite la Folle (1561), conservés au Musée Mayer Van Den Bergh. En Italie, les œuvres de Bruegel se trouvent au musée de Capodimonte à Naples, où se trouve la Parabole de l’aveugle et du misanthrope (1568), et à la galerie Doria Pamphilj à Rome, qui abrite la Bataille dans le port de Naples.

Pieter Bruegel, père de la
Pieter Bruegel, père de la "peinture de genre". Vie, œuvres, style


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.