Chiara Ferragni se présente au festival de Sanremo vêtue de trois œuvres d'art


Chiara Ferragni a porté trois œuvres d'art lors de la première soirée du 73e festival de Sanremo. La célèbre influenceuse a foulé la scène Ariston dans des robes Dior inspirées d'œuvres de Claire Fontaine, Lucas Cranach l'Ancien et Jana Sterbak. Des œuvres choisies comme une ode à la liberté des femmes.

Trois œuvres d’art portées sur scène au festival de Sanremo, qui en est à sa 73e édition. Chiara Ferragni, présentatrice de la première soirée avec Amadeus, les portait. La célèbre influenceuse est apparue pour la première fois sur la scène Ariston vêtue d’une robe Dior recouverte d’une étole sur laquelle on pouvait clairement voir les mots Pensati Libera (Pensez librement), une phrase qui figure dans une œuvre de Claire Fontaine, deux artistes conceptuels formés en 2004 à Paris par l’Italienne Fulvia Carnevale et le Britannique James Thornhill, qui travaillent principalement avec des readymades, utilisés pour critiquer le système de l’art contemporain.

Pensati libera est également un readymade, une phrase trouvée sur un blason en pierre dans les rues de Gênes, écrite lors d’un événement, comme l’explique le duo. Pensati Libera“ est une phrase trouvée sur un mur après une procession de femmes à Gênes. Elle exprime avec force une invitation encourageante à toutes les femmes à rompre avec le chantage émotionnel de leur vie quotidienne. La liberté des femmes n’implique pas l’irresponsabilité, mais la possibilité d’un véritable amour, car l’amour ne peut se réaliser que sans vivre dans la crainte de la violence de l’autre. La violence à l’égard des femmes est proportionnelle à leur degré de liberté et non à leur soumission ; les hommes craignent les femmes indépendantes qui apprécient réellement leur amour et le choisissent librement. La liberté des femmes dans cette phrase évoque un monde où l’amour est enfin possible pour les hommes et les femmes sans crainte”.

C’est Chiara Ferragni elle-même qui a expliqué les raisons du choix de l’œuvre de Claire Fontaine par un post sur son compte Instagram très suivi. “Lorsque nous avons commencé à réfléchir aux vêtements pour les deux soirées du Sanremo, a-t-elle écrit, nous avons immédiatement réalisé que nous ne voulions pas des vêtements uniquement parce qu’ils étaient excentriques ou prétentieusement beaux, mais nous avons ressenti le besoin d’apporter un message social à la scène la plus populaire d’Italie, également à travers la mode”. La robe manifeste qui donne le coup d’envoi de la 73e édition du festival de Sanremo est le fruit d’une conversation entre nous, Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de Dior, Rachele Regini et Fulvia Carnevale, du duo artistique Claire Fontaine. Le résultat est une robe corolle en soie noire inspirée de la tradition Dior et complétée par l’étole-manifeste brodée du slogan “Think Free”. Ces mots simples mais puissants sont tirés d’une œuvre de Claire Fontaine qui, nous l’espérons, inspirera toutes les femmes à se sentir libres de sortir du rôle qui leur a été imposé par la société. Chiara Ferragni reconnaît elle-même qu’elle lutte pour ne pas être enfermée dans un espace identifié pour elle par le patriarcat. C’est aussi une promesse qu’elle se fait à elle-même chaque jour en luttant pour ne pas se sentir coupable de son succès en tant que femme. Think Free“ est dédié à toutes les femmes qui veulent se sentir simplement elles-mêmes sans être jugées”.

La première robe de Chiara Ferragni
La première robe de Chiara Ferragni
Claire Fontaine, Think Free
Claire Fontaine, Think
Yourself Free

Ce n’était pas la seule pièce portée par Ferragni sur la scène de l’Ariston hier soir. Peu après, en effet, l’entrepreneuse s’est présentée dans une robe au look nude, toujours dessinée par Chiuri pour Dior, inspirée de l’Eve de Lucas Cranach l’Ancien dont il existe plusieurs variantes (la plus célèbre est celle des Offices, bien que la photographie prise par Ferragni pour présenter la robe semble s’inspirer de la variante conservée au Kunsthistorisches Museum de Vienne). Il s’agit dans ce cas, comme l’explique Chiuri elle-même, d’un hommage à la beauté du corps féminin.

"La deuxième robe conçue pour Chiara Ferragni, écrit Chiuri, toujours sur son compte Instagram, rend hommage à la beauté du corps des femmes à une époque où, dans certains pays du monde, leurs droits reproductifs sont menacés, leur liberté d’étudier et de travailler leur est retirée, leur droit à une vie paisible est bafoué par la guerre. Une robe qui revendique sans complexe le droit de chaque femme à briller célèbre le pouvoir des femmes en tant que sujets et pas seulement en tant qu’objets de désir ; elle montre qu’aucune femme ne devrait avoir à vivre dans la peur, le désavantage, la pauvreté ou avoir honte d’être née femme.

Pourquoi Eve. Fabio Maria Damato, manager de Chiara Ferragni, explique: “Pour attirer l’attention sur les droits des femmes, sur leur corps et sur le fait que la disposition du corps des femmes est, malheureusement, toujours considérée comme controversée et discutable. Tel est l’objectif de ce look. L’idée d’une robe simulant le corps nu de Chiara nous est venue immédiatement en nous inspirant d’une création de Maria Grazia Chiuri pour Dior au printemps/été 2018. Réalisée dans les ateliers de haute couture de Dior, la robe en tulle couleur chair reproduit avec des broderies en trompe-l’œil le corps de Chiara Ferragni à l’état naturel et libéré de la honte qu’ils ont toujours imposée à tous, à commencer par Ève, la première femme de l’histoire induite à ressentir de la pudeur. Cette illusion de nudité veut rappeler à tous le droit et l’égalité des sexes qu’ils ont à montrer, à disposer d’eux-mêmes sans avoir à se sentir jugés ou coupables. Cette illusion de nudité veut rappeler que quiconque décide de se montrer, ou de se sentir sexy, n’autorise personne à justifier la violence des hommes ou à atténuer leur culpabilité. C’est le corps d’une femme, celui de Chiara Ferragni, qui voudrait donner une voix à toutes les femmes du monde qui sont bannies et abusées, à toutes celles à qui l’on dit que leur corps génère la honte, qu’il n’est qu’un objet de désir ou qu’il incite au péché. C’est le corps de tous. Que celui qui n’a pas péché lui jette la première pierre”.

La deuxième robe de Chiara Ferragni
La deuxième robe de Chiara Ferragni
Lucas Cranach l'Ancien, Eve (1510-1520 env. ; panneau, 150,5 x 67,7 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)
Lucas Cranach l’Ancien, Eve (1510-1520 environ ; panneau, 150,5 x 67,7 cm ; Vienne, Kunsthistorisches Museum)

Enfin, le troisième look de Chiuri pour Dior est la robe-cage inspirée d’une œuvre de Jana Sterbak, une artiste britannique d’origine tchèque qui, en 1989, a créé une œuvre intitulée Remote Control, un exemple typique de sa pratique avec laquelle l’artiste déstabilise les constructions traditionnelles telles que homme/femme, raison/sentiment, culture/nature et corps/machine. Remote Control, en particulier, est une grande cage d’acier motorisée que le spectateur ou le porteur peut actionner à l’aide d’un dispositif de commande à distance, une télécommande. L’œuvre est conçue pour rendre le porteur impuissant, car la personne est non seulement contrôlée, mais aussi suspendue à plusieurs centimètres au-dessus du sol.

“Libérer les nouvelles générations des stéréotypes de genre dans lesquels les femmes se sentent souvent enfermées”, a commenté Chiara Ferragni. "C’est l’idée que Maria Grazia Chiuri a voulu représenter avec cette robe haute couture de @dior composée d’une combinaison en jersey brodée de strass emprisonnée dans une jupe en tulle qui s’inspire du travail de Jana Sterbak. Cette robe représente l’espoir de briser les conventions imposées par le patriarcat. Un espoir que nous plaçons dans les petites filles d’aujourd’hui qui seront les femmes de demain. C’est le souhait d’une mère à sa petite fille, qu’elle puisse enfin crier Victoire !

La troisième robe de Chiara Ferragni
La troisième robe de Chiara Ferragni
Jana Sterbak, Télécommande (1989 ; Barcelone, MACBA)
Jana Sterbak, Remote control (1989 ; structure en aluminium sur roues, moteur télécommandé, toile de coton et vidéo monocanal, couleur, silencieux, boucle, 154,8 x 158,4 cm ; Barcelone, MACBA)

Chiara Ferragni se présente au festival de Sanremo vêtue de trois œuvres d'art
Chiara Ferragni se présente au festival de Sanremo vêtue de trois œuvres d'art


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.