Franceschini : "Les grandes entreprises qui n'investissent pas dans la culture devraient avoir honte".


Le ministre Franceschini est intervenu lors de la présentation de l'exposition milanaise consacrée au Grand Tour et a abordé divers sujets : de l'importance des investissements des grandes entreprises dans la culture à l'architecture contemporaine dans les centres historiques, en passant par le tourisme.

Lors de la présentation de l’exposition Grand Tour. Sogno d’Italia da Venezia a Pompei, installée à la Gallerie d’Italia de Piazza Scala à Milan et ouverte au public du 19 novembre 2021 au 27 mars 2022, le ministre de la Culture Dario Franceschini a pris la parole, abordant divers sujets : avant tout, l’importance des grandes entreprises qui investissent dans la culture, la greffe de l’architecture contemporaine dans les centres historiques et, enfin, le modèle de tourisme à suivre.

"Intesa Sanpaolo, a déclaré M. Franceschini, investit dans la culture depuis de nombreuses années, elle croit en la culture. L’article 9 de la Constitution, qui engage à protéger le patrimoine et le paysage historique et artistique de la nation, ne s’adresse pas seulement aux institutions publiques, mais à tous les citoyens, et en particulier à ceux qui ont une tâche importante, comme les grandes entreprises, les grandes institutions et les particuliers. Je crois que, de ce point de vue, Intesa Sanpaolo a montré une voie qui s’inscrit dans le sillage d’une tradition très importante pour notre pays : les collections d’Intesa Sanpaolo sont nées de l’intersection des collections de banques individuelles qui, progressivement, par incorporation ou fusion, ont fini par former une grande collection. Pensons à tout le bien que les fondations bancaires ont fait au fil des ans, sur leur territoire, au patrimoine du pays, aux investissements dans la culture, à la protection du patrimoine : tant de collections italiennes d’œuvres d’art, qui sont ensuite devenues publiques et sont entrées dans des musées d’État ou des musées privés, sont nées de cette prise de conscience. L’évaluation du bilan social des entreprises n’existait pas encore. Il existait cependant une sorte de bilan social des investissements réalisés sur le territoire et du financement de l’activité culturelle. Intesa Sanpaolo a identifié cette voie. Je pense qu’elle a fait beaucoup de choses importantes pour le pays, beaucoup de choses pertinentes qui ont laissé des traces permanentes. L’une de ces traces importantes, a poursuivi le ministre, est d’avoir montré que même si l’on est un grand banquier ou un grand professionnel, il y a une part importante que l’on doit rendre au pays en investissant et en croyant aux investissements dans la culture.

Nous avons adopté de nouvelles réglementations importantes. J’ai vu les chiffres d’Art Bonus hier : nous sommes arrivés à 590 millions de dons de 2015 à aujourd’hui, ce qui est un chiffre important, mais c’est peu. C’est un chiffre qui provient des dons des grandes entreprises, des dons du crowdfunding; il faut du temps pour que cela entre dans la tradition du pays, mais j’aimerais que cela aille vite au point que les grandes entreprises qui n’investissent pas dans la culture aient honte de ne pas la présenter dans le bilan social de l’entreprise".

Franceschini a ensuite partagé son opinion sur la greffe de l’architecture contemporaine dans les centres historiques: "Je pense que nous sommes un pays qui a gagné la bataille de la protection des centres historiques au XXe siècle et nous devons en être fiers, mais en même temps, il s’est passé quelque chose. Dans un pays merveilleux et unique au monde, parce qu’il a vu des styles s’installer et se croiser, de sorte que le Moyen Âge s’est emboîté sur l’Antiquité, la Renaissance sur le Moyen Âge, le Baroque sur la Renaissance et c’est une succession de croisements (nos centres historiques). une succession de croisements (nos églises et nos palais sont beaux parce que leur style ne dénote pas seulement, comme dans d’autres pays, l’époque où le pays était grand ; comme l’Italie a toujours été grande, tout se croise et se superpose ; la beauté est donnée par le chevauchement), je me demande pourquoi nous sommes-nous arrêtés ? Pourquoi nous sommes-nous arrêtés dans la deuxième partie du XXe siècle, alors qu’il semblait qu’investir dans l’architecture contemporaine, dans les greffes, constituait en quelque sorte une violation de la protection ? Pourquoi ne devrions-nous pas imaginer des greffes dans les centres historiques ? Pour combler les vides urbains, au lieu de les laisser vides, la greffe d’une architecture contemporaine de grande qualité est une façon de poursuivre cet enrichissement. Nous avons les grands maîtres, les jeunes talents. C’est le défi non seulement de Milan, mais de tout le pays".

Parlant du thème de l’exposition, il a enfin profité de l’occasion pour aborder la question du modèle touristique à suivre en Italie. Le thème de cette belle exposition, qui a réuni des chefs-d’œuvre de musées italiens et étrangers dans le cadre d’une collaboration très importante entre le public et le privé, a conclu le ministre, introduit le thème du Grand Tour. Nous devons être fiers de penser que des générations et des générations, pendant quelques siècles, ont dû venir en Italie pour se former et compléter leur éducation. Je crois qu’il y a une indication de ce point de vue aussi : le tourisme reviendra, il est déjà en partie revenu ; il reviendra aussi impressionnant qu’avant et avec un nombre encore plus grand, et avec des préoccupations encore plus grandes, parce que jusqu’en 2019 nous parlions de surréservation, de billets d’entrée pour certains lieux dans les villes d’art italiennes, de surpopulation. Quel type de tourisme voulons-nous ? Un tourisme low cost, qui n’approfondit pas, ne consomme pas, n’apporte même pas de richesse, passe et repart, ou inversement, un tourisme cultivé, composé de voyageurs, de personnes capables de venir, de comprendre, de s’immerger dans une expérience authentique, de respecter la fragilité de notre patrimoine historique et artistique ? C’est ce que nous devons apporter, faire connaître l’Italie, faire connaître tout cela, et inviter les gens à venir en Italie pour se former".

Franceschini :
Franceschini : "Les grandes entreprises qui n'investissent pas dans la culture devraient avoir honte".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.