Rome, les Scuderie del Quirinale consacrent une exposition à l'art du XIXe siècle à Naples


Du 27 mars au 16 juin 2024, à travers une sélection de 250 chefs-d'œuvre, les Scuderie del Quirinale rendent hommage à l'art de Naples au XIXe siècle avec une exposition dédiée.

Les Scuderie del Quirinale à Rome accueillent l’exposition Napoli Ottocento. Degas, Fortuny, Gemito, Mancini, Morelli, Palizzi, Sargent, Turner, ouverte du 27 mars au 16 juin 2024, sous le commissariat de Sylvain Bellenger avec Jean - Loup Champion, Carmine Romano et Isabella Valente. Le projet d’exposition a été coordonné par les Scuderie del Quirinale et le Museo e Real Bosco di Capodimonte, avec la collaboration de la Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea, la Direzione Regionale Musei Campania, l’Accademia di Belle Arti di Napoli et la Stazione Zoologica Anton Dohrn. La proposition s’inscrit dans la mission des Scuderie del Quirinale de raconter les multiples civilisations artistiques qui ont caractérisé l’Italie tout au long de son histoire. À travers une sélection de 250 chefs-d’œuvre, l’exposition célèbre le rôle clé de Naples sur la scène artistique européenne, en particulier auXIXe siècle. L’exposition incarne la synthèse de l’exceptionnelle vitalité artistique d’une ville qui n’a cessé d’attirer tous les plus grands artistes actifs en Europe ou issus des plus jeunes écoles nord-américaines, venus faire l’expérience de la découverte incontournable de Pompéi et d’Herculanum, puis foudroyés par la beauté éclatante du paysage campanien.

La splendeur de la Campanie a inspiré des artistes tels que Constantin Hansen, Silvestr Ščedrin, Simon Denis, Karl Böhme, Ludwig Catel, William Turner, Thomas Jones, Thomas Fearnley, Eduard Hildebrandt, Hans von Marées, John Singer Sargent, les peintres naturalistes de Posillipo, Portici et Resina, Anton van Pitloo, Giuseppe De Nittis, Ercole et Giacinto Gigante, Teodoro Duclère et Salvatore Fergola. L’exposition met en lumière le peintre Edgar Degas, qui a toujours souligné son adhésion au mouvement réaliste plutôt que d’être défini comme impressionniste. D’origine napolitaine, Degas a passé des périodes cruciales à Naples, ce qui a enrichi son réalisme. L’accent mis sur sa relation avec Naples, grâce à la collaboration du Musée d’Orsay, de l’Art Institute of Chicago et du Cleveland Museum of Art, permet d’admirer cinq œuvres célèbres du “Degas napolitain”, dont la rare Vue du Castel Sant’Elmo de Capodimonte conservée au Fitzwilliam Museum de Cambridge. L’exposition consacre trois sections décisives à l’imagerie historiciste néo-pompéienne, qui réinvente les thèmes ou diffuse le style des objets trouvés dans les villes ensevelies, à l’imagerie idéaliste néo-grecque, empreinte d’évocation et d’élégie, et à l’imagerie orientaliste, qui a tant fasciné Domenico Morelli. Le chemin de l’académisme au réalisme trouve, au sommet de sa progression vériste, un point d’atterrissage dans la désintégration de l’exactitude figurative réalisée par la prévalence des aspects matériels de la peinture dans les œuvres d’Antonio Mancini. Naples est devenue un important centre scientifique et artistique au XIXe siècle. Les œuvres d’art antérieures à l’art informel de l’après-guerre, comme celles de Medardo Rosso, anticipent les qualités matérielles explorées par Fontana et Burri. L’exposition propose ensuite une immersion dans les particularités de la station zoologique Anton Dohrn, avec l’installation vidéo de Stefano Gargiulo, qui mêle des représentations scientifiques de la faune marine aux décorations néo-helléniques de Hans Von Marées et d’Adolf Hildebrandt.

Dans le premier quart du XXe siècle, Antonio Mancini a révolutionné la peinture en incorporant directement la matière première dans ses tableaux, remplaçant le sujet traditionnel du portrait par la matière elle-même. Parallèlement, le contexte politique et économique de l’époque a exercé une influence importante sur l’art, contribuant à transformer Naples en une ville de plus en plus européenne grâce aux nombreux projets de rénovation urbaine en cours. L’exposition “Du sublime à la matière” propose au public une immersion profonde dans l’art napolitain du XIXe siècle, en explorant l’évolution du concept artistique sublime jusqu’à la représentation directe de la matière elle-même. En outre, une installation vidéo évocatrice créée par Stefano Gargiulo accueille les visiteurs, montrant le Vésuve en éruption comme un symbole emblématique du sublime et du pouvoir de la matière. " Napoli Ottocento" représente la synthèse de cette période pleine de fascination et de contradictions, offrant une occasion unique d’admirer des œuvres d’une valeur artistique et historique inestimable.

Joseph Wright of Derby, Éruption du Vésuve (Eruption of Vesuvius) (1780-1790 ; huile sur papier appliquée sur carton ; Hambourg, Galerie Hans) © 2024 Galerie Hans, Hambourg
Joseph Wright of Derby, Éruption du Vésuve (Eruzione del Vesuvio) (1780-1790 ; huile sur papier appliquée sur panneau ; Hambourg, Galerie Hans) © 2024 Galerie Hans, Hambourg
Anton Sminck van Pitloo, Le pont de Cava dei Tirreni (huile sur papier appliquée sur toile ; Naples, collection privée)
Anton Sminck van Pitloo, Le pont de Cava dei Tirreni (huile sur papier appliquée sur toile ; Naples, collection privée)
Franz Ludwig Catel, Vue de Naples à travers une fenêtre (1824 ; huile sur papier montée sur toile ; Cleveland, The Cleveland Museum of Art, Mr. and Mrs. William H. Marlatt Fund)
Franz Ludwig Catel, Vue de Naples à travers une fenêtre (1824 ; huile sur papier marouflé sur toile ; Cleveland, The Cleveland Museum of Art, Mr. and Mrs William H. Marlatt Fund)
Filippo Palizzi, Fanciulla sulla roccia a Sorrento (1871 ; huile sur toile ; Collection Fondation du Prix International E. Balzan, Suisse, prêt à la municipalité de Badia Polesine) © Fondation du Prix International
Filippo Palizzi, Fanciulla sulla roccia a Sorrento (1871 ; huile sur toile ; Collection Fondation Prix International E. Balzan, Suisse, prêt à la ville de Badia Polesine) © Fondation Prix International “E. Balzan” - Fonds - Zurich
Pasquale Liotta, L' effetto dell' hashish (vers 1875 ; huile sur toile ; Catane, Museo Civico Castello Ursino) © Scala Group Archive, Antella © 2024. Photothèque DeAgostini/Scala, Florence
Pasquale Liotta, L’ effetto dell’ haschisch (vers 1875 ; huile sur toile ; Catane, Museo Civico Castello Ursino) © Scala Group Archive, Antella © 2024. Photothèque DeAgostini/Scala, Florence
Domenico Morelli, Femme à l'éventail (1874 ; huile sur toile ; collection Intesa Sanpaolo, Gallerie d'Italia - Naples). Archives du patrimoine artistique d'Intesa Sanpaolo / photo Luciano Pedicini, Naples
Domenico Morelli, Femme à l’éventail (1874 ; huile sur toile ; collection Intesa Sanpaolo, Gallerie d’Italia - Naples). Archives du patrimoine artistique d’Intesa Sanpaolo / photo Luciano Pedicini, Naples
Edgar Degas, Henri et Lucie Degas (oncle et cousine de l'artiste) (1875 - 1876 ; huile sur toile ; Chicago, The Art Institute of Chicago) © Scala Group Archives, Antella © 2024. Photothèque DeAgostini/Scala, Florence
Edgar Degas, Henri et Lucie Degas (oncle et cousine de l’artiste) (1875 - 1876 ; huile sur toile ; Chicago, The Art Institute of Chicago) © Scala Group Archives, Antella © 2024. Photothèque DeAgostini/Scala, Florence
Vincenzo Gemito, Portrait d'Anna Gemito (vers 1886 ; crayon, encre, gouache sur papier ; Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte) © courtesy of the Ministry of Culture - Museo e Real Bosco di Capodimonte
Vincenzo Gemito, Portrait d’Anna Gemito (vers 1886 ; crayon, encre, gouache sur papier ; Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte) © courtesy of the Ministry of Culture - Museo e Real Bosco di Capodimonte
Vincenzo Gemito, Pêcheur napolitain (avant 1875 ; plâtre ; Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte) © courtesy of the Ministry of Culture - Museo e Real Bosco di Capodimonte
Vincenzo Gemito, Pescatore napoletano (avant 1875 ; plâtre ; Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte) © courtesy of the Ministry of Culture - Museo e Real Bosco di Capodimonte
Antonio Mancini, Il Saltimbanco (1878 ; huile sur toile ; Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, Vance N. Jordan Collection, 2004)
Antonio Mancini, Le Saltimbanco (1878 ; huile sur toile ; Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, Vance N.Jordan Collection, 2004)

“Une exposition, conçue à la fin de la pandémie et dédiée, non par hasard, à l’une des villes les plus vivantes et les plus aimées, qui raconte Naples dans sa vocation de grande capitale et marque une fois de plus la fécondité des Scuderie del Quirte. de la présence des Scuderie del Quirinale dans le système du Ministère de la Culture, cette fois à travers l’organisation conjointe avec le Museo e Real Bosco di Capodimonte et la collaboration avec la Galleria Nazionale di Arte Moderna e Contemporanea et la Direzione Regionale Musei della Campania”, a déclaré Mario De Simoni, Directeur Général des Scuderie del Quirinale.

“L’exposition est le fruit d’un travail inlassable de sélection et de recherche de la part de l’équipe de conservation et d’organisation : un grand hommage à la civilisation figurative napolitaine, à sa vitalité persistante et à sa capacité inégalée de séduire l’Europe entière et au-delà”, a déclaré Matteo Lafranconi, directeur des Scuderie del Quirinale.

“Un projet ambitieux qui expose les œuvres d’un siècle trop peu connu : le XIXe siècle napolitain. La Naples du XIXe siècle a hérité à la fois de l’histoire cosmopolite de la Campanie et de la tradition réaliste de l’école baroque napolitaine. L’esthétique dialogue étroitement avec la science et la dynamique prépositiviste des sciences exactes contraste avec la légende d’une ville perçue comme théâtrale, irrationnelle et volontiers scaramantique. L’attrait des ruines et la beauté éblouissante du golfe de Naples ont donné naissance aux écoles de paysage de Posillipo et de Portici. Le réalisme du ”Plein Air“ transforme la lumière en matière, avant de s’étendre et de se radicaliser dans le vérisme artistique, politique, social et économique de l’Italie du Risorgimento et de l’Unification. De Jacques Volaire à Philipp Hackert, d’Anton van Pittloo à Thomas Jones, Filippo Palizzi, Giuseppe de Nittis, Domenico Morelli, Gioacchino Toma, sont quelques-uns des peintres présentés dans cette exposition, qui propose de nombreuses comparaisons audacieuses et éclairantes, dont une avec Edgar Degas, étudié pour la première fois dans son environnement napolitain. Les objets d’art et d’artisanat néo-pompéens en bronze et en céramique, les sculptures de Giuseppe Renda, Achille d’Orsi et Francesco Jerace, Vincenzo Gemito, révèlent une école qui a dominé l’Italie vériste, tandis que la virtuosité d’Antonio Mancini a déplacé le vérisme pictural vers la matière même de la peinture, ouvrant la porte à l’art informel de Lucio Fontana, Alberto Burri et du peintre vésuvien Salvatore Emblema”, a déclaré Sylvain Bellenger, commissaire de l’exposition.

Rome, les Scuderie del Quirinale consacrent une exposition à l'art du XIXe siècle à Naples
Rome, les Scuderie del Quirinale consacrent une exposition à l'art du XIXe siècle à Naples


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.