Santa Croce, trois mandats d'arrêt pour effondrement et fermeture de la basilique. Un décès n'est pas exclu pour Acidini


Basilique de Santa Croce à Florence : trois avis d'enquête pour l'effondrement et la basilique fermée. Mais pour Cristina Acidini, l'hypothèse de la fatalité n'est pas exclue.

Toute la journée d’hier, vendredi 20, la Basilique de Santa Croce à Florence est restée fermée en signe de deuil pour la disparition de Daniel Testor Schnell, le touriste qui a été frappé à la tête par un fragment de pierre qui s’était détaché de l’architecture de l’église, et qui a été tué sur le coup alors qu’il visitait la Basilique avec son épouse. Des caméras internes ont capté des images de la tragédie, qui sont maintenant examinées par les enquêteurs : pour des enquêtes et des vérifications supplémentaires, la Basilique restera fermée aujourd’hui, samedi 21. Entre-temps, trois avis de garantie sont parvenus à la direction de l’Opéra de Santa Croce : il s’agit d’un acte en bonne et due forme. La famille du touriste a fait savoir qu’elle se constituerait partie civile en cas de procès.

En attendant, les premières réactions sont arrivées. Le ministre des Biens culturels, Dario Franceschini, demande une enquête rapide pour faire la lumière sur ce qui s’est passé. Il est relayé par le maire de Florence, Dario Nardella, qui ajoute que “la crédibilité de Florence et de l’Italie est en jeu”. L’archevêque de Florence, le cardinal Giuseppe Betori, a envoyé un message de condoléances et de sympathie à la famille. FAI - Fondo Ambiente Italiano, analyse les monuments italiens et pointe du doigt le manque d’entretien. Federica Ammiraglio, responsable des “Luoghi del Cuore” (lieux du cœur) du FAI, a déclaré à La Stampa, en termes généraux et sans se référer au cas spécifique de Santa Croce, que “l’un des principaux problèmes concerne précisément la tendance à ne planifier les interventions qu’en cas d’urgence, ce qui entraîne des coûts beaucoup plus élevés”. Dans l’édition d’aujourd’hui d’Il Messaggero, l’architecte MiBACT responsable du bureau de la cellule de crise, Cristina COllettini, affirme que les “afflux non régulés” peuvent “causer des problèmes pour différents types d’ouvrages” et que “techniquement, un grand afflux de personnes dans un lieu provoque une augmentation de l’humidité relative et une augmentation du dioxyde de carbone, avec une augmentation connexe de la température”. Des facteurs qui peuvent altérer l’état de conservation des éléments architecturaux.

Pour l’historienne de l’art Cristina Acidini, ancienne directrice du Polo Museale Fiorentino, l’hypothèse d’une terrible fatalité n’est pas à exclure. Elle a déclaré à Controradio: “Ce qui s’est passé, bien que terrible, peut se produire dans un bâtiment qui a des siècles et des siècles d’histoire derrière lui. Un comportement imprévu et imprévisible des matériaux peut se produire même en présence d’inspections opportunes et fréquentes. On peut établir un parallèle avec ce qui arrive parfois aux arbres : ils peuvent être surveillés, entretenus assidûment ; puis, soudain, une rafale de vent les fait tomber. Connaissant bien la basilique, je dis que je ne peux pas penser que ce qui s’est passé aujourd’hui soit dû à la négligence : les financements dont bénéficie le complexe sont importants, les contrôles, les inspections et l’entretien réguliers, périodiques et confiés à des spécialistes”.

Image : la basilique de Santa Croce. Ph. Crédit

Santa Croce, trois mandats d'arrêt pour effondrement et fermeture de la basilique. Un décès n'est pas exclu pour Acidini
Santa Croce, trois mandats d'arrêt pour effondrement et fermeture de la basilique. Un décès n'est pas exclu pour Acidini


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.