Surqualifiés, exploités, mal payés. 8 travailleurs culturels sur 10 gagnent moins de 15 000 euros par an.


Les résultats de l'enquête "Mi Riconosci" sur le travail dans la culture sont déconcertants : 8 travailleurs sur 10 gagnent moins de 15 000 euros par an.

Surqualifiés mais exploités, mal payés, sans stabilité, incapables de construire un avenir serein : tel est le triste portrait de nombreux professionnels de la culture, selon les données recueillies par le mouvement Mi Riconosci ? Je suis un professionnel du patrimoine culturel, qui a consacré son enquête La face cachée du patrimoine culturel aux conditions de travail des personnes travaillant dans le secteur culturel. Et les résultats sont loin d’être rassurants.

L’enquête a été menée auprès de 1 546 professionnels. "Le développement et l’organisation des données, nous dit Daniela Pietrangelo de Mi Riconosci, ont pris beaucoup de temps. Il était très difficile d’essayer de mettre de l’ordre dans une situation incroyablement complexe et articulée comme celle du travail culturel, qui repose sur de nombreuses formes de contrats en vigueur, et de comprendre comment sont classés ceux qui n’ont pas de contrat. Les moyens que nous avons utilisés pour collecter les données étaient très simples, nous n’avions pas de programmes spécifiques. Nous avons collecté les données, les avons nettoyées et avons essayé de croiser certaines réponses pour obtenir une image beaucoup plus détaillée. Nous avons ensuite lu les plus de 350 témoignages que les travailleurs nous ont laissés à la fin du questionnaire, dont beaucoup étaient très émouvants. Ils nous ont fait part des nombreuses difficultés, de l’impossibilité de continuer à faire un travail sous-payé, beaucoup effectuent plusieurs tâches sans aucune reconnaissance, même pas économique, beaucoup se plaignent des heures en dehors de l’enveloppe salariale qui ne sont pas calculées dans le salaire ; le stress des horaires épuisants avec des pauses déjeuner qui sont presque de l’investissement, certains sont obligés de manger par terre, et bien plus encore".

Les données concernent des professionnels de tous âges. 11 % ont entre 19 et 26 ans, 65 % entre 27 et 39 ans, 16 % entre 40 et 49 ans, 6 % entre 50 et 59 ans et 2 % plus de 60 ans. Comme indiqué plus haut, les qualifications sont très élevées : 56 % des personnes interrogées ont un diplôme de spécialiste ou de master, 15 % ont terminé leurs études dans une école de spécialisation, 3 % ont un diplôme de troisième cycle, 8 % ont un doctorat, 1 % ont un diplôme d’une académie des beaux-arts ou d’un institut AFAM, tandis que 17 % de l’échantillon ont un diplôme de niveau bac+3. ), 11,84% sur un chantier, 5,37% dans un centre d’archives, 4,74% dans d’autres institutions publiques (p.ex. municipalités, provinces, régions), 4,55% dans un parc archéologique, 3,64% à l’université, 2,28% dans un théâtre, 4,55% dans un centre d’archives, 4,55% dans un parc archéologique.2,28% dans un théâtre, 1,73% dans une administration, 1,46% dans une école, 1,46% dans un espace d’exposition, 1% dans une galerie d’art, 0,27% dans un parc naturel, 0,82% dans d’autres lieux. Parmi les personnes interrogées, 28% ont déclaré travailler dans plusieurs endroits à la fois. Dans 33,58% des cas, l’employeur était une coopérative, dans 23,74% un organisme privé d’une autre nature, dans 23,30% un organisme public, dans 13,98% des organismes mixtes, dans 5,18% des fondations sans but lucratif ou à but non lucratif, les autres employeurs représentant 0,22%.

Dans 75% des cas, les travailleurs interrogés ont un contrat. Ils travaillent sur une base permanente pour 34,17% des personnes interrogées. Tous les autres ont des contrats à durée déterminée ou d’autres types de contrats : contrats à durée indéterminée pour 22,26%, contrats de travail sur appel pour 10,56%, co.co.co. pour 9,04%, contrats de projet pour 6,70%, 6,17% sont fonctionnaires, stages pour 5,65%, bourses de recherche pour 2,35%, apprentissages pour 1,48%, travail temporaire ou en leasing de personnel pour 1,22%. Les travailleurs sans contrat (25% des répondants) travaillent avec un numéro de TVA dans 33% des cas ( choix imposé par l’employeur pour 78% des répondants), sur base occasionnelle dans 53%, sur base de remboursement de frais dans 13%, sous d’autres formes dans 1% des cas.

Passons maintenant aux salaires : la majorité, 62%, gagne moins de 12 euros de l’heure, 45% moins de 8 euros. En particulier : 34,02% gagnent entre 4 et 8 euros, 28,28% entre 8 et 12 euros, 11,54% moins de 4 euros, 8,17% entre 12 et 16 euros, 4,41% entre 16 et 20 euros. Seuls 6 % gagnent plus de 20 euros par heure : 2,46 % entre 25 et 30 euros, 2,40 % entre 20 et 25 euros, 1,04 % entre 30 et 40 euros, 0,58 % entre 40 et 50 euros, 0,19 % plus de 50 euros. Les revenus annuels sont également très faibles : 80% déclarent moins de 15 mille euros (38% moins de 5 mille euros par an, 25% entre 5 et 10 mille euros, 17% entre 10 et 15 mille euros). Les revenus se situent entre 15 et 20 mille euros pour 11% des répondants, entre 20 et 30 mille euros pour 8%, entre 30 et 40 mille euros pour 1%. En moyenne, ceux qui parviennent à avoir des clients de nature différente gagnent plus. Les plus défavorisés, selon l’étude, sont les travailleurs employés par les administrations publiques et les coopératives, qui, selon Mi Riconosci, font largement appel à une main-d’œuvre très bon marché, avec des salaires inférieurs à 4 euros de l’heure. En revanche, les inégalités les plus marquées se retrouvent chez les travailleurs des fondations ou des organisations à but non lucratif, où l’on trouve des travailleurs qui gagnent moins de 4 euros de l’heure à côté de ceux qui gagnent entre 40 et 50 euros de l’heure. Il a été constaté que les diplômes ne garantissent pas de meilleurs salaires. Enfin, 75 % des personnes interrogées déclarent recevoir un salaire contractuel régulier, tandis que 59 % seulement déclarent avoir travaillé le nombre d’heures correspondant à celui pour lequel elles ont été payées. Seuls 40 % déclarent que leur titre de poste et leurs compétences correspondent aux tâches qu’ils ont effectuées (en partie pour 42 %, non pour 18 %).

"L’objectif de cette enquête, nous dit Ester Lunardon, également militante de Mi Riconosci, est bien de mettre en lumière cette réalité, choquante, et pourtant longtemps restée inconnue des non-initiés : bien sûr, tous ceux qui travaillent dans le secteur connaissent la situation, mais lorsque quelqu’un qui n’est pas du secteur apprend, par exemple, que 80 % des personnes travaillant dans la culture gagnent moins de 15 000 euros par an, la réaction la plus courante est l’étonnement, avant même l’indignation, parce qu’il s’agit précisément d’une réalité qui a longtemps été laissée dans l’ombre. Et c’est aussi pour cette raison que nous avons décidé de lancer l’enquête La face cachée du patrimoine culturel.

Ces chiffres sont frappants, ajoute Pietrangelo. Nous nous demandons pourquoi personne ne vérifie cela ? Pourquoi, malgré l’existence d’un contrat spécifique, d’un bon contrat, n’est-il pas appliqué par la loi ? Il est absurde que seuls les intérêts des entreprises culturelles soient toujours servis. Qui protège et défend les travailleurs ?

Les données de Mi Riconosci seront présentées dans un calendrier de réunions à travers l’Italie : les premières dates sont le 4 novembre à Viterbo, le 5 à Rome, le 8 à Ancône, le 13 à Matera et Cagliari, le 14 à Padoue, tandis que d’autres réunions seront annoncées prochainement sur la page Facebook du mouvement. Trois demandes formulées par les professionnels de la culture ressortent également de l’enquête : une réglementation limitant le recours au bénévolat, une nouvelle réglementation révisant les critères des appels d’offres et de l’externalisation, et l’applicabilité du droit à la convention collective nationale de travail pour les travailleurs du secteur de la culture. “Il y a un projet de loi, ajoute M. Lunardon, que nous avons présenté et qui a longtemps été ignoré, mais en continuant à parler du sujet et en cherchant à attirer l’attention des médias, nous réitérons le fait que la nécessité de réglementer le bénévolat est de plus en plus évidente. Par ailleurs, une nouvelle grande partie de nos problèmes et de nos conditions de travail découlent précisément de l’externalisation, du système de sous-traitance qui n’offre aucune protection aux travailleurs. Enfin, nous demandons également des règles pour l’application des contrats collectifs nationaux : le contrat de Federculture, qui existe, n’est appliqué que dans 7 % des cas”.

Notre enquête, conclut M. Pietrangelo, bien que basée sur un petit échantillon, est néanmoins significative. Et nous sommes très surpris qu’une telle analyse n’ait pas été menée et demandée par ceux qui devraient contrôler et protéger nos conditions de travail. Nous attendons maintenant une position ferme de la part des politiciens et du ministre, ainsi que l’élaboration de lois raisonnables".

Surqualifiés, exploités, mal payés. 8 travailleurs culturels sur 10 gagnent moins de 15 000 euros par an.
Surqualifiés, exploités, mal payés. 8 travailleurs culturels sur 10 gagnent moins de 15 000 euros par an.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.