Pompéi, voilà à quoi ressemblait un bar antique. Fin des fouilles de la thermopole découverte en 2019


A Pompéi, les travaux sur le thermopolis découvert en 2019 ont été achevés et l'ensemble de la décoration de la pièce a été mise en lumière.

À Pompéi, les travaux sur les fresques du termopolium, le “diner” de la ville antique, qui a réapparu en mars 2019, touchent à leur fin. L’année dernière, la structure commerciale n’avait été que partiellement étudiée dans le cadre des travaux du Great Pompeii Project visant à sécuriser et à consolider les fronts de fouille historiques, mais les travaux, compte tenu de l’importance de la pièce et de ses décorations, se sont poursuivis dans le but de faire remonter à la surface l’ensemble de la configuration des lieux. Les thermopoles, lieux où l’on servait des aliments et des boissons chauds, conservés dans de grandes dolia (jarres) encastrées dans le comptoir en maçonnerie, étaient très répandus dans le monde romain, où l’on avait l’habitude de consommer le prandium (le repas) en dehors de la maison. Rien qu’à Pompéi, on en dénombre environ quatre-vingts. Celle qui vient d’être étudiée se situe à la jonction de la ruelle des Noces d’argent et de la ruelle du Balcon. Les fouilles ont donc été achevées et les résultats ont été annoncés aujourd’hui.

De grande valeur, en particulier, sont les décorations du comptoir, les premières à émerger de la fouille, qui présentent sur le devant l’image d’une Néréide, ou nymphe de la mer, à cheval, et sur le petit côté l’illustration de la boutique elle-même, sous la forme d’une enseigne : ce sont les décorations qui avaient déjà été connues l’année dernière. Lors de la nouvelle phase de fouilles, d’autres décors apparus sur le dernier bras de comptoir ont été mis au jour : il s’agit de natures mortes et de représentations d’animaux, qui étaient probablement abattus et vendus sur place. Des fragments d’os, appartenant aux mêmes animaux, ont également été trouvés à l’intérieur de récipients taillés dans l’épaisseur du comptoir et contenant des aliments à vendre. Les décors montrent, par exemple, deux canards présentés à l’envers, prêts à être préparés et mangés, un coq et un chien en laisse. Sur le cadre qui entoure la représentation du chien, on a trouvé une inscription graffitée, Nicia cineadecacator, qui s’adresse à un certain Nicia en le qualifiant de “chieur inversé” (il s’agirait d’une plaisanterie faite à une personne qui travaillait dans le thermopole).

Selon l’anthropologue Valeria Amoretti, qui a participé aux fouilles, les premières analyses confirment que les peintures du comptoir représentent, au moins en partie, les aliments et les boissons effectivement vendus à l’intérieur du thermopole : deux canards sont représentés sur les peintures du comptoir et un fragment d’os de canard a été retrouvé à l’intérieur d’un des récipients, ainsi que des porcs, des chèvres, des poissons et des escargots terrestres, ce qui témoigne de la grande variété des produits animaux utilisés dans la préparation des plats. Les premières analyses archéobotaniques ont révélé des fragments de chêne à feuilles caduques, probablement des éléments structurels du comptoir. Sur le fond d’un dolio (identifié comme récipient à vin sur la base de la bouteille à boire trouvée à l’intérieur), la présence de fèves, intentionnellement fragmentées/broyées, a été identifiée. Le cuisinier Apicius, dans son traité De re Coquinaria (I,5) nous en donne la raison, affirmant qu’elles étaient utilisées pour modifier le goût et la couleur du vin, en le blanchissant.

Des ossements humains de victimes de l’éruption du Vésuve ont également été trouvés sur le site, probablement dérangés par les fouilleurs clandestins qui fréquentaient le site au cours des siècles passés. Un squelette de chien complet, d’une hauteur de 20 à 25 centimètres à l’épaule, a également été découvert dans l’angle entre les deux portes (ce qui n’est pas si courant, car les Romains préféraient les chiens de grande taille, mais ils pouvaient aussi choisir des chiens de petite taille). En outre, on a trouvé du matériel de garde-manger et de transport: neuf amphores, une patera en bronze, deux flacons et une olla de vaisselle commune. Le sol de toute la salle est constitué d’une couche de cocciopesto (revêtement imperméable composé de fragments de terre cuite), dans laquelle ont été insérés à certains endroits des fragments de marbre polychrome (albâtre, bénitier, brèche verte et bardiglio).

"Grâce à un travail d’équipe, qui a nécessité une législation et la qualité des personnes, a déclaré le ministre des Biens culturels , Dario Franceschini, Pompéi est aujourd’hui présentée dans le monde entier comme un exemple de protection et de gestion, redevenant l’un des lieux les plus visités d’Italie où l’on effectue des recherches, où l’on poursuit les fouilles et où l’on fait d’extraordinaires découvertes comme celle-ci".

En plus d’être un nouveau témoignage de la vie quotidienne à Pompéi", explique Massimo Osanna, directeur général par intérim du Parc archéologique de Pompéi, “les possibilités d’analyse de cette thermopolis sont exceptionnelles, car pour la première fois un tel environnement a été fouillé dans son intégralité et il a été possible d’effectuer toutes les analyses que permettent les technologies d’aujourd’hui”. Les matériaux trouvés ont en effet été fouillés et étudiés sous toutes leurs coutures par une équipe interdisciplinaire composée d’un anthropologue physique, d’un archéologue, d’un archéobotaniste, d’un archéozoologue, d’un géologue et d’un volcanologue. Les matériaux seront analysés en laboratoire et, en particulier, les restes trouvés dans les dolia (récipients en terre cuite) du comptoir, fourniront des données exceptionnelles pour comprendre ce qui était vendu et quel était le régime alimentaire".

Pompéi, voilà à quoi ressemblait un bar antique. Fin des fouilles de la thermopole découverte en 2019
Pompéi, voilà à quoi ressemblait un bar antique. Fin des fouilles de la thermopole découverte en 2019


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.