Découverte importante à Lucques : deux œuvres inédites de Matteo Civitali. Exposées à la Villa Guinigi


Deux œuvres de Matteo Civitali, grand protagoniste de la Renaissance lucquoise, ont été découvertes à Lucques : elles sont désormais exposées au Musée national de Villa Guinigi.

À partir du 14 mai 2021 et jusqu’en mai 2022, le Musée national de Villa Guinigi à Lucques exposera deux œuvres inédites de Matteo Civitali (Lucques, 1436 - 1502), découvertes par Valentino Anselmi, historien de l’art officiel en service à la Soprintendenza ABAP pour les provinces de Lucques et de Massa Carrara, dans le cadre du projet conjoint de la Fondazione Banca del Monte di Lucca, qui s’est chargée de la restauration et de l’installation, de la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio pour les provinces de Lucques et de Massa Carrara, et de la Direzione Regionale dei Musei della Toscana, qui accueille l’exposition temporaire au Museo Nazionale di Villa Guinigi. L’exposition, intitulée Nuovi studi su Matteo Civitali. Le Salvator Coronatus de Santa Maria Corteorlandini et la Vierge à l’Enfant de Colle di Compito, présente les deux nouvelles œuvres avec d’autres œuvres importantes afin de permettre des comparaisons utiles.

La première œuvre redécouverte (et ce grâce à... des empreintes digitales ) est le Salvator Coronatus, une sculpture en terre cuite de l’église de Santa Maria Corteorlandini qui était restée sans attribution pendant des siècles. L’intuition de l’historien de l’art Anselmi et les tests scientifiques menés par le RIS de Rome ont révélé la véritable identité de l’auteur : Matteo Civitali. En effet, ce sont les empreintes digitales retrouvées sur l’œuvre qui ont permis d’en déterminer la “paternité”, jetant ainsi les bases de cette exposition qui met cette “œuvre redécouverte” en dialogue avec les autres œuvres de Civitali déjà conservées au Musée national de Via della Quarquonia. La seconde œuvre est une Vierge à l’Enfant provenant d’un sanctuaire votif de Colle di Compito (un hameau de Capannori).

Le parcours qui a mené à cette découverte remonte au début de l’année 2018, lorsque Valentino Anselmi, après avoir effectué une inspection dans l’église Santa Maria Corteorlandini de Lucques, s’est rendu dans l’atelier de Vittorio Pascucci, où il a repéré une sculpture représentant un buste du Christ avec la couronne d’épines(Salvator Coronatus) qui, de loin, paraissait être en bronze. En s’approchant, il remarque immédiatement sa très grande qualité et, après l’avoir palpée et observée de près, il se rend compte qu’il se trouve devant une sculpture en terre cuite de la Renaissance réalisée par Matteo Civitali, qui, à une date ultérieure, probablement au cours du XIXe siècle, aurait été patinée pour lui donner l’apparence d’une sculpture en bronze. La référence à Civitali, l’artiste de la Renaissance le plus important de Lucques, a été corroborée par certaines preuves archivistiques, puisqu’il est apparu que l’église de Santa Maria Corteorlandini possédait deux bustes de cet artiste : l’un représentant un Christ avec une couronne d’épines et l’autre représentant la Vierge Marie (qui ne se trouve plus dans l’église). Les preuves documentaires confirment l’analyse stylistique d’Anselmi, puisque la sculpture en terre cuite est comparable aux saints exécutés par Civitali pour l’autel-arche de San Regolo dans la cathédrale de San Martino à Lucques et à deux sujets similaires, l’un en marbre et l’autre en terre cuite, qui se trouvent au Musée national de Villa Guinigi.

Le Salvator Coronatus
Le Salvator Coronatus


Vierge à l'enfant (au centre)
La Vierge à l’enfant (au centre)

“Préserver, valoriser et rendre utilisable ce riche patrimoine artistique et documentaire de la ville/état de Lucques sont trois actions précises qui caractérisent la mission de la Fondazione Banca del Monte di Lucca sur son propre territoire ”, explique Oriano Landucci, président de la Fondazione Banca del Monte di Lucca. “En réalité, aux trois actions décrites ci-dessus, il faut en ajouter une autre qui, par sa nature et peut-être aussi par son importance, précède les autres : il s’agit de savoir trouver et reconnaître les œuvres d’art et les objets de notre histoire qui se trouvent tout autour de nous. Cette action est fondamentale pour qu’une partie du patrimoine historique et artistique de notre ville ne soit pas définitivement dispersée, mais revienne témoigner de la vérité et de la beauté de notre passé”.

“Valentino Anselmi a repris le soupir d’une œuvre endormie et, en la reconnaissant, l’a réveillée”, explique Angela Acordon, surintendante de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage pour les provinces de Lucques et de Massa Carrara. “Mais il n’était pas satisfait, il voulait connaître son histoire et il voulait nous la raconter, en travaillant pour que cette histoire devienne celle de tous. C’est ainsi qu’il a construit, avec une patience ferme, tenace et sereine, le merveilleux parcours que cette exposition nous raconte et qui voit collaborer non seulement les institutions du ministère de la culture, mais aussi la direction régionale des musées de Toscane, le ministère de l’éducation nationale et le ministère de la culture : la Direction régionale des musées de Toscane, la Surintendance de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage pour les provinces de Lucques et de Massa Carrara et le Commandement des carabiniers pour la protection des biens culturels de Florence, mais aussi des institutions aux compétences plus larges et plus diverses, comme les carabiniers du Département des enquêtes scientifiques de Rome, qui, pour une fois, sont partis à la recherche, je pense avec plus de joie, non pas des traces d’un crime, mais de celles d’un artiste. Une combinaison de compétences techniques qui, grâce à la généreuse contribution de la Fondazione Banca del Monte di Lucca, catalyseur de l’initiative, a permis la restauration, habilement réalisée par le Laboratorio ”Lo Studiolo" de Lucques, et l’exposition d’une œuvre importante de Matteo Civitali, l’image douloureuse et poignante, mais délicate, d’un Salvator Coronatus, que Lucques en particulier et l’histoire de l’art en général ne savaient pas (encore) posséder.

Le musée national de Villa Guinigi s’enrichit donc de deux nouvelles œuvres du maître lucquois dans la nouvelle exposition temporaire au projet innovant et durable, conçu par l’architecte Nicola Nottoli et réalisé par l’entreprise lucquoise Allestend. C’est avec une grande satisfaction que le Musée National de Villa Guinigi, conformément à sa mission culturelle, accueille cette exposition ", souligne Stefano Casciu, Directeur Régional des Musées de Toscane, “ qui est le résultat d’une collaboration efficace entre les institutions publiques et privées qui travaillent quotidiennement à la protection et à la promotion du patrimoine historique et artistique de ce territoire ”. À la Fondazione Banca del Monte, à Valentino Anselmi et à Giulia Coco, qui au sein de la Direction Régionale des Musées de Toscane suit avec beaucoup d’engagement les musées de Lucques, j’adresse mes remerciements les plus sincères pour cette exposition, dont la mise en place dans la salle de Villa Guinigi dédiée à Matteo Civitali semble particulièrement opportune pour approfondir et améliorer notre connaissance de cet extraordinaire sculpteur".

"L’exposition, explique Valentino Anselmi, présente au public le Salvator Coronatus inédit de Santa Maria Corteorlandini placé à côté de deux sujets similaires, propriété de la Fondazione Cassa di Risparmio di Lucca mais exposés au Musée national de Villa Guinigi. Afin de comprendre l’origine flamande de leur iconographie, deux peintures seront placées à côté des trois bustes dans le parcours de l’exposition spécialement créé : un Salvator Coronatus de Hans Memling (de Gênes, Musei di Strada Nuova, Palazzo Bianco) et une Mater Dolorosa, qui est une copie de Memling, exécutée par un artiste florentin appartenant probablement au cercle du Pérugin (de Florence, Galerie des Offices), ainsi qu’une reproduction du Buste du Christ à la couronne d’épines de Beato Angelico (œuvre originale conservée à Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori)".

La présence dans l’exposition du Vir Dolorum en bois polychrome que Matteo Civitali a sculpté en 1487 pour l’oratoire de la confrérie disciplinée de San Lorenzo ai Servi à Lucques a été jugée fondamentale pour illustrer l’évolution stylistique du maître lucquois et pour mettre en évidence les légères différences entre le Salvator Coronatus de Santa Maria Corteorlandini et l’œuvre de 1487 conservée par la Fondazione Cassa di Risparmio di Lucca, qui présente certainement plus de points de contact avec l’œuvre en bois de la fin de la neuvième décennie du XVe siècle. La restauration de l’œuvre Salvator Coronatus a été réalisée par “Lo Studiolo” de Luigi Colombini, Maddalena Lazzareschi et Lucia Ricciarelli, grâce à la contribution de la Fondazione Banca del Monte di Lucca.

La Vierge à l’Enfant inédite de Colle di Compito sera comparée à deux sujets similaires, provenant respectivement de la loggia de la Corte dei Mercanti et de l’église Sant’Andrea in Pelleria, toutes deux à Lucques. En dialogue avec ces œuvres, un Christ eucharistique en terre cuite, qui partage avec les trois reliefs le fait d’être stylistiquement dépendant des figures présentes dans le Monument funéraire de Pietro da Noceto, réalisé par Civitali pour la cathédrale de San Martino entre 1468 et 1472 environ. C’est également l’occasion de valoriser le Christ eucharistique susmentionné, volé par les troupes nazies en février 1944 dans l’église de Santa Maria della Rosa et heureusement récupéré fin 2017 par le Nucleo Tutela Patrimonio Culturale des Carabiniers de Florence dans le cadre d’une enquête judiciaire menée par le Parquet de Lucques, et désormais conservé au Musée national de Villa Guinigi à Lucques.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue, publié par Maria Pacini Fazzi, édité par Valentino Anselmi. Accès à l’exposition : jours, heures d’ouverture et modalités de visite Mardi et jeudi de 9h00 à 19h30 (dernière entrée à 18h00). Mercredi, 12h00 - 19h30 (dernière admission 18h00). Du 15 mai au 12 juin 2021 Les vendredis et samedis de 9h00 à 19h30 (dernière admission à 18h00), à partir du 13 juin de 12h00 à 19h30 (dernière admission à 18h00). 1er et 3ème dimanche du mois 9h00 - 19h30 (dernière entrée 18h00). Fermé : les lundis, les 2e, 4e et 5e dimanches du mois, le 1er janvier et le 25 décembre. Billets : plein tarif 4,00 € - tarif réduit 2,00 €. Un maximum de 12 personnes peut entrer au musée en même temps, sur réservation téléphonique obligatoire au +39 0583 496033, du lundi au vendredi de 8h30 à 11h30. La réservation est également obligatoire pour les visites guidées autorisées pour des groupes de 6 personnes maximum, y compris le guide, avec écouteurs.

Découverte importante à Lucques : deux œuvres inédites de Matteo Civitali. Exposées à la Villa Guinigi
Découverte importante à Lucques : deux œuvres inédites de Matteo Civitali. Exposées à la Villa Guinigi


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.