Praemium Imperiale 2018, voici les biographies de tous les lauréats du prix d'art le plus important au monde.


Pierre Alechinsky, Fujiko Nakaya, Riccardo Muti, Christian de Portzamparc et Catherine Deneuve : voici les profils des lauréats du Praemium Imperiale 2018.

Comme nous l’avions déjà annoncé, les lauréats de la 30e édition du Praemium Imperiale, le prix d’art le plus important au monde, ont été présentés aujourd’hui : il s’agit de Pierre Alechinsky pour la peinture, Fujiko Nakaya pour la sculpture, Riccardo Muti pour la musique, Christian de Portzamparc pour l’architecture et Catherine Deneuve pour le théâtre/cinéma. La bourse Praemium Imperiale 2018 a été attribuée à la Shakespeare Schools Foundation. Dans cet article, voici les profils de tous les lauréats.

Pour la peinture : Pierre Alechinsky (Belgique / France). Né à Bruxelles le 19 octobre 1927. Vit et travaille à Bougival, en France.
Pierre Alechinsky Pierre Alechinsky est un artiste contemporain de renommée internationale, né à Bruxelles en 1927. Dès 1944, il étudie les techniques d’illustration et de typographie à l’école de La Cambre à Bruxelles. En 1949, il rejoint le groupe d’art d’avant-garde “CoBrA” (1948-1951) et s’installe ensuite à Paris. Il entretient une relation étroite avec Shiryu Morita, le leader du groupe de calligraphes Bokubi (Kyoto). Il se rend pour la première fois au Japon en 1955 et réalise le film Calligraphie Japonaise. Sous l’influence de Walasse Ting, rencontré à Paris en 1954, il commence à utiliser l’encre de Chine et les pinceaux chinois. En 1965, il commence à utiliser la peinture acrylique en marginalia, sur du papier posé sur la toile. En 1977, il reçoit le prix Andrew W. Mellon au Carnegie Institute de Pittsburg (Pennsylvanie, États-Unis). Depuis les années 1950, il a produit un nombre considérable de gravures (eaux-fortes, lithographies). D’innombrables expositions dans les musées du monde entier ont montré la richesse et la variété de son œuvre. Il a récemment reçu la nationalité française. En 2016-2017, il a tenu ses premières grandes expositions rétrospectives à Tokyo et Osaka, organisées pour commémorer le 150e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Belgique et le Japon. Il est le premier citoyen belge et français à recevoir le Praemium Imperiale.

Pour la sculpture : Fujiko Nakaya (Japon). Née à Sapporo, Hokkaido (Japon) le 15 mai 1933
Fujiko Nakaya Connue dans le monde entier comme l’“artiste du brouillard”, Fujiko Nakaya est diplômée de l’école d’art de l’université Northwestern, dans l’Illinois, aux États-Unis. Après avoir réalisé ses premières peintures, elle rejoint en 1966 le groupe expérimental E.A.T., dont l’objectif est de promouvoir la collaboration entre l’art et la technologie. Dans le cadre de son travail avec ce groupe, il a présenté sa première “sculpture de brouillard”, créée à l’aide de brouillard artificiel, dans le pavillon Pepsi lors de l’exposition d’Osaka de 1970. Les différentes œuvres de Nakaya, installées dans plus de 80 lieux à travers le monde sous diverses formes - sculptures environnementales créées à partir de brouillard d’eau pure, installations, performances - fonctionnent toutes comme des moyens de relier les êtres humains à la nature. L’intérêt de l’artiste pour l’environnement a été fortement influencé par son père, le physicien expérimental Ukichiro Nakaya (1900-1962), qui a créé le premier cristal de neige artificiel au monde. Dans les années 1970, il réalise des œuvres vidéo qui jettent un regard aigu sur la société. En 1980, il a fondé la Video Gallery Scan, qui favorise les échanges avec des artistes non japonais et s’efforce de découvrir et de soutenir de jeunes vidéastes japonais. L’année dernière, il a présenté une œuvre faite de brouillard dans le nouveau bâtiment de la Tate Modern à Londres. L’année prochaine, il travaillera sur d’autres projets ambitieux au Japon, aux États-Unis et aux Pays-Bas. La première grande rétrospective de l’œuvre de Nakaya sera présentée à l’Art Tower Mito, au Japon, d’octobre à janvier 2019.

Pour l’architecture : Christian de Portzamparc (France). Né à Casablanca (Maroc) le 9 mai 1944
Christian de Portzamparc Christian de Portzamparc, architecte et urbaniste, a été le premier Français à remporter le prix Pritzker d’architecture à l’âge de 50 ans. Son style architectural imaginatif est reconnu pour ses caractéristiques distinctives : l’audace de ses conceptions, son approche artistique et sa créativité en tant qu’aquarelliste. Ses projets de salles de concert et ses interventions dans le domaine de l’urbanisme sont particulièrement appréciés. Il a étudié l’architecture à Paris et à New York et s’est fait connaître grâce à la création de l’ensemble immobilier Les Hautes Formes à Paris et au projet de grande envergure commandé par le président François Mitterrand, la Cité de la musique (1995), qui comprenait la conception de salles de concert de différentes tailles, d’un musée de la musique et de nombreux autres espaces. Parmi ses œuvres les plus importantes figurent Nexus II (1991), un complexe résidentiel à Fukuoka, au Japon, la tour LVMH (1999) et deux gratte-ciel (2015) à New York, la Philharmonie Luxembourg (2005), la Cidade das Artes (2013), un complexe culturel à Rio de Janeiro, et la Paris La Défense Arena (2017), un stade couvert à Nanterre, en banlieue parisienne. Il travaille actuellement sur des projets de grande envergure, comme à Casablanca pour le plus grand théâtre d’Afrique, et en Chine, pour l’Opéra de Shanghai et le Centre culturel de Suzhou, dont l’achèvement est prévu en 2019.

Pour la musique : Riccardo Muti. Né à Naples le 28 juillet 1941
Riccardo Muti Riccardo Muti a étudié le piano au Conservatorio di San Pietro a Majella à Naples et a poursuivi ses études au Conservatorio Giuseppe Verdi à Milan, où il a obtenu un diplôme de composition et de direction d’orchestre avec mention. En 1967, le jury du concours “Cantelli” de Milan lui décerne à l’unanimité la première place, ce qui le fait connaître de la critique et du public. Chef d’orchestre parmi les plus éminents de notre époque, il a dirigé les orchestres les plus prestigieux du monde. Au début de sa carrière, il a été directeur musical du Maggio Musicale Fiorentino, du Philharmonia Orchestra de Londres, du Philadelphia Orchestra et du Teatro alla Scala. Il est actuellement directeur musical de l’Orchestre symphonique de Chicago. Il est également associé depuis longtemps à l’Orchestre philharmonique de Vienne et au Festival de Salzbourg. Tout au long de sa carrière, il s’est consacré à la formation de jeunes musiciens, fondant en 2004 l’Orchestra Giovanile Luigi Cherubini, composé de jeunes musiciens de toute l’Italie. Plus récemment, il a créé la Riccardo Muti Italian Opera Academy pour les jeunes chefs d’orchestre, chefs d’orchestre adjoints et chanteurs, qui a vu le jour en 2015. L’objectif de l’Académie est de transmettre l’expérience et les enseignements du Maestro et de former les jeunes à l’opéra italien. Muti a reçu d’innombrables prix internationaux et plus de vingt diplômes honorifiques d’universités italiennes et étrangères. Sa vaste discographie, enrichie par les nombreux prix qu’il a reçus, s’étend du répertoire symphonique et opératique classique aux compositions contemporaines.

Pour le théâtre/cinéma : Catherine Deneuve (France). Née à Paris le 22 octobre 1943
Catherine Deneuve Catherine Deneuve est l’une des plus grandes actrices françaises. Née à Paris, fille de deux comédiens de théâtre, elle commence sa carrière en jouant dans des films alors qu’elle est au lycée. Elle conquiert la scène mondiale en incarnant une délicieuse héroïne dans la comédie musicale Les Parapluies de Cherbourg (1964) de Jacques Demy. En plus d’un demi-siècle, elle a joué dans plus d’une centaine de films. Parmi ses films majeurs, citonsBelle de jour (1967) de Luis Buñuel et 8 femmes et un mystère(2002) de François Ozon. Elle a reçu à deux reprises le César de la meilleure actrice pour ses prestations dans LeDernier Métro (1980) de François Truffaut, le plus grand représentant de la Nouvelle Vague, et Indochine(1992) de Régis Wagnier. Elle a reçu la Coppa Volpi de la meilleure interprétation féminine au Festival international du film de Venise pour Place Vendôme (1998). Elle est également engagée socialement. Cette année, elle a exprimé ses doutes sur le mouvement “ #MeToo ”, provoquant des remous dans le monde entier.

Bourse Praemium Imperiale 2018 pour jeunes artistes : Shakespeare Schools Foundation (Royaume-Uni), sélectionnée par Christopher Patten, conseiller international de Praemium Imperiale.
La Shakespeare Schools Foundation (SSF) est une organisation caritative britannique engagée dans la culture et l’éducation. Depuis 2000, elle organise le Shakespeare Schools Festival, le plus grand festival de théâtre pour la jeunesse au monde. En permettant aux jeunes de s’engager dans la langue et les histoires intemporelles de William Shakespeare, la Fondation les aide à acquérir l’estime de soi et la confiance dont ils ont besoin pour grandir et réussir. Le festival, qui se tient chaque automne, rassemble environ 30 000 élèves âgés de 7 à 18 ans provenant de 1 000 écoles du Royaume-Uni, y compris des élèves issus de minorités ethniques ou vivant dans la pauvreté, ainsi que des jeunes ayant des besoins éducatifs particuliers. Pendant deux mois, les pièces de Shakespeare, telles que Macbeth, Roméo et Juliette, La Tempête, sont mises en scène sous une forme abrégée dans plus de 130 théâtres professionnels. Au cours des 17 dernières années, plus de 250 000 jeunes ont participé au festival dans tout le Royaume-Uni. En 2016, pour commémorer le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare, des jeunes se sont produits dans divers lieux, dont l’abbaye de Westminster. Certaines des personnalités les plus éminentes du monde du théâtre, dont Sir Tom Stoppard et Dame Judi Dench, ont tenu à apporter leur soutien au festival. L’organisation a reçu le statut de fondation en 2016.

Praemium Imperiale 2018, voici les biographies de tous les lauréats du prix d'art le plus important au monde.
Praemium Imperiale 2018, voici les biographies de tous les lauréats du prix d'art le plus important au monde.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.