Le Lake Ledro Pile-Dwelling Museum fête ses 50 ans: de nombreux événements pour célébrer l'événement


Le musée des palafittes du lac Ledro, fondé en 1972, fête ses cinquante ans et se prépare à un été d'événements pour célébrer la naissance de l'un des plus importants musées italiens consacrés à la préhistoire.

Le musée des palafittes du lac Ledro, fondé dans le Trentin autour du site des palafittes de l’âge du bronze inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, fête cette année ses 50 premières années d’existence et se prépare à célébrer l’événement. L’annonce Ledro 50. Dove la preistoria è più blu (Là où la préhistoire est la plus bleue ) rappelle l’ancien lien entre les populations sur pilotis et le bassin lacustre qui, en 1929, a rendu aux habitants de Ledro et au monde entier un village suspendu sur plus de 10 000 pilotis. Pour célébrer son demi-siècle d’existence, l’antenne satellite du MUSE - Musée des sciences de Trente a mis au point un calendrier complet d’événements qui animeront les rives du lac de juillet à septembre avec des concerts, des visites nocturnes et des activités “paléolithiques”.

Le musée, centre culturel vivant capable de rendre la préhistoire “pop”, d’ouvrir de nouveaux réseaux de relations à l’intérieur et à l’extérieur du territoire et de raconter la vie quotidienne à l’âge du bronze avec des langages toujours nouveaux, a été entièrement rénové en 2019, obtenant la certification d’éco-durabilité LEED® niveau “GOLD”. Le musée propose, parmi les reconstructions et les vestiges originaux du village sur pilotis (2.200-1350 av. J.-C.), un voyage dans le temps à la découverte de nos ancêtres préhistoriques. Pour plus d’informations, visitez le site web du Lake Ledro Pile-Dwelling Museum.

Musée des pieux du lac Ledro
Musée des palafittes du lac Ledro. Photo de Jacopo Salvi
Musée des pieux du lac Ledro
Musée des maisons sur pilotis du lac Ledro.
Photo de Jacopo
Salvi
Musée des pieux du lac Ledro
Musée des pieux du lac Ledro.
Photo de
Jacopo
Salvi

L’histoire du musée des palafittes du lac Ledro

Le Pile-Dwelling Museum du lac Ledro a été fondé le 24 septembre 1972 en tant qu’antiquarium, c’est-à-dire en tant que conteneur et exposition d’objets pour protéger le site archéologique découvert en 1929 lorsque le niveau du lac a été abaissé pour les travaux de raccordement à la centrale hydroélectrique de Riva del Garda. De manière inattendue, une étendue de plus de dix mille pieux est apparue sur la rive sud, témoignant de l’un des plus grands sites préhistoriques découverts en Italie à l’époque, et l’un des plus importants - encore aujourd’hui - en Europe. La découverte a immédiatement eu un grand retentissement. Les premiers prélèvements ont eu lieu dès 1929, tandis que la campagne de fouilles la plus importante a été celle dirigée par Raffaello Battaglia en 1937, qui a exploré une zone d’environ 4 000 mètres carrés2 et a mis au jour plus de 12 000 pieux et de nombreuses découvertes. Par la suite, le site a été soumis à d’autres recherches afin de reconstruire la stratigraphie, d’interpréter la structure de l’établissement et de récupérer d’autres matériaux, également à des fins muséographiques. L’intérêt était tel qu’il a provoqué l’arrivée de nombreux visiteurs qui ont commencé à fréquenter la zone archéologique non seulement par curiosité, mais aussi pour gagner de l’argent: de véritables “chasses au trésor” ont souvent été organisées pour collecter des souvenirs ou pour vendre des trouvailles aux touristes et aux passionnés. Même la mise en place d’un service de surveillance n’a pas mis fin à ce processus de spoliation. C’est pourquoi, grâce également à la prise de conscience de l’administration communale, à partir du milieu des années 50, on a commencé à envisager la construction d’un bâtiment muséal devant la zone archéologique. L’objectif était double: d’une part, sauvegarder le contexte archéologique et dissuader ceux qui voulaient pénétrer dans la zone des découvertes ; d’autre part, mettre en valeur le site et offrir une attraction culturelle.

Grâce également à l’intérêt du Museo Tridentino di Scienze Naturali, l’actuel MUSE, le projet final a été élaboré par l’architecte vénitien Marcello Piovan. Les travaux ont été réalisés presque exclusivement par des artisans et des entreprises locales, tandis que l’aménagement a été supervisé par le directeur du Musée tridentin des sciences naturelles de l’époque, Gino Tomasi, et par le professeur Bernardino Bagolini. Le musée a été inauguré le 24 septembre 1972 et, après son ouverture, le premier gardien, Pietro Risatti, a été engagé et a vécu dans un petit appartement à côté du musée jusqu’à sa retraite. L’idée de construire le musée en plein air à côté du site archéologique a été soutenue et proposée dès le début, un élément qui a permis à Ledro d’avoir, comme peu d’autres, une position privilégiée parmi les sites sur pilotis de l’Unesco. Il y avait également une forte volonté de considérer de manière transparente la relation entre le bâtiment, le paysage, les objets et les visiteurs: le bâtiment se présentait comme une grande “vitrine des vitrines” qui ne posait aucune barrière visuelle et qui était en relation directe avec l’environnement et le site archéologique. En même temps, l’importance de l’espace extérieur a été comprise, à tel point qu’une reconstruction de la zone archéologique a été prévue, en restaurant les poteaux et en créant un système de passerelles. À cela s’ajoute la prise de conscience, dont le directeur du Musée tridentin des sciences naturelles de l’époque, Gino Tomasi, a le mérite, que ce n’est qu’en responsabilisant le local, en investissant dans un signe tangible utilisable par tous, que l’on peut passer de la séparation à la participation, en reconnaissant ainsi le droit des territoires à prendre soin et à s’identifier à leur propre patrimoine culturel.

Au cours de la deuxième phase, le musée subit davantage de changements et l’attention se déplace de plus en plus de l’objet archéologique vers le visiteur et la relation avec le territoire. L’activité la plus représentative de ce moment de transition est le premier goûter préhistorique. Automne 1995: les élèves de l’école secondaire de Bezzecca entrent au musée avec une approche différente, celle de l’apprentissage par la pratique, afin d’acquérir une nouvelle façon de connaître et de revivre le passé. C’est ainsi que débutent les premières activités d’archéologie imitative pour les écoles et les touristes, qui positionnent Ledro à la fois comme l’émanation méridionale d’un système de “musées en plein air” en Europe centrale et comme un modèle pionnier au niveau national, pour la manière dont il aborde le monde de la didactique, de l’animation éducative et de l’hospitalité. Ledro se présente comme un petit musée et ce facteur a en fait constitué une opportunité: d’une part, il a stimulé la recherche de nouvelles activités pour enrichir la visite, d’autre part, il a permis un contact plus direct avec le public. Le succès a été tel que le besoin s’est rapidement fait sentir de recruter du personnel et de créer de nouveaux espaces pour améliorer l’offre éducative et l’accueil des classes. En 2001, le Ledrolab a été inauguré: la municipalité de Molina a rénové et mis à la disposition du musée un bâtiment inutilisé depuis un certain temps, le transformant en espace d’accueil pour les écoles. Puis, en 2006, la naissance du village reconstitué marque un nouveau tournant: l’accent est de plus en plus mis sur l’émotion et la surprise avec des activités basées sur le conte et l’animation pédagogique, comme la Fête du village et la Préhistoire vivante.

Enfin, en 2018-2019, le musée a fait l’objet d’une rénovation en profondeur qui a modifié et renouvelé ses espaces intérieurs et extérieurs. Le projet, qui est le résultat d’au moins une décennie d’“activités préparatoires” consistant en des avant-projets, des groupes de discussion, la collecte de FAQ de visiteurs et l’attention portée à la manière dont les visiteurs “utilisent” le musée, répond à la nécessité de s’aligner, d’un point de vue structurel, sur la vivacité qui s’exprime dans les activités territoriales, dans la création de réseaux nationaux et internationaux, et dans la mise en œuvre de stratégies culturelles et économiques. La restauration du bâtiment, l’ajout du nouveau bloc de verre (qui étend les espaces à un total de 421 mètres carrés) et la construction d’une nouvelle structure de pergola extérieure sont le résultat d’un ajustement structurel nécessaire, offrant de nouveaux espaces pour les conférences, les concerts, les activités éducatives et les expositions temporaires, et créant ainsi un nouvel environnement non seulement pour les objets, mais aussi pour les personnes.

Musée des pieux du lac Ledro
Musée de l’habitat sur pilotis du lac Ledro. Photo de Jacopo Salvi
Musée des pieux du lac Ledro
Musée des pieux du lac Ledro.
Photo de Jacopo
Salvi
Musée des pieux du lac Ledro
Musée de la maison sur pilotis du lac Ledro.
Photo de
Jacopo
Salvi

Les événements du 50e anniversaire du musée

Tout commence avec le festival d’été Palafittando, qui en est à sa 26e édition: le programme - un carnet riche de plus de 150 événements - se concentre sur les célébrations du 50e anniversaire qui animeront l’été de Ledro. À partir du samedi 9 juillet, les rives du lac Ledro - petit joyau des lacs du Trentin d’où émergent les vestiges originaux d’habitations de l’âge du bronze - et la zone environnante, parsemée de sites d’intérêt historique, archéologique et naturaliste qui constituent le Rete Museale Ledro (ReLED), s’animeront avec des événements musicaux, des visites guidées (en italien et en allemand), des ateliers “biodiversité” et des approfondissements historiques et scientifiques. L’ouverture officielle de Palafittando 2022 est confiée au retour des Palafittiadi: après une interruption de deux ans due à la pandémie, les Olympiades préhistoriques, défis préhistoriques de tir à l’arc, de travail de l’argile et de tissage, reviendront le samedi 9 juillet à 14 heures. Le jour férié de la mi-août sera le point d’orgue des célébrations du 50e avec un double événement: le dimanche 14 août à 22 heures, l’événement Time Machine - Prehistory on Water, un spectacle avec des écrans d’eau et la cérémonie de remise des prix pour le concours Gagnez une nuit sur un pieu ! Le lundi 15 août à 14h30, une grande chasse au trésor préhistorique est prévue pour les familles.

Toujours sur la Piazza Preistoria, l’espace vivant en plein air du musée inauguré en 2020, un programme ludique de rencontres est proposé les dimanches après-midi de juillet et d’août, faisant entendre la voix de scientifiques, d’experts et d’artistes. Il débute le dimanche 17 juillet à 14h30 avec des activités thématiques et des approfondissements sur les 175 ans de la route Ponale ; à 21h, place à la musique avec “ Fiat Lux ”, un concert et de l’art vidéo avec Jemm MusicProject et Silvio Motta. Parmi les rendez-vous suivants, le 18 juillet, “L’âge du rock” avec un concert à 21 heures de Radio Galena ; le 7 août, ateliers et musique live à partir de 14h30 et à 22 heures, visite nocturne du musée ; le 21 août, après les activités au musée, direction l’Arboretum de l’Arco pour la “Sinfonia Verde” avec l’Orchestre végétal. Le dimanche 24 août à 14h30, le grand final avec le duo “Sogni dell’Adige”.

Le musée est ouvert tous les jours: mars-juin: 9h-17h ; juillet-août: 10h-18h ; septembre: 9h-17h. Tarif plein: 4,50 € - Tarif réduit: 3,50 € - Tarif famille: 4,50 € / 9 € (1 ou 2 parents avec des mineurs). Gratuit pour les enfants de moins de 14 ans.

Musée des pieux du lac Ledro
Musée des pieux du lac Ledro. Photo de Jacopo Salvi
Musée des pieux du lac Ledro
Musée des pieux du lac Ledro.
Photo de Jacopo
Salvi
Musée des pieux du lac Ledro Musée des pieux du
lac Led
ro

La recherche scientifique au musée

Il n’y a pas que des activités d’exposition et des événements. Depuis une dizaine d’années, le Pile-Dwelling Museum a lancé une saison de recherche qui a permis de jeter un nouvel éclairage sur le peuplement préhistorique de la vallée de Ledro. En 2011, le site d’altitude de Pozza Lavino (Tremalzo - 1800 mètres) a été découvert, ce qui fait remonter la première fréquentation de la zone à environ 10 000 ans ; une douzaine de nouveaux sites ont depuis été découverts dans le fond de la vallée. Cela ne veut pas dire que l’on a abandonné l’attention sur les matériaux extraordinaires découverts depuis 1929 dans le site des pieux: les recherches menées au cours des cinq dernières années se sont concentrées sur certains d’entre eux. Actuellement, quatre axes de recherche sont étudiés par des chercheurs du musée de Ledro et des collègues travaillant dans la “maison mère” du MUSE.

L’un des derniers projets en date est Il pane di Ledro (Le pain de Ledro): le musée, l’université de Trente, l’association des boulangers de la province de Trente et la chambre de commerce se sont mis “à table” pour analyser un pain vieux de 4 000 ans. Les analyses microscopiques permettront de comprendre la composition de ce pain et de reproduire, avec l’école d’art blanc de Rovereto, l’ancienne recette, de donner une nouvelle vie à cet aliment et de créer un aliment... sans âge !

Actuellement, les chercheurs de MUSE à Trente analysent au microscope les traces (empreintes digitales) laissées sur une boule d’argile cuite accidentellement il y a 4 000 ans, pour comprendre le sexe et l’âge de l’auteur. Ensuite, en analysant la composition chimique de cette argile cuite, il sera probablement possible d’identifier les sources d’approvisionnement. Le projet Bears&humans - A new tale of bears and humans in Trentino throughout Prehistory: à Ledro, le corpus de restes fauniques compte des dizaines de milliers de pièces, qui ont été réorganisées et recataloguées ces dernières années par les chercheurs de MUSE, notamment pour compenser la diaspora qui les a menées dans divers musées et institutions italiens au fil des ans. Récemment, l’analyse s’est concentrée sur les restes d’ours bruns. Des pièces uniques au monde, comme les crânes et les mandibules perforées, permettent de retracer l’évolution de la relation entre l’homme et l’ours du Trentin, d’une ressource économique durant la préhistoire ancienne à un interlocuteur symbolique dans la communauté agropastorale de Ledro il y a 4 000 ans. Une relation particulière semble lier la communauté qui occupait les rives du lac à cet animal.

Enfin, avec le projet Genesis. Du présent aux différentes origines, l’histoire du peuplement de la vallée du Ledro est étudiée à travers l’étude de l’ADN. Le projet, actuellement en cours, a pour objectif ultime de reconstruire l’histoire génétique de la vallée de Ledro, à travers deux grandes phases de travail: la collecte de 100 échantillons d’ADN d’individus actuels de Ledro (phase 1) conduira à l’extraction de l’ADN mitochondrial pour créer un profil génétique capable de définir l’haplogroupe auquel chaque individu appartient et l’histoire génétique relative (sur la ligne maternelle). La deuxième phase de l’étude (qui s’achèvera en 2023) se concentrera sur la collection anthropologique de Ledro, qui attend d’être étudiée en profondeur afin d’évaluer la chronologie exacte et de reconstruire les profils génétiques d’au moins un habitant du village sur pilotis il y a 4000 ans.

Déclarations

“Cet important anniversaire du Lake Ledro Pile-Dwelling Museum”, souligne Stefano Zecchi, président du MUSE, “représente non seulement le grand et vertueux réseau muséal du Muse dans la région, mais aussi l’excellence d’un témoignage historique et culturel de valeur universelle, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est une expression prestigieuse du rôle des musées, non seulement en tant qu’espaces de préservation de l’histoire et de la civilisation, mais aussi de narration et de dialogue continus, en relation avec les utilisateurs contemporains. Le Ledro Museum est à la fois un lieu de connaissance, de mémoire et d’expérience émotionnelle, immersive, cognitive et éducative. Un musée ”vivant“: un site de découvertes archéologiques pour une comparaison avec notre vision du monde, aujourd’hui, entre le passé, le présent et le futur”.

“Célébrer les 50 ans du musée Palafitte”, déclare Alberta Giovannini, directrice adjointe et responsable des bureaux territoriaux de MUSE, “ce n’est pas seulement retracer les étapes d’un parcours de valorisation d’un site du patrimoine mondial, mais c’est aussi raconter l’histoire d’un musée qui a continuellement cherché la synergie avec la communauté dans laquelle il se trouve et dont il est un centre culturel et un attrait touristique. Au fil du temps, cette relation vertueuse avec le territoire a développé un véritable réseau de réalités culturelles, ReLED, dont le musée Palafitte est le pivot. Des programmes rigoureux dans leur contenu mais vivants dans leurs méthodes ont réussi à attirer non seulement des étudiants mais aussi des milliers de visiteurs de toute l’Italie et de l’étranger, grâce au travail d’un personnel enthousiaste qui a fait du musée un lieu de rencontre, de communication et surtout d’expérience. En tant qu’institution, MUSE s’est efforcé de donner au musée Palafitte l’autonomie nécessaire pour mettre en œuvre une stratégie de dialogue avec la communauté locale, tout en mettant à disposition le pouvoir scientifique et communicatif d’une réalité pertinente pour renforcer la valeur intrinsèque du site. Dans un endroit où le passé est étudié, le désir de regarder vers un avenir de croissance continue est toujours présent”.

“Le musée des pieux du lac Ledro”, explique Donato Riccadonna, directeur du musée, “au cours de ses cinquante premières années d’existence, a traversé différentes phases, changeant plusieurs fois de vêtements, mais restant toujours lui-même. Cette vie protéiforme a souligné son extrême ductilité et sa résilience, et l’on peut à juste titre arguer d’un paradoxe apparent, à savoir la contemporanéité d’un musée qui raconte l’histoire de la préhistoire. Avec le temps, il est aussi devenu un modèle d’organisation d’un réseau muséal qui n’est pas une institution nouvelle, ce qui est incroyable dans un monde qui ne cesse de produire de nouvelles institutions et des règles dictées non par des hommes mais par des algorithmes. Et que dire d’un centre de recherche tourné vers le monde, situé dans une petite vallée de montagne, où se mêlent culture et économie? Peut-être qu’en fin de compte le secret de notre fierté tient dans ce mot: ”travail".

Le Lake Ledro Pile-Dwelling Museum fête ses 50 ans: de nombreux événements pour célébrer l'événement
Le Lake Ledro Pile-Dwelling Museum fête ses 50 ans: de nombreux événements pour célébrer l'événement


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.