À la Gallerie d'Italia de Milan, un voyage dans le XXe siècle et le contemporain entre peinture et sculpture.


Du 26 mai au 22 octobre 2023, l'exposition "An Unexpected Collection. Un voyage à travers la peinture et la sculpture contemporaines". Plus de soixante-dix œuvres généralement non exposées à Milan, dont les acquisitions les plus récentes de la collection Intesa Sanpaolo.

La Gallerie d’Italia, Piazza Scala à Milan, accueille du 26 mai au 22 octobre 2023 l’exposition Una collezione inattesa. Viaggio nel contemporaneo tra pittura e scultura, organisée par Luca Massimo Barbero, conservateur associé des collections d’art moderne et contemporain d’Intesa Sanpaolo, qui présente une sélection d’œuvres en dialogue avec l’exposition permanente Cantiere del ’900.

Avec plus de soixante-dix œuvres qui ne sont généralement pas exposées à Milan, y compris les acquisitions les plus récentes de la collection Intesa Sanpaolo, l’exposition consacrée à l’art italien et à l’art contemporain international se concentrera sur le dialogue entre les différentes recherches sculpturales de certains des principaux protagonistes du XXe siècle et les études approfondies de la peinture de l’après-guerre. Les œuvres sélectionnées dans la collection Luigi et Peppino Agrati, qui fait désormais partie du patrimoine artistique géré par Intesa Sanpaolo, apporteront une contribution fondamentale à l’exposition.

“Ce nouveau parcours d’exposition, en continuité avec le Cantiere del ’900, fait partie du programme visant à faire connaître et partager nos collections d’art moderne et contemporain”, a déclaré Giovanni Bazoli, président émérite d’Intesa Sanpaolo. "En particulier, le public a une nouvelle fois l’occasion d’apprécier les œuvres de la collection Luigi et Peppino Agrati, qui a enrichi le patrimoine artistique de la banque avec des chefs-d’œuvre de niveau international. Les magnifiques espaces de la Gallerie di Piazza Scala offrent un voyage passionnant à travers l’art du XXe siècle.

Dans l’entrée monumentale du musée, les visiteurs seront accueillis par la grande œuvre en marbre blanc Femme Paysage de Jean Hans Arp, datant de 1966, qui représente la vaste collection de sculptures de la collection Henraux, qui fait désormais partie d’Intesa Sanpaolo. Arp inaugure, comme une sorte de point focal, l’exposition consacrée à l’artiste Bruno De Toffoli, auteur et signataire de l’un des Manifestes du Spatialisme. Ce sera une occasion rare de voir réunies les neuf sculptures de cet artiste moins connu du grand public. Une exposition dont les racines chronologiques commencent avec les grands maîtres de la sculpture du XXe siècle, destinée à marquer la production figurative des arts plastiques italiens. Dans les premières salles, trois grands artistes du XXe siècle comme Arturo Martini avec La Pisana, Marino Marini avec la Pomone et Giacomo Manzù avec le Grand Cardinal assis, des œuvres rarement exposées ensemble.

Un moment tout à fait inédit sera la salle consacrée à Fausto Melotti, dans laquelle un important corpus fictif du maître sera présenté au public pour la première fois, à travers une exposition spéciale qui présentera dix-neuf œuvres représentatives de ses récipients et vases en céramique, dont quatre importants Korai. Il y aura un dialogue intéressant entre l’œuvre Coppia en fil de cuivre, déjà exposée dans le parcours permanent de la Gallerie d’Italia, et une autre œuvre, également en fil de cuivre, de la collection Luigi et Peppino Agrati. Grâce à la réunion des différentes collections, une salle sera entièrement consacrée à Lucio Fontana, en référence au thème du Spatialisme. D’importantes œuvres de Fontana y seront exposées, dont le grand Concetto spaziale. Attentes de 1965. Pour donner une continuité à la tradition moderne et contemporaine de la sculpture céramique, on y trouvera des plaques appelées Antica Savona, ainsi que l’important noyau des trois Natures en bronze et en terre cuite.

La salle consacrée à la réduction à zéro et à la monochromie dans l’art contemporain international du début des années 1960 sera particulièrement importante. Elle sera centrée sur la sculpture Complex Form de Sol LeWitt, récemment entrée dans les collections Intesa Sanpaolo. Dans cet espace, le public trouvera une confrontation harmonieuse entre un maître du minimalisme américain comme Robert Ryman et des protagonistes de la recherche italienne comme Piero Manzoni, Alberto Burri, Toti Scialoja et Enrico Castellani présent avec l’œuvre monumentale Superficie bianca 35 (1966).

Les deux sections suivantes présenteront plutôt certaines recherches liées à l’abstraction et à la peinture gestuelle de la fin des années 1950. Des artistes comme Carla Accardi avec l’œuvre Senza Titolo, Giulio Turcato et Antonio Sanfilippo avec Superficie 45/C/63 sont emblématiques de ces recherches. Une importante peinture de Corrado Cagli, Il flauto di canna (La flûte de roseau), qui ouvre les expériences des années 1960, sera présentée au public. L’œuvre constituera une introduction idéale au noyau de sculptures de Pietro Consagra, dont Bifrontale malachite, consacrée au thème des recherches sur la pierre et le marbre que l’artiste a menées dans les années 1970 et 1980 et qui, grâce à l’utilisation de matériaux précieux, illustre cette sculpture frontale dont il est à la fois le théoricien et le sculpteur.

Dans le cadre de la transition vers le “Cantiere del ’900”, le parcours de l’exposition comprend un télescope thématique et visuel idéal avec des œuvres d’artistes qui, partant de l’abstraction classique, parviennent dans l’après-guerre à une peinture de plus en plus minimale et procédurale. C’est le cas d’un artiste comme Bice Lazzari, présent ici avec Misura 9, Mario Nigro avec une abstraction picturale proche de la peinture analytique et conceptuelle ainsi que Roman Opalka qui procède jour après jour au dessin numérique en composant de grandes et très rares toiles au seuil du monochrome.

Certaines des études exposées ici laissent entrevoir les méthodes poétiques et performatives de Sol LeWitt. L’importante sculpture Three Cubes (Straight) de 1969 de ce maître américain, qui vient d’arriver dans les Collections Intesa Sanpaolo, prendra presque l’aspect d’un escalier architectural en entrant dans l’espace de “Cantiere del ’900”, dont la perspective composée de profils cubiques encadrera le point d’arrivée de cet itinéraire représenté par la récente acquisition Abstraktes Bild de 1984 de Gerhard Richter.

Le parcours de l’exposition sera une nouvelle occasion d’approfondir et d’apprécier les nombreux thèmes, auteurs et mouvements présents dans les collections Intesa Sanpaolo.

Le musée de Milan, ainsi que ceux de Naples, Turin et Vicence, font partie du projet muséal Gallerie d’Italia d’Intesa Sanpaolo, dirigé par Michele Coppola, directeur exécutif de l’art, de la culture et des biens historiques de la banque.

Pour plus d’informations : www.gallerieditalia.com

Horaires : mardi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 9h30 à 19h30 ; jeudi de 9h30 à 22h30. Fermé le lundi.

Dans l’image, plan de l’exposition.

À la Gallerie d'Italia de Milan, un voyage dans le XXe siècle et le contemporain entre peinture et sculpture.
À la Gallerie d'Italia de Milan, un voyage dans le XXe siècle et le contemporain entre peinture et sculpture.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte