Camerino accueille la première exposition après le tremblement de terre de 2016. Œuvres récupérées au Palazzo Castelli


Du 25 juin au 19 septembre 2021, la première exposition dans le cratère du tremblement de terre après 2016 arrive à Camerino : une exposition présentant des œuvres récupérées et restaurées dans la région.

Après cinq ans, une commune située dans le cratère du tremblement de terre qui a frappé le centre de l’Italie en 2016 revient pour accueillir une exposition d’art ancien. Il s’agit de Camerino hors les murs : perspectives d’art du XVe au XVIIIe siècle, qui se tiendra à Camerino, au Palazzo Castelli, du 25 juin au 19 septembre 2021, promue et soutenue par la région des Marches et la municipalité de Camerino. L’exposition vise à mettre en valeur les œuvres d’art récupérées dans la région de Camerino et sauvées du tremblement de terre, provenant d’églises et de musées impropres à l’utilisation. Certaines d’entre elles sont exposées à nouveau au public pour la première fois depuis le tremblement de terre, d’autres après restauration, tandis que pour d’autres encore, il s’agit de les faire revivre grâce aux nouvelles technologies. Il s’agit donc de reprendre possession d’un patrimoine extraordinaire qui n’a jamais été oublié.

L’exposition prendra vie dans l’un des bâtiments historiques de la ville, grâce à la collaboration de l’université de Camerino, dont le recteur, Claudio Pettinari, est également membre du comité scientifique. L’exposition utilisera également des vidéos en ultra-haute définition qui permettront aux visiteurs de se promener dans la Vision de Saint Philippe Néri avec la Vierge et l’Enfant, peinte par Giovanni Battista Tiepolo entre 1739 et 1740, et d’en découvrir tous les détails grâce à la collaboration avec Haltadefinizione. L’œuvre est le seul témoignage du peintre vénitien en Italie centrale. Sont également exposés le Portrait de Giulia da Varano attribué à Dosso Dossi, l’Annonciation de Giovanni Angelo d’Antonio (un étonnant manifeste du XVe siècle dans la région des Marches, peint par un interprète qui, à bien des égards, est un précurseur de la peinture cultivée et raffinée de Piero della Francesca: cette œuvre a également été numérisée par Haltadefinizione), ainsi que d’autres œuvres importantes. Le portrait de Giulia da Varano enfant, qui représente la dernière duchesse de Camerino assise sur un coussin de brocart rouge et immergée dans un paysage avec vue sur la ville, a également fait l’objet d’une restauration spéciale. Après une campagne d’investigations diagnostiques préalables à l’intervention elle-même et un ensemble adéquat de photographies documentant les différentes phases de la restauration, cette œuvre attribuée à Dosso Dossi et datable d’environ 1524 a retrouvé toute sa lisibilité. Le tableau, acquis par la municipalité en 1860 et volé en 1980, a été récupéré en 2019 par l’unité de protection des biens culturels des carabiniers.

La nouveauté scientifique réside dans le fait que les œuvres ont fait l’objet d’investigations diagnostiques menées par la spin-off Art & Co srl de l’Unicam et d’une valorisation par numérisation réalisée par la société Haltadefinizione, dont les résultats seront mis à la disposition du public par le biais d’outils multimédias spéciaux. L’exposition n’a pas de commissaire unique : elle est le fruit du travail collégial d’un comité scientifique composé de Pier Luigi Falaschi, Marina Massa, Barbara Mastrocola, Claudio Pettinari, Matteo Mazzalupi, Francesco Orsolini et Alessandra Pattanaro. Les œuvres les plus représentatives, importantes et précieuses présentes dans la ville de Camerino et son territoire ont été sélectionnées, mettant en avant l’œuvre attribuée à Dosso Dossi (récemment restaurée et jamais exposée), le retable de Tiepolo et l’Annonciation de Giovanni Angelo d’Antonio.

Après les événements sismiques de 2016, la municipalité a travaillé avec ténacité pour sauvegarder le patrimoine artistique et la plupart des œuvres qu’elle possédait, grâce aussi à la disponibilité obtenue de l’archidiocèse de Camerino-San Severino Marche, ont été transférées et hébergées dans les salles du sous-sol de l’Episcopio, dans le dépôt de Venanzina Pennesi à Camerino et dans le palais épiscopal de San Severino Marche. Grâce à la Surintendance de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage de la région des Marches, divers systèmes d’équipement, de vitrines et de rayonnages ont été conçus, et les biens endommagés ont été catalogués, photographiés et mis en sécurité. L’exposition est donc aussi le résultat de ce travail. Le coût total du projet s’élève à 90 000 euros, dont 80 000 ont été alloués par la région des Marches et 10 000 au titre de la coparticipation de la municipalité de Camerino.

“Il s’agit d’une exposition symbolique”, a souligné la conseillère régionale Giorgia Latini, “pour plusieurs raisons : pour le grand travail d’équipe et l’excellente collaboration institutionnelle entre tous les acteurs impliqués, que je tiens à remercier, pour l’amour du patrimoine culturel, visant à le rendre accessible au plus grand nombre, et parce qu’il s’agit d’un véritable redémarrage pour ce territoire meurtri, qui a toujours montré qu’il savait se relever des difficultés, comme savent le faire les habitants des Marches. Avec cette exposition-événement, nous donnons un signal fort d’espoir en poursuivant une voie plus large de valorisation des œuvres d’art dont la région des Marches est riche. Notre objectif est celui de la relance économique par la culture, moteur essentiel de la croissance des territoires”.

Camerino n’oublie pas ses origines", a déclaré le maire Sandro Sborgia: “C’est une ville qui a une vocation pour l’art et la culture, et c’est précisément cette dernière que nous voulons être le moteur du redémarrage, d’une relance économique et sociale de notre territoire blessé par le tremblement de terre, puis aux prises avec le Covid. Nous partons de la Renaissance, parmi les périodes explorées dans l’exposition, pour arriver à une renaissance qui doit sans aucun doute passer par de nombreux facteurs et secteurs, et la culture est pour nous l’un des principaux à privilégier à travers les communautés, les territoires et les technologies”.

"Avec l’exposition, explique Giovanna Sartori, conseillère municipale chargée de la culture, nous avons voulu montrer quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant : le visiteur est littéralement capturé par les splendeurs qui, pour nous, ont une forte valeur symbolique de renaissance. Il s’agit de perspectives artistiques qui placent l’identité de Camerino au centre, mais qui sont projetées dans une perspective beaucoup plus large et qui, pour cette terre blessée par le tremblement de terre, veulent aussi représenter un nouveau départ en repartant d’un espace historique qui devient autre chose, une installation qui gagne l’union entre l’ancien et le contemporain. Camerino manifeste ainsi la volonté de repartir de l’art et de la culture, et le fait de promouvoir la première exposition dans le cratère est une métaphore de la renaissance véritable et collective".

“Nous avons tous dans les yeux ce tragique mois de novembre 2016”, a souligné le recteur Claudio Pettinari, “lorsque ces mêmes œuvres sauvées par la Surintendance, par Legambiente, ont quitté notre ville, blessées et dans des camions. Dans nos âmes, il y avait de la douleur et de l’inquiétude à l’idée de ne jamais les revoir. Et pourtant, nous sommes ici aujourd’hui pour célébrer ce retour à la splendeur pour une exposition attendue depuis longtemps, depuis cinq ans. La beauté et l’importance de ces œuvres d’art témoignent de la prestigieuse tradition historique de Camerino, et l’université est prête à poursuivre, avec les institutions, ce chemin de mise en valeur du patrimoine culturel de Camerino et de la région, en soutenant les actions grâce à notre expertise, à la recherche et aux études appliquées à la promotion et à la protection du patrimoine culturel, à travers l’architecture, les technologies de l’information, la chimie et la communication numérique”.

Sur l’image, un détail du retable de Tiepolo.

Camerino accueille la première exposition après le tremblement de terre de 2016. Œuvres récupérées au Palazzo Castelli
Camerino accueille la première exposition après le tremblement de terre de 2016. Œuvres récupérées au Palazzo Castelli


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.