Dosso Dossi, la vie et l'œuvre de l'artiste magicien du XVIe siècle


Dosso Dossi fut l'un des artistes les plus magiques et les plus excentriques du XVIe siècle. Vie, œuvres, style, chefs-d'œuvre.

Dosso Dossi (Giovanni Francesco di Niccolò Luteri ; Tramuschio ?, vers 1486 - Ferrare, 1542) fut l’un des principaux artistes de l’Émilie du XVIe siècle, l’un des principaux représentants de ce que l’on appelle la " veine fantastique“ : un artiste qui aimait ”puiser“ ses sujets dans les mythes, voire dans la ”sorcellerie", adjectif utilisé par l’érudit Mauro Lucco pour décrire ses capacités quasi magiques(pour en savoir plus sur les peintures à thème magique de Dosso Dossi, cliquez ici).

Nous savons peu de choses sur ses origines (nous ne savons même pas où il est né), mais nous savons qu’au début du XVIe siècle, il était le principal artiste de la cour des Este à Ferrare et qu’il est le peintre que l’on associe automatiquement aux images magiques et imaginatives de Ludovico Ariosto (tous deux ont travaillé à Ferrare dans les mêmes années). Même Giorgio Vasari, dans ses Vies, établit un lien entre Dosso Dossi et l’Arioste : “En même temps que le don que les fati de la Natività del divino Messer Lodovico Ariosto ont fait à Ferrare”, écrit le grand historien d’Arezzo, “en accompagnant la plume au pinceau, ils ont voulu faire renaître Dosso le peintre ferrarais qui, s’il n’était pas aussi rare parmi les peintres que l’Arioste parmi les poètes, a aussi fait beaucoup de choses dans l’art, qui sont célébrées par beaucoup, et surtout à Ferrare. Il méritait donc que le poète, son ami et serviteur, honore sa mémoire dans ses écrits très clairs. De telle sorte que le nom de Dosso a été plus connu universellement par la plume de Monsieur Lodovico, que ne l’ont été les pinceaux et les couleurs que Dosso a consommés tout au long de sa vie, fortune infinie et grâce de ceux qui sont nommés par de si grands hommes”. Son interprétation des mythes et de la littérature, son flair inimitable et ses images visionnaires et imaginatives font de Dosso Dossi l’un des artistes les plus intéressants du XVIe siècle.

Giuseppe Macpherson, Dosso Dossi (vers 1772-1780 ; aquarelle sur ivoire 7 x 5,5 cm ; Royal Collection Trust)
Giuseppe Macpherson, Dosso Dossi (vers 1772-1780 ; aquarelle sur ivoire 7 x 5,5 cm ; Royal Collection Trust)

La vie de Dosso Dossi

Nous ne savons pas exactement où Dosso Dossi est né : le document le plus ancien dont nous disposons concerne son père et remonte à 1485. Il nous apprend qu’il vivait à Tramuschio, une petite ville proche de Mirandola, alors capitale d’un État autonome coincé entre le marquisat de Mantoue et le duché de Ferrare. Dosso, qui est probablement né vers cette année-là, s’appelait en fait Giovanni Francesco di Nicolò Luteri et était le fils de Nicolò di Alberto di Costantino Luteri, qui était “spenditore”, c’est-à-dire économe, à la cour de Ferrare (bien qu’il fût originaire du Trentin), et de Jacopina da Porto. Le surnom sous lequel il est universellement connu dérive du fait que Niccolò Luteri était propriétaire d’une ferme dans la localité de Dosso Scaffa (aujourd’hui San Giovanni del Dosso, dans le Bas-Mantouan). Dosso avait un frère, Battista Dossi (Battista di Niccolò Luteri), avec lequel il a collaboré à plusieurs reprises. Nous savons peu de choses sur son enfance et ses premières années : son éducation ne peut être déduite que du style de ses œuvres. Il a certainement eu l’occasion d’observer les maîtres de l’école ferraraise du XVe siècle, et il a également étudié les œuvres des grands peintres de la Vénétie, en particulier Giorgione. Il a également eu l’occasion de s’intéresser à l’art de Raphaël.

Le premier document directement attribuable à Dosso remonte à 1512 : il s’agit d’une note de paiement datée du 11 avril pour un “grand tableau avec onze figures” destiné au palais San Sebastiano de Mantoue, alors résidence de François II Gonzague d’Arco (il s’agit d’un tableau que nous ne connaissons pas). La même année, un autre document l’atteste à Mantoue. En suivant la “piste” mantouane, il serait également plausible d’imaginer que l’artiste s’est formé dans cette ville, peut-être auprès de Lorenzo Costa, qui devint artiste de la cour des Gonzague après la mort d’Andrea Mantegna (Vasari dit en effet que Dosso fut l’élève de Costa). Sur le plan stylistique, il est toutefois possible d’imaginer une formation vénitienne. En 1513, Dosso Dossi (appelé “di Mirandola” dans un document) est payé avec Benvenuto Tisi dit “il Garofalo” pour le polyptyque de l’église Sant’Andrea de Ferrare, achevé l’année suivante : il s’agit du célèbre polyptyque Costabili, l’une de ses œuvres les plus célèbres, aujourd’hui conservée à la Pinacothèque nationale de Ferrare. En 1514, il est enregistré comme artiste de la cour auprès de la famille Este : à partir de cette année-là, les livres de comptes du Castello Estense indiqueraient un lien étroit entre Dosso et la cour (l’artiste, cependant, ne recevait pas de salaire, mais était payé à la tâche : une situation “précaire”, dirions-nous aujourd’hui, mais l’avantage était qu’il était libre de travailler pour d’autres mécènes, ce qu’il fera d’ailleurs, et avec beaucoup de succès, étant l’un des principaux artistes de l’Italie du Nord de son époque).

En tant que peintre de la cour, Dosso Dossi fait plusieurs voyages, entre 1516 et 1518, à Venise (où il se rend plusieurs fois, surtout pour se procurer du matériel) et à Florence: au cours de ces voyages, il peut approfondir ses connaissances en étudiant, par exemple, l’art du Titien. En 1518, il reçoit la commande du retable de l’autel de Saint-Sébastien de la cathédrale de Modène (qui se trouve toujours à l’endroit pour lequel il a été peint), tandis qu’en 1519, il rencontre Titien : les deux peintres se rendent ensemble à Mantoue pour voir la collection d’Isabelle d’Este. Les années suivantes sont marquées par d’autres commandes pour la famille d’Este, et toujours dans les années 1520, il obtient de nombreuses commandes pour des églises locales, souvent exécutées en collaboration avec son frère Battista. En 1530, les deux frères séjournent à Pesaro pour travailler à la décoration de la Villa Imperiale, commandée par le duc d’Urbino, Francesco Maria I Della Rovere. Plus tard, entre 1531 et 1532, Dosso et Battista se rendent à Trente pour travailler à la décoration à fresque du “Magno Palazzo” du château de Buonconsiglio, commandée par le cardinal Bernardo Cles, évêque-prince de Trente. L’artiste retourne à Ferrare en 1532 et reprend son travail pour Alfonso d’Este, bien qu’après la mort de ce dernier et l’arrivée au pouvoir d’Ercole II, les goûts du nouveau souverain se tournent vers d’autres artistes : Dosso Dossi se voit néanmoins confier la rénovation de la Delizia di Belriguardo. Les dernières œuvres qu’il exécute pour les Este lui sont commandées en 1540 : il s’agit des Saint Michel et Saint Georges qui se trouvent aujourd’hui à la Gemäldegalerie de Dresde. L’artiste disparaît à Ferrare dans la première moitié de l’année 1542.

Dosso Dossi et Garofalo, Polyptyque Costabili (1513 ; huile sur panneau, 960 x 577 cm ; Ferrara, Pinacoteca Nazionale)
Dosso Dossi et Garofalo, Polyptyque Costabili (1513 ; huile sur panneau, 960 x 577 cm ; Ferrara, Pinacoteca Nazionale)
Dosso Dossi (Giovanni Francesco di Niccolò Luteri ; San Giovanni del Dosso, 1486 ? - Ferrare, 1542), Melissa (vers 1518 ; huile sur toile, 170 x 172 cm ; Rome, Galleria Borghese)
Dosso Dossi, Melissa (vers 1518 ; huile sur toile, 170 x 172 cm ; Rome, Galleria Borghese)
Dosso Dossi, Saint Sébastien (1518-1521 ; huile sur panneau, 182 x 95 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Dosso Dossi, Saint Sébastien (1518-1521 ; huile sur panneau, 182 x 95 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Dosso Dossi, Pan et la nymphe (vers 1524 ; huile sur toile, 163 x 145 cm ; Los Angeles, Getty Museum)
Dosso Dossi, Pan et la nymphe (vers 1524 ; huile sur toile, 163 x 145 cm ; Los Angeles, Getty Museum)
Dosso Dossi, Apollon (1524 ; huile sur toile, 191 x 116 cm ; Rome, Galleria Borghese)
Dosso Dossi, Apollon (1524 ; huile sur toile, 191 x 116 cm ; Rome, Galleria Borghese)

L’œuvre et le style de Dosso Dossi

Artiste imaginatif, fantaisiste, excentrique, doté d’une verve narrative sans pareille et d’une grande capacité à interpréter des sujets profanes (en particulier mythologiques et littéraires), Dosso Dossi est surtout connu pour ses peintures à thèmes fantastiques, mais sa longue carrière l’a amené à s’exprimer avec succès dans une grande variété de genres. Dosso Dossi a évolué entre le tonalisme de Giorgione, le classicisme de Raphaël et la peinture vivante de Titien. De son vivant déjà, il était considéré comme l’un des plus grands maîtres de son temps pour sa capacité à regarder le monde naturel avec une intensité en avance sur son temps, parfois même dans un style pré-caravagesque. La première œuvre importante de Dosso Dossi, dans laquelle son style apparaît déjà délimité (à tel point qu’elle était considérée comme une œuvre de maturité, avant que l’on ne découvre qu’il s’agissait d’un tableau de 1513), est le Polittico Costabili, peint pour Sant’Andrea à Ferrare et aujourd’hui conservé à la Pinacothèque nationale de la ville émilienne : une œuvre moderne qui se distingue, selon l’érudit Peter Humfrey, par ses “couleurs chaudes et riches, l’atmosphère poétique créée par la lumière nocturne ou crépusculaire et l’ampleur évocatrice du traitement pictural”, des caractéristiques qui rendent évidents ses liens avec la peinture vénitienne et la peinture de Giorgione en particulier. Le fait que l’impression de la Madone rappelle la Madone de Foligno de Raphaël a conduit les spécialistes à supposer que Dosso Dossi s’était également rendu à Rome.

Point fixe dans la chronologie de Dosso Dossi, le polyptyque Costabili est suivi de tableaux dans lesquels des figures grandioses, sensuelles, naturelles et vêtues de manière flamboyante sont immergées dans des paysages verdoyants : c’est le cas de la Melissa, l’un des tableaux qui illustrent le mieux le style “magique” de Dosso Dossi et qui traduisent le mieux le goût de l’artiste pour l’extravagance, les décors imaginatifs et les solutions colorées vives. La Melissa date d’environ 1518 : Ce goût exubérant se reflète également dans d’autres œuvres de la même période qui abordent d’autres thèmes, comme le religieux (le Saint Sébastien de la galerie d’art de Brera, 1518-1521, qui reflète l’intérêt de Dosso Dossi pour Michelangelo Buonarroti, associé ici à des éléments typiquement vénitiens) et le mythologique(Pan et la nymphe, une allégorie riche et luxuriante datant d’environ 1524, où l’attention du spectateur est captée par le somptueux nu féminin au premier plan, l’Apollon de la Galleria Borghese, qui est peut-être l’exemple le plus lumineux du classicisme de Dosso Dossi, avec la figure du dieu de la musique qui renvoie très clairement au Torse du Belvédère).

Les œuvres que Dosso a réalisées en collaboration avec son frère Battista sont les plus faibles de sa production, même si, comme l’a souligné Peter Humfrey, les œuvres les plus faibles du catalogue de Dosso ne sont pas nécessairement attribuables à sa collaboration avec son frère. Dosso employait en effet plusieurs collaborateurs et il est souvent difficile de distinguer les mains dans les œuvres les plus faibles. En revanche, nous savons avec certitude, grâce à des documents, que les deux frères ont collaboré à l’Allégorie de la justice, aujourd’hui conservée à la Gemäldegalerie de Dresde (Battista a été payé pour l’œuvre en 1544). Les figures apparaissent “raides”, écrit Hunfrey, caractérisées par “des doigts en forme de saucisse ; des éléments de premier plan réalisés de manière descriptive et pédante ; des voûtes d’arbres faites de feuilles plates et décoratives ; un arrière-plan brumeux, généralement moussu, avec des groupes de bâtiments et des rochers verticaux improbables ; un traitement fade et uniforme avec des couleurs vives”. Dans les dernières œuvres de sa carrière, Dosso Dossi n’a pas cessé d’innover et cela se voit clairement, par exemple, dans l’Allégorie d’Hercule des Offices, où l’artiste se lance même dans un réalisme presque pré-caravagesque, teinté d’ironie, pour un résultat que l’on ne retrouvera que bien plus tard, au XVIe siècle, dans les œuvres d’artistes comme Annibale Carracci, Bartolomeo Passerotti et Vincenzo Campi. Les dernières œuvres de Dosso de ce type, très éloignées du titianisme prédominant de sa première maturité“, écrit Humfrey, ”montrent que non seulement le peintre est resté actif jusqu’à la fin de sa vie, mais aussi qu’il n’a jamais cessé de repousser les limites de son art de manière à inspirer les futures générations d’artistes".

Dosso Dossi, Diane et Callisto (vers 1528 ; huile sur toile ; Rome, Galleria Borghese)
Dosso Dossi, Diane et Callisto (vers 1528 ; huile sur toile ; Rome, Galleria Borghese)
Dosso et Battista Dossi, Allégorie de la justice (1544 ; huile sur toile, 220 x 105,5 cm ; Dresde, Gemäldegalerie)
Dosso et Battista Dossi, Allégorie de la justice (1544 ; huile sur toile, 220 x 105,5 cm ; Dresde, Gemäldegalerie)
Dosso Dossi, Allégorie d'Hercule (1540-1542 ; huile sur toile, 143 x 144 cm ; Florence, Offices)
Dosso Dossi, Allégorie d’Hercule (1540-1542 ; huile sur toile, 143 x 144 cm ; Florence, Offices)

Où voir les œuvres de Dosso Dossi

Avec la Dévolution de Ferrare, c’est-à-dire la remise des possessions de Ferrare aux États pontificaux (1598), les œuvres de Dosso Dossi qui se trouvaient dans la ville ont été en grande partie dispersées. Toutefois, sa première œuvre importante, le polyptyque Costabili, est conservée dans la ville, à la Pinacothèque nationale de Ferrare, dans le Palais des Diamants. Il n’y a pas de musées qui conservent de grands noyaux d’œuvres de Dosso Dossi, mais il existe néanmoins des instituts où l’on peut admirer d’importants chefs-d’œuvre, souvent ensemble : c’est le cas de la Galleria Borghese à Rome, où se trouvent la Mélisse et l’Apollon, ainsi que plusieurs autres peintures. Dans la cathédrale de Modène, en revanche, il est possible de voir la Pala di San Sebastiano, toujours située à l’endroit pour lequel elle a été réalisée. D’autres œuvres de Dosso Dossi se trouvent en Italie aux Offices, au Palais Pitti, à la Fondation Cini à Venise, au Musée national de Capodimonte, à la Pinacothèque civile de Forlì et à la Galerie nationale de Parme.

À l’étranger, les œuvres de Dosso Dossi se trouvent au Getty Museum de Los Angeles, à la National Gallery de Londres, au Metropolitan de New York, au Louvre, à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, à la National Gallery de Washington, au château Wavel de Cracovie (l’œuvre la plus célèbre de Dosso Dossi en dehors de l’Italie, le Jupiter peintre de papillons, y est conservée).

Dosso Dossi, la vie et l'œuvre de l'artiste magicien du XVIe siècle
Dosso Dossi, la vie et l'œuvre de l'artiste magicien du XVIe siècle


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.