Le Pirelli HangarBicocca accueille une exposition consacrée à James Lee Byars


Du 12 octobre 2023 au 18 février 2024, Pirelli HangarBicocca présente l'exposition de James Lee Byars, l'une des figures les plus énigmatiques et mythiques de l'art contemporain du XXe siècle.

Du 12 octobre 2023 au 18 février 2024, Pirelli HangarBicocca présente l’exposition de James Lee Byars, l’une des figures les plus énigmatiques et mythiques de l’art contemporain du XXe siècle. L’exposition, la première rétrospective en Italie consacrée à l’artiste américain depuis sa mort en 1997, est un voyage à travers son œuvre stratifiée qui s’est développée comme une exploration continue des significations les plus profondes de l’existence, aux frontières du mysticisme, de la spiritualité et de la corporalité.

L’exposition de James Lee Byars(Detroit, Michigan, 1932 - Le Caire, 1997), dont le commissaire est Vicente Todolí et qui est organisée par Pirelli HangarBicocca et le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía de Madrid (où une version du projet d’exposition sera présentée du 25 avril au 1er septembre 2024 au Palacio de Velázquez), rassemble dans les espaces des Nefs du Pirelli HangarBicocca une vaste sélection d’œuvres sculpturales et d’installations monumentales, créées entre 1974 et 1997 et provenant de collections muséales internationales, dont certaines rarement exposées et présentées en Italie pour la première fois L’exposition au Pirelli HangarBicocca découle également de l’étroite relation établie entre Vicente Todolí et James Lee Byars, à qui le conservateur a consacré deux expositions personnelles à l’IVAM Centre del Carme de Valence en 1994 et au Museu Serralves de Porto en 1997, dont il a également été le directeur par le passé. James Lee Byars, l’un des artistes américains les plus reconnus depuis les années 1960, a influencé toute une génération dans le domaine de l’art conceptuel et de la performance.

Né à Détroit en 1932, avec une formation allant de l’art à la psychologie et à la philosophie, Byars a toujours été fasciné par la culture japonaise, qui a influencé sa pratique artistique tout au long de sa vie. À partir de la fin des années 1950 et tout au long des années 1960, il a vécu entre le Japon et les États-Unis. Il a également développé une relation étroite avec l’Italie, en particulier avec Venise, où il a réalisé en 1975 la célèbre performance The Holy Ghost, et a ensuite décidé d’y vivre et d’y travailler pendant la majeure partie des années 1980. En 1989, il a également été invité par le Castello di Rivoli à organiser sa première rétrospective dans un musée italien. Dans son art, Byars combine des motifs et des symboles issus des coutumes et des civilisations orientales, tels que des éléments du théâtre nô et du bouddhisme zen, avec sa profonde connaissance de l’art et de la philosophie occidentaux, offrant ainsi une vision unique et personnelle de la réalité et de ses composantes physiques et spirituelles. Grâce à l’utilisation de différents médias, tels que l’installation, la sculpture, la performance, le dessin et le discours, l’artiste a créé une réflexion mystico-esthétique sur les concepts de perfection et de cyclicité, sur la figure humaine - sur sa représentation et sa dématérialisation -, souvent par l’implication directe du public dans des actions temporaires ou des interventions à grande échelle. Au cœur de son travail se trouve la relation avec le public, qui est appelé à s’engager avec l’artiste lui-même et à répondre aux questions qu’il pose directement et indirectement avec ses œuvres. De nombreuses œuvres ont été conçues par James Lee Byars pour être activées de manière performative par lui-même. Depuis sa mort en 1997, cet aspect appelle à questionner la présence-absence de l’artiste qui, tout au long de sa vie, a centré sa pratique sur sa personnalité et sa représentation par des actions, des gestes, des rituels et en portant des vêtements caractérisés par leur lien visuel et symbolique avec les œuvres. Plus de trente ans après sa dernière exposition institutionnelle en Italie, Pirelli HangarBicocca consacre une rétrospective à James Lee Byars, réunissant des œuvres de grande envergure dans lesquelles des matériaux précieux et raffinés, tels que le marbre, le velours, la soie, la feuille d’or et le cristal, sont harmonieusement combinés à des géométries minimales et archétypales, telles que des sphères prismatiques et des piliers, ainsi qu’à des objets baroques, dans un jeu de renvois symboliques et esthétiques entre la forme et le contenu.

Au Pirelli HangarBicocca, à partir des multiples significations allégoriques et formelles de la matière, l’exposition s’attarde sur des thèmes qui ont traversé la pratique de l’artiste tels que la recherche de la perfection, le doute comme approche de l’existence et la finitude de l’être humain, invitant les visiteurs à réfléchir sur le potentiel alchimique de l’art dans le façonnement de la réalité. L’exposition s’ouvre sur l’œuvre monumentale The Golden Tower (1990). Le public est accueilli par une tour dorée de 21,25 mètres de haut, qui résume la recherche de l’artiste sur l’interaction entre des formes parfaites et des matériaux immuables. James Lee Byars a réalisé les premiers dessins conceptuels de l’œuvre au début des années 1970 : conçue pour être exposée dans des espaces publics, elle devait, dans l’idée initiale, mesurer plus de 300 mètres de haut. La première réalisation date de 1990, lorsqu’elle a été présentée au Martin-Gropius-Bau de Berlin. Le catalogue La rétrospective sera accompagnée d’un catalogue monographique dont la sortie est prévue en novembre 2023 et qui sera publié par Marsilio Editori. Le volume comprendra un texte de l’historien de l’art et conservateur de la DIA Art Foundation, New York, Jordan Carter, un essai de l’historien de l’art Sakagami Shinobu, un texte d’Alexandra Munroe, historienne de l’art et conservatrice principale au Solomon R.Guggenheim Museum, une contribution conjointe de l’artiste Maurizio Nannucci, avec qui Byars a entretenu une longue correspondance, et de son épouse Gabriele Detterer, ainsi qu’une introduction du commissaire de l’exposition Vicente Todolí. Elle sera également accompagnée de descriptions détaillées des œuvres exposées, d’une chronologie approfondie de l’artiste et d’une vaste documentation photographique de l’exposition.

À l’occasion de l’exposition James Lee Byars, une série d’événements publics seront organisés dans le cadre du programme public du Pirelli HangarBicocca. Le premier événement aura lieu le jeudi 26 octobre dans la salle de lecture et consistera en une discussion avec Stephan Köhler, un conservateur qui travaille avec James Lee Byas depuis 1986.

Certaines des institutions les plus importantes ont exposé le travail de James Lee Byars, notamment le Red Brick Art Museum, Beijing(2021) ; M HKA, Museum of Contemporary Art Antwerp, Anvers (2018) ; MoMA PS1, New York (2014) ; Museo Jumex, Mexico City (2013) ; Carnegie Museum of Art, Pittsburgh (2011 et 1964) ; Kunstmuseum Bern (2008) ; MoMA Museum of Modern Art, New York (2007 et 1958) ; Barbican Centre, Londres (2005) ; Whitney Museum of American Art, New York, Schirn Kunsthalle, Frankfurt, Massachusetts Museum of Contemporary Art, North Adams (2004) ; Museu Serralves, Porto, (1997) ; Fondation Cartier pour l’’art Contemporain, Paris (1995) art contemporain, Paris (1995) ; IVAM Centre del Carme, Valencia, Museum Ludwig, Cologne (1994) ; Stockholm Konsthall (1992) ; Castello di Rivoli Museo d’ Arte Contemporanea, Turin (1989) ; Kunsthalle Düsseldorf (1986) ; Philadelphia Museum of Art, Institute of Contemporary Art, Boston (1984) ; Musée d’ Art Moderne de la Ville de Paris (1984) ; Musée d’ Art Contemporain de la Ville de Paris (1984). Art Moderne de la Ville de Paris, Stedelijk van Abbemuseum, Eindhoven (1983) ; De Appel Foundation, Amsterdam (1978) ; Kunsthalle Bern, Bern, Busch-Reisinger Museum at Harvard, Cambridge (1978) ; Louisiana Museum of Modern Art, Humlebaek (1977) ; Palais des Beaux-Arts, Bruxelles (1974) ; Metropolitan Museum of Art, New York (1971). Son travail a été exposé lors de nombreuses manifestations internationales, notamment la Biennale di Venezia (2013, 1999, 1986, 1980), la Triennale de Yokohama (2011) et la Documenta de Kassel (1987, 1982, 1977, 1972).

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel du Pirelli HangarBicocca.

Le Pirelli HangarBicocca accueille une exposition consacrée à James Lee Byars
Le Pirelli HangarBicocca accueille une exposition consacrée à James Lee Byars


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.