Les merveilleuses aventures des voyageurs du passé, entre le XVe et le XIXe siècle : l'exposition à la Galleria Estense


À la Galleria Estense de Modène, du 21 septembre 2018 au 6 janvier 2019, l'exposition "Aventures merveilleuses. Récits de voyageurs du passé

Du 21 septembre 2018 au 6 janvier 2019, l’exposition Meravigliose avventure. Contes de voyageurs du passé, un itinéraire (il faut vraiment le dire !) qui retrace les expériences de voyage entre le XVe et le XIXe siècle avec des peintures et des sculptures mais aussi des textes illustrés appartenant au riche patrimoine de la Biblioteca Estense Universitaria, ainsi que des arts décoratifs et du matériel ethnographique, prêtés par d’importants instituts tels que le Musée Anthropologique Universitaire de Florence et les Musées Civiques de Modène.

Sous la direction de Martina Bagnoli et Annalisa Battini, l’exposition propose au public divers témoignages des voyages passés, tels que les rapports annuels des missionnaires et les livres publiés par les marchands, les ecclésiastiques, les ambassadeurs et les savants de retour de voyage, qui représentent des témoignages d’une valeur inégalée pour la connaissance de peuples et de mondes encore méconnus en Occident. Les voyageurs d’autrefois n’étaient pas seulement impressionnés par les coutumes et les traditions des peuples qu’ils visitaient, ou par les monuments et les cours qu’ils parcouraient, mais aussi par les caractéristiques naturelles des lieux et leurs traits culturels : de nombreuses descriptions s’attardent en effet sur les rites religieux et les langues. Il sera également possible de se pencher sur les figures de grands voyageurs tels que Jean de Mandeville, Giovan Battista Ramusio, Matteo Ricci, Athanasius Kircher et Carsten Niebhur, Francesco Gemelli Careri, Sybilla Merian et bien d’autres, dont les récits et les études ont aidé les gouvernements européens à entretenir des relations plus confidentielles avec le reste du monde. L’exposition est également complétée par du matériel audiovisuel.

L’exposition est divisée en six sections. La première est consacrée aux pèlerinages en Terre Sainte, documentés dès le IVe siècle, mais dont les relations sont restées longtemps entourées d’une aura d’approximation, du moins jusqu’à l’essor de la puissance maritime de Venise, qui a établi un système fiable de liaisons navales entre la ville et la Palestine, entraînant une augmentation du nombre de pèlerins et, par conséquent, du nombre de témoignages. Il s’agit par exemple du Guide du voyage en Terre Sainte de Francesco Pétrarque, du Tractato de le piu maravegliose cosse de Jean de Mandeville ou du Rapport de pèlerinage de Niccolò III d’Este.

Les sections restantes sont ensuite divisées par continents ou régions. Nous commençons par le Proche-Orient, avec lequel les échanges culturels s’intensifient à partir de la seconde moitié du XVe siècle : tandis que les peintres et les graveurs italiens sont appelés à la cour par le sultan Mohammed II pour réaliser des portraits et des œuvres d’art de toutes sortes, les marchands et les ambassadeurs fréquentent Constantinople afin d’établir de nouvelles relations économiques et diplomatiques ou de consolider les relations déjà existantes avec les conquérants turcs. Les informations fournies par ces voyageurs dans des carnets de voyage souvent illustrés ont rapidement circulé en Europe, devenant des sources documentaires importantes pour connaître la culture et la vie quotidienne de ces lieux et conduisant également à la découverte de chefs-d’œuvre archéologiques tels que Palmyre ou le château d’Alep. Nous poursuivons avec la troisième section, consacrée à l’Afrique, un continent sur lequel les récits ont été moins fréquents. Contrairement aux régions septentrionales, qui faisaient partie intégrante de l’Empire romain, et aux régions occidentales explorées par les Portugais, les régions intérieures de l’Afrique, même au XVIe siècle, restaient largement inconnues. L’Éthiopie a continué d’être considérée comme le pays le plus probable du légendaire prêtre Janni, le souverain chrétien auquel pas moins de soixante-douze rois sont tributaires, jusqu’à ce que la littérature de voyage en réduise l’importance. Avec les ambassades de plus en plus fréquentes à la cour d’Éthiopie, la région a commencé à acquérir des caractéristiques plus précises et plus réalistes. Là encore, une grande partie des informations a été diffusée par les Jésuites par le biais des lettres annuelles envoyées à Rome et des divers ouvrages sur l’histoire et la culture éthiopiennes qui ont été publiés principalement au cours du XVIIe siècle. L’Historia Aethiopica de l’orientaliste allemand Hiob Ludolf, qui vivait au XVIIe siècle et qui est également l’auteur d’une grammaire éthiopienne, est l’un des récits les plus intéressants sur l’évangélisation. À partir du milieu du XVIIe siècle, les activités d’évangélisation menées par les Capucins en Afrique se sont intensifiées : l’œuvre du missionnaire Giovanni Antonio Cavazzi da Montecuccolo, qui a passé près de vingt ans au Congo au milieu du XVIIe siècle, fait partie de la Missio antiqua. Dans son Istorica descrittione de’ regni Congo, Matamba et Angola, l’auteur a mis à profit les expériences acquises au cours de son long séjour dans ces régions, en les complétant par des informations provenant des archives des Capucins.

La quatrième partie est consacrée à l’Extrême-Orient: les premiers à s’aventurer dans ces contrées lointaines ne furent pas des marchands mais des missionnaires franciscains qui, encouragés par la pax mongolica, tentèrent d’y répandre le christianisme. C’est dans ce contexte que se détache la figure de Matteo Ricci, dont le portrait est rapporté dans la Descrizione della Cina (“Description géographique historique, chronologique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise”), aux côtés d’Adam Schaal et de Ferdinand Verbiest, deux autres missionnaires franciscains. Le succès de la mission du moine vénitien inaugure une longue saison d’échanges scientifiques, richement documentés par des textes illustrés d’instruments de mesure mathématiques. L’exposition mentionne également l’Inde, d’où étaient principalement importées des épices et des pierres précieuses. Goa et Calicut étaient les ports les plus fréquentés, non seulement par les Portugais et les Hollandais, et leurs noms reviennent souvent dans les livres de voyage, de l’Itinerario de Ludovic de Varthema au Libro d’Odoardo Barbessa, publié dans les Navigationi et viaggi de Ramusio, qui indique la valeur des pierres précieuses en Inde du Sud et à Ceylan et le prix des épices sur le marché de Calicut. Le commerce des épices a également ouvert la voie à un goût pour les arts décoratifs asiatiques qui a stimulé une mode “à la chinoise” qui a inspiré le mobilier et la vaisselle européens. L’ancienne civilisation de l’Inde a également suscité un grand intérêt chez les voyageurs et les érudits, comme en témoignent les travaux d’Athanasius Kircher, qui a publié une description de l’alphabet sanskrit et la première transcription en Occident des textes du Notre Père et de l’Ave Maria, qui lui avaient été fournis par le missionnaire Heinrich Roth. La médecine orientale a également suscité beaucoup d’intérêt. Le potentiel pharmacopée de nombreuses plantes indiennes a été décrit dans l’Hortus Indicum Malabaricus, enrichi de magnifiques gravures.

Nous passons ensuite à la section consacrée aux Amériques, qui s’ouvre sur une première édition extrêmement rare de la lettre que Colomb adressa à la famille royale espagnole pour lui annoncer la découverte du nouveau continent. Il s’agit d’un document d’une importance fondamentale pour comprendre l’attitude des Européens à l’égard du Nouveau Monde. Colomb est à la fois fasciné par la beauté des lieux et par les populations mythiques qu’il rencontre, mais en même temps ses propos laissent entrevoir les déprédations que les Européens de l’Ouest apporteront à ces terres. Les nouvelles extraordinaires de ce monde inconnu ne tardent pas à se multiplier à travers les rapports des différents explorateurs et, au cours du XVIe siècle, même les terres des cannibales, identifiées au Brésil, se retrouvent sur les cartes. Ce sont surtout Hans Staden, fait prisonnier par le peuple brésilien des Tupinambà, avec lequel il a vécu pendant neuf mois, et Jean de Léry qui ont fourni des descriptions détaillées de la vie et des coutumes de ce groupe ethnique. Les parures de ces peuples ont attiré les collectionneurs occidentaux, à commencer par le Milanais Manfredo Settala, qui a exposé dans son Wunderkammer le manteau à plumes du roi Tupinamba ou les bracelets et bonnets Murrucu. L’exposition met également en lumière la passionnante aventure de Maria Sybilla Merian. À une époque où les voyages scientifiques étaient encore méconnus, contrairement aux voyages commerciaux, une expédition scientifique menée par une femme paraissait presque incroyable. Privée de financement, en partie à cause du scepticisme des soutiens potentiels, Merian part au Surinam pour étudier l’origine et la reproduction des insectes. En 1701, Sibylla Merian rentre chez elle avec une importante série de dessins et d’esquisses sur parchemin, qu’elle continue à travailler en vue d’une publication quatre ans plus tard sous le titre Le metamorphosi degli insetti del Suriname (“Dissertatio de generatione et metamorphosibus insectorum Surinamensium”).

L’exposition se termine par une présentation d’œuvres d’art qui reflètent l’ échange entre les cultures, les techniques et les matériaux que les voyages et les explorations ont favorisé. C’est le cas des natures mortes avec des objets exotiques comme symbole du luxe et de la culture de leurs propriétaires, comme dans la Nature morte avec violon, fruits et verres de Cristoforo Munari, avec des poteries chinoises et un bucchero du Mexique. Certaines des œuvres exposées présentent également des éléments hybrides, tels que des ivoires dévotionnels transportés d’Orient en Occident, représentant Saint Jean Baptiste ou la Madone. Dans la salle Campori de la Biblioteca Estense Universitaria, au deuxième étage du Palazzo dei Musei, une précieuse sélection de cartes géographiques et d’atlas sera également présentée. L’exposition Cartographie entre ancien et nouveau monde est le fruit d’une collaboration entre la Gallerie Estensi, la Fondazione Cassa di Risparmio di Modena et l’Università degli Studi di Modena e Reggio Emilia, où la commissaire Sara Belotti est actuellement chercheuse au département d’études linguistiques et culturelles. L’exposition mettra en lumière certains des documents cartographiques les plus prestigieux et les plus importants de la Biblioteca Estense, dont la célèbre Cosmografia de Ptolémée. Il s’agit d’un codex réalisé pour Borso d’Este qui, outre sa valeur artistique, a une profonde signification historique et scientifique, puisqu’il peut être considéré comme l’un des premiers “atlas” connus qui, en récupérant les connaissances astrologiques et géographiques de l’Antiquité après des siècles d’oubli au Moyen Âge, a servi de modèle aux cartes produites à partir des XVe et XVIe siècles. Nadia de Lutio et Erica Vecchio, bibliothécaires de la Biblioteca Estense, collaborent à l’exposition.

Horaires de visite : tous les jours sauf le lundi de 8h30 à 19h30. Le dimanche de 14 à 19h30. Billets : 10 euros plein tarif, 5 euros réduit (comprend la visite de la Galerie Estense et de la Bibliothèque Estense). L’exposition Meravigliose Avventure sera accompagnée d’un catalogue publié par Franco Cosimo Panini Editore. Pour plus d’informations, visitez le site de la galerie Estense.

Photo : Éléphants d’Éthiopie, Modène, Biblioteca Estense Universitaria

Les merveilleuses aventures des voyageurs du passé, entre le XVe et le XIXe siècle : l'exposition à la Galleria Estense
Les merveilleuses aventures des voyageurs du passé, entre le XVe et le XIXe siècle : l'exposition à la Galleria Estense


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.