Une grande exposition sur le XIVe siècle en Ombrie, dans quatre municipalités de la région


Du 24 juin au 4 novembre 2018 se tient l'exposition Capolavori del Trecento. L'atelier de Giotto, Spolète et les Apennins. À Spolète, Trevi, Montefalco et Scheggino.

Un grand siècle pour une grande exposition en Ombrie. Chefs-d’œuvre du XIVe siècle. Il cantiere di Giotto, Spoleto e l’Appennino, organisée par Vittoria Garibaldi et Alessandro Delpriori, se tient du 24 juin au 4 novembre 2018 dans les communes de Trevi, Montefalco, Spoleto et Scheggino. L’exposition présente environ 70 peintures sur panneau à fond d’or, des sculptures en bois polychrome et des miniatures, qui racontent la merveille environnementale desApennins centraux et la civilisation historico-artistique, civile et socio-religieuse de l’Italie du début du XIVe siècle. Quatre lieux d’exposition sont prévus : à Trevi, le Museo di San Francesco, à Spoleto, le Museo Diocesano - Basilica di Sant’Eufemia et le Museo Nazionale del Ducato, à Montefalco, le Complesso Museale di San Francesco. Au Spazio Arte Valcasana de Scheggino, il sera également possible d’obtenir une documentation complète sur les itinéraires et les lieux à visiter, et des fragments des fresques et de l’une des deux rosaces de l’abbaye de San Salvatore à Campi di Norcia seront présentés.

Le succès, dans le cœur vert de l’Italie, de la leçon révolutionnaire de Giotto et l’étonnante virtuosité des chefs d’école siennois Pietro Lorenzetti et Simone Martini, seront racontés dans l’exposition à travers une constellation d’artistes, souvent anonymes, qui se sont faits les interprètes de l’âme la plus profonde et la plus vraie des Apennins, déclinant des émotions de foi et de douceur, peintes avec un langage pictural intense et une maîtrise technique surprenante. Jusqu’à l’émerveillement que suscitent les chefs-d’œuvre conservés dans des musées et des collections de grand prestige, tels que la Fondation Cini à Venise, le musée Poldi Pezzoli à Milan et l’Alana Collection à Newark(États-Unis). Les visiteurs de ces expositions auront le privilège d’admirer des œuvres rendues visibles au grand public pour la première fois, comme les deux étonnants dossals exposés dans l’appartement de représentation du pape, tous deux provenant de Montefalco et restaurés pour l’occasion par les magistraux ateliers des Musées du Vatican, ou l’extraordinaire réunion du Triptyque avec le Couronnement de la Vierge du Maître de Cesi et du Crucifix avec Christus triumphans, tous deux peints pour le monastère de Santa Maria della Stella à Spoleto, aujourd’hui séparés : pour la première fois depuis le début du XIXe siècle, seront à nouveau réunis.

En visitant les lieux d’exposition, et les lieux du territoire, il sera possible d’entrer dans l’atelier d’un artiste médiéval, de comprendre l’engagement vertueux et fébrile dans la création de fonds d’or, de sculptures, de miniatures, d’orfèvreries, de fresques, dans un kaléidoscope de personnalités raffinées et originales qui ont vécu leur point de référence dans l’une des capitales artistiques de l’Italie médiévale, la cité ducale de Spolète : le Maestro delle Palazze, le Maestro di Sant’Alò, le Maestro di San Felice di Giano, le Maestro di Cesi, le Maestro di San Ponziano, le Maestro della Croce di Trevi, le Maestro della Croce di Visso, le Maestro di Fossa. Le comité scientifique de l’exposition est composé de : Lucia Arbace, Guido Cornini, Andrea De Marchi, Giovanni Luca Delogu, Marica Mercalli, Stefania Nardicchi, Antonio Paolucci, Marco Pierini, Mario Scalini, Lisa Zanni. L’exposition, organisée par Civita Mostre et Sistema Museo, est promue par les municipalités de Trevi, Montefalco, Spoleto et Scheggino, le Polo Museale dell’Umbria, la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio dell’Umbria, la Regione Umbria, l’Archidiocèse de Spoleto-Ouest et le Ministère de l’Intérieur de l’Italie.Archidiocèse de Spoleto-Norcia etAssociation Rocca Albornoziana de Spoleto, avec la contribution de Gal Valle Umbra et Sibillini, ATI 3 Umbria, Vus Com spa, Fondazione Cassa di Risparmio di Foligno, Fondazione Cassa di Risparmio di Spoleto. Trois œuvres très importantes du XIVe siècle, dont la ville a été privée par les spoliations napoléoniennes et la dispersion du patrimoine mobilier qui s’en est suivie, reviennent donc à Montefalco, complexe muséal San Francesco : le grand dossal qui se trouvait sur le maître-autel de l’église San Francesco, une œuvre du Maestro di Fossa, splendide comme une œuvre de Simone Martini; le panneau pour l’autel de la chapelle Santa Croce dans l’église Santa Chiara in Montefalco, une œuvre extrême du plus giottesque des peintres de Spoleto, le Maestro di Cesi; la bannière de procession avec la Passion du Christ, également à l’origine dans l’église San Francesco in Montefalco. L’exposition est l’occasion de reconstituer, dans une opération virtuose, les contextes d’origine et de rendre compte au visiteur de l’extraordinaire saison du XIVe siècle vécue par la ville. À Spoleto, le Museo Diocesano conserve de nombreuses œuvres qui témoignent de la peinture et de la sculpture en bois dans cette région depuis le milieu du XIIIe siècle jusqu’aux années 1950. La section d’exposition, qui présente des chefs-d’œuvre du Maître de Cesi et du Maître de San Felice di Giano, complète l’exposition de l’église de San Francesco in Trevi. Le “Triptyque avec le couronnement de la Vierge” du Maître de Cesi provenant du Musée Marmottan Monet de Paris et le Paliotto du Maître de San Felice di Giano provenant de la Galerie nationale de l’Ombrie revêtent une importance particulière. Le rapport entre la sculpture en bois et la polychromie, si important pour le XIVe siècle à Spoleto, peut être étudié de manière circonstancielle, afin de mettre en relation des sculpteurs et des peintres qui ont pu se trouver dans le même atelier, voire dans la même personne.

Toujours à Spolète, à la Rocca Albornoz - Musée national du duché de Spolète, on présente l’antécédent de la peinture du XIVe siècle à Spolète, avant la révolution de Giotto, précédé par les peintres présents dans l’atelier d’Assise au moment de l’arrivée de Cimabue. En particulier, le Maître des Palais, qui plonge ses racines culturelles dans la tradition de Spoleto et représente en même temps le moment du changement de génération entre les peintres du XIIIe siècle et ceux qui ont transformé l’art “du grec au latin” (Cennino di Andrea Cennini, 1370 - 1427, se référant à Giotto dans “Il libro dell’arte” ou “Trattato della pittura di Cennino Cennini da Colle di Valdelsa”, ed.). L’artiste anonyme a laissé sur les murs de l’église de Santa Maria Inter Angelos ou delle Palazze, située sur les pentes de Monteluco, un cycle mural à sujet sacré d’un intérêt particulier, réalisé à la fin du XIIIe siècle. Bruno Toscano a souligné leurs caractères avec un fort accent cimabuesque et a lié leur chronologie à la présence du peintre florentin à Assise, ce qui n’est pas confirmé par certaines dates, mais à la veille de l’arrivée de Giotto. Vers 1920, la plupart des fresques ont été détachées et, entre 1924 et 1931, certaines d’entre elles ont été achetées par cinq musées américains(Museum of Fine Arts de Boston, Glencairn Museum de Bryn Athyn, FoggArt Musem de l’université Harvard à Cambridge, Wadsworth Atheneum Museum of Art de Hartford et Worcester Art Museum). En 1964, l’une des scènes conservées a été détachée et cinq morceaux des fresques restées in situ ont été transférés au Musée national du Duché. Le projet prévoit une recomposition virtuelle grandeur nature de l’emplacement des fresques dans l’une des salles de la Rocca, à travers une mise en page graphique et des images en noir et blanc des fresques aujourd’hui conservées dans les musées américains.

Dans l’église San Francesco de Trevi, à côté de la Pinacoteca Comunale (Galerie d’art municipale), se trouve une splendide et gigantesque croix façonnée datant d’environ 1317. Il s’agit d’une œuvre extraordinaire en termes de conservation et de qualité, peinte par l’un des principaux protagonistes de cette saison, le Maître de la Croix de Trevi (nommé d’après son œuvre la plus représentative), le même bien-aimé de Roberto Longhi qui l’a baptisé Maître de 1310. Il a sans doute participé à la décoration d’Assise et était probablement déjà actif à la fin du XIIIe siècle, précisément en parallèle avec la présence de Giotto en Ombrie. L’œuvre de Trevi est symptomatique de ce moment, elle porte en elle toute la force du peintre toscan, mais aussi l’expressivité locale, la capacité de parler au spectateur, la conscience d’un message direct à ceux qui la regardent. Étudier le Maître de la Croix de Trévi, les peintres et les sculpteurs sur bois (qui, dans certains cas, pouvaient se correspondre), actifs à Spoleto et dans les environs à la fin du XIIIe siècle et au début du siècle suivant, signifie reconstruire pour la première fois un tissu déchiré et en grande partie perdu, mais d’une qualité exceptionnelle. C’est pouvoir réexaminer un panorama artistique nouveau et, pour ce territoire, fortement identifiable. Dans le même lieu sera exposé le corpus d’œuvres du Maestro di Fossa, une très haute personnalité capable de s’éloigner de la culture de Giotto, mais greffée avec la grâce de Simone Martini en parfait parallèle avec Puccio Capanna. Véritable et grand artiste de Spolète au milieu du XIVe siècle, le Maestro di Fossa est un phare pour tout l’art à suivre au XVe siècle. Tout le développement de la peinture locale est basé sur son enseignement, depuis le possible Bartolo di Spoleto, le soi-disant Maestro dei Calvari, jusqu’aux débuts de Giovanni di Corraduccio. Au Spazio Arte Valcasana de Scheggino, il sera possible d’obtenir une documentation complète des itinéraires et des informations sur les lieux à visiter.

Scheggino présentera également quelques fragments des fresques et une des deux rosaces de l’abbaye de San Salvatore à Campi di Norcia, un joyau de l’art roman gravement endommagé par le tremblement de terre, qui fait actuellement l’objet d’un exigeant projet de récupération et de restauration des fresques subsistantes, supervisé par la Surintendance de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage de l’Ombrie et l’Institut supérieur pour la conservation et la restauration. Les itinéraires, organisés et suggérés dans la région, permettront aux visiteurs de connaître un patrimoine précieux et unique, même si d’importants témoignages de ce patrimoine ne seront pas visibles en raison des dommages causés par le tremblement de terre. Au départ du Spazio Arte Valcasana de Scheggino, les itinéraires concerneront quatre régions : Ombrie, Marches, Latium et Abruzzes. Vingt-neuf communes sont concernées, dont 19 en Ombrie, avec 72 églises et plus d’une centaine d’œuvres et de cycles picturaux : toute la vallée de la Valnerina est touchée, ainsi que la Valle Umbra, les zones de Folignate et Spoletino, Nocera Umbra, Fossato di Vico et certaines zones de la région de Ternano, la province de Macerata, la zone de Reatino, L’Aquila et ses environs.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.capolavorideltrecento.it.

Une grande exposition sur le XIVe siècle en Ombrie, dans quatre municipalités de la région
Une grande exposition sur le XIVe siècle en Ombrie, dans quatre municipalités de la région


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.