Culture et patrimoine: les deux grands oubliés de cette campagne électorale


L'une des campagnes électorales les plus pathétiques de l'histoire s'est achevée: les grands absents ont été les questions de la culture et de la protection de l'art.

Ce qui vient de se passer restera comme l’une des campagnes électorales les plus pathétiques de l’histoire récente. Nous avons tout vu: Salvini qui, au milieu des désormais habituelles diatribes contre les immigrés, a exploité les images d’un anarchiste blessé pour ses messages sournois, Beppe Grillo qui a proposé des déductions ridicules sur le sujet des mammographies, la cérémonie d’investiture pour célébrer le énième changement de tunique de Martina Nardi, Alessandra Moretti signant des appels à tout va (pourvu que cela suffise à obtenir des voix), Renzi parlant de bonnes écoles et ne sachant pas l’italien, le petit siparietto très oubliable de Berlusconi dans l’émission de Fabio Fazio. Et puis les divers dîners et apéritifs offerts par un peu tous les partis dans les plus minuscules communes d’Italie pour grappiller quelques voix de plus, le chaos des imprésentables, le silence électoral pour lequel il semble que les réseaux sociaux ne comptent pour rien. Des pratiques de campagne, pourrait-on penser. Mais il y a plusieurs raisons de penser que, cette fois-ci, nous avons touché des profondeurs de bassesse qui n’avaient guère été atteintes auparavant.

Je pense aux diverses escarmouches auxquelles nous avons assisté sur le web: s’il est vrai que les pages politiques des réseaux sociaux sont devenues un exutoire de frustrations et, pour ce qui nous concerne, un motif de réflexion sur le fossé qui sépare les gens intelligents des imbéciles et qui ressort avec insistance de certaines discussions, il est vrai aussi que les nombreuses et tristes querelles entre factions opposées sur les différents sites ont porté le niveau des discussions à des sommets de futilité et d’absurdité sans précédent. Et même ceux qui se présentent comme la nouveauté et le changement se sont maintenant habitués à cette spirale de misère intellectuelle et ont été entraînés dans ces viles tourbillons. Mais il y a une chose qui fait beaucoup réfléchir: on a très peu parlé des programmes. Cette campagne électorale s’est jouée principalement sur des slogans, visant non pas à faire émerger des idées ou des intentions pour l’avenir des citoyens, mais plutôt des divergences, souvent jouées sur des arguments de très bas niveau, à l’égard du parti concurrent, de l’adversaire, de l’autre candidat.

Antonio La Trippa

Et si l’on a très peu parlé dans cette campagne électorale de programmes et de résolutions pour l’avenir, comment aurait-on pu parler d’art ou de culture? Prenons l’exemple du programme de l’un des candidats les plus médiatisés de ces élections régionales: Enrico Rossi, qui se présente en Toscane. Sur le site du mouvement qui le soutient, on ne trouve que six misérables infographies dans lesquelles le secteur culturel n’est pas du tout mentionné. Il en va de même pour sa campagne"25 propositions" pour la Toscane: il n’y en avait qu’une, une seule, qui concernait la culture. Pourtant, la Toscane, en matière de culture, devrait avoir de quoi s’occuper. Pourtant, il n’y a pas si longtemps encore, la terrible métaphore de la culture comme pétrole de l’Italie résonnait sur les lèvres de presque tous les hommes politiques. Pourtant, tous ont répété le mantra de la valorisation presque jusqu’à l’épuisement. Il semble qu’avec cette campagne électorale, la culture ne soit pas seulement passée au second plan (ce qui aurait été un luxe), mais qu’elle ait été complètement oubliée.

Comment un homme politique qui ne considère pas la culture comme une priorité peut-il être crédible? Comment un homme politique qui ne considère pas la protection du patrimoine artistique comme cruciale pour le destin du territoire qu’il administre peut-il être candidat à la présidence d’une région? Comment est-il possible que l’on accorde si peu d’attention à des questions qui revêtent une importance fondamentale à bien des égards: pour la préservation de notre passé, pour la mémoire de ce que nous avons été, pour la création d’emplois, pour donner une chance à tant de jeunes, pour la capacité de faire de l’Italie un pays encore attrayant.

Mais nous ne devons pas nous contenter de constater à quel point le niveau atteint par notre classe politique est bas. Malheureusement, le véritable changement ne peut venir que de nous-mêmes, qui nous soucions vraiment de notre culture: puisque nous ne pouvons pas compter sur ceux qui nous administrent, nous devons prendre conscience que les premiers gardiens et administrateurs de notre patrimoine culturel sont nous, les citoyens. Visiter un musée, lire un livre supplémentaire, écouter de la bonne musique et, bien sûr, se désintéresser des querelles de taverne au quatrième degré sur des sujets futiles et éviter de s’enthousiasmer pour des rassemblements électoraux farfelus et anachroniques sont autant de réponses que nous pouvons donner au désintérêt pour la culture. Si le changement vient à nous, il se peut que, tôt ou tard, les hommes politiques changent eux aussi leur façon de se comporter avec les électeurs. Et peut-être que demain, le système changera lui aussi.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.