Enquête sur Pompéi, partie II Choc de Pompéi, communication grandiloquente: la conservation à l'esprit ?


La communication grandiloquente du Parc de Pompéi est-elle suivie d'un programme de protection, d'entretien et de mise en valeur tout aussi fort? Deuxième partie de l'enquête sur Pompéi.

Dans le premier épisode de cette enquête, nous avons parlé de la relation entre la zone archéologique de Pompéi et le territoire environnant, en notant que le boom médiatique qui a suivi le Grand Projet Pompéi, d’une valeur de 105 millions d’euros, n’a pas conduit à une augmentation de l’intérêt du public local et campanien. Dans ce deuxième épisode, nous analyserons plus en détail les stratégies de communication adoptées, en nous entretenant avec des archéologues pompéiens et non pompéiens, en nous concentrant ensuite sur ce qui n’est pas dit à propos du parc: les coûts d’entretien et la planification à long terme.

Le choc de Pompéi

La communication est peut-être l’aspect qui a changé le plus radicalement sous la nouvelle direction de Massimo Osanna, qui a débuté en 2014. L’aspect qui a été un succès, un changement de rythme, en termes d’impact médiatique et de vente de billets, et qui n’a attiré la critique du public que ces derniers mois, avec des articles dans ce journal et d’autres. Mais en quoi consiste, dans le détail, cette approche médiatique?

En bref, en empruntant des termes et un langage à d’autres mondes, notamment celui du cinéma, le Parc de Pompéi est parvenu ces dernières années, avec un rythme cadencé, à s’introduire dans tous les journaux, y compris internationaux, avec de “nouvelles découvertes”. En règle générale, l’annonce est faite exclusivement par l’ANSA, de sorte que les autres journaux et journalistes doivent décider s’ils s’en tiennent à ce lancement ou s’ils attendent le communiqué de presse du Parc, qui est publié dans les heures qui suivent. Si l’on s’en tient aux titres des lancements de l’ANSA, on peut rappeler par exemple"le dernier fugitif","le trésor de la sorcière“, ”Pompéi en lumière rouge“, ”l’inscription qui change l’histoire", ainsi que le plus récent"street food shop". A ces titres s’ajoutent des hypothèses prises pour argent comptant (“un serviteur et son maître” ; “un voleur”) par la direction du parc en l’absence de preuves, le tout afin de créer un récit captivant et émotionnel. Selon toute vraisemblance, cela a contribué à concentrer la croissance des flux touristiques du quinquennat 2014-2019 sur lazone archéologique de Pompéi, ne laissant aux quatre autres sites visitables appartenant au Parc que les miettes, comme nous le verrons dans la troisième partie de cette enquête. "Pompéi, nous disait Laura Noviello, étudiante en archéologie et activiste locale, dans la première partie de cette enquête, est dans l’imaginaire collectif, et l’histoire de l’archéologie elle-même est allée de pair avec celle du site. Le sensationnalisme entraîne une banalisation de contenus souvent déjà connus, qui mériteraient au contraire d’être étudiés en profondeur, et le risque de priver d’espace des sites périphériques qui méritent plus d’attention".

En effet, l’archéologie est née à Pompéi et l’archéologie est Pompéi dans l’imaginaire populaire: combien de fois n’avez-vous pas lu “un peu de Pompéi” à propos de découvertes archéologiques qui n’avaient rien à voir avec la réalité de Pompéi? Depuis 1748, la discipline a pourtant fait d’énormes progrès, passant de la phase des “belles découvertes” à l’étude de la culture matérielle dans son ensemble. C’est précisément dans les années 1970, lorsque l’archéologie s’est dotée d’un mode de fonctionnement plus scientifique basé sur des procédures standardisées, qu’elle a dû s’écarter du"postulat pompéien" et reconnaître que Pompéi est unique, une exception qui n’est pas représentative de la discipline archéologique. Mais si cela est désormais clair pour les initiés, cela l’est beaucoup moins pour le public.

Cela pose un problème en particulier pour les personnes impliquées dans l’archéologie en dehors de Pompéi. Ester Lunardon est archéologue et militante de l’association Mi Riconosci, qui a critiqué à plusieurs reprises la ligne de communication du Parc. Selon elle, le point le plus critique de la communication de Pompéi est un point en particulier: “En faisant croire qu’intact est synonyme d’extraordinaire, d’important, explique-t-elle, on porte un grave préjudice à l’archéologie, en déformant la vision que les gens ont de ce sujet. Beaucoup de découvertes archéologiques importantes ou exceptionnelles sont liées à des traces ou des fragments minimes. Les personnes présentes sur les chantiers de construction le savent, et souvent les gens ordinaires avec qui l’on doit traiter ont l’impression que l’archéologue invente l’importance de la découverte, peut-être une rangée de pierres ou un chemin de terre, parce qu’ils ont en tête des images d’élévations peintes et intactes. Mais l’archéologie, c’est bien plus que cela et il est de son devoir de l’expliquer, dans un langage simple et efficace, mais sans ”raccourcis" nuisibles.

Ces doutes ne sont pas l’apanage de ceux qui ne sont pas pompéiens. Pour Luciana Jacobelli, archéologue qui travaille à Pompéi depuis une trentaine d’années et qui a associé son nom aux fouilles des thermes suburbains, “Pompéi est un rêve d’archéologue, c’est un contexte où l’on trouve partout des structures presque intactes, où les lapilli conservent exceptionnellement les peintures. Mais c’est précisément pour cette raison que chaque nouvelle fouille, au lieu d’être destinée à fournir aux journaux des découvertes ”sensationnelles“, devrait s’inscrire dans un processus d’entretien, de conservation et d’élargissement de nos connaissances archéologiques historiques. De plus, ajoute-t-il, ces nouvelles ne sont pas accompagnées de publications scientifiques, mais seulement de brefs rapports qui ne permettent pas aux archéologues du monde entier de se faire leur propre idée du contexte sur la base des données disponibles. La peinture d’un coq trouvée à Pompéi, après 270 ans de fouilles, peut difficilement apporter quelque chose à la recherche archéologique: à Pompéi, il serait beaucoup plus sensationnel de ne rien trouver, que de trouver des environnements et des structures déjà connus en abondance”. Au cours de notre conversation téléphonique, Mme Jacobelli souligne un fait qui l’a frappée lors de la diffusion du documentaire Pompeii: Ultima Scoperta, le 27 décembre dernier, qui a été au centre d’une controverse en raison du choix d’une production française qui excluait la RAI. Le documentaire a diffusé des moments d’une fausse fouille archéologique, pour les caméras, dans laquelle des objets intacts qui venaient d’être trouvés ont été extraits du lapillis sans avoir été documentés et photographiés: un geste qu’aucun archéologue, et nous sommes sûrs que même Massimo Osanna, ne ferait jamais, et que Jacobelli compare aux fausses fouilles mises en place au XVIIIe siècle par les Bourbons à l’occasion de visites diplomatiques. Des images qui n’aident certainement pas le public à comprendre le travail de l’archéologue.

Un autre aspect ressort clairement de l’analyse de Noviello et Lunardon: en calculant sur la pertinence de Pompéi, qui a déjà un avantage médiatique sur tous les autres sites en raison de l’histoire et de la nature du site, on finit par priver d’espace de respiration et de visibilité des sites moins connus qui ne sont pas moins pertinents pour l’histoire de l’Italie et de l’Europe. Des sites où une photographie ne suffit souvent pas à passionner le lecteur, mais qui sont capables de raconter des histoires et d’aider le public à démêler la complexité des sociétés humaines du passé. Je crois que les sites à forte visibilité médiatique devraient aider la discipline, et je crains qu’ils ne l’entravent au contraire", conclut M. Lunardon.

Le thermopoly découvert en 2019. Ph. Parc archéologique de Pompéi
La thermopole découverte en 2019. Ph. Parc archéologique de Pompéi


Massimo Osanna rapporte le 17 janvier 2021 sur Rai Tre (Che tempo che fa) de la thermopolis découverte en 2019
Massimo Osanna en reportage le 17 janvier 2021 sur Rai Tre(Che tempo che fa) à partir de la thermopole découverte en 2019.


Parc archéologique de Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello
Parc archéologique de Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello


Parc archéologique de Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello
Parc archéologique de Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello

Les nœuds non résolus

Il est un autre aspect que la communication musclée menée par le Parc ces dernières années a laissé dans l’ombre: celui de l’entretien de ce qui a été fouillé. "Dans les années 90, explique encore Luciana Jacobelli, les fouilles avaient été interrompues parce qu’il n’y avait pas assez d’argent pour garantir l’entretien de ce qui avait déjà été fouillé. Très peu de choses ont été dites ces dernières années sur les travaux d’entretien, qui ont également fait la une des journaux entre 2013 et 2014 pour une série de restaurations accordées avec un rabais de plus de 50 % (les premières de l’époque du Great Pompeii Project) sur lesquelles le parquet avait enquêté, mettant également en évidence de probables infiltrations de la mafia. Carlo, l’habitant de Pompéi que nous avons rencontré dans la première partie de l’enquête, explique qu’Osanna s’est donné beaucoup de mal pour mettre fin à de vieilles dynamiques, et qu’il a le mérite d’avoir “construit une image de Pompéi comme un énorme chantier. Il a imposé un autre regard. Mais ceux qui fréquentent le site savent très bien que Pompéi est en danger constant de dégradation, en quelques mois ou années les graffitis que nous voyons aujourd’hui peuvent disparaître. Nous avons une grande responsabilité vis-à-vis des générations futures”.

Pompéi est en effet un site dont l’entretien nécessite des fonds importants: 44 hectares fouillés à l’air libre. L’argent du Grand Projet Pompéi, comme on l’a dit, est épuisé. Le parc a certes des revenus importants: en 2019, les revenus de la zone archéologique ont atteint 41 millions d’euros, ce qui est suffisant pour une bonne planification. Mais entre les coûts de gestion et les quotas à céder aux concessionnaires, le Parc se retrouve avec beaucoup moins: pour les services de restauration et de cafétéria (plus de 2 millions d’euros), tout reste à la charge du concessionnaire, et même pour les services d’audioguide, les préventes, les visites guidées et les librairies, environ 90 % des fonds vont à des tiers. Pour la billetterie, la part est plus faible et environ 70 % restent au Parc, mais à ce stade, la vente de billets en ligne est encouragée, comme nous le savons. En fait, les fonds du Grand Projet Pompéi, selon les indications initiales, ne devaient pas être consacrés à de nouvelles fouilles, mais à la restauration, à la sécurité et à la mise en valeur. Est-il prévu de préserver tout ce qui est mis au jour ?

Des photos de “Leda et le cygne”, mises en lumière en 2019, apparaissent sur les médias sociaux, exposées aux rayons du soleil plusieurs heures par jour et recouvertes uniquement d’une feuille de métal, tandis que des barrières continuent de caractériser de grandes parties du site qui ne peuvent pas être visitées et sont loin des projecteurs. Et ce n’est pas tout: pour le parcours"Pompéi pour tous", réalisé grâce aux fonds du Great Pompeii Project, qui a porté à plus de trois kilomètres la partie du parc accessible aux visiteurs handicapés moteurs, de la chaux hydraulique a été utilisée à plusieurs endroits pour “aplanir” les chemins non souterrains. Si la noblesse de l’intention ne fait aucun doute, l’intervention généralisée de ces matériaux a considérablement modifié le visage de la zone archéologique, à l’instar de ce qui s’est passé récemment à l’Acropole d’Athènes, un autre site remarquable visé par le tourisme de masse. On peut se demander si les fonds, dépensés avec grand succès pour les fouilles de Regio V et maintenant terminées, n’auraient pas pu être utilisés pour des interventions plus prévoyantes. Nous aborderons cette question dans la troisième partie de cette enquête.

La fresque avec Léda et le cygne au soleil. Ph. Crédit Giuseppe Di Leva
La fresque avec Léda et le cygne au soleil. Ph. Crédit Giuseppe Di Leva


Peintures murales au soleil. Ph. Crédit Giuseppe Di Leva
Peintures murales au soleil. Ph. Crédit Giuseppe Di Leva


Les barricades à Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello
Barricades à Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello


Basalte et chaux. Ph. Crédit: Laura Noviello
Basalte et chaux. Ph. Crédit Laura Noviello


Les barricades à Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello
Transennes à Pompéi. Ph. Crédit Laura Noviello


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.