Paola D'Agostino (directrice du Bargello): "Aller au musée sera comme faire une visite privée extraordinaire".


Entretien avec la directrice des musées du Bargello, Paola D'Agostino: voici comment les cinq musées du pôle préparent leur réouverture, et ce qu'il faudra faire pour rapprocher les citoyens de la culture.

Comment se déroulent les opérations en vue de la réouverture des musées du Bargello? La directrice, Paola D’Agostino, nous explique ce qui a été fait pendant la période de fermeture due à la propagation du coronavirus Covid-19, ce qui est fait pour préparer les cinq musées du groupe (Museo Nazionale del Bargello, Museo delle Cappelle Medicee, Museo di Orsanmichele, Casa Martelli et Palazzo Davanzati) à accueillir à nouveau le public, et ce qu’il faut faire pour relancer la culture et rapprocher le plus possible les citoyens de l’institution. L’interview est réalisée par Federico Giannini, rédacteur en chef de Finestre sull’Arte.


Paola D'Agostino
Paola D’Agostino

FG. Dr. D’Agostino, comment se sont déroulées les activités pendant les semaines de fermeture des musées du Bargello?

PD. Nous avons fermé au public le 8 mars, après quoi nous avons eu une semaine d’organisation en un temps record grâce à la coopération du personnel et de toutes les personnes impliquées, car le ministère n’était pas habitué à travailler en mode agile: en mars, nous n’avions que deux employés dans ce régime, un fonctionnaire et une assistante administrative, qui avaient commencé en août dernier un projet expérimental de travail agile MiBACT. Dès le 13 mars, nous nous sommes donc retrouvés à devoir l’appliquer à tout le monde, et par tout le monde j’entends non seulement les fonctionnaires et les assistants administratifs: nous avons mis en place, en très peu de temps, un planning de projet également pour le personnel d’utilisation, d’accueil et d’encadrement. En outre, pendant toute la période de fermeture, le chef du bureau technique et moi-même nous sommes rendus dans les musées au moins une fois par semaine, en alternance, ou une fois tous les quinze jours ensemble, pour visiter et vérifier l’état des collections et des bâtiments. Ainsi, bien que nous soyons dans cette situation privilégiée (c’est un sentiment très étrange) qui nous a permis de voir des musées silencieux, d’une beauté très évocatrice, nous n’avons jamais ressenti auparavant le manque de visiteurs: pour les atteindre, les fonctionnaires historiens de l’art ont développé des talents de communication, et ensemble avec notre bureau de communication, avec la coordination du responsable de la communication, ils ont travaillé pour créer une campagne Instagram très efficace et attrayante - From Bargello with love. En outre, il y avait l’agent de sécurité de la vigilance, que j’ai également remercié publiquement à plusieurs reprises, car on n’a pas donné assez de visibilité au fait que tous nos lieux de culture sont restés en sécurité: Ces travailleurs ont assuré la sécurité tout en surveillant de près ces lieux très fragiles et délicats, ce qui est vraiment louable, compte tenu du fait que nous souffrons d’une pénurie de personnel qui n’a pas changé avec la situation d’urgence, mais qui s’est même aggravée. Nous avons donc créé ce groupe de valeureux qui a assuré la sécurité des sites et qui s’est progressivement élargi au cours du mois d’avril, et le personnel, même à distance, a donné une grande preuve de sa capacité d’organisation, de son sens du devoir et de son esprit de partage, et c’est peut-être là un aspect positif de toute cette histoire tragique.

Maintenant que les réouvertures ont commencé, les musées avancent un peu en ordre dispersé, car les dates de réouverture ne sont pas les mêmes pour tous: quand les musées nationaux du Bargello rouvriront-ils? Et au-delà des prescriptions obligatoires prévues par le MiBACT, quelles mesures supplémentaires comptez-vous prendre pour garantir une visite en toute sécurité?

Nous allons procéder à une ouverture progressive, car les musées du Bargello sont un organisme très différent et très délicat, puisqu’ils sont constitués de cinq bâtiments monumentaux individuels qui posent déjà des problèmes en période d’accès normal. Nous étudions des itinéraires uniques avec un nombre réduit de visiteurs et les horaires sont encore en cours d’élaboration. Nous ne serons pas parmi les premiers à rouvrir, mais nous espérons ouvrir le Palazzo Davanzati et le Musée des Chapelles Médicis (avec des parcours à sens unique et un quota d’entrées), tandis que nous rouvrirons le Musée National du Bargello plus tard en août parce que nous avions déjà une série d’appels d’offres en cours, dont un très important et urgent pour la sécurité du patrimoine, qui comprend le début d’une révision conservatrice des armoiries des podestats de la cour, de la façade extérieure et de la tour médiévale, qui est la deuxième tour la plus haute de Florence. Par conséquent, pour des raisons bureaucratiques, les travaux ne pourront commencer qu’après la mi-juin, mais nous avons profité de l’occasion pour entamer un autre travail très important qui ne peut être reporté, à savoir la rénovation des toilettes pour le public, qui étaient obsolètes et totalement inadaptées aux exigences sanitaires d’urgence, et il s’agissait d’un appel d’offres que nous avions attribué au début du mois de mars. A ce stade, nous préférons donc rouvrir plus tard, mais avec plus de sécurité. Pour la période pendant laquelle le musée national du Bargello ne sera pas ouvert au public, nous préparons une série de contenus qui seront distribués également en ligne par le biais de nos canaux afin d’inciter le public à nous donner du temps pour leur en dire plus sur le Bargello, de sorte que lorsque les portes seront rouvertes, les visiteurs seront encore plus conscients. Pour Orsanmichele et Casa Martelli, nous étudions quand et comment rouvrir, car ce sont des lieux d’une grande délicatesse. Il faut savoir que, comme l’a dit le comité technico-scientifique et comme l’a répété le ministère, les réouvertures seront progressives, notamment pour évaluer le flux de visiteurs, l’évolution de la pandémie et, en général, toutes les précautions avec lesquelles nous sommes désormais habitués à vivre au quotidien. En ce qui concerne la visite, l’utilisation des audioguides est suspendue pour le moment, même si notre concessionnaire dispose d’audioguides qui ont été scrupuleusement désinfectés après chaque utilisation bien avant l’urgence sanitaire. Il n’y a donc pas de problème, mais nous avions déjà mis à disposition des brochures téléchargeables sur notre site en décembre dernier, et il y a donc une rubrique sur notre site qui s’appelle Le musée Bargello à portée de main, qui permet à chaque visiteur de télécharger du contenu sur son téléphone portable ou sa tablette et d’arriver déjà équipé pour faire une visite en toute autonomie.


Le musée du Bargello
Le musée du Bargello



Musée des chapelles Médicis, la nouvelle sacristie de Michel-Ange. Ph. Crédit Andrea Jemolo
Musée des Chapelles Médicis, Nouvelle Sacristie de Michel-Ange. Ph. Crédit Andrea Jemolo

Vous avez évoqué les flux de visiteurs: Il faut évidemment s’attendre à des baisses drastiques, d’une part parce que les gens auront peur d’être infectés et se déplaceront donc peu, d’autre part parce qu’ils auront peur d’infecter d’autres personnes (les experts nous disent en effet que personne ne peut savoir comment et à quel point il peut être infecté), et enfin parce que l’expérience (j’ai été infecté par le virus de la grippe aviaire) ne permet pas de savoir à quel point on peut être infecté. ) et d’autre part parce que l’expérience (je pense aux musées suédois qui n’ont jamais fermé, même dans les phases les plus aiguës de l’épidémie) nous apprend que, même lorsque les musées sont ouverts, le respect et la peur sont tels que les chiffres chutent dramatiquement. Il y aura donc un travail de reconquête à faire qui ira peut-être au-delà des informations sur la tendance épidémiologique. Comment retrouver cette confiance lorsque la situation le permet?

Je crois que l’idée d’ouvrir progressivement les musées et d’équiper tout le personnel des dispositifs de sécurité qui ont été demandés donnera le message que les gens pourront visiter les musées en toute tranquillité et sécurité, en gardant leurs distances. C’est pourquoi de nouveaux plans seront élaborés pour surveiller les entrées encore plus qu’auparavant. En effet, en donnant la possibilité de visiter les musées non pas avec une masse de personnes mais avec un nombre limité et avec la possibilité de visites à sens unique, il sera possible de voir les musées et les expositions comme s’il s’agissait d’un, de deux ou de trois visiteurs, ce qui laissera également une grande marge de manœuvre pour effectuer une visite exceptionnelle. Ce que nous voulons, c’est que les citoyens se réapproprient leur patrimoine. On parle toujours de tourisme, de Florentins qui se sentent renvoyés de leurs musées, mais je crois qu’il faut mener une opération plus profonde, qui va au-delà de l’incitation à venir redécouvrir son patrimoine, et qui insiste sur le fait qu’on peut le faire en toute tranquillité.En toute sécurité et aussi avec plaisir, car pour ceux qui ne sont pas passionnés par l’histoire de l’art, cela peut sembler une contradiction, mais aller au musée provoque une myriade de sensations et de stimulations, non seulement visuelles, mais aussi en termes d’associations: chaque œuvre est regardée à chaque fois avec des yeux différents, et l’idée même de raconter des œuvres sur des canaux numériques est née précisément dans le but de faire voir de nombreuses œuvres méconnues. Les opérations de ce type suscitent la curiosité, comme nous l’avons d’ailleurs constaté de manière triviale avec les commentaires sur Instagram de nombreuses personnes qui ne se souvenaient pas que certaines œuvres étaient conservées au Bargello: notre densité d’exposition est telle que, bien sûr, tout le monde connaît le Bacchus de Michel-Ange, la Costanza Bonarelli du Bernin, le David de Donatello, les œuvres de Verrocchio, mais peut-être que tout le monde ne connaît pas l’étonnante collection de majoliques, les ivoires...la collection islamique, les fresques giottesques avec le plus ancien portrait de Dante, ou la dentelle que nous exposons actuellement dans le cadre de l’exposition Bellezza e nobili ornamenti nella moda e nell’arredo del Seicento, et lorsque nous rouvrirons le musée de la chapelle Médicis, la chapelle des Princes pourra être appréciée par ceux qui viendront la visiter. sera appréciée par ceux qui viennent visiter les musées dans une magnificence absolue parce que le 12 mars, après plus de vingt ans, nous avons enlevé l’échafaudage, et aujourd’hui elle est claire, et elle sera vue comme beaucoup ne l’ont jamais vue (cela vaut certainement pour ceux qui sont nés depuis 1999), et beaucoup de ceux qui l’ont vue dans le passé ne s’en souviendront sans doute pas. Moi-même, après l’avoir vu complètement vide, au-delà de l’émotion, j’ai eu un moment d’égarement. Je crois donc que beaucoup de ceux qui approchent leur patrimoine auront à nouveau ce sentiment de surprise: ces derniers temps, l’accent a été mis sur la création de l’événement, de l’occasion, de l’exposition, sur le fait d’aller dans un musée parce qu’il y a quelque chose à voir et, par conséquent, de présenter ce quelque chose comme un spectacle que l’on voit maintenant ou que l’on ne reverra jamais. Cet aspect continuera certainement à faire partie de la visite des musées, mais ce qui distingue tous les musées italiens du reste des musées du monde, c’est que nous sommes une exposition permanente: revenir les voir encore et encore, c’est donc se donner le privilège de se surprendre et de les découvrir petit à petit, sans l’angoisse de vouloir tout voir d’un coup parce que cela disparaît.

Le lien entre les citoyens et le patrimoine est un autre des thèmes fondamentaux sur lesquels on insiste beaucoup en ce moment, et même les mesures sur le tourisme incluses par le gouvernement dans le décret de relance renvoient en partie à cette invitation à redécouvrir notre patrimoine. Mais les chiffres sont sans appel, car les dernières statistiques de l’Istat montrent qu’en un an 69% des Italiens ne sont jamais entrés dans un musée, tandis que ce chiffre atteint 75% pour les expositions et 80% pour les sites archéologiques. Que pouvons-nous faire pour stimuler une curiosité que nous n’avons manifestement pas su assez bien éveiller? Quelles stratégies, quels éléments novateurs pouvons-nous introduire pour susciter une réponse de la part des Italiens?

Les Italiens ne vont pas voir leurs musées, mais lorsqu’ils voyagent à l’étranger, ils sont des visiteurs voraces des musées d’autres pays. Cela dit, je pense que nous devons mener une campagne de communication à plusieurs niveaux. Il est vrai que la communication numérique a un succès énorme, mais il est vrai aussi que les visiteurs italiens ont une tranche d’âge si élevée que la moitié de la population n’a pas ou peu accès à l’Internet. Il faut donc expliquer beaucoup de choses dans la presse, avec des campagnes de communication ad hoc que le MiBACT, je l’espère, entreprendra d’abord au niveau central, comme il l’a fait lorsqu’il a lancé le spot L’arte ti somiglia ou le spot pour la prime à l’art en 2020, précisément dans le but de donner un sentiment d’appartenance au patrimoine public. Je crois également qu’un changement culturel profond est nécessaire (même si nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’il se produise dans les quelques mois qui nous séparent de la fin de l’année 2020) pour lequel nous devrons tous, professionnels et citoyens, nous habituer à devenir un peu des touristes dans nos villes. Je le dis aussi en tant que personne qui a souvent travaillé à l’étranger: chaque fois que je suis revenue en Italie, ce fut une surprise pour moi. Et je faisais remarquer à mes proches qu’ils ne se rendaient pas compte qu’ils vivaient dans un pays aussi merveilleux. J’espère qu’au fur et à mesure que les gens recommenceront à sortir régulièrement et à surmonter ce qui est une peur psychologique justifiée (parce que maintenant tout le monde a peur de l’autre), chacun devra apprendre à redécouvrir sa propre culture, sa propre villela beauté de jouir de sa propre ville, et c’est une opération culturelle qui prendra du temps et qui devra évidemment s’appuyer sur la contribution des écoles et des universités, qui joueront un rôle fondamental. Cependant, des canaux tels que la presse écrite et la télévision sont des outils fondamentaux à l’heure actuelle pour raconter l’histoire de notre patrimoine. Bien sûr, les magazines spécialisés comme le vôtre le font déjà tous les jours, mais ce n’est pas le cas des journaux généralistes: Commencer à faire comprendre aux gens que l’actualité artistique peut faire partie de notre vie quotidienne, je pense que cela aide tout le monde et que cela aide à prendre conscience du fait que nous sommes tous des utilisateurs temporaires, mais s’il n’y a pas de prise de conscience du fait que la culture est essentielle dans nos vies, nous ne pourrons pas non plus transmettre l’essentialité du service aux générations futures, et c’est à mon avis le danger le plus grave.


Le musée Orsanmichele
Le musée Orsanmichele



Maison Martelli
Maison Martelli



Palais de Davanzati
Palais Davanzati

En parlant de danger. Il y a quelques jours, on a appris que les musées municipaux florentins ne rouvriraient pas leurs portes parce que ce n’est pas économiquement viable pour eux. Du point de vue de la viabilité économique, comment se portent les musées publics? Et surtout, qu’avons-nous fait de mal pour en arriver au point où un conseiller culturel déclare qu’il ne peut pas rouvrir les musées parce que la ville n’en a pas les moyens?

En ce qui concerne les musées publics, il est évident que nous aurons tous des pertes, mais elles ne peuvent pas encore être quantifiées, car nous ne le saurons qu’à la fin de l’exercice en cours, et en cela, ce sont les musées autonomes qui sont les plus touchés, puisque ces quatre dernières années, ce sont eux qui ont entraîné tous les autres. Je peux vous dire que les musées du Bargello, qui sont certainement les moins riches parmi les musées autonomes de Florence, ont vu leurs revenus augmenter de 37 % entre 2016 et 2020. Il est évident qu’il n’en sera plus ainsi. En ce qui concerne la durabilité, nos projections étaient assez prudentes pour 2020 parce que nous savions déjà que nous serions engagés dans de nombreux travaux d’aménagement et de rénovation: par conséquent, si nous excluons l’exposition Bellezza e nobili ornamenti, nous n’avons inscrit aucune exposition au calendrier et nous nous préparons pour les célébrations de la Dante en 2021, mais même dans ce cas, avec des prévisions budgétaires qui doivent être refaites. Je crois que si à la fin de l’année nous avons eu une baisse de 50 % du nombre de visiteurs, cela aura déjà été un grand succès: pour cela, il faut compter sur les Italiens, sur le tourisme local, sur la redécouverte de sa région et sur les petits gestes quotidiens, car tout le monde achètera un café, ira chez le coiffeur, achètera du café, achètera du café, achètera du café, achètera du café. En effet, tous ceux qui achèteront un café, iront chez le coiffeur, achèteront une pizza à emporter, mangeront dans un restaurant ou visiteront un musée, aideront leurs concitoyens, s’aideront eux-mêmes et aideront leur pays. En ce qui concerne la deuxième question, je voudrais dire que je ne connais pas suffisamment la situation de la municipalité pour pouvoir porter un jugement: je sais qu’ils travaillent sérieusement, et nous sommes en contact permanent avec le conseiller Sacchi (je sais qu’ils ont fait beaucoup pour maintenir l’attention sur le patrimoine des musées civiques pendant cette période). Pour notre part, nous sommes des musées d’État, nous sommes des services essentiels, nous ferons donc quelques ouvertures expérimentales et, avec peut-être quelques autres, nous ouvrirons probablement la voie. Peut-être avons-nous eu tort de ne pas croire suffisamment en nous-mêmes, mais je ne dis pas cela pour la forme, je le dis parce qu’en fin de compte, il y a beaucoup de musées dans le monde qui ne rouvriront pas ou qui rouvriront sous une forme réduite: en effet, beaucoup de grands musées à l’étranger prévoient des licenciements et des départs. Tout cela, cependant, n’est pas arrivé en Italie, et on n’en parle pas assez: je vis personnellement des histoires de chers collègues qui sont en grande difficulté. Alors peut-être qu’au lieu de toujours critiquer, nous devrions aussi apprécier l’énorme effort que ce pays est en train de faire avec un décret-loi complet (parce que personne n’a été oublié): pour une fois, investissons en nous-mêmes, recommençons en toute sécurité quand nous le pouvons, investissons en Italie, parce que c’est quelque chose qui n’a jamais été fait au cours des trente dernières années. Depuis les années 80, l’Italie s’est beaucoup projetée sur ce que font les autres et sur le fait d’essayer de faire comme les autres, mais peut-être que si nous essayons de faire ce que nous savons faire, nous pourrons redevenir l’exemple, comme nous l’avons été dans tant de périodes historiques.

Pour conclure, une hypothèse sur ce qui pourrait se passer dans les musées italiens en regardant ce qui se passe à l’étranger. Dans certains pays, les mesures sont très strictes: en Espagne, par exemple, les visites guidées ont été interdites, les manifestations et, en général, toutes les activités impliquant des groupes de personnes ont été interdites (en France, en revanche, les mesures sont plus souples: les activités peuvent avoir lieu à condition que la distance de sécurité soit respectée). Dans l’hypothèse de l’application de mesures strictes ne permettant pas les visites guidées, les événements, ou de la seule possibilité de parcours obligatoires, ou encore de l’introduction de dispositifs modifiant d’une certaine manière la visite, pensez-vous que le musée pourra encore exercer pleinement ses fonctions ou devra-t-il se réinventer?

Tout d’abord, il faut dire que nous sommes face à une situation tellement exceptionnelle que même pendant la guerre nous n’avons pas connu cela. En cette période de pandémie, j’ai cherché du réconfort dans les situations passées, et malheureusement, il y a peu de souvenirs du comportement des musées lors de l’épidémie de grippe espagnole, qui est la seule chose vaguement comparable à ce qui se passe aujourd’hui. J’ai lu récemment la belle biographie de Fernanda Wittgens (qui reste une femme légendaire): même Brera n’a pas fermé tout le temps pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela dit, je crois vraiment qu’il faut faire un pas après l’autre. Par exemple, le parcours obligatoire peut être un stimulant, car il permet d’observer les œuvres avec plus d’attention, plus d’espace, plus de méditation. Même un grand secteur (et je pense en particulier à Florence) comme celui des guides touristiques, complètement mis à genoux par cette situation, pourrait se réinventer et donc se concentrer sur des groupes plus petits, sur des visites plus approfondies, sur des groupes très limités, sur des séjours moins longs mais de plus grande qualité. Nous devrons alors découvrir des parties des musées qui étaient jusqu’à présent ignorées, parce que les programmes des touristes leur imposaient de voir, par exemple, sept musées en une journée: peut-être que maintenant les touristes n’en verront qu’un ou deux, mais avec un itinéraire beaucoup plus riche en termes d’information, d’expérience visuelle et de qualité de la visite. Au Palazzo Davanzati, par exemple, nous nous efforçons de toujours rouvrir le troisième étage qui, jusqu’au 8 mars, n’était accessible qu’aux groupes sur réservation. Pour ce faire, nous aurons besoin de campagnes de communication. Il serait nécessaire que la télévision, la presse et les chaînes numériques réalisent des reportages approfondis, même très courts, sur notre patrimoine, et invitent également les conseillers municipaux à découvrir différentes zones, à mettre en place des moyens de transport permettant d’atteindre des lieux aujourd’hui inaccessibles: je cite l’exemple des Villas Médicis qui sont placées sous la direction régionale des musées de Toscane par Stefano Casciu, qui est très bon et très compétent, mais qui, jusqu’à il y a deux mois, était en concurrence avec les “géants” du centre. Cette situation pourrait donc nous offrir la possibilité de redécouvrir les Villas Médicis pendant l’été, en créant des liens qui pourraient nous aider à les atteindre. Florence a toujours eu des capacités de production et d’investissement, et je crois que la ville trouvera de nouvelles solutions à ce sujet, au fur et à mesure de la réouverture et de l’expérimentation des itinéraires. En ce qui concerne nos musées, je pense que nous continuerons à encourager ceux qui viennent nous voir à travailler en réseau, comme on dit, dans le sens où nous avons lancé l’année dernière notre carte annuelle, la carte Uam, dont l’acronyme signifie “Un Anno ai Musei” (Une année aux musées), et qui, pour 50 euros par an, permet un accès illimité à tous les musées, autant de fois que vous le souhaitez. Je pense que nous allons beaucoup nous concentrer sur ces outils et sur les expériences alternatives, notamment parce qu’il y a des familles qui souffrent d’une énorme crise financière. Pensons aussi aux enfants: beaucoup d’entre eux, pour diverses raisons, ne pourront peut-être pas partir en vacances. Par contre, les enfants pourront venir jouer dans nos musées, et par “jouer”, je n’entends pas jouer de manière perturbatrice, mais leur apprendre à regarder les œuvres d’un point de vue ludique et intelligent. Bref, nous sommes dans une énorme difficulté, mais je crois aussi que des opportunités uniques peuvent naître de tous les accidents, et de ce point de vue nous pourrons mettre à profit de nombreux projets que nous avons expérimentés ces dernières années (je pense par exemple aux ateliers pour les familles, aux visites pour les malvoyants qui devront être repensées mais que nous espérons reprendre dans les mois d’automne). Il est difficile aujourd’hui de faire des prévisions tout court, parce que je crois que ce que nous devons faire avant tout, c’est faire en sorte que les Florentins et les Italiens tombent amoureux des musées qu’ils ont à deux mètres de chez eux, qu’ils pourront visiter en toute sécurité, qu’ils pourront redécouvrir dans une dimension tout à fait personnelle, tout à fait personnelle. Et nous pourrons nous équiper en fonction de ce qu’ils nous demanderont, car cet été, de nombreux enfants ne pourront pas partir en vacances, mais pourront visiter les musées publics gratuitement, car jusqu’à 18 ans l’entrée est gratuite, et jusqu’à 25 ans ils paient 2 euros, car visiter un musée est aussi une façon de passer du temps dans la ville. Nous travaillerons encore plus dur pour augmenter l’offre d’information, de didactique, de vidéos et de tout ce que nous avons déjà commencé à faire et que nous prévoyons de faire encore plus et mieux pour atteindre tout le monde, dans tous les groupes d’âge.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.