Simone Verde: "Pilotta, le temps de la reconstruction touche à sa fin: laissons le temps de la recherche commencer".


Entretien avec le directeur du complexe de la Pilotta à Parme, Simone Verde, quatre ans après son entrée en fonction: qu'a-t-on fait ces derniers mois? Que manque-t-il pour fermer les chantiers? Quelle sera la Pilotta de demain?

Quatre ans après le début de son mandat de directeur du Complesso della Pilotta de Parme, Simone Verde fait le point sur les principales activités de ces derniers mois, qui mènent à la fin des travaux de construction et à une nouvelle phase pour le musée: celle de la relance vers un avenir d’institut orienté vers la recherche et l’étude approfondie. Qu’est-ce qui a été fait au cours de l’année écoulée et qu’est-ce qui se passera dans les mois à venir? Quelles seront les nouveautés? Nous en avons parlé avec Simone Verde dans cet entretien, édité par Federico Giannini.

Simone Green
Simone Verde

FG. L’année 2021 s’achève et je voudrais commencer par faire le point sur ce qui s’est passé au début de l’année: la nouvelle entrée de la Palatine, le Cabinet des dessins et des estampes, le Musée archéologique, les écuries ducales, l’aile Nord, l’aile Ouest et le musée Bodoniano. Qu’est-ce qui a été fait et qu’est-ce qui reste à faire ?

SV. Nous achevons un projet qui a débuté il y a quatre ans et demi par une rénovation globale des espaces qui implique, et a pour objet final, la reconception du Palais dans son intégralité. Cette opération part d’un passé problématique: le musée est né comme un ensemble unifié, avec des collections conçues et accumulées selon une conception organique, puis il a été subdivisé vers la fin du XIXe siècle selon le principe taxonomique et classificatoire positiviste. L’unité, même physique, de l’Institut a été altérée, créant des problèmes de compréhension et d’accessibilité conceptuelle et historique des collections. Une fois que la réforme Franceschini nous a rendu la Pilotta comme un ensemble unique et administrativement unifié, nous avons pu travailler à recoudre les fils de l’histoire et des collections qui avaient été rompus au moment de la séparation. Ce travail a duré plus de quatre ans et nous sommes presque dans la dernière ligne droite, avec environ douze mois à faire. Nous sommes très en avance sur les projets et les chantiers qui sont en cours d’achèvement et dont certains éléments restent à réaliser. Actuellement, l’aile Nord est en cours de rénovation (achevée à 80%), l’aile Ouest est en cours de rénovation (achevée à 90%), le Musée archéologique fera l’objet d’un grand chantier qui ouvrira prochainement pour être inauguré au printemps-été. Nous sommes sur le point d’ouvrir, pour la première fois, les Scuderie Ducali, généreusement rétrocédées par l’Université de Parme et représentant un espace d’environ 1 500 mètres carrés. Nous y accueillerons l’une des plus grandes expositions de l’année sur Dante Alighieri, célébrée grâce à l’œuvre graphique de Francesco Scaramuzza, l’un des peintres les plus importants du romantisme italien. Ensuite, nous avons un double chantier crucial qui sera achevé d’ici 2021, à savoir le musée Bodoniano et l’entrée séparée de la bibliothèque palatine. Nous avons également achevé la restauration de l’une des façades les plus importantes du palais, celle de la Cavallerizza, conçue par Ennemond Alexandre Petitot, architecte de la cour et l’un des représentants les plus importants du néoclassicisme du XVIIIe siècle. En résumé, les travaux en cours sont nombreux, mais nous nous dirigeons vers la conclusion d’un très long processus de régénération, de restauration et de réaménagement de l’un des musées les plus importants d’Italie et d’Europe.

En février dernier, la nouvelle de l’ouverture imminente du Bodoniano a suscité un grand enthousiasme. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Nous sommes dans la dernière ligne droite: d’ici décembre, nous devrions avoir terminé tous les travaux de cet institut, qui rouvrira enfin ses portes au public dans un lieu rénové et plus accessible, puisqu’il se trouve au rez-de-chaussée. Il s’agit d’un institut très important, unique en Italie (il n’y en a qu’un autre en Europe, le Plantin-Moretusmuseum d’Anvers), et nous sommes donc très satisfaits de cette réalisation.

Toujours au chapitre des nouveautés, nous avons une Palatina de plus en plus liée au musée: si aujourd’hui un visiteur se rendait, par exemple, sur la page Facebook de la Pilotta et faisait défiler les contenus des derniers jours, il constaterait qu’une bonne partie, pour ne pas dire la majorité, concerne la Palatina. Vous consacrez donc beaucoup d’attention à la bibliothèque.

Si l’on se penche sur l’histoire des musées, cette institution caractéristique de la modernité occidentale a commencé par être une bibliothèque. Le premier musée, celui de Paolo Giovio à Borgovico, était une bibliothèque. Par conséquent, et je le dis en tant qu’ancien responsable du centre de documentation du Louvre Abu Dhabi, la bibliothèque est le cœur du musée, car c’est le lieu où se fait la recherche. Même historiquement, à la Renaissance, la collecte d’objets venait en second lieu, c’est-à-dire pour étayer par des preuves matérielles les hypothèses de reconstruction de l’antiquité contenues dans la littérature et les traités, une logique qui est même restée à la base historique d’une institution comme le British Museum. C’est pourquoi, même dans la Pilotta, la Palatina devait être le cœur battant et intellectuel du complexe et devait faire l’objet d’une profonde refonte, qui enregistrerait le nouveau statut du Palais et les dynamiques à l’œuvre dans la société. Traditionnellement, cette Bibliothèque était utilisée comme une sorte de bibliothèque nationale du Duché, et par conséquent, elle était engagée dans une mission généraliste avec des acquisitions de toutes sortes. Nous avons plutôt pensé à la spécialiser, en convoquant une commission d’experts, surtout à un moment où il y a d’autres instituts dans la ville avec beaucoup de ressources pour les acquisitions bibliographiques (je pense à ceux de l’université) avec le risque que nous nous marchions tous un peu sur les pieds. Nous avons donc établi collectivement de nouveaux objectifs plus précis qui nous distinguent dans la ville et dans le panorama national, et nous avons procédé à des acquisitions ciblées dans des domaines laissés en friche et en rapport avec nos objectifs immédiats (histoire de l’art, archéologie, littérature patrimoniale, muséologie, et puis tout ce qui concerne les collections elles-mêmes, des manuscrits juifs à la culture du siècle des Lumières...).

La Pilotta. Photo par Giovanni Hänninen
La Pilotta. Photo de Giovanni Hänninen
Bibliothèque palatine, Salon Maria Luigia. Photo de Giovanni Hänninen
Bibliothèque palatine, salle Maria Luigia. Photo de Giovanni Hänninen
Bibliothèque Palatine, Galerie Petitot. Photo de Giovanni Hänninen
Bibliothèque palatine, galerie Petitot. Photo de Giovanni Hänninen
L'aile nord
L’aile nord

Il y a quelques jours, vous avez également présenté la restauration d’un important codex de la Divine Comédie, provenant de l’atelier du célèbre Maître des Effigies dominicaines, l’un des plus anciens au monde, qui sera également au centre d’une exposition sur Dante prévue à la Pilotta: si vous pouviez donc nous parler de cette restauration et nous donner quelques informations préalables sur l’exposition.

Cette restauration a été soutenue par le Lions Club et nous en sommes très fiers et reconnaissants. Nous sommes évidemment très fiers de posséder ce manuscrit, l’un des plus anciens manuscrits illustrés et enluminés de la Divine Comédie, que le monde entier nous envie. En ce qui concerne l’exposition, le manuscrit sera le protagoniste de l’exposition consacrée aux illustrations de Dante, des origines à Scaramuzza, dont l’œuvre graphique sera exposée pour la première fois dans son intégralité: un corpus monumental de 243 dessins sera remis au public selon une rotation en deux temps, également pour des raisons de conservation, en vue d’une véritable exposition-événement.

À propos de restaurations, on a appris il y a quelques jours que la restauration d’un fond d’or, un important panneau de Giuliano di Simone Ricci, est prévue et que vous avez trouvé des ressources en organisant un spectacle au Teatro Farnese. Les activités de collecte de fonds par le biais d’événements tels que le défilé de mode de l’autre jour sont désormais une réalité de plus en plus consolidée: quels sont vos projets à cet égard?

Ce fut une expérience très agréable et amusante. En l’occurrence, il s’agissait d’une idée des Amici della Pilotta, une association dont nous sommes très fiers et qui possède le plus grand groupe de jeunes en Italie. L’événement s’est très bien déroulé, il nous a permis de collecter des ressources pour restaurer une œuvre importante, conformément à la politique actuelle de sauvegarde de tous les “primitifs” de la collection (l’une des collections les plus importantes d’Europe, non seulement pour sa qualité, mais aussi pour le fait qu’elle a été l’une des premières du genre au milieu du XVIIIe siècle, liée aux idées et aux cercles anti-Lumières auxquels appartenait le duc Ferdinand de Bourbon: en bref, elle représente une histoire de collection très significative et unique).

Toujours à propos des sujets à l’ordre du jour, un sujet dont on parle souvent ces derniers temps est celui de l’inclusion, et vous avez lancé en juin un projet de médiation culturelle impliquant quinze enfants italiens d’origine étrangère: je me demandais comment cela s’était passé et, étant donné qu’en juin il semblait que l’idée était de relancer le projet, s’il a redémarré, s’il est prévu de l’étendre ou d’en franchir de nouvelles étapes.

Nous aimerions l’étendre au printemps, à l’occasion de l’exposition Farnese qui ouvrira en 2022, parce que c’est un projet fondamental pour l’accomplissement de nos missions publiques dans une société multiculturelle. Je ne l’appellerais cependant pas un projet d’inclusion, car j’aime penser, étant donné le nombre très élevé d’entrepreneurs étrangers ou d’origine étrangère travaillant en Italie, que les personnes d’origine différente sont des Italiens comme les autres. Disons plutôt qu’il s’agit d’un projet visant à dévoiler les origines cosmopolites de la culture italienne grâce à la contribution de ceux qui ont ramifié les sensibilités dans le monde entier. Lorsque les cultures autres que celles de la soi-disant “tradition” sont marginalisées, nous sommes confrontés à des tragédies telles que celle qu’a connue la France au cours des dernières décennies. Plutôt que d’inclure, acte qui stigmatise et exclut, nous voulons utiliser la culture et le regard de ceux dont les familles ont des origines étrangères pour nous aider à redécouvrir combien ce que nous sommes est le produit d’idées et de modèles venus de loin. Je pense à cette jeune fille d’origine marocaine, étudiante à l’ITC Bodoni de Parme, qui a vu la “lumière” dans le Couronnement de la Vierge de Correggio, l’un des principes théologiques de l’Islam à l’origine de l’invention de la perspective à la Renaissance grâce aux traités du Moyen-Orient. C’est un exercice au service de tous, mais surtout au service d’une communauté, dénuée de tout paternalisme et allant dans le sens inverse, dans le sens d’un musée participatif et d’un musée-communauté.

A propos de participation: si un visiteur consultait en ce moment même les informations sur les ouvertures et les heures d’ouverture sur le site web de la Pilotta, il trouverait une notice énumérant les salles ouvertes, puis il est dit qu’“il est possible que l’ouverture de certaines sections d’exposition ne puisse être garantie en raison d’un grave manque de personnel”.Cette grave pénurie de personnel estmanifestement un problème qui touche de nombreux autres musées: dans votre cas, quel en est l’effet et quelles mesures avez-vous prises pour l’atténuer ?

Elle diminue notre efficacité, elle nous oblige à limiter nos activités (il y a beaucoup de propositions auxquelles nous disons non parce que nous n’avons pas le personnel nécessaire), et il est clair que ce n’est pas une bonne chose. Cela nous oblige également à externaliser beaucoup, à dépenser pour du personnel externe qui est maintenant indispensable pour remplir nos fonctions, presque toutes.

Manuscrit palatin 5, l'un des manuscrits de la Bibliothèque palatine
Le Manuscrit Palatin 5, l’un des manuscrits de la Bibliothèque Palatine.
Le théâtre Farnese
Le théâtre Farnèse
Musée Bodonien
Le musée Bodonien
Un moment du projet de médiation culturelle
Un moment du projet de médiation culturelle

Une question sur les expositions, puisque nous avons abordé le sujet tout à l’heure, et aussi à la lumière de l’ouverture des Scuderie Ducali. Dans votre livre Le belle arti e i selvaggi (Les beaux-arts et les sauvages), qui retrace le débat des dernières décennies sur le rapport entre le tourisme et les musées et sur la gestion des musées elle-même, vous citez à un moment donné une phrase d’Andrea Emiliani, qui disait que “l’on peut facilement mourir d’expositions” et que les expositions “peuvent devenir très dangereuses”. Je voulais savoir plus en détail ce que vous en pensez et comment vous avez façonné l’activité d’exposition du Pilotta dans ce sens.

La question est très simple: les expositions ont un sens dans la mesure où elles correspondent à des initiatives de protection, de conservation, de recherche sur le patrimoine et de promotion de cette conscience collective de sa valeur qui est une forme de conservation préventive. Les expositions sont fondamentales si elles favorisent la connaissance et la diffusion de la recherche scientifique, puis la restauration, car les bonnes expositions sont souvent liées à des campagnes de restauration ou permettent la restauration, car les œuvres sont prêtées en échange de travaux d’entretien. Mais il y a le problème des expositions commerciales, celles qui n’apportent rien de nouveau et qui sont d’un niveau très bas, faites sur des principes de spéculation économique et non sur des principes qualitatifs. Je ne veux pas être moralisateur, parce qu’il ne s’agit pas d’être moralisateur contre la génération de revenus, dont l’admissibilité est, le cas échéant, liée à la manière dont les recettes obtenues sont investies, là n’est pas la question: c’est que si, pour gagner de l’argent, vous mettez des œuvres en danger, ce n’est pas bon. S’opposer aux expositions indépendamment de cela n’aurait donc pas de sens. Notamment parce que les expositions sont aujourd’hui un rituel collectif de croissance civique dans la société bourgeoise et qu’elles font donc partie de notre identité culturelle. Il s’agit de veiller à ce qu’elles se fassent avec équilibre et selon des critères qui répondent avant tout à des principes scientifiques et de conservation.

Pour conclure: trois priorités pour la Pilotta à l’horizon 2022.

La première est l’exposition sur la famille Farnese, qui ouvrira au printemps et sera très importante. La deuxième est l’achèvement des chantiers: je profite de l’occasion pour remercier tout le personnel de la Pilotta qui m’a soutenu pendant ces années avec un travail exemplaire, également au regard du principe même du musée participatif. Enfin, une fois ce processus terminé (qui a été très fatigant ne serait-ce qu’à cause de Covid, bien que merveilleux et stimulant), une fois terminée la reconstruction physique et spirituelle d’un bâtiment en ruine, nous pourrons nous consacrer à la vie ordinaire d’un Institut qui, une fois remis sur pied et réaménagé, ses collections sécurisées et sa muséographie repensée, pourra vivre de la recherche scientifique et employer ses énergies à des missions ordinaires puisque le temps extraordinaire de la reconstruction est terminé.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.