"Voici les fresques de Cavalier Tempesta, et bientôt une importante exposition sur Dürer à Gênes". L'historienne de l'art Margherita Priarone s'exprime


Jusqu'au 6 janvier 2019, les fresques de Cavalier Tempesta au Palazzo Nicolosio Lomellino à Gênes sont présentées au public. Nous en avons parlé avec l'historienne de l'art Margherita Priarone, qui fait partie des commissaires de l'événement.

Jusqu’au 6 janvier 2019, le Salotto del Cavalier Tempesta, une salle précieuse entièrement peinte à fresque par Pieter Mulier, connu sous le nom de Cavalier Tempesta (Haarlem, 1637 - Milan, 1701), peut être visitée au Palazzo Nicolosio Lomellino à Gênes. Ces fresques ont été récemment restaurées et rendues au public, et leur inauguration s’accompagne d’une exposition consacrée à Carlo Antonio Tavella (Milan, 1668 - Gênes, 1738), un important peintre paysagiste qui a travaillé dans l’atelier de Mulier pendant six ans (pour plus d’informations sur l’événement, lire l’article en lien ici). Nous avons parlé de ces fresques, de leur importance et de leur héritage avec l’historienne de l’art Margherita Priarone (des Musei di Strada Nuova de Gênes), qui, avec Raffaella Besta et Gianluca Zanelli, a assuré le commissariat de l’exposition. Elle nous a également dit que nous verrons bientôt à Gênes une importante exposition des splendides estampes de Dürer, unique dans le panorama italien. Cette interview, la première d’une série consacrée à de jeunes historiens de l’art, est organisée par Federico Giannini, rédacteur en chef de Finestre sull’Arte.

Margherita Priarone
Margherita Priarone

FG. Dr Priarone, commençons par votre dernier projet, l’ouverture au public du Salotto de Cavalier Tempesta au Palazzo Nicolosio Lomellino. Pour la première fois, le public a l’occasion de voir les importantes fresques que Pieter Mulier, connu sous le nom de Cavalier Tempesta, a peintes dans cet espace: pouvez-vous nous parler de ces fresques et de leur importance?
MP. Ces fresques ont été restaurées il y a quelques années, mais elles n’ont jamais été mises en valeur dans le cadre d’un projet spécifique et ouvertes au public avec une exposition à côté, ce qui aurait permis de mettre en valeur leur contenu. Ces fresques ont été peintes à la fin du XVIIe siècle par cet artiste hollandais qui s’était formé en Flandre, à Anvers, et qui, lors d’un séjour en Italie dans différentes régions (Émilie, Rome, Lombardie), avait affiné l’élaboration d’un thème très en vogue à l’époque, celui du paysage. Un paysage qui est devenu un sujet autonome et qui a également fait l’objet de fresques, ce qui était plutôt inhabituel, du moins à l’époque, à Gênes. Ainsi, pour la première fois, des sujets qui étaient normalement réservés aux peintures sur cadre sont proposés sur les murs, et il est intéressant que ces fresques soient conçues comme des fresques dans un cadre, dans le sens où le peintre simule des images dans un cadre en les peignant à fresque. Ce sont de beaux sujets qui détermineront ensuite une tendance de goût qui s’étendra de Cavalier Tempesta à la production d’autres artistes de Gênes: l’un d’entre eux est Carlo Antonio Tavella. C’est pourquoi une exposition consacrée à Carlo Antonio Tavella avec des œuvres des musées de la Strada Nuova a été organisée dans l’une des salles du même étage.

En ce qui concerne les tableaux de Carlo Antonio Tavella, éminent peintre paysagiste actif entre le XVIIe et le XVIIIe siècle et qui a également fait partie de l’atelier de Mulier, quelle a été la formation de cet artiste et quelles sont ses principales œuvres à Gênes?
Carlo Antonio Tavella est né à Milan mais était d’origine génoise, et il a lui aussi voyagé en Italie (à Rome, en Émilie, en Toscane), et il est donc entré en contact, en plus de sa formation dans la région lombarde déjà en tant que peintre paysagiste, avec les expériences d’autres peintres paysagistes actifs en Toscane et à Rome, de Gaspard Dughet à Nicolas Poussin et Salvator Rosa, et il a donc élaboré une série de suggestions d’autres artistes et les a faites siennes, et il a vraiment diffusé ce thème du paysage, à Gênes, sur l’ensemble du territoire: les fresques de paysage qu’il a peintes en 1691-1692 au Palazzo Rosso, donc non loin de l’exemple de Cavalier Tempesta au Palazzo Nicolosio Lomellino, sont documentées et datées. Ces fresques sont encore visibles dans le cadre de l’après-guerre, alors encadrées par les tapisseries de Franco Albini au Palazzo Rosso. Il réalise ensuite d’autres cycles de fresques, toujours avec des paysages parfois dans de faux cadres, comme ceux du Cavalier Tempesta, puis des peintures comme celles que les Musées de la Strada Nuova ont prêtées au Palazzo Nicolosio Lomellino. Enfin, il faut mentionner les dessins, très fascinants pour le public, car ils restituent la toute première idée d’un dessin d’artiste sur papier, avant la transposition à grande échelle sur toile.

Salon Cavalier Tempesta
Le salon de Cavalier Tempesta


Salon Cavalier Tempesta
Salon de Cavalier Tempesta


Salon Cavalier Tempesta
Le salon de Cavalier Tempesta

Dans la présentation des fresques de Cavalier Tempesta, l’accent est mis sur le fait qu’il s’agit d’œuvres “redécouvertes et restaurées”: cependant, le public voit le résultat final, mais pas ce qui se cache derrière la redécouverte et la restauration. Quelles sont donc les étapes qui ont conduit à la redécouverte et à la restauration?
Ces fresques ont été attribuées à Cavalier Tempesta il y a quelques années par Mary Newcome sur la base de leur similitude avec d’autres fresques que Cavalier Tempesta a peintes à Rome, au Palazzo Colonna. Le travail de restauration a été très long: je me souviens qu’il y a eu aussi un travail manuel d’enlèvement au scalpel pour nettoyer la surface peinte de ces fresques qui, à cause de la saleté qui les a recouvertes au fil du temps, présentent certaines sections avec une surface très peu visible, très légère, qui restitue cependant aussi l’élégance de la peinture de cet artiste, qui a procédé avec des voiles minces même dans sa production de fresques, donc avec une délicatesse dans la restitution de l’environnement qui est vraiment unique. Les sources parlent, tant pour Mulier que pour Tavella, du soin apporté à la restitution de la fraîcheur des eaux, de l’aération des paysages. Carlo Giuseppe Ratti, biographe de Tavella, parle des “douces distances des villages”, parce que Mulier comme Tavella ont utilisé ces couleurs claires et ce fondu des teintes pour rendre les distances, les profondeurs de paysages qui sont certes un répertoire, puisqu’il s’agit de paysages inventés, mais qui sont... toujours les mêmes et toujours différents, parce qu’il s’agit de ces motifs classiques mis à la mode par Poussin à Rome, mais qui se renouvellent sans cesse.

Comment l’héritage laissé par ces grands artistes sera-t-il restitué à Gênes?
L’habileté du peintre consistait donc à varier le type de paysages, de rochers, de fonds, de feuillages dans un répertoire de modèles qui étaient continuellement modifiés pour rendre ces compositions plus agréables. En effet, nous savons par des sources que Tavella a ensuite envoyé des peintures de paysages à Vienne, Lisbonne et Londres, avec une fortune qui dépassait les frontières de la République de Gênes. Il s’agit donc de sujets que les peintres étudiaient ensuite dans une production sur papier, dont les musées de la Strada Nuova possèdent une riche collection, et qui restitue effectivement ce travail d’étude d’un répertoire de modèles que le peintre devait tenir prêt pour réaliser ensuite ses paysages à grande échelle.

Quelle est l’importance d’un tel événement, qui s’inscrit dans un programme culturel particulièrement riche, intense et important comme celui de Gênes?
La salle Cavalier Tempesta est vraiment un événement unique parce que nous n’avons pas d’autres salles de fresques de Mulier de cette qualité à Gênes. Et de toute façon, Cavalier Tempesta est un nom, une référence pour la peinture de paysage italienne du XVIIe siècle. Son surnom, d’ailleurs, est dû au fait qu’il était célèbre pour peindre des scènes de tempêtes et de mers déchaînées, et ce type de sujet est aussi devenu un type de grande fortune. Cavalier Tempesta est donc certainement un nom à retenir, et la combinaison avec la salle Carlo Antonio Tavella est en tout cas une étude approfondie d’un sujet qui devient très chanceux non seulement à Gênes mais à grande échelle, et c’est aussi une mise en valeur des collections des musées de la Strada Nuova, à côté des fresques de Cavalier Tempesta au Palazzo Nicolosio Lomellino, et de collections que le public ne voit pas souvent, comme la collection de dessins, qui est d’une importance extraordinaire. Les collections civiques génoises comptent environ dix mille dessins, qui ne peuvent évidemment pas être exposés en permanence pour des raisons de conservation, mais les occasions de les montrer au public dans un contexte coordonné avec d’autres lieux d’exposition sont d’une valeur inestimable.

Fresques dans le salon de Cavalier Tempesta
Fresques du salon de Cavalier Tempesta


Fresques dans le salon de Cavalier Tempesta
Fresques du salon du cavalier Tempesta


Fresques dans le salon de Cavalier Tempesta
Fresques du salon de Cavalier Tempesta

L’exposition est également composée de dessins provenant des musées de la Strada Nuova, ce qui nous permet de vous présenter sous un autre jour, puisque vous êtes le conservateur des collections des musées de la Strada Nuova et que vous êtes responsable du cabinet des dessins et des estampes. Les musées de la Strada Nuova organisent chaque année de magnifiques expositions de graphisme et de dessins, mais celles-ci exigent un engagement important: quels sont les principaux obstacles qu’un tel engagement implique?
Les obstacles sont nombreux et souvent aussi économiques, car il faut restaurer les dessins avant de les présenter au public et les monter, comme c’est le cas dans toutes les collections du monde, sur des passe-partout en carton non acide, adaptés à la conservation mais aussi à l’exposition publique, dans un cadre ou dans une vitrine. Nos feuilles, très nombreuses, ne sont pas toutes montées sur des passe-partout et il faut donc les préparer pour chaque exposition. Au Palazzo Rosso, nous disposons de très beaux espaces, aménagés par Franco Albini lors de la restauration d’après-guerre, avec des vitrines que nous avons adaptées à l’exposition des dessins. Cependant, il faut à chaque fois trouver les fonds nécessaires pour restaurer les dessins, les installer et les présenter au public, et publier un catalogue qui valorise le projet d’exposition. Je dirais que ce sont là les principaux obstacles.

Selon vous, quelles sont les caractéristiques d’une bonne exposition de dessins ou de graphisme en général?
Une bonne exposition graphique est une exposition qui a une préparation scientifique adéquate, et ce non seulement dans le but de produire des publications destinées aux professionnels, mais parce que ce n’est qu’après l’étude approfondie d’un artiste (dans le cas des expositions monographiques), ou après l’étude d’un genre ou d’une école d’illustrateurs, qu’il est possible de créer ces juxtapositions et ces lectures critiques qui sont ensuite également importantes pour la diffusion auprès du grand public. Il est donc clair qu’il y a toujours deux niveaux de lecture: celui des spécialistes, qui trouve ensuite sa place dans le catalogue, et celui des panneaux pédagogiques et de la production plus populaire, qui a cependant toujours une base d’étude considérable. Comme nous avons beaucoup de dessins, nous essayons au fil du temps de valoriser les noyaux les plus importants en créant des expositions monographiques. Normalement, nos expositions sont consacrées à un artiste et nous publions ensuite les “Quaderni del Gabinetto dei Disegni e delle Stampe di Palazzo Rosso” qui se concentrent sur un peintre, et nous choisissons également des noms dont l’intérêt dépasse le cadre génois ou même italien, et qui intéressent les chercheurs, même au niveau international. Il est évident que la dispersion des collections d’art graphique nous permet de trouver, par exemple, des dessins de Domenico Piola non seulement à Gênes, mais aussi à l’Albertina de Vienne, au British Museum et au Louvre. En fait, nos catalogues d’art graphique ont une grande diffusion dans les musées du monde entier.

Pour conclure, nous vous demandons si vous pouvez annoncer à notre public les projets sur lesquels vous travaillez et qui se concrétiseront dans un avenir proche...
Je suis très heureux d’annoncer un projet sur lequel je travaille avec mes collègues, en premier lieu Piero Boccardo, directeur des musées Strada Nuova, et les autres membres du Gabinetto dei Disegni e delle Stampe. Il s’agit d’une exposition d’estampes d’Albrecht Dürer: il s’agit d’estampes provenant d’un legs promis par un collectionneur privé aux collections civiques d’art graphique, que nous voulons valoriser dès à présent, avant même l’acquisition de ce legs, par une exposition. Il s’agit d’estampes d’une qualité exceptionnelle, unique dans le panorama italien: je peux dire que ce sont des œuvres merveilleuses qui restituent presque la première impression de la matrice encrée sur le papier, elles ressemblent presque à des dessins, en raison de la fraîcheur de la noirceur de l’impression et de la liquidité du trait, c’est une excellente qualité. Jonathan Bober, responsable du cabinet des arts graphiques à la National Gallery de Washington, participera également à l’exposition et, en tant qu’expert, il a souligné le très haut niveau de ces pièces que nous exposerons au Palazzo Rosso au printemps. Nous sommes encore en train de définir la date, mais fin mars ou début avril nous exposerons ces pièces, une soixantaine d’estampes de sujets religieux et profanes: un grand projet d’exposition sur lequel nous nous concentrons actuellement.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.