Bargello, la salle des sculptures médiévales a été entièrement rénovée. Y sont exposées des œuvres qui n'ont pas été visibles depuis longtemps


La salle de sculpture médiévale du musée du Bargello a été entièrement rénovée. Elle rassemble un siècle de sculpture florentine, de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle.

Nouvel aménagement de la salle des sculptures médiévales du musée national du Bargello à Florence, qui rassemble un siècle de sculpture florentine, de la fin du XIIIe siècle à la fin du XIVe siècle, au premier étage du bâtiment du musée. Le projet de rénovation, dirigé par Maria Cristina Valenti, ancienne responsable du bureau technique des musées du Bargello, et Benedetta Chiesi, historienne de l’art de la Soprintendenza archeologia, belle arti e paesaggio pour les provinces de Côme, Lecco, Monza Brianza, Pavie, Sondrio et Varèse, qui a une collaboration institutionnelle avec les musées du Bargello, et réalisé par le studio Galli Mostre de Lorenzo Galli, est la troisième rénovation complète d’ une salle du Bargello, après la Sala degli Avori et la chapelle. Pour la salle de la sculpture médiévale, le parcours d’exposition a été repensé, les modalités d’observation et de valorisation des œuvres ont été améliorées, et plusieurs chefs-d’œuvre conservés dans les réserves et qui n’étaient plus visibles au public depuis le début des années 2000 ont été intégrés à la collection, dont le très beau bénitier de l’église de San Piero a Quaracchi.

Dans la salle de sculpture médiévale, récemment rénovée, un certain nombre de sculptures médiévales sont présentées dans une succession chronologique idéale: des chapiteaux de la Badia florentine de la fin du XIIIe siècle aux Acolytes d’Arnolfo di Cambio, pivot central de la salle, en passant par la Vierge à l’Enfant et la Cariatide de Tino di Camaino, vestige du monument funéraire du patriarche d’Aquilée Gastone della Torre à Santa Croce à Florence, en partie démembré au XVIe siècle et dispersé par la suite. Viennent ensuite les carreaux de Giovanni di Balduccio provenant de l’église d’Orsanmichele et les sculptures de Piero di Giovanni Tedesco, qui a travaillé sur la façade de Santa Maria del Fiore au cours de la dernière décennie du XIVe siècle. Le public peut également admirer le bénitier de l’église de San Piero a Quaracchi, dont le fût est peuplé de putti et d’animaux fantastiques. Plusieurs panneaux peints contemporains et deux statues en bois polychrome, la Vierge de la Miséricorde et la Femme assise, arrivées au musée au début du XXe siècle, complètent l’exposition.

Les deux chapiteaux de la Badia et la tête du Saint couronné n’étaient plus visibles dans les salles du musée depuis 2005, tandis que le bénitier était entreposé depuis 2003. Une autre récupération importante est la tuile avec l’Obédience, murée à l’intérieur de l’église d’Orsanmichele jusqu’en 2005, puis entreposée au musée Davanzati, mais non exposée. Ce dernier a trouvé un nouvel emplacement à côté du panneau avec la pauvreté provenant de la même église florentine. Toutes les œuvres exposées ont fait l’objet d’un entretien et d’une restauration conservatrice sous la direction de Benedetta Cantini, responsable de la restauration des musées du Bargello.

L’aménagement s’inscrit dans la continuité de ce qui a été fait récemment dans la Sala degli Avori et dans la Chapelle, tout en réorganisant les expositions existantes pour favoriser une vision plus claire des œuvres. La salle, qui présente une sélection cohérente d’œuvres médiévales, a été blanchie à la chaux, la frise décorative a été restaurée, les fenêtres ont été protégées par des stores motorisés et le système d’éclairage a été renouvelé. Toutes les œuvres ont été placées sur des socles uniformes, alignés chromatiquement sur ceux déjà utilisés dans la salle des ivoires. La hauteur des œuvres et certains rapports de proximité et de distance entre elles ont été modifiés, comme entre les trois figures de Tino di Camaino, œuvres du même sculpteur mais provenant de deux monuments différents.

Sont également exposées des œuvres qui étaient en réserve et qui ont récemment fait l’objet d’une nouvelle attention de la part d’érudits et de spécialistes de différentes générations. Entre 2016 et 2019, grâce à un projet PRIN que le MIUR a financé à quatre universités italiennes (l’Université de Naples Federico II, celles de Florence, Siena per Stranieri et Trento) et qui a ensuite été réalisé sous la direction de la Scuola Normale di Pisa, vingt chercheurs sous la supervision de professeurs d’histoire de l’art des différentes universités ont travaillé sur le catalogage de certains des noyaux de la collection du Bargello. Les résultats feront l’objet de publications scientifiques, actuellement en préparation, et d’un catalogue en ligne actualisé. Par ailleurs, dans cette nouvelle exposition, certaines des propositions attributives sont présentées au public.

Le programme de réaménagement du Bargello se poursuit", a commenté Paola D’Agostino, directrice des Musées du Bargello, “grâce à l’autonomie des grands musées, puisque ce projet a lui aussi été réalisé avec des fonds provenant de la billetterie”. Le nouvel aménagement de la salle des sculptures médiévales, conçu par Cristina Valenti et dirigé par Benedetta Chiesi, se concentre sur un petit mais important noyau d’œuvres toscanes des deux et trois siècles, une fois de plus pour souligner l’importance et l’exemplarité des collections de sculptures médiévales et de la Renaissance du musée national du Bargello".

"La conception et la réalisation du réaménagement de la salle des sculptures médiévales, explique Cristina Valenti, ont été complexes en raison de la nature particulière des œuvres d’art, pour chacune desquelles un travail sur mesure a été nécessaire. Bien que l’opération, qui a duré plusieurs mois, se soit concentrée sur une seule salle, il y a eu un grand engagement et une excellente synergie avec Benedetta Chiesi, l’historienne de l’art qui a supervisé le projet".

“Dans la salle, une sélection cohérente de sculptures du XIIIe et du XIVe siècle, principalement toscanes et nettement florentines, a été mise en place, en essayant d’équilibrer les exigences historiques et esthétiques dans la disposition”, a ajouté Benedetta Chiesi. Le nouveau nom, “Sala della Scultura Medievale” (Salle de la sculpture médiévale), rappelle bien les deux âmes du musée: l’une purement civique et de grande sculpture, l’autre, plus européenne, dédiée aux arts suntuaires du Moyen Âge. Cette salle est, par son thème et sa position dans le parcours muséal - et désormais aussi par son aménagement - une charnière entre les deux âmes du Bargello, introduisant d’une part à la Salone di Donatello et communiquant d’autre part avec la Sala degli Avori et la Sala Carrand’.

La sélection des œuvres exposées illustre l’aspect qu’a pris le Bargello depuis son ouverture en 1865 en tant que musée exemplaire de la sculpture médiévale et de la Renaissance, en partie sous l’impulsion du Ministère et de la Direction qui visaient à rassembler une anthologie exhaustive de la statuaire et à mettre en œuvre une plus grande protection du patrimoine mobilier de la région. Le Bargello a en effet reçu des œuvres provenant des collections médicéennes et grand-ducales, des couvents supprimés après l’unification de l’Italie et des transformations du centre ancien de Florence. Des achats importants et ciblés ont immédiatement enrichi la collection, comme le groupe des Acolytes, provenant de l’Arca di San Domenico de Bologne et acheté en 1903 par l’antiquaire Stefano Bardini. Dans le premier aménagement historique du musée, cet espace abritait les bronzes des Médicis, dont le David de Donatello. Après plusieurs expositions, la salle a été réaménagée en 1983 avec des meubles et des œuvres provenant de la donation de l’antiquaire Giovanni Bruzzichelli. En 2003, la salle Bruzzichelli a été démontée et l’espace a été aménagé avec un certain nombre d’œuvres de sculpture sur pierre des XIIIe et XIVe siècles. Les sculptures sont accompagnées de panneaux peints des mêmes siècles, presque tous issus de la collection Carrand. L’exposition présente une sélection de la collection de sculptures médiévales du Bargello: de nombreuses œuvres étaient et sont encore en réserve, d’autres se trouvent dans la première salle d’exposition ou dans la cour, tandis que d’autres encore se trouvent dans le lapidaire de San Marco.

Bargello, la salle des sculptures médiévales a été entièrement rénovée. Y sont exposées des œuvres qui n'ont pas été visibles depuis longtemps
Bargello, la salle des sculptures médiévales a été entièrement rénovée. Y sont exposées des œuvres qui n'ont pas été visibles depuis longtemps


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.