Florence, au Museo del Novecento la grande Valie Export invitée pour la journée contre la violence à l'égard des femmes


À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, célébrée chaque année le 25 novembre, le Museo del Novecento de Florence avait une invitée spéciale, la grande artiste autrichienne Valie Export (Waltraud Lehner ; Linz, 1940), principale représentante féminine de l’actionnisme viennois, qui a inspiré une artiste comme Marina Abramović, et qui a pris son nom de scène dans une optique féministe en renonçant au nom de famille de son père. Valie Export, dont le travail a toujours été axé sur les thèmes du féminisme, de la marchandisation du corps et de l’identité de genre, était présente le jour où le directeur artistique du musée, Sergio Risaliti, a présenté au public le programme We Stand TogetHER, une série de projets impliquant des femmes artistes contemporaines sur le thème de la violence à l’égard des femmes. Le programme vise à élargir et à approfondir la réflexion sur le sujet, en soulignant l’importance de l’engagement social, politique et culturel contre toute violence et discrimination sexuelle.

Au cours de la journée, qui a débuté dans la Sala d’Arme du Palazzo Vecchio (le programme We Stand TogetHER est en effet réalisé en collaboration avec le Département des droits et de l’égalité des chances et le Département de la culture de la municipalité de Florence), les œuvres de Valie Export ont été projetées et une conférence a été organisée sur les questions liées au corps et à l’image de la femme. Une conférence sur les questions liées au corps, à l’identité et au genre a été organisée avec la participation de la commissaire Paola Ugolini et de l’artiste Silvia Giambrone (Agrigente, 1981), lauréate en mars dernier de la huitième édition du prix VAF, l’une des plus prestigieuses récompenses européennes pour les jeunes artistes. Deux œuvres de Silvlia Giambrone sont actuellement exposées, jusqu’au 9 janvier 2020, dans les salles de la collection permanente du Museo del Novecento : il s’agit d’œuvres qui traitent des thèmes de la domestication à la violence, en utilisant différents moyens d’expression tels que la vidéo, le dessin, le collage, la sculpture, la photographie et la performance. Enfin, la journée s’est achevée par l’installation, dans le Cortile di Michelozzo du Palazzo Vecchio, de l’œuvre Il luogo più pericoloso (Le lieu le plus dangereux ) de Silvia Levenson et Natalia Saurin, composée de 94 assiettes en céramique décorées de phrases extrapolées des médias et utilisées pour minimiser les épisodes d’actualité liés à la violence (94 est le nombre de femmes tuées jusqu’à présent en Italie en 2019).

“Une journée symbolique comme celle d’aujourd’hui qui, grâce à l’art, prend vie, nous amenant à réfléchir sur un thème encore dramatiquement d’actualité”, commente Sara Funaro, conseillère pour les droits et l’égalité des chances de la municipalité de Florence. La violence que les femmes subissent à l’extérieur et à l’intérieur des murs de leur maison est un fléau de notre société et les chiffres le prouvent. Trois femmes sont tuées chaque semaine en Italie, avec 142 victimes en 2018, une énormité. C’est pourquoi, en tant que municipalité, nous soutenons des initiatives de sensibilisation comme celle-ci, ainsi que diverses associations de la ville pour aider les femmes qui souffrent de violence."

"À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, explique Tommaso Sacchi, conseiller municipal chargé de la culture, Florence adopte une position forte et claire, en s’exprimant dans le langage qui lui convient le mieux, celui de l’art. C’est pourquoi la cour Michelozzo a accueilli l’installation des artistes Levenson et Saurin : 94 assiettes en céramique, autant que le nombre de femmes tuées en Italie pour la seule année 2019, ornées des phrases qui font le plus mal, celles utilisées par les médias pour minimiser ou “normaliser” la violence à l’égard des femmes, une violence intolérable qui ne peut et ne doit pas être normale. Nous sommes également particulièrement intéressés par l’intervention de Valie Export dans la Sala d’Arme adjacente et le Museo Novecento, une artiste emblématique qui, avec ses images non conventionnelles, irrévérencieuses et intemporelles, pointe du doigt nos stéréotypes de genre et nous invite, une fois de plus, à réfléchir sur cette grave épidémie qui ne connaît pas de crise en Italie".

“Ces dernières années, explique Sergio Risaliti, nous avons décidé d’occuper l’espace symbolique des événements collectifs, en redonnant à l’art et aux artistes une place centrale dans l’expression et la dénonciation, afin de vider les célébrations de toute rhétorique inutile. La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes doit être perçue comme une révolte contre le langage, les gestes, les comportements et les actions qui humilient, marginalisent, assujettissent et violentent les femmes et le féminin, mais aussi contre toute action visant à offenser l’altérité sur la base de la discrimination sexuelle ou raciale. Nous ne pouvons pas rester silencieux face à ce qui est une véritable guerre civile. En 2018, le nombre de femmes tuées dans notre pays était de 142, en 2019, 94 sont déjà mortes, sans compter les femmes blessées non seulement dans leur corps mais aussi dans leur âme, car il y a une violence qui tue même avec de petits gestes et de petites paroles. C’est un honneur d’avoir accueilli Valie Export, championne du féminisme, activiste et point de référence pour toutes les générations successives dans l’art. Ses performances et ses actions ont directement révélé l’excès de pouvoir masculin perpétué à tous les niveaux dans la culture et la société, dans les familles et dans les couples. Cependant, nous avons voulu comparer le langage artistique et performatif de sa génération, qui devait abattre les murs, avec la pratique et les œuvres de la génération actuelle représentée par les artistes Silvia Giambrone, Silvia Levenson et Natalia Saurin. Dans une société où, comme l’expliquait Foucault, l’exercice du contrôle et du pouvoir est d’autant plus envahissant qu’il est invisible, le pouvoir masculin continue d’agir et de se perpétuer de manière souvent silencieuse mais continue, sauf à exploser violemment jusqu’au crime dès lors qu’il renonce à une confrontation égale avec le sexe opposé et ne tolère pas sa liberté et sa non-dépendance”.

Photo : Valie Export, Einkreisung (1976)

Florence, au Museo del Novecento la grande Valie Export invitée pour la journée contre la violence à l'égard des femmes
Florence, au Museo del Novecento la grande Valie Export invitée pour la journée contre la violence à l'égard des femmes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.