Le Louvre contre les trafics illicites de marchandises : exposition de sculptures en provenance de Libye et de Syrie


Jusqu'au 13 décembre 2021, le Louvre expose des sculptures saisies en Libye et en Syrie afin de sensibiliser le public au trafic illicite de marchandises.

Le Louvre présente jusqu’au 13 décembre 2021 quatre statues funéraires de Cyrène, dans l ’est de la Libye, saisies en France alors qu’elles étaient sur le point d’être exportées illégalement, et deux reliefs à décor byzantin provenant vraisemblablement de Syrie. L’exposition de ces sculptures a pour but de sensibiliser le public au commerce illicite des biens culturels.

Les statues funéraires de Cyrène, l’une des plus grandes cités antiques d’Afrique du Nord qui a donné son nom à la région orientale de la Libye, la Cyrénaïque, et site archéologique important pour l’étude de la culture gréco-romaine, appartiennent à un ensemble de bustes et de demi statues, représentant principalement des figures féminines, qui ont été pillés dans les nécropoles de cette région. Ils sont issus de traditions ancestrales, probablement de l’union des cultures grecque et libyenne, et sont associés à des portraits de défunts. Ce sont des sculptures typiques des nécropoles de la ville grecque de Cyrène, c’est pourquoi il a été possible de les localiser et de les confisquer lors de leur passage en France afin de contribuer à la protection du patrimoine libyen. Deux plaques de marbre très décorées, probablement originaires de Syrie et saisies pour les mêmes raisons, sont également exposées de la même manière. Lorsque les procédures judiciaires en cours seront terminées, ces œuvres retourneront dans leur pays d’origine.

Depuis les années 1980, la Cyrénaïque est menacée par une urbanisation incontrôlée qui s’est accélérée depuis le Printemps arabe (2011), notamment par l’accaparement de terres et la construction sans permis. En outre, on assiste à une augmentation sans précédent des pillages ciblés de tombes. Aujourd’hui, les autorités publiques coopèrent pour lutter contre le trafic dans les zones de conflit. La Libye et le Moyen-Orient sont particulièrement touchés par le trafic illicite de biens culturels, comme les sculptures saisies après le “printemps arabe” en 2011 par les douanes et la police françaises. Face aux destructions, aux pillages et aux vols, l’ampleur des dégâts causés au patrimoine culturel au Moyen-Orient ne peut être ignorée ou sous-estimée. L’aspect lunaire des sites pillés en Syrie ou en Irak, la destruction ultérieure du musée de Mossoul et de la ville de Palmyre en sont le parfait témoignage.

image © Douanes françaises / Patrice Pontié

Le Louvre contre les trafics illicites de marchandises : exposition de sculptures en provenance de Libye et de Syrie
Le Louvre contre les trafics illicites de marchandises : exposition de sculptures en provenance de Libye et de Syrie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.