Le Musée des Beaux-Arts d'Anvers rouvrira ses portes en 2022, après 10 ans de travaux


Après dix ans de travaux, le Musée royal des beaux-arts d'Anvers, une institution importante qui abrite des œuvres de Simone Martini, Antonello da Messina, Jan van Eyck, Jean Fouquet, Rubens, van Dyck, Modigliani et bien d'autres, rouvrira ses portes le 25 septembre 2022.

La réouverture du Koninklijk Museum voor Schone Kunsten Antwerpen (KMSKA), le Musée royal des beaux-arts d’Anvers en Flandre (Belgique), est prévue pour le 25 septembre 2022. Le musée ouvrira donc à nouveau ses portes au public après près de onze ans de fermeture pour d’importants travaux de rénovation, et exposera ses sept siècles d’art sous un nouvel aspect.

L’imposant projet de rénovation et de réaménagement du musée, confié dès 2004 à l’agence d’architecture KAAN de Rotterdam mais officiellement lancé avec la fermeture des espaces en 2011, comprenait des reconstructions et l’agrandissement de certains espaces, et a été réalisé en plusieurs phases, échelonnées dans le temps. Le plan de travail couvrait toutes les parties du musée, en commençant par l’extérieur, avec la restauration de la façade et du toit avec des puits de lumière et des protections solaires, la création d’une nouvelle mosaïque à l’entrée, la création d’un jardin et la transformation de quatre cours historiques en espaces muséaux. C’est précisément cette dernière modification structurelle qui a permis d’augmenter la surface d’exposition de 40 % et de créer une nouvelle aile aux lignes inattendues, caractérisée par la prédominance du blanc, avec des renfoncements et 198 puits de lumière qui laissent entrer la lumière du jour, et avec un escalier futuriste aux marches en béton poli, long de 40 mètres et surmontant une différence de hauteur de 22 mètres. Composée de 10 galeries, cette zone se caractérise par une asymétrie en termes de hauteurs, de volumes et d’entrée de la lumière, contrairement à la symétrie parfaite du bâtiment historique, qui a également fait l’objet de rénovations. De nombreuses rénovations ont été effectuées dans les salles intérieures qui, grâce à ces interventions, ont retrouvé la beauté qu’on leur connaît. Les sols ont été préservés autant que possible, les murs rafraîchis et les cadres des salles Rubens et Van Dyck ont été dorés.

À partir du 25 septembre 2022, il sera donc à nouveau possible d’admirer la collection, qui comprend des œuvres du XIVe au XXe siècle: la collection du KMSKA est considérée comme l’une des premières au monde pour la collection d’œuvres des Primitifs flamands, mais celles de la période baroque sont également d’une grande importance, jusqu’à la vaste collection d’art moderne. Parmi les nombreux chefs-d’œuvre, citons ceux de Simone Martini (les ailes du polyptyque Orsini sont de lui), Antonello da Messina (la célèbre Crucifixion), Jan van Eyck, Rogier van der Weyden, Jean Fouquet (la célèbre Vierge à l’Enfant, qui fait partie du diptyque de Melun, l’une des images les plus célèbres de l’histoire de l’art non italien). Les plus célèbres images de la Renaissance non italienne), Hans Memling (le Portrait d’homme), Peter Paul Rubens (la Vénus frigide), Antoon van Dyck, James Tissot, James Ensor, Henry Van de Velde, George Grosz, Amedeo Modigliani (le Nu assis), Günther Uecker, Rik Wouters et René Magritte.

Pour l’exposition permanente, environ 650 œuvres ont été sélectionnées parmi plus de 8 400 peintures, sculptures, œuvres sur papier et objets. En outre, d’importants travaux de restauration (183 dont 131 directement sur place et 53 à l’extérieur) et de conservation (6 475 traitements) ont été effectués sur cette immense collection. L’organisation de la collection a été conçue en répartissant les œuvres antérieures à 1880 dans le bâtiment historique et les œuvres postérieures à cette date dans la nouvelle section. James Ensor, dont la collection au KMSKA est la plus importante au monde, est le trait d’ union et sera présent dans les deux lieux. À l’intérieur, les salles ne sont pas classées par ordre chronologique, par artiste ou par style : les œuvres sont présentées sous diverses perspectives thématiques, “dynamiques et stimulantes”, selon le musée. Les espaces d’art contemporain ne manquent pas non plus de salles pour les prêts extérieurs et les expositions temporaires.

Le KMSKA est en outre le seul musée de Flandre à disposer d’un institut académique attenant, et sa longue histoire remonte au XIXe siècle (il a ouvert ses portes en 1810, à partir des collections de l’Académie des beaux-arts locale). Les travaux de rénovation et de réaménagement ont également impliqué vingt-deux artistes contemporains dans le cadre du projet de résidence d’artiste de cinq ans, qui implique un contact direct avec la collection afin de s’inspirer des maîtres anciens et de créer des œuvres dans différents domaines artistiques : peinture, sculpture, textes, musique, images et performances.

Sur la photo, une salle de musée vide. Photo par Karin Borghouts

Le Musée des Beaux-Arts d'Anvers rouvrira ses portes en 2022, après 10 ans de travaux
Le Musée des Beaux-Arts d'Anvers rouvrira ses portes en 2022, après 10 ans de travaux


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.