Turin, les Musées royaux réorganisent la collection du Prince Eugène de Savoie Soissons


Les Musées royaux de Turin poursuivent leur travail de réorganisation des précieuses collections d'art ancien : le deuxième étage de la Galleria Sabauda sera ouvert au public à partir du samedi 11 mai 2024 avec la présentation du nouvel aménagement de la célèbre collection du Prince Eugène de Savoie Soissons.

Les Musées royaux de Turin poursuivent leur travail de réorganisation de leurs précieuses collections d’art ancien, et après la récente présentation de la collection Gualino et de la peinture du XVIIIe siècle, le deuxième étage de la Galleria Sabauda sera ouvert au public à partir du samedi 11 mai 2024, avec la présentation de la nouvelle exposition de la célèbre collection du Prince Eugène de Savoie Soissons. Cette collection, dédiée à l’un des protagonistes des événements européens des XVIIe et XVIIIe siècles, comprend des chefs-d’œuvre des maîtres primitifs nordiques, des œuvres de la peinture flamande et hollandaise du XVIIe siècle acquises par la famille de Savoie au cours des XVIIe et XIXe siècles, ainsi que des œuvres des écoles italiennes du XVIIe siècle, avec un accent particulier sur celles des femmes peintres des XVIe et XVIIe siècles. Le financement de ce travail sur les collections a été entièrement assuré par le ministère de la Culture dans le cadre du programme triennal 2022-2024, ce qui a été rendu possible grâce à la loi de finances pour 2022 (L. 30 décembre 2021, n° 234), qui a augmenté le fonds pour la protection du patrimoine culturel, tel qu’établi par l’article 1, paragraphes 9 et 10, de la loi de stabilité de 2015 (L. 23 décembre 2014, n° 190).

Suivant les choix muséographiques précédents pour le même parcours d’exposition, le nouvel aménagement, sous le commissariat d’Annamaria Bava et Sofia Villano, et conçu par Loredana Iacopino architettura, présente plus de 180 œuvres. Certaines de ces œuvres, qui étaient restées dans les collections de réserve pendant des années, sont désormais exposées sur plusieurs niveaux le long des murs et dans le couloir central, ce qui enrichit considérablement l’expérience du visiteur.

La Galleria Sabauda, qui fait partie des Musei Reali, abrite l’une des plus importantes collections de peinture flamande et hollandaise d’Italie en termes d’extension chronologique et de variété des genres. Cette collection s’est développée au fil du temps grâce à l’attention constante de la famille de Savoie pour l’Europe du Nord. Depuis le XVe siècle, le duché de Savoie a enrichi ses collections d’œuvres d’artistes nordiques, dont beaucoup étaient également actifs à la cour de Savoie. Les inventaires du XVIIe siècle indiquent une présence considérable d’œuvres flamandes de toutes sortes, précédant les achats de Charles Emmanuel III à Venise et l’arrivée à Turin, en 1741, de l’extraordinaire collection viennoise du prince Eugène.

Au milieu du XVIIIe siècle, la pinacothèque savoyarde pouvait s’enorgueillir d’une “vaste collection de maîtres flamands”, le roi de Sardaigne possédant “beaucoup de tableaux précieux”, comme le rappelle le graveur Charles-Nicolas Cochin, dépositaire des dessins du roi de France. D’autres ajouts ont été effectués à partir de 1832, lorsque la Galerie royale a été ouverte au public à la demande de Charles Albert de Savoie Carignano.

L’exposition débute par deux salles consacrées à la peinture flamande des XVe et XVIe siècles, illustrant son évolution sur deux siècles, de l’influence des grands maîtres du XVe siècle au langage sophistiqué du maniérisme international de la fin du XVIe siècle. La sélection de primitifs flamands comprend des œuvres d’une grande importance historique, telles que le célèbre panneau de Jan van Eyck , d’une qualité exceptionnelle, représentant Les stigmates de saint François, les deux panneaux de Rogier van der Weyden représentant Un adorateur en prière et La Visitation, et la Vierge à l’enfant attribuée à un disciple de Petrus Christus. L’itinéraire comprend également le magnifique panneau de Hans Memling avec les scènes de la Passion du Christ et le Jugement dernier de Bartholomeus Spranger, exécuté sur cuivre vers 1570-1571 pour le pape Pie V, qui reprend un triptyque de Beato Angelico.

La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
Collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie de Savoie, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées roy
aux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin
La collection du Prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / Agence DB Studio pour les Musées royaux de Turin
La collection du prince Eugène de Savoie Soissons, Galerie Sabauda, Musées royaux de Turin. Photo : Daniele Bottallo / DB Studio Agency
pour les Musées royaux de Turin

Du palais Durazzo de Gênes, acquis en 1824 par Charles Félix de Savoie avec son mobilier, proviennent deux œuvres importantes : un grand panneau représentant l’Adoration des Mages par le maître flamand qui a donné son nom à l’œuvre, et un panneau peint sur les deux faces par Bernard van Orley, peintre de la cour de Marguerite d’Autriche, gouverneur des Pays-Bas espagnols. Deux triptyques du même type sont consacrés à la Crucifixion, dont l’un est considéré comme l’une des plus belles œuvres du " Maître des demi-figures": sous ce nom conventionnel sont regroupées des œuvres de plusieurs artistes, travaillant probablement dans le même atelier dans la première moitié du XVIe siècle, vraisemblablement à Anvers. Parmi les thèmes récurrents, on trouve la représentation de dames élégantes, souvent en train de lire ou de jouer d’un instrument de musique, comme dans le cas du panneau représentant la Joueuse de luth.

L’art du portrait nordique au XVIe siècle est représenté par trois œuvres très différentes : Le Portrait du cardinal Robert de Lénoncourt par Corneille de Lyon, peintre hollandais de naissance mais lyonnais d’adoption ; le vigoureux Portrait d’un homme à la lettre, attribué à Dirck Jacobsz; et le Portrait d’un guerrier attribué à Hendrick Goltzius, une œuvre d’une qualité remarquable qui semble rappeler les chefs-d’œuvre de Giorgione peints à Venise au début du XVIe siècle.

L’Étude d’un avocat est un exemple intéressant de peinture de genre, tandis que le goût sophistiqué du maniérisme international tardif, répandu dans les cours italiennes et européennes, est mis en évidence dans la toile du Flamand Lucas de Heere, qui représente de manière évocatrice le thème rare de l’Allégorie des arts libéraux en temps de guerre.

La première partie du couloir central est consacrée à une sélection de natures mortes italiennes et flamandes des XVIIe et XVIIIe siècles, qui sont arrivées dans les collections turinoises à diverses occasions depuis le début du XVIIe siècle. Cet espace permet d’apprécier la diffusion et le succès que ce genre artistique a rencontré dès ses origines, y compris dans les plus grandes cours internationales. À travers le portail gris foncé qui sépare symétriquement la collection Gualino du noyau dédié au prince Eugène, le visiteur entre en contact avec la période historique et le goût esthétique d’Eugène de Savoie Soissons (Paris, 1663 - Vienne, 1736). Brillant stratège et commandant en chef de l’armée des Habsbourg, il s’est rendu célèbre en stoppant l’avancée des Turcs en Europe. Les dix grandes batailles, peintes par Jan van Huchtenburg, illustrent certains des moments cruciaux de ses campagnes militaires, de la bataille de Zenta (1697) à la bataille de Turin en 1706, au cours de laquelle il s’est illustré aux côtés de son cousin Victor Amadeus II contre le siège français de la ville, en passant par les batailles de Petervaradino (1716) et de Belgrade (1717).

Eugène de Savoie, en plus d’être un habile stratège, était aussi un intellectuel raffiné et cultivé, dont l’héritage artistique se trouvait principalement dans ses palais viennois, tels que le Palais de la Ville et la somptueuse résidence suburbaine du Belvédère. Les gravures de la série “Résidences mémorables de l’incomparable héros de notre siècle”, réalisées d’après des dessins de Salomon Kleiner et publiées entre 1731 et 1740, immortalisent la beauté de ces demeures et leur somptueuse décoration. Après la mort d’Eugène en 1736, ses biens passent à sa nièce, Victoria de Savoie Soissons, qui met en vente cette extraordinaire collection. Grâce aux efforts diplomatiques du comte Luigi Malabaila, ambassadeur de Savoie à Vienne, Charles Emmanuel III de Savoie réussit à acquérir la pinacothèque, qui comprend des œuvres des plus illustres maîtres du classicisme du XVIIe siècle. La galerie comprend des œuvres des plus illustres maîtres du classicisme du XVIIe siècle tels que Nicolas Poussin, Guido Reni et Francesco Albani, ainsi qu’une remarquable sélection de peintures flamandes et hollandaises avec des chefs-d’œuvre d’Antoon van Dyck et des œuvres d’artistes tels que Jan Brueghel l’Ancien, Paul Bril, Gerrit Dou, Jan Griffier, Paulus Potter et David Teniers.

L’extraordinaire collection de tableaux du prince Eugène, rassemblée grâce à un vaste réseau de contacts en Italie et en Europe, était exposée dans ses résidences selon des critères esthétiques précis, décorant les salles de réception, les galeries et les cabinets. La disposition actuelle des œuvres dans les salles de la Galleria Sabauda tient compte des choix d’ameublement et des témoignages visuels laissés par les gravures de Salomon Kleiner, qui représentent différentes salles décorées de nombreux tableaux transférés par la suite à Turin. Les murs recouverts de tapisserie de velours et de boiseries dorées du Stadtpalais de Vienne, par exemple, étaient ornés de peintures principalement sur des thèmes historiques et religieux, parmi lesquelles des œuvres de Nicolas Poussin, Guido Reni et Antoon van Dyck. Dans le Belvédère supérieur, en revanche, on pouvait admirer des œuvres de la tradition figurative émilienne maniériste tardive et de la peinture bolonaise classique, ainsi que des peintures des écoles vénitienne et flamande, dont des œuvres de Pietro Vecchia, Guido Reni et Antoon van Dyck.

Jan van Eyck, Les stigmates de saint François (vers 1430 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Jan van Eyck, Les stigmates de saint François (vers 1430 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Rogier van der Weyden, La Visitation (1430 - 1440 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Rogier van der Weyden, La Visitation (1430 - 1440 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Hans Memling, Seligenstadt, La Passion du Christ (1470 - 1471 ; huile sur panneau ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Hans Memling, Seligenstadt, La Passion du Christ (1470 - 1471 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Maître des demi-figures féminines, La joueuse de luth (vers 1540 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Maître des demi-figures féminines, La joueuse de luth (vers 1540 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Lucas de Heere, Les arts libéraux en temps de guerre (1566 - 1567 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Lucas de Heere, Les arts libéraux en temps de guerre (1566 - 1567 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Jacob van Schuppen, Prince Eugène de Savoie-Soissons (avant 1721 ; huile sur toile ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Jacob van Schuppen, Prince Eugène de Savoie-Soissons (avant 1721 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Antoon van Dyck et son atelier, Amaryllis et Myrte (1631 - 1632 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Antoon van Dyck et son atelier, Amarilli et Mirtillo (1631 - 1632 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Gerrit Dou, Jeune homme hollandais à la fenêtre (1662 ; huile sur panneau ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Gerrit Dou, Jeune homme hollandais à la fenêtre (1662 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Jan Griffier, Scène de chasse avec vue sur la résidence et les jardins du palais de Kensington (vers 1690 - 1695 ; huile sur cuivre ; Turin, Musées royaux, Galerie de Savoie)
Jan Griffier, Scène de chasse avec vue sur la résidence et les jardins du palais de Kensington (vers 1690 - 1695 ; huile sur cuivre ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Vieil homme endormi (1629 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Vieil homme endormi (1629 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Jan Brueghel le Jeune, La vanité de la vie humaine (1631 ; huile sur panneau ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Jan Brueghel le Jeune, La vanité de la vie humaine (1631 ; huile sur panneau ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)

Une grande partie des collections flamandes et hollandaises du XVIIe siècle appartenant au prince Eugène était conservée dans le cabinet des peintures du Belvédère supérieur de Vienne, un espace remarquable qui suscitait un grand intérêt chez les voyageurs de l’époque. Situé entre sa chambre privée et la bibliothèque, ce cabinet était meublé selon les normes de l’époque, les œuvres étant disposées symétriquement de manière à recouvrir entièrement les murs. Au-dessus d’un revêtement de damas bleu étaient suspendus quatre-vingt-dix-huit petits tableaux, encadrés dans du bois doré finement sculpté, dont la restauration a été conservée jusqu’à aujourd’hui. Parmi les œuvres exposées dans le cabinet figuraient des tableaux de David Teniers II, dont quatre sont actuellement exposés, appréciés par le prince pour leur réalisme vivant et leur représentation minutieuse de scènes de genre et d’intérieurs de taverne. À cela s’ajoute une importante collection d’œuvres du groupe Fijnschilder, connu sous le nom de “peintres raffinés” de Leyde, caractérisés par leur souci du détail et la richesse de leurs couleurs. Parmi ces œuvres exposées à la galerie Sabauda figurent des compositions de Gerrit Dou et de son élève Frans van Mieris, Godfried Schalken et Caspar Netscher. Le tableau de Dou, La jeune fille à la fenêtre, est particulièrement intéressant. Outre son extraordinaire maîtrise technique, il suggère un équilibre délicat entre la sensualité et l’innocence, qui se reflète dans les détails de la scène.

Un autre artiste très apprécié par le Prince Eugène et les collectionneurs européens est Jan Griffier, peintre actif aux Pays-Bas et en Angleterre. Ses paysages ont été exposés au Belvédère inférieur de Vienne, la résidence d’été préférée du prince. La Galleria Sabauda présente treize œuvres de sa collection, l’une des plus importantes d’Italie en termes de quantité et de qualité, comparable uniquement à celle de la Gemäldegalerie Alte Meister de Dresde. Griffier s’est distingué par son habileté à représenter des vues qui allient la précision topographique des villes à la suggestion artistique de paysages montagneux et fluviaux, enrichis de détails de la vie quotidienne, comme dans le cas de l’œuvre Hiver, considérée comme l’un de ses chefs-d’œuvre.

La nouvelle exposition au deuxième étage de la Galerie d’Art présente également les œuvres acquises par Charles Emmanuel III en 1737, en même temps que les négociations pour l’acquisition de la collection du Prince Eugène. Il s’agit de la collection personnelle de Giovanni Battista Bodissoni, résident de Venise et descendant d’une famille noble originaire de Bruxelles. Pour évaluer la qualité et l’état des œuvres, Charles Emmanuel III envoie à Venise Claudio Francesco Beaumont, le premier peintre de la cour. Les collections savoyardes se sont ensuite enrichies d’un nombre considérable d’œuvres hollandaises et flamandes, comprenant des portraits, des natures mortes, des scènes de genre, des peintures sacrées, des paysages et des intérieurs, documentant le style et les thèmes de la culture artistique de l’Europe du Nord entre le XVIe et le XVIIe siècle.

Une autre section met en lumière l’ intérêt profond de la famille de Savoie pour la peinture hollandaise et flamande du 17e au 19e siècle. Au premier plan, le Vieil homme endormi de Rembrandt van Rijn, remarquable chef-d’œuvre précoce du maître, acheté en 1866, est l’une des rares peintures autographes de l’artiste hollandais présentes dans les musées publics italiens. À côté, on trouve deux répliques d’autoportraits de l’artiste de bonne qualité stylistique. La section comprend également des portraits de membres de la noblesse et de la haute bourgeoisie réalisés par des peintres liés à l’école de Rubens et de Van Dyck, tels que Jacob Jordaens, Cornelis de Vos et Jan Cornelisz van Loenen, ainsi que par des portraitistes renommés d’Amsterdam et de Leyde, tels que Nicolaes Eliasz Pickenoy et Joris van Schooten.

Parmi les œuvres ayant une signification allégorique et morale, citons une belle composition sur le Festin dans une salle de bal, qui met en garde contre les dangers de la séduction, attribuée à une collaboration entre Frans Francken le Jeune et Paul Vredeman de Vries. Parmi les autres exemples, citons La vanité de la vie humaine de Jan Brueghel le Jeune, qui réfléchit à la nature éphémère de la gloire et de la richesse terrestres, etIntérieur avec nature morte et animaux de Peeter Gijsels, qui allie le goût décoratif à une attention réaliste aux détails. La peinture de paysage est représentée par des œuvres d’artistes tels que Roelant Savery, Gottfried Wals et Cornelis van Poelenburgh, tandis que le genre de la nature morte est illustré par Dinner Table de Peter Binoit, caractérisé par une élégance raffinée et une poésie délicate. Parmi les sujets sacrés, on remarque la Vierge aux roses, peinte à quatre mains par Hendrick van Balen l’Ancien et Jan Brueghel le Jeune, et le Repentir de saint Pierre de Gerard Seghers.

Giovanni Benedetto Castiglione, dit Grechetto, Bacchanale (vers 1645 - 1664 ; huile sur toile ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Giovanni Benedetto Castiglione, dit Grechetto, Bacchanale (vers 1645 - 1664 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Antoon Van Dyck, Sainte Famille (vers 1623 - 1624 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Antoon Van Dyck, Sainte Famille (1623 - 1624 environ ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Giovanni Antonio Burrini, Bacchus et Ariane (vers 1670 - 1690 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Giovanni Antonio Burrini, Bacchus et Ariane (1670 - 1690 environ ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Francesco Cairo, Moïse sauvé des eaux (vers 1645 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Francesco Cairo, Moïse sauvé des eaux (vers 1645 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Andrea Pozzo, La capture du Christ (1672 - 1673 ; huile sur toile ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Andrea Pozzo, Capture du Christ (1672 - 1673 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Giovanna Garzoni, Portrait de Charles Emmanuel Ier de Savoie (1632 - 1637 ; tempera sur parchemin ; Turin, Musées royaux, Galerie de Savoie)
Giovanna Garzoni, Portrait de Charles Emmanuel Ier de Savoie (1632 - 1637 ; tempera sur parchemin ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Faith Galicia, Judith avec la tête d'Holopherne (vers 1605 - 1610 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Fede Galizia, Judith avec la tête d’Holopherne (vers 1605 - 1610 ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)
Orsola Magdalena Caccia, Sainte Cécile jouant de l'orgue et anges musiciens (vers 1620 - 1630 ; huile sur toile ; Turin, Musées royaux, Galleria Sabauda)
Orsola Maddalena Caccia, Sainte Cécile jouant de l’orgue et anges musiciens (1620 - 1630 env. ; huile sur toile ; Turin, Musei Reali, Galleria Sabauda)

En quittant les salles consacrées à la peinture nordique, la visite se poursuit avec les œuvres des écoles italiennes du XVIIe siècle, qui témoignent des choix de collection des ducs de Savoie et des enrichissements ultérieurs du XIXe siècle. Le baroque génois est représenté par l’opulence chromatique de la Bacchanale de Giovanni Benedetto Castiglione, les portraits de Bernardo Strozzi et de Jan Roos, et la Sainte Famille de ce dernier, qui témoigne de son séjour à Gênes. La scène artistique romaine est illustrée par la Vierge à la rose de Giovanni Battista Salvi, connue sous le nom de Sassoferrato , et par des peintures de la culture marattesque. Parmi les exemples significatifs du classicisme romain de la seconde moitié du XVIIe siècle, on peut citer les peintures de l’Énéide de Giovanni Ghisolfi et les paysages avec cascades de Gaspard Dughet. Enfin, la peinture bolonaise est représentée par Bacchus et Ariane de Giovanni Antonio Burrini, acquis en 2022 par le ministère de la Culture pour les collections des Musées royaux.

La salle suivante du parcours muséal est consacrée à la culture artistique du duché de Savoie au XVIIe siècle, une période caractérisée par un important renouveau mené par certains des principaux protagonistes de la scène artistique piémontaise. Dans les années 1930 et 1940, le duc Victor Amadeus Ier nomme Francesco Cairo peintre de la cour, figure emblématique du baroque lombard, connu pour des œuvres telles que La découverte de Moïse par la fille du pharaon, où l’on reconnaît Madame Royale Christine de France dans le visage de la princesse. Peu après, au début des années 1650, le peintre lorrain Charles Dauphin arrive à Turin et remporte un vif succès auprès de la famille de Savoie et des princes de Carignano, contribuant ainsi à un développement baroque marqué de l’art local, en accord avec les tendances parisiennes. En 1658, le Flamand Jan Miel, après une longue période à Rome, s’installe à Turin au service de Charles Emmanuel II, influençant les décorations du palais royal et de la Reggia di Venaria et introduisant la culture académique romaine. À la fin du siècle, Daniel Seiter, d’origine viennoise, travaille pour Victor Amadeus II, contribuant à la rénovation des appartements royaux et peignant les fresques de la galerie, encore visibles aujourd’hui. Par ailleurs, Andrea Pozzo, peintre et architecte européen de renom, a travaillé dans le Piémont dans les années 1960 et 1970, réalisant des retables et des cycles de fresques pour les églises jésuites de Turin et de Mondovì.

La dernière salle de la nouvelle exposition est consacrée à la peinture féminine des XVIe et XVIIe siècles, une période où les femmes artistes ont joué un rôle important mais souvent négligé. Parmi les œuvres exposées figurent le Portrait de l’Infante Isabelle Clara Eugenia de Sofonisba Anguissola, artiste au service du roi Philippe II d’Espagne, le Portrait de Charles Emmanuel Ier de Giovanna Garzoni, célèbre pour sa technique de pointillisme sur parchemin, et Judith à la tête d’ Holopherne de Fede Galizia, connue pour son raffinement chromatique, et des œuvres religieuses comme Sainte Cécile jouant de l’orgue et Sainte Hélène d’Orsola Maddalena Caccia, peintre qui a passé sa vie dans un couvent et qui a produit des œuvres caractérisées par un chromatisme vibrant et des natures mortes raffinées.

Turin, les Musées royaux réorganisent la collection du Prince Eugène de Savoie Soissons
Turin, les Musées royaux réorganisent la collection du Prince Eugène de Savoie Soissons


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.