Winterthur, le cœur de la photographie suisse, entre passé, contemporain et expérimental


En Suisse, la photographie a un nom, celui de la ville de Winterthur, où se trouve l'un des plus importants musées de la photographie d'Europe, le Fotozentrum.

Il existe en Suisse une ville dédiée à la photographie : il s’agit de Winterthur, une ville d’un peu plus de cent mille habitants située dans le canton de Zurich, où deux institutions indépendantes gèrent conjointement un même centre, bien qu’elles aient des objectifs différents. Une partie de lazone industrielle Schleife (environ 1300 mètres carrés au total) a été réaménagée entre 2002 et 2003 pour accueillir la Fotostiftung Schweiz et le Fotomuseum Winterthur, qui forment ensemble le Fotozentrum Winterthur. La Fotostiftung Schwe iz se consacre au patrimoine photographique, tandis que le Fotomuseum Winterthur se concentre sur la photographie contemporaine internationale et les maîtres de l’histoire de la photographie. En outre, l’ensemble du bâtiment abrite des collections permanentes et des expositions temporaires, ainsi que des espaces d’étude et de loisirs, tels que des salles de stockage pour les photographies en noir et blanc et en couleur, une bibliothèque spécialisée, des salles de conférences et de séminaires, une boutique, une grande salle de réception et un café-bistrot.

La Fotostiftung Schweiz (Fondation suisse pour la photographie) est le centre le plus important de la photographie suisse. Fondée en 1971, elle a pour but de préserver, de valoriser et de diffuser les images photographiques. Actuellement, la collection et les archives contiennent plus de cinquante legs et environ cinquante mille tirages originaux d’artistes photographes reconnus. La Fondation organise chaque année trois à quatre expositions dans ses locaux, publie des ouvrages sur la photographie suisse et soutient la photographie suisse par des acquisitions. Des prêts permanents de la Confédération et des Amis de la Fotostiftung Schweiz enrichissent également la collection.

Active sur le plan national et international et accessible à tous, la Fondation suisse pour la photographie se consacre principalement à l’histoire de la photographie et à son importance actuelle, en particulier à la production photographique suisse, de ses débuts à nos jours. En collaboration avec des musées et des archives, elle transmet et préserve le patrimoine photographique suisse.

Pour la Fondation, la photographie revêt deux aspects : elle est un document historique et un moyen d’expression. Il est donc essentiel d’en préserver l’intégrité afin de pouvoir l’apprécier tant d’un point de vue documentaire que d’un point de vue plus purement artistique. C’est pourquoi la Fondation étudie et documente les photographies qui entrent dans les collections, en contextualisant leur origine et leur utilisation. Les œuvres photographiques contemporaines sont utiles pour comprendre l’évolution du médium photographique.

Comme mentionné plus haut, la Fotostiftung Schweiz collectionne en particulier des photographies étroitement liées à la Suisse, en mettant l’accent sur les artistes qui ont contribué de manière significative au développement et au renouvellement des modes d’expression, c’est-à-dire la photographie d’art, mais aussi des œuvres d’importance nationale et internationale.

Des archives entières, composées de négatifs, de positifs et de documents, données par des photographes, des œuvres individuelles ou des groupes, font donc partie de la collection. Cela répond à l’objectif de couvrir le plus grand nombre possible de formes historiques sous lesquelles la photographie est apparue au fil du temps (qui s’élargit continuellement grâce à des dons, des acquisitions et des prêts permanents), ainsi qu’à la volonté de transmettre le patrimoine photographique suisse aux générations futures. La collection de la Fondation est également partiellement accessible au public par le biais d’une base de données électronique qui est continuellement mise à jour et qui présente la description, les détails techniques et matériels des œuvres. Les images en format numérique sont alors disponibles pour la diffusion et la reproduction, sans bien sûr remplacer l’original. Toutefois, certains tirages de photographies (livres et magazines) sont de véritables œuvres d’art. La Fondation comprend la Collection photographique de la Confédération suisse, la Collection des Amis de la Fondation suisse pour la photographie, la Collection du Schweizerischer Werkbund SWB, la Collection photographique Interartes, la Meistersammlung des Schweizerischen Photographenverbandes SPHV, la Collection Martin Lehner et la Collection Bernhard Rickenbach.

Le Fotozentrum de Winterthur
Le Fotozentrum de Winterthur


Le Fotozentrum de Winterthur
Le Fotozentrum de Winterthur


Le Fotozentrum de Winterthur
Le Fotozentrum de Winterthur

Les archives et les legs comprennent ceux de Hans Baumgartner, Gotthard Schuh, Kurt Blum, Emil Brunner, Gertrude Fehr, Anita Niesz, Otto Pfenniger, Hans Staub, Heiri Steiner et bien d’autres. La collection des Amis de la Fotostiftung Schweiz rassemble environ 1 500 photographies acquises sur une période de plus de 30 ans et se concentre sur la nouvelle photographie des années 1920, la photographie de la FSA - Farm Security Administration aux États-Unis, la photographie subjective des années 1950 et les portraits d’artistes et de groupes d’œuvres du Brésil et du Japon. Parmi les photographes de la collection figurent Niels Ackermann, Rudy Burckhardt, Christian Lutz, Christian Vogt, Berenice Abbott, Brassaï, Mario Cravo Neto, Robert Doisneau, Elliott Erwitt, Jacques-Henri Lartigue, El Lissitzky, Man Ray, Sebastiao Salgado. La collection photographique de la Confédération helvétique, qui fait partie de la Fondation depuis les années 1980, comprend plus de deux mille œuvres photographiques, dont du photojournalisme, de la photographie conceptuelle, des documentaires et de la photographie d’art pur, et constitue un large panorama de la photographie suisse de ces trente dernières années. Parmi les artistes de cette collection figurent Werner Bischof, Robert Frank, Kurt Blum, Henriette Grindat, Peter Knapp, Hans Danuser et Ernst Scheidegger.

Le Fotomuseum Winterthur a été fondé en 1993 et se consacre à la photographie contemporaine internationale et aux maîtres de l’histoire de la photographie. L’œuvre photographique est ainsi analysée dans toute sa diversité en la contextualisant, à travers des noms connus et de jeunes talents, dans un dialogue entre le passé, le présent et l’avenir. L’échange et le dialogue sont au cœur du musée : il travaille au niveau local et se développe au niveau international, grâce à un réseau interdisciplinaire d’experts qui contribuent à stimuler et à ouvrir de nouveaux domaines d’expérience, le tout de manière dynamique et ouverte. Les techniques et les processus photographiques sont placés dans un large contexte social et politique afin de susciter la réflexion.

La photographie a connu une évolution rapide: un nouveau type d’image a émergé, les photographes ne se contentant souvent pas de prendre une photo, mais copiant, modifiant, remixant et recontextualisant le matériel existant. Et le public lui-même n’est plus seulement un consommateur d’images, mais aussi un producteur et même un distributeur, par le biais de la publication sur les réseaux sociaux, de l’envoi via des services de messagerie instantanée ou du stockage dans un nuage. Le Fotomuseum Winterthur aborde tous ces changements avec ouverture d’esprit et volonté d’expérimentation.

Le Fotozentrum de Winterthur
Le Fotozentrum Winterthur


Le Fotozentrum de Winterthur
Le Fotozentrum de Winterthur


Le Fotozentrum de Winterthur
Le Fotozentrum de Winterthur

Outre les collections permanentes, le Fotozentrum, situé dans le bâtiment de la Fotostiftung Schweiz, accueille jusqu’au 10 janvier 2021 l’exposition Robert Frank. Memories, consacrée à l’un des photographes les plus influents du XXe siècle, décédé en septembre 2019. Son livre The Americans, publié à Paris en 1958 et aux États-Unis l’année suivante (avec une introduction de Jack Kerouac), est considéré comme l’album photo le plus important du XXe siècle, car il présente la société américaine de l’époque comme une sorte de road movie, oscillant entre la documentation et l’expression subjective. Cependant, on pouvait déjà percevoir les thèmes de The Americans dans ses premières œuvres. La Fondation possède dans ses collections certaines de ses œuvres peu connues qui permettent de retracer le style subjectif de Robert Frank; elles proviennent en partie de la collection de Werner Zryd, un ami de longue date du photographe. La force narrative du langage photographique de l’artiste, qui s’est développé à l’encontre de toutes les conventions et qui a été reconnu internationalement alors que Frank avait abandonné la photographie pour se consacrer au cinéma, est au cœur de l’exposition Memories. Outre des essais suisses et européens, la collection comprend des œuvres américaines datant du début des années 1950 qui n’ont jamais été publiées pour des raisons éditoriales. L’exposition sera accompagnée de livres que l’éditeur Gerhard Steil a créés avec Frank pendant plus de quinze ans.

Né à Zurich en 1924, Frank a repoussé les limites de la photographie, explorant son aspect narratif comme personne d’autre. Il a parcouru des centaines de kilomètres entre la côte Est et la côte Ouest au milieu des années 1950, réalisant au final quelque 700 films. Une sélection de quatre-vingt-trois images en noir et blanc a été intégrée au road movie photographique The Americans.

Les premières œuvres sont le résultat d’un voyage aventureux vers New York à bord d’un cargo. Le jeune photographe ambitieux avait quitté la Suisse trop oppressante pour venir en Amérique dans l’espoir de s’affranchir des contraintes sociales et familiales. Frank a apporté avec lui un Rolleiflex 6x6 et quarante photographies prises pendant son apprentissage de 1941 à 1946. Ce portfolio comprend des paysages, des portraits, des travaux photojournalistiques et des natures mortes qui révèlent déjà le talent du jeune photographe âgé d’une vingtaine d’années. Après avoir vu ses clichés, ledirecteur artistique du magazine Harper’s Bazaar, Alexey Brodovitch, l’engage comme assistant. Mais quelques mois plus tard, lassé de photographier des accessoires et des produits de mode, il quitte cet emploi, désireux d’être libre, sans contraintes, dans son art. L’année suivante, il voyage au Pérou et en Bolivie et utilise souvent son Leica 35 mm. Au printemps 1949, il retourne en Europe et photographie l’assemblée cantonale suisse annuelle d’Appenzell Rhodes-Extérieures, au cours de laquelle les citoyens (exclusivement masculins) votent à main levée. Ces clichés laissent déjà entrevoir le regard critique et pénétrant (davantage axé sur les mains levées que sur l’apparat des représentants du gouvernement) avec lequel il immortalisera plus tard le paysage social et politique américain.

Robert Frank, White Tower (New York, 1948) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York
Robert Frank, White Tower (New York, 1948) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York


Robert Frank, Landsgemeinde (Hundwil, 1949) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York
Robert Frank, Landsgemeinde (Hundwil, 1949) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York


Robert Frank, Parade (Hoboken, New Jersey, 1955) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York
Robert Frank, Parade (Hoboken, New Jersey, 1955) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York


Robert Frank, Trolley (Nouvelle-Orléans, 1955) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York
Robert Frank, Trolley (Nouvelle-Orléans, 1955) © Andrea Frank Foundation ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York

En revanche, le Fotomuseum Winterthur accueille l’exposition Street. Life. Photography. Soixante-dix ans de photographie de rue: environ 220 œuvres de trente-six photographes internationaux, prises précisément sur une période de soixante-dix ans, sont exposées, présentant une variété de perspectives différentes sur la vie urbaine et la possibilité de prendre des photos dans la rue et dans la ville. La photographie de rue montre concrètement la diversité des espaces urbains et des personnes qui y vivent : rencontres fugaces dans les rues des métropoles internationales, scènes paisibles de banlieue, scènes quotidiennes particulières, rues bondées.

L’exposition est divisée en cinq sections kaléidoscopiques avec des approches thématiques différentes : la vie dans la rue, les affrontements, les transports publics, l’anonymat et l’ aliénation. La rue peut être considérée comme une scène, l’espace urbain comme une toile de fond et les personnes qui apparaissent sont les protagonistes d’ une sorte de théâtre.

Les artistes impliqués sont Natan Dvir , qui se déplace dans les rues de New York ; Melanie Einzig, qui capture des moments fugaces de la vie quotidienne à New York dans de petites images uniques ; William Klein, qui capture le mouvement inexorable des masses et des visages insaisissables dans ses photographies ; Lisette Model, dont les photographies prises à New York, San Francisco et Nice montrent des détails sur les expressions faciales et les gestes des gens ; Loredana Nemes avec ses clichés pris dans les métros et les souterrains de Moscou, New York, Paris, Londres et Bucarest (portraits caractérisés par un étrange sentiment d’intemporalité) ; Martin Parr qui critique la société de consommation et ses nombreux excès à travers ses clichés ; Stephen Shore qui explore la perception des espaces urbains, des lignes et des signes sous différents angles de la rue en les combinant dans des unités constructivistes.

La rue. La vie. Photographie. Soixante-dix ans de photographie de rue
La rue. Vie. Photographie. Soixante-dix ans de photographie de rue

La comparaison de ces œuvres photographiques permet aux visiteurs de comprendre les développements techniques, conceptuels et esthétiques et les différentes interprétations de la photographie de rue.

Le Centre de photographie de Winterthur associe ainsi les grands maîtres de la photographie du passé à des expériences contemporaines, dans le but de rester à la pointe du progrès dans ce domaine où la ville est considérée comme la plus importante plaque tournante de Suisse.

Winterthur, le cœur de la photographie suisse, entre passé, contemporain et expérimental
Winterthur, le cœur de la photographie suisse, entre passé, contemporain et expérimental


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.