Cinq étapes pour un rêve": les rêves irrépressibles de Zino, entre sphères de polyvinyle et impressions 3D


Five steps to a dream" est le dernier projet artistique de Luigi Franchi, connu sous le nom de Zino, un artiste contemporain intéressant qui développe ici le thème des rêves.

On ne peut pas endiguer la mer. Cette phrase est gravée sur l’étiquette d’une valise, celle qui porte généralement le numéro à appeler en cas de perte. Mais cette fois-ci, l’égarement doit être considéré comme une chance, et l’éventualité que quelqu’un décide d’ouvrir la valise sera encore plus chanceuse: un torrent inarrêtable de boules colorées en sortira, se répandant comme un fluide envahissant dans toute la pièce. Aucun récipient ne peut contenir la mer, surtout s’il s’agit d’une mer de rêves, de créativité, de fantaisie. Le message est désarmant dans sa simplicité, et en même temps il est puissant dans les formes que l’artiste a décidé de lui donner. Une valise entrouverte, en fait. D’où sortent des sphères de polyvinyleaux couleurs de l’arc-en-ciel, qui inondent la pièce, sous l’œil attentif d’un petit bonhomme qui, assis, regarde pensivement. L’installation s’appelle Exodus et l’artiste est Zino, le surnom de Luigi Franchi (Teramo, 1973), un artiste dont la formation à l’université de Bologne et les études de restaurateur à Florence, Rome et Bologne ont créé un humus fertile d’où jaillissent des idées fraîches et passionnantes, qui frappent et atteignent directement l’observateur.

Zino, Exodus
Zino, Exodus (2016 ; objets et sphères en PVC ; Castelnuovo Magra, Tour du château des évêques de Luni)


Zino, Exodus, particolare
Zino, Exodus, détail


Zino, Exodus, particolare
Zino, Exodus, détail

Zino cherche à établir un dialogue qui n’a pas d’autres médiateurs que l’œuvre elle-même. Il y a la créativité de l’artiste, il y a l’observateur et il y a l’œuvre d’art, dont la tâche est de communiquer le message. Seule une personne qui connaît bien une œuvre d’art, qui sait comment elle naît, quel est le processus qui aboutit à sa forme finale, peut adopter une position aussi ferme à l’égard de ceux qui l’admirent. Et Zino, en tant que restaurateur ayant mis la main sur un grand nombre d’œuvres anciennes, en tant que connaisseur de l’histoire de l’art et en tant qu’artiste contemporain doué de perspicacité et de sensibilité, y parvient. Le visiteur d’un musée ou d’une exposition qui se trouve devant l’une de ses œuvres ne passe guère indifférent: les œuvres de Zino le saisissent dans un tourbillon de surprise, de regards d’abord interrogatifs puis amusés, de pensées, de réflexions, de discussions. Certains lui reprocheront une simplicité excessive, mais derrière cette apparente manifestation, souligne la critique d’art Guya Bacciocchi, se cache "une âme beaucoup plus compliquée, parce que les images sont telles que nous les voyons, mais en même temps elles sont différentes, parce que même l’objet le plus simple peut devenir un rébus dans le regard d’une autre personne".

Même cette ambiguïté latente révèle la profondeur de la pensée qui sous-tend les œuvres de Zino, car son art se prête à une interprétation à plusieurs niveaux, et c’est la sensibilité de l’observateur qui déterminera si la profondeur de son analyse sera suffisante pour extraire un sens de l’œuvre, qui de toute façon, contrairement à ce qui se passe avec de nombreuses œuvres d’art pour lesquelles une lecture superficielle ne suffit pas à traduire l’image en un message, dans le cas de Zino émerge déjà en vertu d’une iconographie facile qui offre à quiconque des outils pour la déchiffrer. Ce sont les caractéristiques qui distinguent également Five steps to a dream, la dernière entreprise de l’artiste abruzzais: une œuvre qui combine sculpture, installation et performance, mais aussi une intervention in situ conçue pour la tour du Castello dei Vescovi di Luni à Castelnuovo Magra, un village situé dans l’une des zones les plus sensibles d’Italie aux problèmes de l’art contemporain. Il s’agit d’une œuvre qui, comme c’est le cas chez Zino, est enveloppée d’une légèreté typiquement pop, mais qui repose en même temps sur un substrat culturel qui se réfère à la psychanalyse, aux études de Freud, dont la théorie sur l’interprétation des rêves est revisitée par l’artiste dans une clé collective et universelle, de sorte que le rêve reste la manifestation inconsciente d’ un désir, mais s’étend pour investir la pensée analytique et la pensée créative qui retravaillent les visions oniriques afin de leur donner un sens et des formes accessibles. Five steps to a dream est à la fois un jeu, un système philosophique, un voyage dans l’esprit où sont examinées cinq catégories (le désir, l’instinct, la pensée analytique, la pensée créative, l’inconscient), “une métaphore parfaite de tout ce qui entoure l’homme, de tout ce qui existe”.

Cet Exode n’est que la première étape d’un parcours qui traverse verticalement les cinq étages de la Tour: la première étape d’une installation dont les pièces individuelles brillent déjà tranquillement de leur propre lumière, mais dont la luminosité est renforcée par une vue d’ensemble. Le leitmotiv est constitué par les sphères en PVC qui renvoient à une dimension ludique: ce sont les mêmes que celles dans lesquelles les enfants nagent dans les espaces réservés à ce jeu. Et pour Zino, le jeu est un “besoin primaire et fondamental de l’homme contemporain”: l’homme, en effet, est présent dans Five Steps to a Dream sous la forme de petites sculptures imprimées en 3D qui interagissent avec les sphères, comme dans la deuxième “étape” de l’installation, Shoots, où l’on voit quatre pistolets lancer des bulles colorées et tout autour de nous des couples qui s’étreignent et échangent des baisers, des gens qui lisent, d’autres qui se promènent. La tâche de faire comprendre à quel point l’homme contemporain a “ besoin ” de jeu est confiée à la troisième œuvre, State of mind, où, sur le plus haut de trois pinacles de sphères colorées, un personnage au physique sculptural s’accroche à une balle jaune qui s’élève comme un ballon.

Zino, Shoots
Zino, Shoots (2016 ; objets et sphères en PVC ; Castelnuovo Magra, Tour du château des évêques de Luni)


Uno dei modellini stampati in 3D attorno a Shoots
Un des modèles imprimés en 3D autour de Shoots


Zino, State of mind
Zino, State of mind (2016 ; impression 3D et sphères en PVC ; Castelnuovo Magra, Tour du château des évêques de Luni)


Zino, State of mind, particolare
Zino, État d’esprit, détail

Il y a également des références à la société liquide théorisée par Bauman, à cette “liquidité de notre époque qui rend tout insaisissable, insaisissable et informe”, mais alors que de nombreux sociologues et philosophes contemporains ont interprété cette “liquidité” d’une manière négative, il n’est pas nécessairement vrai que, depuis le début de l’histoire de l’Europe, la société liquide est devenue un élément essentiel de la société, il n’est pas certain qu’à partir d’une situation où “tout repère manque” (pour reprendre le “résumé” d’Umberto Eco), à supposer qu’il y ait des repères, et que d’ailleurs leur présence soit une bonne chose, on puisse en faire une lecture optimiste, car “insaisissable” peut aussi signifier “libre de contraintes” ou, plus généralement, “libre” au sens strict. Et si le point de référence par excellence d’une supposée “société solide” peut être identifié dans la religion, même dans Five steps to a dream la vision ironique de la foi, presque un topos, une constante dans l’art de Zino, revient se manifester dans Holy book, un livre des pages duquel s’envolent des boules colorées: sacrés étaient (et sont pour ceux qui croient) les livres sur lesquels se fonde une tradition religieuse, mais plus sacro-saint encore est notre droit de penser à un livre et d’en interpréter la lecture selon notre sentiment, comme le fait la jeune fille que Zino place au centre du tourbillon coloré qui s’élève du volume au centre du quatrième étage de la Tour. La conclusion du voyage est confiée à ce rêve qui constitue le sujet principal de Cinq étapes pour un rêve (ainsi que de la cinquième étape, intitulée simplement Rêve): les sphères, cette fois, s’envolent d’un coussin posé sur le sol. On ne peut pas endiguer la mer, nous sommes revenus au point de départ: Zino concrétise visuellement le concept de “ rêve ”, qui commence à nouveau à envahir la pièce, car les rêves ne peuvent pas être contenus, à tel point que même la Tour ne parvient pas à les retenir, et qu’ils sortent des fenêtres et des meurtrières pour se déverser dans le village.

Zino, Holy Book
Zino, Holy Book (2016 ; objet, résine et sphères en PVC ; Castelnuovo Magra, Tour du château des évêques de Luni)


Zino, Holy Book, particolare
Zino, Livre saint, détail


Zino, Dream
Zino, Rêve (2016 ; objet, résine et sphères en PVC ; Castelnuovo Magra, Tour du Château des Évêques de Luni)


Installation de Zino's Five steps to a dream sur la façade du Castello dei Vescovi di Luni
Installation de Zino Five steps to a dream sur la façade du Castello dei Vescovi di Luni (Castelnuovo Magra)


Cinq pas vers un rêve de Zino sur la façade du château des évêques de Luni
Cinq pas vers unrêve sur la façade du Château des Vescovi de Luni (Castelnuovo Magra)


Particolare con la Torre
Détail avec la Tour

Puis, à la fin, comme pour les rêves et les performances artistiques, tout s’effacera, et la seule trace qui restera sera gravée dans notre mémoire. Cependant, il est encore temps de toucher le rêve de Zino de vos propres mains: l’exposition accueillant Five steps to a dream, organisée par un Andrea Zanetti qui se consacre depuis longtemps à l’œuvre de l’artiste abruzzais, contribuant à augmenter sa fortune (qui n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui), est ouverte jusqu’au 23 octobre 2016 dans la Tour du Castello dei Vescovi à Luni. Pour ceux qui liront ces lignes à cette date, c’est une invitation à passer un week-end de début d’automne à Castelnuovo Magra pour découvrir combien les révolutions doivent aux rêves, comment il est possible de donner forme à une idée forte, comment l’art contemporain peut établir une relation authentique, amicale, profitable avec ses utilisateurs. Pour ceux qui viendront sur ces pages plus tard, quand Five steps to a dream ne sera probablement que l’ombre d’une image après un réveil, au mieux fixée sur les pages d’un catalogue, l’invitation à découvrir Zino, un artiste qui fait de la spontanéité ludique, de la puissance visuelle, de l’esthétique pop revisitée et de la profondeur de la pensée les ingrédients fondamentaux de son art, avec un seul objectif, reste valable: selon les mots de Zanetti lui-même, ne pas nécessairement faire en sorte que tout le monde “soit d’accord avec la pensée que Zino propose”, mais plutôt nous mettre en position de “trouver la nôtre”.

Zino, Five steps to a dream
Zino, Five steps to a dream, jusqu’au 23 octobre 2016 à Castelnuovo Magra.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.