Les statues-stèles de Lunigiana, les anciennes sculptures préhistoriques des Ligures apuans


Les statues-stèles de la Lunigiana sont une expression artistico-religieuse très ancienne des peuples qui habitaient ces terres à la frontière entre la Toscane et la Ligurie, produites entre le IVe millénaire et le VIIe-VIe siècle av. Un article pour les découvrir en détail.

L’histoire moderne des statues-stèles de Lunigiana, ces monuments préhistoriques particuliers typiques des terres situées à cheval sur la Ligurie et la Toscane, commence à une date précise, le 29 décembre 1827, et en un lieu précis, la localité de Novà di Zignago, une colline du haut Val di Vara: c’est là que fut trouvée la première statue-stèle connue, appelée par la suite “stèle de Zignago”, aujourd’hui conservée au musée d’archéologie ligure de Gênes. À ce jour, il existe 85 statues-stèles, dont la plupart sont conservées au musée des statues-stèles de Pontremoli, au château de Piagnaro: la découverte la plus récente est la tête du mont Galletto, trouvée en mars 2021 par une personne qui se promenait dans la campagne autour de Pontremoli. La découverte d’une statue-stèle, ou même d’un simple fragment, est un événement rare: pour donner une idée, seules quatre découvertes ont été enregistrées au cours des dix dernières années. Et toujours par hasard: généralement par des randonneurs qui se promènent dans les bois ou, comme dans le cas de la quatre-vingt-deuxième, trouvée près de Licciana Nardi, par un agriculteur qui désherbait sa vigne.

La découverte de la stèle de Zignago a fait grand bruit, car personne n’avait jamais vu un tel objet. Et le fait qu’une inscription en caractères étrusques ait ensuite été ajoutée à la sculpture (“MEZUNEMUNIUS”, un mot dont la signification est encore inconnue aujourd’hui), avait conduit les érudits de l’époque à la considérer comme un artefact étrusque. Nous savons en fait que les statues-stèles sont beaucoup plus anciennes. Nous ne disposons d’aucun document écrit pouvant nous aider à établir la datation des statues retrouvées, et nous devons donc nous fier uniquement aux contextes archéologiques et aux stratigraphies, ou aux objets parfois représentés sur les statues-stèles: il est ainsi possible d’établir que les statues-stèles ont été produites sur une période allant du début de l’Énéolithique, c’est-à-dire la fin du 4e millénaire avant J.-C., au 7e-6e siècle avant J.-C., la plupart des statues se situant au milieu de l’âge du cuivre (entre 2800 et 2300 avant J.-C.).C.).

Les découvertes ont eu lieu dans une zone restreinte: presque toutes dans le bassin de la rivière Magra, dans la Lunigiana historique, dans des zones principalement vallonnées, bien que des statues-stèles aient également été trouvées dans les montagnes. Les quelques statues-stèles situées en dehors du Val di Magra comprennent celles trouvées à Lerici et à La Spezia, la stèle de Zignago elle-même (la seule trouvée dans le Val di Vara), et un petit groupe de statues trouvées à Minucciano, le dernier village de Lunigiana avant la Garfagnana. Les statues-stèles ont été trouvées principalement dispersées dans quelques endroits: dans la Selva di Filetto, un magnifique bois de châtaigniers qui, dans l’Antiquité, était un lieu sacré pour les Ligures apuans, la population qui habitait ces lieux (et qui utilisait probablement la Selva pour des rites et des cérémonies religieuses), pas moins de onze statues-stèles ont été trouvées. Neuf statues proviennent de Pontevecchio, tandis que six statues ont été trouvées à Malgrate. Les statues de Pontevecchio représentent cependant un cas particulier, car elles ont été retrouvées toutes ensemble, et à l’endroit où elles ont été érigées à l’origine (par ordre de hauteur progressive). Et comme, si les découvertes de statues tout court sont rares, très rares et exceptionnelles sont celles de statues in situ (celles que nous connaissons ont en effet presque toutes été trouvées hors de leur contexte), des réponses intéressantes sur leur fonction pourraient venir de ces dernières. S’il est vrai que l’histoire moderne des statues-stèles commence en 1827, on ne peut certainement pas dire que personne n’avait vu les statues antiques en Lunigiana avant cette date.

Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Statues en stèle au Musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Stèles du musée du château Piagnaro de Pontremoli
Stèle de Zignago (milieu du IIIe millénaire avant J.-C. ; grès, 108 x 37 x 24 cm ; Gênes, musée d'archéologie ligure)
Stèle de Zignago (milieu du IIIe millénaire avant J.-C. ; grès, 108 x 37 x 24 cm ; Gênes, Museo di Archeologia Ligure)
Stèle de Montegalletto
Stèle de Montegalletto

Les statues-stèles hors contexte: iconoclasme chrétien et réutilisation

Pour comprendre pourquoi la plupart des statues-stèles ont été retrouvées hors de leur contexte d’origine, il faut partir d’une autre date: 658, année du concile de Nantes, au cours duquel fut promulguée une ordonnance contre les “lapides” vénérés dans les bois. C’est-à-dire qu’il a été décrété que tous les menhirs et les anciennes statues de dévotion en pierre en général devaient être enterrés, et que des temples chrétiens devaient être érigés au-dessus de ces fosses. "Ce n’est pas un hasard, écrit l’archéologue Roberta Iardella, si de nombreux lieux de culte chrétiens (églises, sanctuaires ou cimetières) ont vu le jour sur ou à proximité d’endroits où l’on avait trouvé des stèles, ou si celles-ci ont été réutilisées pour la construction des édifices eux-mêmes, même avec des intentions différentes. Le culte des stèles a en effet résisté même après la chute de l’Empire romain, comme en témoigne une épitaphe de 752 trouvée dans l’église de San Giorgio in Filattiera, dans laquelle on chante les louanges d’un certain Leodgard (peut-être un évêque de Luni appelé Leodegario), qui “gentilium varia hic idola fregit” et “delinquentium convertit carmina fide”, c’est-à-dire “détruisit les idoles des païens et convertit les pécheurs”. Cette pierre tombale a été lue comme l’éloge d’une action physique de Leodegarius: avoir matériellement détruit les idoles des païens de Lunigiana, donc les statues-stèles, et avoir converti leurs adorateurs à la foi chrétienne. "Il s’ensuit que les statues-stèles, écrit Stefano Di Meo, étaient encore au VIIIe siècle après J.-C. considérées par le monde chrétien officiel comme potentiellement dangereuses et donc susceptibles d’entraver le processus de christianisation.

En effet, de nombreuses statues-stèles ont été retrouvées à proximité de sanctuaires chrétiens (comme les trois statues de Minucciano), et d’autres ont été réutilisées: c’est le cas de la statue-stèle de Talavorno, l’une des découvertes les plus récentes (datant de 2007), qui a été réutilisée comme marche dans l’autel du monastère de San Benedetto, un édifice déjà ruiné au XVIe siècle, situé à Talavorno, sur les rives de la rivière Magra. Ou encore de la statue Sorano VII (les statues-stèles sont identifiées par le nom du lieu où elles ont été trouvées et par un numéro progressif), trouvée en 2003 dans la localité de Quartareccia, et utilisée comme dalle dans une tombe à coffre ligure-romaine du IIe-XIe siècle av. La stèle de Lerici a également été utilisée comme parapet d’un puits. Une autre, la stèle de Gigliana, a même été utilisée comme plaque commémorative dans l’église du village, pour rappeler des travaux effectués en 1779 (elle avait été murée dans le clocher). Et puis, il y a les statues-stèles utilisées simplement comme matériau de construction, et dans ce sens il y a beaucoup de cas: un exemple est celui de Codiponte, réutilisé dans une façade de mur.

Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Statues en stèle au musée du château Piagnaro à Pontremoli
Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Statues de stèles au musée du château de Piagnaro à Pontremoli
Stèle de Talavorno (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Talavorno (grès ; Pontremoli, Musée des statues-stèles). Photo Musée des statues-stèles
Stèle de Sorano VII (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Sorano VII (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues-stèles
Stèle de Gigliana (grès, 52 x 61 cm ; Gigliana di Filattiera, église paroissiale)
Stèle de Gigliana (grès, 52 x 61 cm ; Gigliana di Filattiera, église paroissiale)

Quelle était la fonction des statues-stèles de la Lunigiana ?

Pendant des décennies, les chercheurs ont débattu de la fonction des stèles. Les problèmes sont nombreux: comme nous l’avons dit, la plupart de ces sculptures ont été retrouvées hors de leur contexte. Il n’existe pas de documentation archéologique détaillée sur les nécropoles de la région, même si les quelques sépultures connues pourraient fournir des informations utiles. Nous ne savons pratiquement rien des établissements humains de la région. Et nous savons très peu de choses sur les anciens habitants de ces terres, qui vivaient principalement de l’élevage, du travail des métaux et de peu d’échanges avec les peuples voisins. Le premier chercheur à s’intéresser de près aux statues-stèles fut l’historien et journaliste de La Spezia Ubaldo Mazzini (La Spezia, 1868 - Pontremoli, 1923), premier directeur de la Biblioteca Civica della Spezia (qui porte aujourd’hui son nom). En 1908, il étudia les anciennes sculptures de la Lunigiana et, croyant qu’elles étaient le produit des populations d’origine celtique qui habitaient ces terres, il en conclut qu’il devait s’agir de monuments funéraires. Des études ultérieures ont toutefois permis de mieux contextualiser cette hypothèse, qui est considérée comme valable surtout pour les statues les plus récentes, celles du groupe C (comme nous le verrons plus loin, les statues des stèles sont classées en trois groupes: A, B et C), des sculptures beaucoup plus réalistes que les stèles plus anciennes, et probablement animées par le désir de créer un portrait du défunt. Trois de ces statues sont en outre accompagnées d’inscriptions, toujours en caractères étrusques (l’une est la stèle de Zignago déjà citée, les autres sont la stèle de Bigliolo, l’une des plus célèbres parce qu’elle est l’une des plus voyantes et parce qu’elle a été conservée intacte, et la stèle de Filetto II): on ne sait pas exactement à quoi se réfèrent les inscriptions, mais il est probable qu’il s’agisse de noms de personnes.

Quant aux statues plus anciennes, il faut tenir compte du contexte historique dans lequel elles ont été réalisées: c’est l’époque où le travail du cuivre commence à s’imposer, une activité qui rend nécessaire la recherche de gisements et la commercialisation des produits. Ainsi s’affirme un modèle de vie résolument différent du précédent, et la société lunigiana, d’agricole, sédentaire et matriarcale, connaît une impulsion vers un mode de vie basé sur l’agriculture, nomade et patriarcale. Ce nomadisme va d’ailleurs faire des Ligures apuans des populations résolument guerrières. Ce mode de vie est probablement à l’origine de l’utilisation des stèles comme moyen de signalisation, puisque toutes les découvertes, même hors de leur contexte d’origine, sont de toute façon concentrées dans des zones qui présentent des caractéristiques environnementales spécifiques: généralement le long d’importantes zones de liaison et voies de communication. On ne peut donc pas exclure l’hypothèse selon laquelle les statues-stèles servaient de repères à placer près des voies de communication, des agglomérations ou des zones ayant une grande importance commerciale, et représentaient des divinités ou de grands ancêtres qui étaient placés dans ces lieux pour leur protection.

Stèle de Bigliolo (fin de l'âge du fer ; grès, 94 x 45 x 10 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Bigliolo (fin de l’âge du fer ; grès, 94 x 45 x 10 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle Filetto II (fin de l'âge du fer ; grès, 129 x 33,5 x 23 cm ; Casola in Lunigiana, Museo del Territorio dell'Alta Valle Aulella)
Stèle Filetto II (fin de l’âge du fer ; grès, 129 x 33,5 x 23 cm ; Casola in Lunigiana, Museo del Territorio dell’Alta Valle Aulella)

La fabrication des statues-stèles: les trois groupes

Toutes les statues-stèles retrouvées sont réalisées en grès, une pierre que l’on trouve en abondance dans le Val di Magra, sous forme de blocs: les parties étaient détachées, dégrossies pour donner à la partie du bloc la forme désirée, puis travaillées en bas-relief pour réaliser les parties du corps, les objets et les détails. Les parties les plus petites (comme les yeux, par exemple) étaient réalisées avec des perceuses rudimentaires, que l’on faisait tourner sur elles-mêmes en les tenant dans les mains. À la fin de l’opération, les sculpteurs lissaient le tout avec du sable. Il s’agit toujours de statues anthropomorphes, c’est-à-dire qu’elles ont des traits humains, ce qui les différencie d’autres productions de la sculpture préhistorique comme les menhirs, qui n’étaient pas destinés à ressembler à des êtres humains.

Sur la base de leur forme, les statues sont classées, comme indiqué plus haut, en trois groupes: le groupe A, qui comprend les statues les plus anciennes, le groupe B, qui est le plus dense dans l’état actuel des connaissances, et le groupe C, celui des statues les plus récentes et les plus réalistes. Il existe également un groupe de statues qui ont survécu de manière trop fragmentaire pour être incluses dans l’un des trois sous-groupes. Les statues du groupe A se distinguent par leur tête en forme de demi-cercle rattachée au corps, contre lequel elle est sans soudure (seule une ligne à hauteur d’épaule est censée représenter la séparation de manière stylisée). Dans ces statues, les bras et les mains sont représentés de manière très élémentaire, sur le bloc central qui forme le corps, tandis que le visage est sculpté en U, laissant les yeux en relief. Il est intéressant de noter qu’il est déjà possible de reconnaître des statues masculines et féminines dans les statues les plus anciennes: ces dernières, comme la stèle de Moncigoli I, trouvée en 1910 et l’une des mieux conservées, présentent l’incontournable poitrine suggérée par deux reliefs en forme de sphère sur le torse. Les statues masculines ne se présentent évidemment pas avec cet élément mais sont parfois accompagnées d’objets, comme la stèle Sorano VII ou la stèle Casola, qui présentent un poignard. Les stèles féminines ont été interprétées par Pia Laviosa Zambiotti comme des sculptures dédiées au culte de la fertilité, où le sein peut être identifié comme un attribut de la maternité (aucune des statues, ni les féminines, qui représentent environ un quart du nombre total de stèles trouvées, ni les masculines, cependant, ne présentent la représentation d’organes sexuels).

Le deuxième groupe est probablement le plus connu, celui des statues-stèles les plus communément associées à l’imaginaire collectif: il s’agit des statues à tête en demi-lune, séparée du reste du corps par un cou souvent robuste (voir par exemple la stèle de Minucciano III, l’une des mieux conservées du groupe, ou celle de Taponecco). Les détails anatomiques, dans ces statues, sont plus définis, et il en va de même pour les objets (dans la stèle de Canossa I, par exemple, on remarque un poignard avec le pommeau également en forme de demi-lune et la lame insérée dans un fourreau nervuré). Dans les stèles du groupe B, les seins apparaissent également dans les statues féminines (dans celles de Falcinello et de Treschietto, on peut également voir des mamelons). En outre, les statues féminines sont souvent présentées avec des bijoux, comme dans le cas de la stèle de Betolletto, dépourvue de tête, mais où l’on peut encore distinguer un goliath annelé. Sur certaines statues (comme le Filetto VIII ou celle découverte en 2021 au Monte Galletto), des trous sont visibles sur les côtés des yeux: on ne sait pas encore s’il s’agit d’oreilles ou de boucles d’oreilles.

Enfin, les statues du groupe C sont, comme nous l’avons dit, les plus récentes, où la figure humaine est réalisée avec des traits plus réalistes. Elles se caractérisent également par une exécution qui, pour certains détails (comme la tête), est réalisée presque en ronde-bosse, comme dans le cas de la stèle de Filetto II. Là encore, les bras et les jambes sont sculptés en relief et prennent des poses moins stéréotypées, et il en va de même pour les détails du visage. La tête est arrondie et souvent bien définie, comme dans le cas de la stèle de Bigliolo, qui est la plus connue des statues de ce groupe. Cette sculpture présente également des oreilles travaillées en relief, des clavicules disposées en oblique, plus réalistes que la ligne claviculaire des statues des groupes A et B, et des bras repliés vers le centre, tenant une hache. La stèle de Bigliolo présente également une ceinture, immédiatement sous les bras, et un pagne triangulaire. Dans de rares cas, certaines statues antiques ont été retravaillées à des époques ultérieures: c’est le cas de la stèle de Lerici, où l’on peut observer la représentation d’un guerrier de profil, sculpté à la fin de l’âge du fer (VIe siècle av. J.-C.) sur une stèle antique du groupe A.

Stèle I de Moncigoli (grès, 85 x 48 x 8 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Moncigoli I (grès, 85 x 48 x 8 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Casola (grès, 130 x 51 x 17 cm ; Pontremoli, musée de la statue)
Stèle de Casola (grès, 130 x 51 x 17 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele)
Stèle de Minucciano III (grès, 146 x 58 x 11 cm ; Pontremoli, musée des statues-stèles)
Stèle de Minucciano III (grès, 146 x 58 x 11 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele)
Stèle de Taponecco (grès, 122 x 42 x 18 cm ; Pontremoli, musée de la statue)
Stèle de Taponecco (grès, 122 x 42 x 18 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele)
Stèle de Canossa I (grès, 110 x 50 x 12 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Canossa I (grès, 110 x 50 x 12 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues-stèles
Stèle de Falcinello (grès, 72 x 28 x 13 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Falcinello (grès, 72 x 28 x 13 cm ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Museo delle Statue Stele
Stèle de Treschietto (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Treschietto (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Museo delle Statue Stele
Stèle de Betolletto (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stele di Betolletto (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues-stèles
Stèle de Filetto VIII (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues stèles
Stèle de Filetto VIII (grès ; Pontremoli, Museo delle Statue Stele). Photo Musée des statues-stèles

Les statues-stèles aujourd’hui

C’est l’institut à visiter si l’on veut avoir une bonne connaissance des statues-stèles, car la collection d’échantillons qui y est conservée offre une représentation complète de tout ce que l’on sait sur ces œuvres, et permet en outre de les voir exposées côte à côte avec divers objets trouvés dans les contextes où elles ont été découvertes, ou en tout cas traçables dans les coutumes des Ligures apuanes. C’est à Augusto Cesare Ambrosi (Casola in Lunigiana, 1919 - Florence, 2003), l’un des plus grands spécialistes des statues-stèles et auteur de nombreuses publications sur le sujet, que l’on doit la création du musée qui se trouve dans le château depuis 1975 et qui est l’héritier de la première collection constituée par Ambrosi entre les années 1950 et 1960 dans la commune de Casola in Lunigiana. En 2015, le musée de Pontremoli a été réaménagé avec un nouvel aménagement qui a permis de doter le parcours de nouveaux panneaux et d’un nouvel éclairage évocateur permettant de mettre en valeur ces sculptures anciennes. Le musée a en outre été équipé d’ascenseurs qui relient le château au centre historique de Pontremoli.

D’autres statues sont conservées dans différents musées: c’est le cas de certaines stèles comme la stèle de Zignago (qui, comme on l’a dit, a été la première trouvée et se trouve au musée d’archéologie ligure de Gênes), la stèle de Moncigoli I (conservée au musée archéologique national de Florence), la stèle de Fosdinovo (au château de Castiglione del Terziere, près de Bagnone), plusieurs statues trouvées dans la Selva di Filetto (au Museo Civico della Spezia), la stèle de Reusa, l’une des plus importantes du groupe C (conservée au Museo del Territorio dell’Alta Valle dell’Aulella à Casola en Lunigiana). Une statue, le Filetto II, trouvée vers 1870, est par contre murée dans la cour du Palazzo Bocconi à Pontremoli. Un cas particulier est celui de la stèle de Canossa II, trouvée en 1976 dans les bois entre Lusuolo et Canossa, et laissée in situ.

Il faut donc se rendre en Lunigiane pour découvrir la fascination qu’exercent ces sculptures extraordinaires: comme l’a écrit Augusto Cesare Ambrosi, “elles sont les traces d’une grande religion qui, lorsque l’âge de la pierre s’est achevé et que la grande invention qu’était le métal s’est répandue, a transformé la pierre en un objet de culte, en un signe de mémoire pérenne capable de vaincre et de conquérir le temps”. Quant à leur identification, elle importe peu selon Ambrosi: ce qui compte, c’est leur fonction: “Qu’il s’agisse de divinités réelles ou de personnalités émergentes, de guerriers et de grandes mères, dont on voulait se souvenir et qu’on voulait commémorer, n’a que peu d’importance. Ces foules mystérieuses et évocatrices, ces pierres, étaient certainement des monuments dans lesquels se déversait une charge d’affection et d’amour qui, dans tous les cas, devait se transformer en ce sentiment brûlant que nous appelons aujourd’hui l’idolâtrie”. Témoins d’un passé très lointain, les statues-stèles conservent aujourd’hui la mémoire des anciens peuples qui habitaient la Lunigiana et qui, avec ces moyens simples, presque primordiaux, exprimaient leur façon de voir la vie.

Bibliographie essentielle

  • Angelo Ghiretti, Emanuela Paribeni, Paola Perazzi, Musée des statues-stèles de la Lunigiana, 2016
  • Michele Armanini, Ligures Apuani, libreriauniversitaria.it, 2014
  • Stefano Di Meo, Usages et réutilisations. Il fenomeno delle statue stele della Lunigiana e la sua sopravivenza attraverso i secoli in AGOGE - Atti della Scuola di Specializzazione in Archeologia dell’Università di Pisa, 2008
  • Ivo Triscornia, Mulazzo, Groppoli, un sito con statue stele nella Media Valle della Magra, in Notiziario della Soprintendenza per i Beni Archeologici della Toscana, I (2005), pp. 20-24
  • Augusto Cesare Ambrosi, Lunigiana stele statues: the museum in the Piagnaro castle, Sagep, 1992
  • Emmanuel Anati, Le statue-stele della Lunigiana: i testimoni dell’ultima rivoluzione culturale della preistoria, Jaca Book, 1981
  • Augusto Cesare Ambrosi, Corpus delle statue-stele lunigianesi, Ist. Studi Liguri, 1972

Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.