Vilhelm Hammershøi, le peintre du silence qui a anticipé Edward Hopper


Profil de l'œuvre de Vilhelm Hammershøi, l'artiste danois surnommé le "poète du silence" et qui a anticipé Edward Hopper.

L’un des thèmes récurrents du peintre danois Vilhelm Hammershøi( Copenhague, 1864 - 1916) est la représentation d’une femme seule, souvent de dos ou de profil, plongée dans le silence d’intérieurs aux tons gris. Ce n’est pas un hasard si l’artiste a été appelé le peintre ou le"poète du silence", car ses œuvres sont de véritables poèmes, des compositions dominées par l’introspection, la solitude et la réflexion: des éléments lyriques souvent présents dans la production poétique au tournant des XIXe et XXe siècles, où l’ego devient central pour comprendre les mouvements et les angoisses de l’âme humaine.

Dessuggestions nordiques qui plongent le spectateur dans une dimension intime, dans le calme de la vie quotidienne qui se déroule dans une maison: ici, la figure féminine joue du piano, regarde par la fenêtre, dispose des fleurs dans un vase, coud ou reste simplement assise, pensive. Ces images véhiculent une certaine mélancolie, car il n’y a ni joie ni dialogue, seulement du silence. C’est pourquoi l’art de Hammershøi a été comparé à celui d’un autre peintre du silence et de la solitude, mais d’origine américaine et un peu plus tardif que le peintre danois: Edward Hopper (Nyack, 1882 - New York, 1967). Même dans les œuvres de ce dernier, l’absence de voix est perceptible, non seulement lorsqu’une seule personne est représentée, mais aussi lorsqu’il y en a plusieurs, comme dans le cas de Room in New York ou Summer in the City; contrairement aux œuvres de Hopper qui apparaissent plus colorées, même si l’atmosphère est tout sauf joyeuse, comme dans le cas de Automat, Morning Sun ou Compartment, les peintures de Hammershøi sont presque monochromes, privilégiant les nuances de gris. Néanmoins, elles sont représentatives d’un rendu particulier de la lumière, connu sous le nom de"lumière nordique", fréquemment utilisé dans les peintures scandinaves au tournant des 19e et 20e siècles: une lueur voilée pénètre par les fenêtres de la maison, les hautes fenêtres typiques entourées de bois blanc, donnant aux intérieurs une faible luminosité. C’est le soleil d’Europe du Nord qui s’infiltre timidement, créant un jeu de nuances plus claires et plus sombres. Une “gamme symphonique de gris”, comme on l’a appelée, qui donne l’idée du crépuscule nordique qui enveloppe tout ce qu’il rencontre, du paysage aux intérieurs de l’architecture. L’expression pitäähämärää serait caractéristique de la Finlande, mais peut être étendue à l’ensemble de l’Europe du Nord. Traduite en anglais, elle signifierait “garder le crépuscule”, ou s’asseoir en silence là où le crépuscule s’étend, comme un moment de contemplation et de réflexion: En effet, le motif d’une figure humaine assise devant une fenêtre et observant ce qui se passe à l’extérieur revient souvent dans la peinture nordique, tandis que cette douce lumière filtre à travers la vitre et se reflète sur les meubles et le sol. Un motif qui rappelle, comme nous l’avons déjà dit, l’une des œuvres les plus célèbres de Hopper: Morning Sun, dans laquelle une jeune fille, qui vient de se réveiller, regarde par une grande fenêtre alors qu’elle est assise sur son lit: la vue donne certainement sur une ville, puisqu’on aperçoit le sommet d’un immeuble, de sorte qu’on a l’impression que la chambre dans laquelle se trouve la jeune fille fait partie d’un bâtiment encore plus haut. La lumière du soleil envahit puissamment la pièce et est particulièrement dirigée vers le lit et la jeune fille.

Vilhelm Hammershøi, Autoportrait (1895: pierre noire sur papier ocre, 24,20 x 22,9 cm ; Paris, Fondation Custody, Collection Frits Lugt)
Vilhelm Hammershøi, Autoportrait (1895: pierre noire sur papier ocre, 24,20 x 22,9 cm ; Paris, Fondation dépositaire, Collection Frits Lugt)


Vilhelm Hammershøi, Rayon de soleil au salon, III (1903 ; huile sur toile, 54 x 66 cm ; Stockholm, Nationalmuseum)
Vilhelm Hammershøi, Rayon de soleil dans un salon, III (1903 ; huile sur toile, 54 x 66 cm ; Stockholm, Nationalmuseum)


Edward Hopper, Room in New York (1926-1932 ; huile sur toile, 73,5 x 91,5 cm ; Lincoln, Shaldon Museum of Art, University of Nebraska)
Edward Hopper, Chambre à New York (1926-1932 ; huile sur toile, 73,5 x 91,5 cm ; Lincoln, Shaldon Museum of Art, University of Nebraska)


Edward Hopper, Summer in the City (1950 ; huile sur toile, 76 x 51 cm ; collection privée)
Edward Hopper, Summer in the City (1950 ; huile sur toile, 76 x 51 cm ; collection privée)


Edward Hopper, Soleil du matin (1952 ; huile sur toile, 101,98 x 71,5 cm ; Columbus, Columbus Museum of Art)
Edward Hopper, Soleil matinal (1952 ; huile sur toile, 101,98 x 71,5 cm ; Columbus, Columbus Museum of Art)

Si la comparaison avec Hopper est pertinente en tant qu’anticipateur, dans un certain sens, de l’art du peintre américain, une proximité avec l’art de Jan Vermeer (Delft, 1632 - 1675), l’un des artistes hollandais les plus connus et les plus appréciés du 17e siècle, a également été avancée. Bien que plus de deux siècles séparent chronologiquement les deux artistes, les œuvres de Vermeer ont en effet des points communs avec celles d’Hammershøi: la représentation de figures féminines occupées à des activités domestiques, telles que la couture, la lecture ou la pratique d’instruments de musique, se retrouve dans les deux cas. À cet égard, les œuvres de l’artiste hollandais comprennent La dentellière, La laitière, Le joueur de luth, Femme debout devant une épinette, Jeune fille interrompant sa leçon de musique, Femme écrivant une lettre en présence d’une servante, mais bien d’autres pourraient être mentionnées, car la peinture dite de genre a fleuri en Hollande au XVIIe siècle, mettant l’accent sur les scènes de la vie quotidienne, où le temps s’est arrêté sur ces instants de poésie domestique. La présence d’une fenêtre par laquelle la lumière naturelle filtre dans la pièce où les personnages exercent leurs activités est également fréquente chez Vermeer. Bien que les pièces apparaissent dans la plupart des cas plus meublées et décorées que dans les intérieurs de l’artiste danois, dans lesquels aucun meuble n’est visible ou seulement un nombre limité de meubles: le plus souvent une chaise, une table ou tout au plus un buffet ou un bureau. Ce qui ne manque jamais non plus, ce sont les portes intérieures, toujours blanches, comme le veut la tradition nordique: parfois, la perspective avec laquelle la pièce a été représentée permet d’en voir plusieurs, peut-être ouvertes sur d’autres pièces, tandis que, depuis les fenêtres, le paysage extérieur est presque imperceptible.

Hammershøi pourrait donc être défini comme un prolongement de la peinture de genre de Vermeer et un précurseur de la peinture de solitude de Hopper, mais ce serait trop réducteur: l’artiste danois est doté d’une sensibilité introspective unique, combinée à un lyrisme prononcé dans des tons mélancoliques et à l’influence de son pays d’origine en ce qui concerne la lumière et les couleurs, ainsi que l’architecture des intérieurs.

Jan Vermeer, La laitière (vers 1658-1660 ; huile sur toile, 45,4 x 40,6 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)
Jan Vermeer, La laitière (vers 1658-1660 ; huile sur toile, 45,4 x 40,6 cm ; Amsterdam, Rijksmuseum)


Jan Vermeer, Femme debout à l'épinette (1672 ; huile sur toile, 51,8 x 45,2 cm ; Londres, National Gallery)
Jan Vermeer, Femme debout à l’épinette (1672 ; huile sur toile, 51,8 x 45,2 cm ; Londres, National Gallery)


Jan Vermeer, Jeune fille interrompue pendant une leçon de musique (vers 1660 ; huile sur toile, 39,3 x 44,4 cm ; New York, Frick Collection)
Jan Vermeer, Jeune fille interrompue pendant une leçon de musique (vers 1660 ; huile sur toile, 39,3 x 44,4 cm ; New York, Frick Collection)

Malgré cela, l’artiste est resté peu connu en dehors de l’Europe du Nord; présentée au Petit Palais en 1987, la grande rétrospective que lui a consacrée le musée d’Orsay en 1997 a fait redécouvrir l’art d’Hammershøi au public et à la critique, et aujourd’hui, plus de 20 ans après, c’est à nouveau la ville de Paris qui lui rend hommage: En effet, la rétrospective Hammershøi, le maître de lapeinture danoise au Musée Jacquemart-André se tient jusqu’au 22 juillet 2019.

Né à Copenhague le 15 mai 1864, il est initié très jeune au dessin par le dessinateur et lithographe danois Niels Christian Kierkegaard (Copenhague, 1806 - 1882). Pendant ses années d’études à l’Académie, il se lie d’amitié avec Carl Holsøe (Aarhus, 1863 - Asserbo, 1935) et Peter Ilsted (Sakskøbing, 1861 - Copenhague, 1933), des artistes dont il restera proche jusqu’à sa mort et qui sont connus pour représenter des scènes d’intérieur essentiellement domestiques.

Après avoir étudié avec Peder Severin Krøyer (Stavanger, 1851 - Skagen, 1909), il participe pour la première fois à l’exposition de printemps de l’Académie et au concours pour le prix Neuhaus de l’Académie en 1885, en présentant le Portrait d’une jeune fille, qui n’est autre qu’Anna, la sœur de l’artiste. Il a ensuite l’occasion de voyager et de visiter Berlin, Dresde, ainsi que la Hollande et la Belgique: c’est là qu’il est probablement frappé par l’art hollandais, en particulier par Vermeer, dont l’art sera une source d’inspiration pour lui, comme nous l’avons mentionné plus haut.

Il trouve l’amour auprès d’Ida Ilsted, sœur de son camarade d’académie Peter Ilsted, qui deviendra l’épouse et le modèle de Vilhelm: souvent, la femme représentée de dos ou de profil dans ses intérieurs domestiques caractéristiques est Ida elle-même. Ensemble, ils s’installent à Paris, sans oublier de passer par la Hollande et la Belgique, pays restés dans son esprit et son cœur ; dans la capitale française, Hammershøi visite souvent le Louvre, notamment pour copier des bas-reliefs grecs archaïques, et c’est là qu’il rencontre le célèbre marchand Paul Durand-Ruel, qui fut l’un des plus grands soutiens des impressionnistes, et le critique d’art Théodore Duret, qui s’intéresse à sa peinture. De retour à Copenhague, il reçoit une bourse de l’Académie pour voyager en 1893 et visite plusieurs villes italiennes, telles que Florence, Sienne, Padoue, Venise et Vérone, et quatre ans plus tard, il séjourne quelques mois à Londres.

Vilhelm Hammershøi, Portrait d'une jeune fille (1885 ; huile sur toile, 91,5 x 112 cm ; Copenhague, The Hirschsprung Collection)
Vilhelm Hammershøi, Portrait d’une jeune fille (1885 ; huile sur toile, 91,5 x 112 cm ; Copenhague, Den Hirschsprungske Samling)


Vilhelm Hammershøi, Portrait d'Isa Ilsted (1890 ; huile sur toile, 106,5 x 86 cm ; Copenhague, Statens Museum for Kunst)
Vilhelm Hammershøi, Portrait d’Isa Ilsted (1890 ; huile sur toile, 106,5 x 86 cm ; Copenhague, Statens Museum for Kunst)

Il réalise son premier “intérieur” en 1888, mais c’est dix ans plus tard qu’il en peint un nombre significatif, puisqu’il s’installe avec sa femme dans l’appartement de Strangade 30, qu’ils habiteront de 1898 à 1909.

Sa première rétrospective a eu lieu au Kunstforeningen (Société des arts de Copenhague), où le collectionneur Alfred Bramsen a dressé la première liste de ses œuvres. Par ailleurs, c’est grâce au pianiste anglais Leonard Borwick que Hammershøi est introduit sur lascène artistique britannique. Il devient ensuite membre de l’assemblée générale de l’Académie et reçoit en 1911 le premier prix de 10 000 lires à l’Exposition internationale d’art de Rome . Les Offices lui commandent même un autoportrait qui sera exposé dans la collection des autoportraits d’artistes. Atteint d’un cancer de la gorge, Hammershøi meurt à Copenhague en 1916.

Tout au long de sa vie, il a tissé des liens étroits avec quelques personnes qui sont restées proches de lui jusqu’à sa mort ; c’était un solitaire et un taciturne, un aspect qui se reflète également dans ses œuvres, dans lesquelles il dépeint un monde à son image, intime et silencieux. Dans ses tableaux, il a donc représenté ceux qui faisaient partie de son cercle d’affection, à commencer par sa femme Ida, et surtout les membres de sa famille, comme sa mère, sa sœur, son frère et son beau-frère, ainsi que quelques amis presque fraternels.

C’est son frère Svend qui est représenté debout, lisant un livre posément, adossé à un long rideau jaune, ce qui laisse supposer qu’il se trouve près d’une fenêtre. À côté du garçon, sur le mur devant le spectateur, se trouve une sorte de bureau devant lequel se trouve une chaise en bois blanc ; au-dessus du meuble se trouvent deux peintures encadrant deux dessins de corps masculins: peut-être une référence aux débuts de la production de l’artiste, dont la formation a commencé par le dessin. Intérieur avec jeune homme lisant (Svend Hammershøi) est une huile sur toile peinte en 1898.

La longue série de toiles dans lesquelles il a représenté Ida a commencé en 1890, lorsqu’il l’a représentée, toujours comme sa fiancée, assise face au spectateur. Sur un fond neutre, elle apparaît vêtue d’une robe noire, d’un chapeau de la même couleur sur ses cheveux coupés ras et d’une veste assortie au mur. Le regard de la jeune fille est fixe et absent, comme si l’artiste refusait d’exprimer les sentiments de son modèle.

Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec jeune homme lisant (Svend Hammershøi) (1898 ; huile sur toile, 64,4 x 51,8 cm ; Copenhague, Den Hirschsprungske Samling)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec jeune homme lisant (Svend Hammershøi) (1898 ; huile sur toile, 64,4 x 51,8 cm ; Copenhague, Den Hirschsprungske Samling)

Toujours assise, mais cette fois-ci dos au spectateur, Ida est représentée dans le célèbre tableau de 1905 du musée d’Orsay: Hvile ou le Repos. Le tableau, construit principalement en nuances de gris, montre la jeune femme au premier plan à côté d’un meuble sur lequel repose une coupe en forme de fleur. Elle se distingue cependant par sa nuque blanche comme neige, laissée libre par ses cheveux rassemblés. D’autre part, basé sur des lignes verticales et horizontales, Interior with Woman from Behind, 1898, conservé au Nationalmuseum de Stockholm. Ida est debout, de dos, derrière une table recouverte d’une nappe blanche ; au mur se trouve un bureau et, suspendu, un miroir ovale qui rompt l’ordre des lignes mais reflète le vide. La nuque blanche et dénudée se détache sur la robe noire.

Comme nous l’avons déjà dit, nombre de ses intérieurs ont été créés dans l’appartement de Strandgade 30: un exemple en est le tableau Interior. Strandgade 30 conservé à Francfort-sur-le-Main. La particularité de ce tableau est la présence de plusieurs portes, trois pour être précis, toutes ouvertes, permettant au spectateur d’apercevoir les différentes pièces auxquelles elles donnent accès. Au premier plan se trouve la pièce qui donne la perspective de la composition, où il n’y a qu’une chaise, adossée à la boiserie, et deux petits tableaux accrochés au même mur ; de la porte centrale, on voit ensuite une autre pièce où se tient la femme, dans la pénombre et dos à nous, et une autre porte qui mène à une autre pièce fenêtrée. Ces portes ouvertes donnent une impression de tridimensionnalité et de spatialité.

Une composition similaire est répétée dans Intérieur avec une femme debout: les tons, par rapport au tableau précédent, deviennent plus clairs, grâce à la lumière douce provenant d’une fenêtre. Le point de vue du spectateur est à nouveau celui d’une pièce lambrissée d’où l’on pénètre, par une porte ouverte, dans une seconde pièce, où l’on perçoit la présence d’une fenêtre devant laquelle se tient la figure féminine. Cependant, la porte que l’on aperçoit au loin est fermée, ce qui laisse supposer l’existence d’un autre espace qui reste invisible.

Dans Intérieur avec femme arrangeant des fleurs, peint en 1900, Ida est au contraire prise dans un moment de travail domestique: elle arrange des fleurs dans un vase transparent, lui-même posé sur une table. Un autre moment de tranquillité domestique est représenté dans le tableau Intérieur avec femme au piano: au premier plan se trouve une table avec une nappe blanche sur laquelle reposent deux assiettes (celle d’Ida et celle de l’artiste?), tandis qu’adossé au mur se trouve un piano sur lequel la femme est en train de jouer. Contrairement aux œuvres mentionnées, le visage de la femme est ici visible et semble pensif et quelque peu mélancolique. Derrière elle, on peut voir un grand poêle et, sur les côtés, deux portes fermées qui ne permettent pas de passer dans d’autres pièces.

Hammershøi a également transposé sur la toile des intérieurs où aucune présence humaine ne se manifeste, ou plutôt, elle n’est pas visible dans le tableau, mais d’après le décor et le reflet de la fenêtre ouverte sur le mur, on peut supposer qu’elle n’est pas très loin. C’est le cas dans Intérieur avec vase de fleurs, ce dernier étant placé sur la table au centre de la scène.

Vilhelm Hammershøi, Hvile ou le repos (1905 ; huile sur toile, 49,5 x 46,5 cm ; Paris, Musée d'Orsay)
Vilhelm Hammershøi, Hvile ou le repos (1905 ; huile sur toile, 49,5 x 46,5 cm ; Paris, musée d’Orsay)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme de dos (1898 ; huile sur toile, 51,5 x 46 cm ; Stockholm, Nationalmuseum)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme de dos (1898 ; huile sur toile, 51,5 x 46 cm ; Stockholm, Nationalmuseum)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur. Strandgade 30 (1901 ; huile sur toile, 66 x 55 cm ; Francfort-sur-le-Main, Städel Museum)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur. Strandgade 30 (1901 ; huile sur toile, 66 x 55 cm ; Francfort-sur-le-Main, Städel Museum)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme debout (s.d. ; huile sur toile, 67,5 x 54,3 cm ; Ambassadeur John L. Loeb Jr. Danish Art Collection)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme debout (d.d. ; huile sur toile, 67,5 x 54,3 cm ; Ambassador John L. Loeb Jr. Danish Art Collection)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme arrangeant des fleurs (1900 ; huile sur toile, 40 x 30 cm ; Ambassadeur John L. Loeb Jr. Danish Art Collection)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme arrangeant des fleurs (1900 ; huile sur toile, 40 x 30 cm ; Ambassador John L. Loeb Jr. Danish Art Collection)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec vase à fleurs (1910-1911 ; huile sur toile, 78,5 x 71 cm ; Malmö, Malmö Konstmuseum)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec vase de fleurs (1910-1911 ; huile sur toile, 78,5 x 71 cm ; Malmö, Malmö Konstmuseum)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme au piano (1901 ; huile sur toile, 55,9 x 44,8 cm ; collection privée)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec femme au piano (1901 ; huile sur toile, 55,9 x 44,8 cm ; collection privée)


Vilhelm Hammershøi, Intérieur de la maison de l'artiste (1900 ; huile sur toile, 70 x 59 cm ; Jægersborg Dyrehave, Ordrupgaard)
Vilhelm Hammershøi, Intérieur de la maison de l’artiste (1900 ; huile sur toile, 70 x 59 cm ; Jægersborg Dyrehave, Ordrupgaard)


Caspar David Friedrich, Vue de l'atelier de l'artiste, fenêtre de gauche (1805-1806 ; mine de plomb et sépia sur papier, 314 × 235 mm ; Vienne, Belvédère)
Caspar David Friedrich, Vue de l’atelier de l’artiste, fenêtre de gauche (1805-1806 ; mine de plomb et sépia sur papier, 314 × 235 mm ; Vienne, Belvédère)

Il convient également de mentionner Interior of the Artist’s House, daté de 1900: ici, la pièce maîtresse de la composition est la fenêtre blanche placée sur le mur devant le spectateur, par laquelle les rayons du soleil pénètrent visiblement, ce qui fait que la fenêtre se reflète complètement dans le sol. L’intérieur semble vide. Le motif de la fenêtre unique, par laquelle la lumière pénètre, qui est le protagoniste d’un tableau entier, rappelle la Vue de l’atelier de Caspar David Friedrich (Greifswald, 1774 - Dresde, 1840), à la différence près que la vue à l’extérieur de la fenêtre est définie dans ce dernier. Depuis la fenêtre d’Hammershøi, les toits semblent être aperçus, mais c’est presque imperceptible.

Le poète et écrivain tchèque Rainer Maria Rilke (Prague, 1875 - Les Planches, 1926) appréciait beaucoup l’art de Hammershøi et décrivait le peintre danois comme un représentant de “ce qui est important et essentiel dans l’art”: Il est vrai que ses intérieurs sont dictés par l’essentialité et la simplicité, mais la peinture de Hammershøi est en fait beaucoup plus profonde. Elle est capable de toucher les cordes sensibles de l’âme.

Bibliographie de référence

  • Jean-Loup Champion, Pierre Curie (eds.), Hammershøi. Le maître de la peinture danoise, catalogue d’exposition (Paris, Musée Jacquemart-André, 14 mars au 22 juillet 2019), Culturespaces, 2019
  • Michelle Facos, The Symbolists Roots of Modern Art, Routledge, 2017
  • Ewa Lajer-Burcharth, Beate Söntgen, Interiors and Interiority, Walter de Gruyter GmbH, 2015
  • Peter Davidson, The Idea of North, Reaktion Books, 2005
  • Michelle Facos, Nationalism and the Nordic Imagination: Swedish Art of the 1890s, University of California Press, 1998


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.