De l'érosion à l'effondrement: les dangers de la culture libre


La myriade de contenus gratuits pendant la pandémie pourrait être le chant du cygne d'un secteur qui a à peine survécu à la crise de 2008.

Article initialement publié dans El País, traduit et publié par Finestre Sull’Arte avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Si quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de la pandémie avait regardé mon profil Twitter ces jours-ci, il aurait probablement conclu que le “coronavirus” est le nom d’un courant artistique caractérisé par la boulimie culturelle. En effet, avant même que l’obligation de rester à la maison ne soit décrétée, une multitude de suggestions, de listes et de liens circulaient avec toutes sortes de romans, de bandes dessinées, de films, de vidéos de concerts, de ressources éducatives et d’expositions virtuelles. Mais il s’agit certainement d’une bulle minoritaire. La vérité est que beaucoup de gens, à commencer par ceux qui ont des personnes à charge, ont aujourd’hui beaucoup moins de temps libre qu’avant les mesures restrictives. Quoi qu’il en soit, les maisons d’édition, les musées, les centres d’art, les professeurs, les magazines, les maisons de disques et les artistes eux-mêmes ont participé à cette orgie culturelle en publiant toutes sortes de contenus gratuits.

Certaines voix se sont montrées très critiques à l’égard de ce volontarisme. D’abord parce qu’il se transforme en une sorte de fête de l’assoupissement, situation dramatique pour les personnes âgées isolées, pour les personnes souffrant de troubles psychiatriques, pour les familles avec des enfants en bas âge enfermés dans des appartements minuscules. Ensuite, parce qu’elle est plutôt excluante: la bonne volonté, c’est pour ceux qui en ont les moyens. Alors que certaines grandes maisons d’édition mettent gratuitement à disposition leurs best-sellers, une amie qui travaille dans une chaîne de librairies m’a dit qu’elle était sur le point de passer sur ERTE. Et il y a aussi ceux qui voient dans la gratuité une opération marketing, une sorte de “lavage de virus”. Personnellement, je trouve que cette dernière critique pèche par cynisme. Je ne doute pas qu’il y ait des vautours financiers qui font déjà des calculs pour transformer ce massacre en opportunité commerciale, mais je suis également convaincu que la plupart des personnes, des entreprises et des institutions qui ont fourni un accès gratuit à leur contenu ont voulu contribuer, en toute bonne foi, à aider dans une situation critique.

Le Salone dei Cinquecento au Palazzo Vecchio de Florence. Ph. Crédit Miguel Hermoso Cuesta
Le Salone dei Cinquecento au Palazzo Vecchio de Florence. Ph. Crédit Miguel Hermoso Cuesta

D’un autre côté, il est probable que cette canonnade de générosité soit le chant du cygne d’un secteur qui a à peine survécu à la crise de 2008. La pandémie fonctionne comme une sorte de loupe agissant sur notre réalité sociale. Elle nous oblige à voir, minute par minute, les conséquences, normalement étalées dans le temps, des coupes dans les soins de santé ; à observer, d’un seul coup, l’horreur quotidienne des maisons de retraite privatisées ; à découvrir que ce que nous appelions le “foyer” est un endroit inhospitalier où l’on s’enfonce d’un jour à l’autre. Il en va de même pour la culture. Au cours des dernières décennies, le secteur culturel a souvent été décrit comme un “moteur économique” de premier ordre, une source d’innovation et d’apprentissage qui nous aiderait à découvrir de nouvelles sources de création de valeur dans la société de la connaissance. J’ai une certaine admiration pour ceux qui parviennent aujourd’hui à nous colporter sans rire de telles inepties. Certes, la numérisation, la concentration monopolistique et la réduction des dépenses publiques ont progressivement détruit une part très importante des moyens de subsistance traditionnels du secteur culturel, et il n’y a pas eu de substituts. Tous les discours sur la libre diffusion de la culture, les nouveaux moyens de distribution et l’accessibilité numérique ont toujours caché une question embarrassante: comment vivre de la culture libre? Il y a deux réponses: soit vous possédez Spotify, soit vous travaillez comme serveur. Les “industries culturelles” sont un nom pompeux qui cache une réalité bien plus sombre: la grande majorité des entreprises dédiées à la médiation et à la production culturelles sont de petites initiatives d’auto-emploi très précaires. À l’instar de ce qui s’est passé dans le domaine de la santé, la pandémie a transformé l’érosion en effondrement incontrôlé.

Nous sommes peut-être à la veille d’une nouvelle grande récession économique aux conséquences encore dévastatrices pour le monde de la culture. Il est probable qu’il y aura une intervention massive de l’État, au moins dans certains secteurs économiques clés. Le paradigme du marché libre était un mort-vivant depuis 2008, le coronavirus l’a incinéré. La question n’est plus de savoir s’il y aura une intervention de l’État, mais quelles seront ses caractéristiques politiques. L’avenir de la production culturelle professionnelle dépend également de ce dilemme. Si l’intervention publique, comme ce fut le cas en 2008, finit par courir après les événements pour gagner du temps afin de consolider un système qui s’effondre, la culture fera partie du lest qu’il sera jugé acceptable de déverser pour sauver les banques et les grandes entreprises. Si, en revanche, nous avons l’audace d’explorer d’autres possibilités, si nous essayons de sortir de cette catastrophe en initiant un processus égalitaire de démarcation rapide et de démocratie économique, les choses pourraient être différentes. Ainsi, peut-être pourrions-nous imaginer des alternatives publiques qui remettent en cause le pouvoir monopolistique des plateformes de distribution de contenus, qui recherchent des mécanismes de rémunération justes et raisonnables pour les auteurs et les médiateurs et liés à l’utilité publique de leur travail, qui nationalisent les organismes de droits d’auteur afin qu’ils servent l’intérêt public, qui promeuvent le coopérativisme culturel et protègent les pratiques culturelles non professionnelles.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.