Abrogation de la prime de 18 ans, les associations professionnelles s'y opposent


Les associations professionnelles des différents secteurs culturels ont commencé à prendre position sur l'abrogation du 18app, la prime de 18 ans qui pourrait être supprimée. Pour l'instant, elles sont toutes contre.

Les associations professionnelles de la culture commencent à prendre position sur l’abrogation de 18app, la prime culturelle pour les jeunes de 18 ans, et pour l’instant tous les syndicats impliqués sont contre l’amendement de Federico Mollicone (Fratelli d’Italia), Rossano Sasso (Lega) et Rita Dalla Chiesa (Forza Italia) qui, s’il est approuvé, supprimera la prime qui distribue 500 euros à dépenser pour la culture à tous les Italiens qui atteignent l’âge de 18 ans. Bien que la majorité ait annoncé que l’abrogation permettrait, d’une part, de libérer des ressources à allouer au secteur de la culture et, d’autre part, de redéterminer la prime, pour l’instant seulement annoncée, les associations s’y opposent.

Pour Federculture, la suppression du bonus “apparaît comme un signal erroné et contradictoire par rapport à l’intention affichée de vouloir investir dans la consommation culturelle. Rappelons, entre autres, qu’avec la loi de finances de l’année dernière, la mesure avait été correctement rendue structurelle. L’amendement, qui prévoit également la redistribution des 230 millions d’euros du Bonus 18App dans le secteur culturel, entraînera l’élimination d’une incitation importante qui, bien qu’avec des distorsions sporadiques, a représenté une incitation pour les jeunes à acheter plus de livres, à écouter plus de musique, à aller plus souvent au cinéma. Un investissement extrêmement nécessaire étant donné le faible niveau moyen de consommation culturelle dans notre pays, qui a encore baissé ces deux dernières années en raison de la pandémie. Nous espérons qu’il sera possible de revoir la décision et de discuter avec les opérateurs du secteur des mesures à prendre. Nous demandons donc à être entendus par la Commission Culture en temps utile pour présenter notre point de vue sur les décisions que le gouvernement voudra prendre”.

L’Adei, l’association des éditeurs indépendants, exprime également son opinion: “Nous sommes très satisfaits de la création d’un véritable Fonds pour le livre, qui a été fortement soutenu par l’Adei, l’association qui représente 250 éditeurs dans toute l’Italie, ainsi que par la plupart des associations régionales”, déclare Marco Zapparoli, président de l’Adei, “mais nous pensons qu’il est essentiel qu’il ait une couverture économique décente: les amendements présentés officiellement ces dernières heures prévoient des fonds dérisoires”. Selon l’association, “la suppression de l’App 18, ou du moins une réduction aussi drastique des fonds prévus, aurait un impact très négatif sur l’ensemble de l’industrie du livre. Le secteur du livre est le secteur culturel le plus pertinent d’un point de vue économique, mais il a un besoin urgent de soutien économique et d’allègements fiscaux”.

NUOVO IMAIE, qui est responsable de la protection des droits connexes de plus d’un million d’artistes, d’interprètes et d’exécutants, demande: “Pourquoi renoncer à investir dans le soutien à la culture, à un moment comme celui-ci, entre autres, où les difficultés liées aux augmentations de l’inflation obligent les familles à sacrifier davantage la consommation ? Abolir la 18App signifierait, à notre avis, choisir de ralentir la croissance d’un secteur fondamental du pays”. Selon Andrea Miccichè, président de NUOVO IMAIE, une enquête de l’ISTAT “a révélé un tableau pour le moins décourageant. À titre d’exemple, les dépenses consacrées au cinéma, aux théâtres et aux concerts en 2021 s’élevaient en moyenne à 1 euro et 57 centimes par mois et par famille, contre 6 euros et 23 centimes en 2019. Les données de consommation collectées grâce à l’utilisation de la 18App, en revanche, ont certifié comment, grâce à cet outil, les jeunes ont soutenu le secteur en achetant des livres, de la musique, des concerts, du cinéma et du théâtre. Les jeunes générations sont notre bien le plus précieux, car ce n’est qu’avec leur contribution active que nous pourrons continuer à donner un avenir à notre culture. C’est un droit et un devoir de continuer à leur faire percevoir l’importance de profiter de notre offre culturelle extrêmement riche en leur offrant des outils concrets pour une valorisation adéquate du patrimoine identitaire du pays et pour la sauvegarde de l’extraordinaire professionnalisme qui, à tous les niveaux, tourne autour et est lié à la culture. 18App, à notre avis, va précisément dans cette direction et est un instrument qui, au fil des ans, a joué son rôle dans le soutien d’un secteur déjà fortement pénalisé et sur lequel les nuages sont encore épais. Il serait dommage de s’en passer”.

Ricardo Franco Levi, président de l’AIE (Association italienne des éditeurs), s’y oppose également: “L’hypothèse de la suppression du bonus culturel pour les jeunes de 18 ans, la mesure qui alloue 500 euros à la consommation culturelle des jeunes filles et garçons qui atteignent la majorité, nous préoccupe beaucoup. Au moment même où l’Europe nous offre une mesure qui aide les familles et relance la consommation culturelle en s’appuyant sur la demande des plus jeunes, nous ne comprenons pas la logique et nous ne sommes pas d’accord avec le contenu de cette mesure. Nous espérons qu’il y aura une nouvelle réflexion”. L’AFI - Associazione Fonografici Italiani, exprime “son grand regret et sa préoccupation face à l’initiative politique incluse dans les amendements à la loi de finances, qui anéantit pratiquement, bien que momentanément, la prime à la culture qui sous-tend les initiatives liées à l’app18”.

Selon Innocenzo Cipolletta, président de Confindustria Cultura Italia, “l’hypothèse de l’annulation du 18App, la mesure qui alloue 500 euros à la consommation culturelle des jeunes filles et garçons qui atteignent la majorité, suscite une grande inquiétude. C’est inquiétant parce que le 18App est un outil fondamental pour stimuler la consommation culturelle de toutes sortes: grâce à cette incitation, les jeunes de 18 ans achètent des livres, de la musique, du cinéma, des audiovisuels, des journaux, des entrées dans les musées et les expositions. Les résultats indéniables ont été très positifs, à tel point que d’autres pays disposent également de ce dispositif, la France, l’Espagne et maintenant l’Allemagne nous ont imités en empruntant cette approche. Le risque est donc de pénaliser avant même nos industries les jeunes consommateurs, qui sont de plus en plus habitués à cette incitation, et qui sont aussi appelés à gérer de manière autonome leurs propres choix culturels, comme dans un rite de passage. Nous espérons qu’il y aura une remise en question car le 18App représente un outil sérieux et efficace pour soutenir la consommation culturelle et un moyen valable pour stimuler les jeunes générations à s’approcher de la culture de notre pays”.

Enfin, les positions des associations actives dans le secteur de la musique sont notées. Pour Enzo Mazza, président de la FIMI - Federazione Industria Musicale Italiana, “l’amendement visant à supprimer la prime culturelle est une gifle pour les jeunes déjà pénalisés par l’absence de politiques pour les nouvelles générations. C’est un énorme dommage pour la culture. Pendant des années, la prime a été un succès qui a rapproché les jeunes des livres, de la musique et des films, à tel point qu’elle a été copiée par des pays comme la France, l’Espagne et l’Allemagne”. Selon Mario Limongelli, président des producteurs de musique indépendants, 18app “a permis aux jeunes de 18 ans de soutenir activement l’industrie culturelle pendant plusieurs années, avec des résultats encourageants. En effet, depuis que la mesure est active, la prime à la culture a généré une contre-valeur économique de plus d’un milliard d’euros. Il est nécessaire d’investir dans les jeunes et dans la culture, un atout fondamental qui a un impact important sur le tissu social et économique de notre pays, surtout en l’absence de nouvelles politiques pour le secteur”.

Abrogation de la prime de 18 ans, les associations professionnelles s'y opposent
Abrogation de la prime de 18 ans, les associations professionnelles s'y opposent


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.