Animaux et lieux fantastiques dans les musées d'Italie: Basilicate


Dixième étape du voyage dans les musées italiens à la découverte d'animaux et de lieux fantastiques: nous partons pour la Basilicate.

Notre voyage dans les musées italiens à la recherche d’animaux et de lieux fantastiques en est à sa dixième étape, et notre nouvelle destination est la Basilicate. Une région qui regorge de créatures fantastiques: dragons, sphinx, chimères, harpies et bien d’autres encore. Nous partons à la découverte des animaux fantastiques disséminés dans les musées lucaniens, en nous rappelant que les musées sont des lieux sûrs à visiter seul, en famille ou entre amis, qu’ils conviennent à tous les âges, et que le projet que Finestre sull’Arte propose, en collaboration avec le ministère de la Culture, se veut un moyen de découvrir les lieux de culture d’un point de vue différent.

1. Le cheval ailé de la frise du musée national de Metapontum

L’animal qui apparaît sur ce relief en terre cuite du Musée national du Métaponte est un cheval ailé. En fait, ils sont deux et tirent un char sur lequel est assis un guerrier armé. Il s’agit d’une représentation du départ d’un héros: selon les chercheurs Dieter Mertens et Madeleine Mertens-Horn, il pourrait s’agir d’un héros homérique, peut-être Achille partant pour la guerre de Troie. Il s’agit d’une scène qui ornait autrefois le sanctuaire situé dans la localité de San Biagio alla Venella, sur le territoire de l’ancien Metapontum. Dans cette zone se trouvait un oikos, un petit édifice sacré datant de la fin du VIIe siècle avant J.-C., décoré d’une frise continue en fittile (c’est-à-dire en terre cuite), probablement placée sur les murs du petit temple, ou utilisée pour recouvrir les extrémités des chevrons du toit. “Ce type de décoration sur les dalles de fictile, explique l’érudit Savino Gallo, était initialement réalisé à l’aide d’un tampon à rouleau. Un outil précieux attribué à un artiste des Cyclades, qui l’emportait avec lui d’un sanctuaire à l’autre”.

Artiste cycladique inconnu, frise avec cheval ailé et départ du héros (fin du VIIe siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Metapontum, Musée national)
Artiste cycladique inconnu, frise avec cheval ailé et départ du héros (fin du VIIe siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Metapontum, Musée national)
.

2. Scylla sur le relief en mosaïque du parc archéologique de Grumentum

La mosaïque sur laquelle apparaît ce monstre marin, connu sous le nom de Scylla, provient des Terme Maggiori de Grumentum: il s’agissait des principaux thermes de cette importante ville romaine de Lucanie située dans la vallée de l’Agri, dont les vestiges se trouvent aujourd’hui près de l’actuelle Grumento Nova. Les Terme Maggiori de Grumentum étaient décorés de marbre et de riches mosaïques: celle du monstre marin ornait le frigidarium, l’endroit où l’on prenait les bains froids. Il n’était pas rare que les mosaïques thermales soient représentées avec des scènes marines: dans ce cas, nous voyons la nymphe Scylla qui, selon la mythologie grecque, fut transformée par la magicienne Circé en un monstre avec un corps de femme et douze pattes (six à tête de chien et six à tête de serpent). Circé voulait en fait punir Glaucus, qui était tombé amoureux de la belle Scylla en la rejetant: se sentant rejetée, elle se vengea en transformant la jeune femme en un monstre hideux. La représentation du thème marin dans le frigidarium rappelle clairement la fonction des piscines thermales.

Art romain, Mosaïque avec Scylla (IIe siècle après J.-C. ; mosaïque ; Grumento Nova, parc archéologique de Grumentum)
Art romain, Scylla (IIe siècle après J.-C. ; mosaïque ; Grumento Nova, parc archéologique de Grumentum)

3. Le griffon du Musée archéologique national de Basilicate “Dinu Adamasteanu” à Potenza

“Vers 560-550 avant J.-C., sur un plateau situé sur le versant nord de la colline de Torre di Satriano, explique l’archéologue Mara Romaniello, fut érigée une somptueuse résidence qui se distinguait non seulement par son plan monumental et ses décorations extérieures, mais aussi par les objets de valeur qui se trouvaient à l’intérieur. On accédait à la salle d’apparat par un vestibule rempli de céramiques, de récipients en bronze et d’armes, en passant par une pièce fermée par une porte en bois de sapin”. C’est de là que provient ce splendide protome (élément décoratif constitué presque toujours de la seule tête) d’un griffon ailé, en bronze coulé et daté du VIe siècle avant J.-C., un animal au corps de lion et à la tête d’aigle. Selon la légende, les griffons habitaient la région de la Scythie (vaste territoire s’étendant de l’ouest de l’actuelle Ukraine à l’actuel Kazakhstan) et étaient en lutte perpétuelle avec le légendaire peuple des arimaspi (borgnes) pour la possession des mines d’or. L’animal du musée national de Basilicate a de grands yeux en forme de globe et une corne cylindrique à l’extrémité supérieure renflée. Il est pris en train d’ouvrir son bec, laissant apparaître sa langue. Il a également des oreilles pointues. Le griffon est un animal fantastique de la mythologie orientale, représenté avec un corps de lion et une tête d’aigle.

Art lucanien, Griffon (VIe siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Potenza, Musée archéologique national de Basilicate Dinu Adamasteanu)
Art lucanien, Griffon (IIe siècle après J.-C. ; mosaïque ; Potenza, Musée archéologique national de Basilicate Dinu Adamasteanu)

4. Le sphinx au Musée archéologique national de Basilicate Dinu Adamasteanu à Potenza

Selon la mythologie grecque, cet animal fantastique, à la tête et à la poitrine de femme, au corps de chien, aux ailes d’aigle, aux pattes de lion et à la queue de serpent, était le fils d’Echidna et de Typhon et vivait sur une falaise en Béotie, sur la route de Thèbes. Les voyageurs qui s’y aventuraient devaient répondre à une énigme, et ceux qui n’y parvenaient pas étaient dévorés. Le seul à résoudre l’énigme fut le héros Œdipe: le sphinx, vaincu, décida de se suicider. Celui qui est exposé au Musée archéologique national de la Basilicate à Potenza ornait le toit du palais de Torre di Satriano, l’un des lieux symboliques de la Lucanie antique, et date du VIe siècle avant Jésus-Christ.Comme il se doit pour un sphinx destiné à décorer un somptueux palais, il s’agit d’une sculpture d’une grande qualité et d’une grande élégance, avec un corps allongé, une couronne sur la tête, les cheveux rassemblés en trois tresses tombant sur les épaules, et les ailes déployées comme si l’animal était sur le point de prendre son envol.

Art lucanien, Sphinx (VIe siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Potenza, Musée archéologique national de Basilicate Dinu Adamasteanu)
Art lucanien, Sphinx (IIe siècle après J.-C. ; mosaïque ; Potenza, Musée archéologique national de Basilicate Dinu Adamasteanu)

5. La chimère du Musée archéologique national de Melfèse "Massimo Pallottino

La chimère était un animal monstrueux de la mythologie grecque, romaine et étrusque qui avait le museau et le corps d’un lion, une tête de chèvre et une queue de serpent, et qui était capable de cracher des flammes. Elle aussi, comme le sphinx et comme d’autres monstres (tels que l’hydre de Lerne et Cerbère) était la fille de Typhon et d’Echidna. Elle terrorisait les habitants de la Lycie et, selon le mythe, fut vaincue par le héros Bellérophon. Celui du musée archéologique national de Melfese, datant du VIe siècle avant J.-C., ornait un bouclier trouvé dans la tombe B de la nécropole de Chiuchiari, près de Melfi, découverte au milieu des années 1950 dans le cadre de travaux de logements sociaux à la périphérie du centre historique de la cité lucanienne. “Le mobilier de la tombe B, attribuable à un homme, explique l’archéologue Erminia Lapadula, est constitué de récipients en céramique et en métal, d’armes et d’outils. La présence des roues en fer d’un char suggère le statut social élevé du défunt au sein du groupe auquel il appartenait”. Parmi les armes de défense figure également l’emblème en bronze représentant une chimère. “La feuille estampée, souligne Lapadula, a été identifiée comme un épisème, une décoration appliquée au centre du bouclier. Les récents travaux de restauration (2021) ont permis d’effectuer une analyse approfondie et minutieuse de l’artefact, ce qui ouvre la voie à de nouvelles hypothèses d’interprétation qui sont actuellement en cours d’évaluation”.

Art lucanien, Épisème avec chimère (VIe siècle av. J.-C. ; bronze ; Melfi, Musée archéologique national de Melfese Massimo Pallottino)Art lucanien, épisème avec chimère (VIe siècle av. J.-C. ; bronze ; Melfi, Musée archéologique national de Melfi Massimo Pallottino)

6. Les monstres marins des thermes du parc archéologique de Venosa

Comme nous l’avons vu plus haut, les mosaïques des thermes étaient souvent décorées d’animaux fantastiques qui peuplaient les mers selon la mythologie gréco-romaine, et les thermes de Venosa, ville natale du grand poète Horace, ne font pas exception à la règle. Dans le parc archéologique de la ville lucanienne, on trouve les vestiges d’une installation thermale datant des Ier et IIe siècles après J.-C., et le grand sol en mosaïque qui décore le frigidarium date toutefois d’une rénovation ultérieure. “La mosaïque, qui représente l’un des éléments les plus emblématiques du site, explique Rosanna Calabrese, est caractérisée par une bordure géométrique articulée et un panneau figuratif à sujet marin. Entre les vagues denses sont représentés à la fois des animaux réels, tels que des petits poissons, des dauphins, un serpent et une murène, et quatre monstres marins aux larges queues tourbillonnantes et tricuspidées. Le panneau central vers lequel convergent tous les animaux réels et fantastiques, aujourd’hui perdu, représentait la déesse de la mer Thétis, émergeant des flots, avec le gouvernail, symbole de la puissance marine, posé sur son épaule droite”.

Art romain, Monstres marins (IIe siècle après J.-C. ; mosaïque ; Venosa, parc archéologique)
Art romain, Monstres marins (IIe siècle après J.-C. ; mosaïque ; Venosa, parc archéologique)

7. Les dragonshydria du musée archéologique national du Siritide à Policoro

Le terme hydrie désigne un récipient utilisé par les Grecs de l’Antiquité, principalement pour le transport de l’eau. Le Musée archéologique national de la Siritide conserve une hydrie à figures rouges qui faisait partie de l’équipement funéraire de la tombe du Peintre de Policoro (Ve siècle av. J.-C.), qui représente l’épilogue de la Médée d’ Euripide, représentée pour la première fois à Athènes en 431 av.C.: la femme est au centre, prise en flagrant délit de fuite après avoir tué ses enfants pour se venger de son mari Jason, coupable de l’avoir répudiée pour épouser Glauce, fille de Créon, roi de Corinthe. Médée, après avoir procuré une mort atroce à Glauce et à Créon par ses sortilèges, décide, bien que lacérée par le chagrin, de tuer les enfants qu’elle a eus avec Jason afin de le priver d’une descendance. Dans l’hydrie du musée Siritide, Médée est représentée sur le char magique, tiré par deux dragons, qui lui a été offert par le dieu soleil Hélios, son grand-père paternel. Les deux serpents ont le corps couvert d’écailles, le dos tacheté, la crête enflammée et poussent le char en effectuant des mouvements sinueux avec leur corps. “Médée, en recourant à ses propres arts magiques”, souligne l’érudit Savino Gallo, “accomplit une vengeance atroce en frappant Jason dans son affection, mais elle échappe inopinément au jugement grâce au soutien d’Hélios, apparaissant ainsi comme une figure surnaturelle et formidable, planant dans les airs grâce à ses redoutables dragons”.

Art grec, Médée sur un char (Ve siècle av. J.-C. ; céramique à figures rouges ; Policoro, Musée archéologique national de la Sirice)
Art grec, Médée sur un char (Ve siècle av. J.-C. ; poterie à figures rouges ; Policoro, Musée archéologique national de la Sirice)

8. Eros et Scylla dans le rython du musée archéologique national de Matera

Un rython était une sorte de gobelet, généralement en forme de corne, utilisé pour boire ou pour verser des boissons lors de libations. Ils étaient souvent façonnés et très élaborés, comme c’est le cas de ce rython conservé au musée archéologique national “Domenico Ridola” de Matera. Sur le corps du rython, on voit un personnage ailé assis sur un chapiteau ionique, la tête de profil et le corps tourné de trois quarts vers la gauche (probablement Éros: on le voit aussi tenir un collier avec un pendentif blanc dans la main gauche, et porter des boucles d’oreilles, un collier de perles et une double armillaire aux avant-bras et à la jambe gauche), tandis qu’à la base apparaît la monstrueuse Scylla. “Ce rython appartient à la collection Rizzon, qui compte parmi les plus importantes collections archéologiques privées en raison de l’homogénéité des objets et de leur grande valeur intrinsèque”, explique l’archéologue Adriana Sciacovelli. La collection est entrée dans le patrimoine de l’État en 1990, à la suite d’une vente au cours de laquelle l’État a acquis 74 vases italiens, apuliens et lucaniens, et les a confiés au musée archéologique national “Domenico Ridola”.

Art apulien, Rython du groupe Negro (330-320 av. J.-C. ; céramique à figures rouges ; Matera, Musée national, Musée archéologique)
Art
apulien
, Rython du groupe Negro (330-320 av. J.-C. ; poterie à figures rouges ; Matera, Musée archéologique national)

9. Le monstre marin de Persée libérant Andromède par Girolamo Cenatiempo au musée national de Matera.

L’histoire de Persée et d’Andromède est l’une des plus connues de la mythologie grecque: Andromède, fille du roi Céphée d’Éthiopie et de la reine Cassiopée, avait été attachée à une falaise sur la mer par le dieu Poséidon, décidé à punir sa mère Cassiopée pour avoir osé dire que la beauté d’Andromède était supérieure à celle de toutes les Néréides, les nymphes de la mer. Le dieu de la mer en colère décide de la faire dévorer par Cetus, un terrible monstre marin. Mais le héros Persée intervint pour sauver la jeune fille, qui vint la délivrer du monstre sur le dos de son cheval ailé Pégase. Dans cette élégante huile sur verre du XVIIIe siècle du peintre napolitain Girolamo Cenatiempo (documenté à Naples de 1705 à 1742), Andromède est la grande protagoniste, et avec son beau corps nu, elle occupe presque toute la composition. Le monstre se trouve à gauche, représenté comme un grand poisson aux dents acérées, vers lequel Persée se dirige sur le cheval de Pégase pour le vaincre. "L’œuvre, explique l’historienne de l’art Mariagrazia Di Pede, fait partie d’une série de dix petites peintures à l’huile sur verre qui racontent, sur un ton vaguement érotique, des amours divines et humaines et des histoires mythologiques. Dans ce cas, Cenatiempo s’est laissé inspirer par les Métamorphoses d’Ovide: “Les vagues rugirent et un monstre apparut, s’élevant au-dessus de l’immensité de la mer et couvrant de sa poitrine une grande partie de celle-ci. Et voici que, comme un navire, propulsé par la sueur de jeunes bras, laboure rapidement la mer avec son bec tendu, le monstre, fendant les flots avec l’élan de sa poitrine, n’était plus loin du rocher que l’espace qu’une balle, lancée par le tourbillon d’une fronde, peut parcourir dans le ciel”.

Girolamo Cenatiempo, Persée libère Andromède (fin de la première décennie du XVIIIe siècle ; huile sur verre, 22,1 x 39,6 cm ; Musée national de Matera, Musée national d'art médiéval et moderne de Basilicate au Palais Lanfranchi, Collection Camillo d'Errico au Palais San Gervasio).
Girolamo Cenatiempo, Persée libère Andromède (fin de la première décennie du XVIIIe siècle ; huile sur verre, 22,1 x 39,6 cm ; Matera, Museo Nazionale di Matera, Museo Nazionale d’Arte Medievale e Moderna della Basilicata in Palazzo Lanfranchi, Camillo d’Errico Collection, Palazzo San Gervasio)
.

10. Les harpies chassées par Calai et Zete dans le tableau de l’atelier d’Alessandro Fischetti conservé au musée national de Matera.

Le mythe raconte que Calai et Zete étaient des frères jumeaux ailés, fils de Borée et d’Orizia, et qu’ils rejoignirent Jason dans la quête de la Toison d’or des Argonautes en Colchide. Lorsque les Argonautes sont arrivés à Salmidesso, Jason a demandé au roi de la ville, Phinée, quel était le sort de l’expédition. Mais Phinée dit à Jason qu’il ne répondra que si quelqu’un le libère des harpies qui le tourmentent depuis quelque temps. Les harpies étaient des animaux au visage de femme et au corps d’oiseau de proie, qui hantaient Phinée, l’empêchant de manger. Ce sont Calai et Zete qui se sont battus avec les harpies et qui ont finalement réussi à les vaincre et à les chasser sur les îles Elote. Dans la scène peinte par l’atelier d’Alessandro Fischetti (Naples, 1773 - 1802) et provenant du palais Malvezzi de Matera, on voit les deux jumeaux ailés engagés dans un combat furieux avec les animaux monstrueux, sous le regard consterné du roi Phinée (portant la couronne), du chef de l’expédition Jason et du héros Pélée (un autre des participants à l’expédition). De sous la table (les harpies ont en effet empêché Phinée de manger) émerge un chien, qui observe tout cela avec curiosité.

Alessandro Fischetti (atelier de), Calai et Zete chassent les harpies (1796 ; huile sur toile ; Matera, Musée national d'art médiéval et moderne de la Basilicate au Palazzo Lanfranchi)
Alessandro Fischetti (atelier de), Calai et Zete chassent les harpies (1796 ; huile sur toile ; Matera, Musée national d’art médiéval et moderne de la Basilicate au Palazzo Lanfranchi)

Animaux et lieux fantastiques dans les musées d'Italie: Basilicate
Animaux et lieux fantastiques dans les musées d'Italie: Basilicate


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.