Bergame Brescia Capitale de la culture, au Palazzolo sull'Oglio deux portraits de Ceruti et Ghislandi en comparaison


L'année de Bergamo Brescia Capitale de la Culture 2023 se termine à Palazzolo sull'Oglio (Brescia) avec l'exposition "Ceruti et Ghislandi : portraits comparant Brescia et Bergame", ouverte au public du 8 décembre 2023 au 7 janvier 2024.

L’année de Bergame Brescia Capitale de la Culture 2023 s’achève au Château de Palazzolo sull’Oglio (Brescia) avec une exposition qui confronte deux grands peintres qui représentent chacun les deux villes protagonistes de cette année qui s’achève. Giacomo Antonio Melchiorre Ceruti, dit Pitocchetto, et Giuseppe Ghislandi, dit Fra Galgario, seront en effet au centre de l’exposition Ceruti et Ghislandi : portraits comparés entre Brescia et Bergame, ouverte au public du 8 décembre au 7 janvier 2024, promue par l’Administration communale et réalisée grâce à la précieuse collaboration du Patrimoine artistique du Banco BPM ; l’exposition a également obtenu le patronage de Bergame Brescia Capitale de la Culture 2023.

À cette occasion, deux portraits de Ceruti et Ghislandi seront comparés pour la première fois. Du premier, on pourra admirer son Portrait d’un gentilhomme datant de la première moitié du XVIIIe siècle. Le tableau est peu connu et peu étudié. Il dépeint un personnage d’un grand réalisme et conscient de sa pose aristocratique. Sur un fond sobre, Ceruti présente la figure du noble protagoniste, très élégante et austère, définie par une palette de couleurs chaudes et lumineuses, dans laquelle le teint de son visage vif ressort avec beaucoup de réalisme. Le tableau peut être comparé à d’autres portraits tardifs de Ceruti, liés à la période milanaise (après 1757). Nous ne pouvons pas savoir si le noble de l’œuvre exposée était également issu des cercles aristocratiques milanais, bien que, comme le souligne Mina Gregori, les similitudes avec des œuvres telles que Portrait d’un gentilhomme de la maison Cicogna ou Portrait d’un jeune gentilhomme, aujourd’hui conservées dans des collections privées, suggèrent qu’il appartenait à ce groupe.

Le Portrait d’homme de ce dernier, peint entre 1720 et 1740, sera exposé à la place. Le tableau s’inscrit dans une typologie assez récurrente qui propose la figure en demi-longueur : un homme florissant et dodu d’une cinquantaine d’années apparentes, dans un cadre ovale. L’utilisation de l’expédient illusionniste de la main tendue au-delà de l’ouverture et reposant sur le rebord de la fenêtre au premier plan, dissimulant ainsi la profondeur de la composition, est unique. Des coups de pinceau rapides définissent le fond brunâtre sur lequel se dessine la figure, entourée d’une pénombre qui s’estompe pour mettre en évidence l’expression confiante et concentrée du regard et les extrémités anatomiques modelées par une lumière pleine et brillante. Le teint rosé, ainsi que les touches blanchâtres du mouchoir autour du cou et de la manchette large, diluent la rigueur chromatique de la robe. Le style de la robe et la perruque peu volumineuse permettent de situer le tableau dans la phase tardive de l’activité de Ghislandi, lorsqu’il tend vers un style plus naturaliste.

La comparaison de ces deux œuvres vise à plonger le public dans l’apogée de la culture artistique du XVIIIe siècle entre Brescia et Bergame, lorsque les portraits ne sont pas simplement des représentations de la physionomie, mais montrent toujours le regard interprétatif de l’artiste sur le sujet.

Giacomo Antonio Melchiorre Ceruti, dit Pitocchetto, Portrait d'un gentilhomme
Giacomo Antonio Melchiorre Ceruti, dit le Pitocchetto, Portrait d’un gentilhomme
Giuseppe Ghislandi, dit Fra Galgario, Portrait d'homme
Giuseppe Ghislandi, dit Fra Galgario, Portrait d’homme

L’exposition a pour but de faire connaître au public le sentiment et l’intention historique qui sous-tendent l’art du portrait, un genre qui a évolué au XVIIIe siècle pour devenir un moyen d’exprimer la condition sociale du sujet représenté. Un genre qui, chez Ceruti, amène les sujets représentés à avoir une caractérisation individuelle: les personnages représentés prennent à chaque fois des connotations spécifiques et différentes, aussi bien lorsqu’il représente les pitocchi, les humbles, que lorsqu’il représente les riches. Ghislandi établit un jeu raffiné et complexe de relations artistiques et psychologiques avec ses sujets, dans la lignée de la tradition figurative bergamasque transmise au XVIe siècle par Giovan Battista Moroni. Grâce à son habileté technique et à sa capacité d’introspection, le peintre est l’un des protagonistes du réalisme lombard du XVIIIe siècle ; il est particulièrement apprécié par l’aristocratie locale, qui lui commande diverses œuvres dans lesquelles il combine des jeux raffinés de lumière et de couleur, au point d’être considéré comme un précurseur de l’art moderne du portrait.

Né à Milan le 13 octobre 1698, Giacomo Antonio Melchiorre Ceruti, dit Pitocchetto, réalise en 1724 l’une de ses premières œuvres d’attribution certaine, représentant le comte brescian Giovanni Maria Fenaroli. Pendant sa période bresciane, qui dure jusqu’en 1733, l’artiste se fait remarquer par les mécènes de la ville. Il travaille pour les familles les plus illustres, parmi lesquelles les Avogadro, les Fenaroli, les Lechi et les Barbisoni. C’est au cours de ces années qu’il réalise les premières peintures qui lui valent le surnom de Pitocchetto : des représentations du peuple avec des cordonniers, des porteurs, des mendiants et des humbles qui inscrivent Ceruti dans le courant de la peinture de la réalité dans la tradition lombarde. Personne avant lui n’avait réussi à dépeindre de cette manière la dure réalité quotidienne. En 1736, il s’installe à Venise, puis à Padoue, et enfin, en 1742, à Milan, où il représente les familles les plus importantes de la ville. Il meurt dans la capitale lombarde le 28 août 1767.

Giuseppe Ghislandi, plus tard appelé Vittore, connu sous le nom de Fra Galgario, est né à Bergame le 4 mars 1655, dans le quartier de Borgo San Lorenzo, dans la ville haute. Il reçoit ses premières leçons de son père Domenico, puis en 1675, à l’âge de vingt ans, en partie à cause d’une querelle avec son père, il part pour Venise. C’est au cours de son séjour à Venise que se dessine sa vocation religieuse, qui le conduit à devenir frère laïc dans l’ordre des Minimes de Saint François de Paule, sous le nom de Vittore. Au début du XVIIIe siècle, Ghislandi retourna définitivement à Bergame, où il vécut et travailla au couvent de Galgario, d’où il tira son nom. C’est à partir de ce moment que commence son succès professionnel, tant auprès de la clientèle publique et privée de Bergame que, plus généralement, auprès des collectionneurs de toute l’Europe. Il meurt à Bergame en décembre 1743.

Avec cette exposition, Palazzolo sull’Oglio se présente donc comme une frontière et un point de rencontre entre les deux illustres peintres, comme au Moyen Âge, lorsque Palazzolo lui-même est né de l’union des communautés de Brescia et de Bergame, divisées uniquement par le fleuve Oglio : une union (1192) sanctionnée par un traité de paix, après de nombreuses guerres sanglantes entre Bergame et Brescia pour le contrôle du territoire. Des ponts ont été construits sur le fleuve qui divisait les deux communautés, alimentant les échanges et les relations.

“Avec cette importante exposition, nous voulons valoriser le rôle de notre ville en tant que frontière et union, en offrant au public, que nous espérons nombreux, la possibilité d’admirer une comparaison historique et artistique qui n’a jamais été réalisée jusqu’à présent”, a commenté le maire Gianmarco Cossandi. “Et ce n’est pas tout. Comme pour d’autres événements importants qui ont eu lieu cette année, tels que la Marche pour la Paix et l’Assemblée Générale de la Confindustria Bergamo Brescia, le Palazzolo sull’Oglio et notre administration se révèlent être attractifs à un niveau supra-municipal et capables de construire des relations fructueuses avec d’importantes entités privées. Pour l’exposition, en particulier, la collaboration avec Banco BPM a été excellente et nous tenons à remercier Diana Vaccaro, responsable du patrimoine artistique de Banco BPM, et son équipe pour la grande détermination avec laquelle ils nous ont aidés à organiser cette initiative en faveur de la culture de notre territoire, en proposant un exemple de synergie positive de grande qualité. À la lumière de cette expérience, nous espérons qu’il s’agira de la première d’autres collaborations en cours pour de futures expositions d’œuvres importantes de Banco BPM, au bénéfice de l’appréciation mutuelle et de la diffusion de l’art sur le territoire”.

“Depuis 2022, Banco BPM a lancé un projet de valorisation de son patrimoine culturel dans le but de le rendre accessible à un public de plus en plus large, afin de rendre service à la communauté”, a déclaré Diana Vaccaro, responsable du patrimoine artistique de Banco BPM. “Cette exposition a été accueillie avec enthousiasme dès le premier instant, précisément en raison de la possibilité de réunir deux œuvres importantes de notre collection dans le cadre de Bergamo Brescia Capital of Culture. Le prêt à la commune de Palazzolo sull’Oglio démontre une fois de plus que l’attention portée par notre institution aux territoires auxquels elle appartient, à travers la coopération entre différents sujets, peut apporter des bénéfices culturels, sociaux et même économiques aux communautés de référence”.

Pour plus d’informations, visitez le site de la municipalité de Palazzolo sull’Oglio.

Panorama de Palazzolo sull'Oglio
Panorama de Palazzolo sull’Oglio
Zone d'exposition du château
Zone d’exposition Château
Tour du peuple
Tour du peuple

Bergame Brescia Capitale de la culture, au Palazzolo sull'Oglio deux portraits de Ceruti et Ghislandi en comparaison
Bergame Brescia Capitale de la culture, au Palazzolo sull'Oglio deux portraits de Ceruti et Ghislandi en comparaison


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.