Chasse aux sorcières : 5 lieux de persécution et de sorcellerie en Italie


Quels sont les lieux de chasse aux sorcières en Italie ? Instrument de contrôle des autorités religieuses, le phénomène a donné lieu, aux XVIe et XVIIe siècles en Europe et en Italie, à des milliers de condamnations alimentées par la peur, la superstition et l'ignorance. Voici cinq lieux pour en savoir plus.

La chasse aux sorcières a marqué une période sombre en Europe entre les XVIe et XVIIe siècles, au cours de laquelle des milliers de personnes, principalement des femmes, ont été persécutées et exécutées pour leurs liens supposés avec la sorcellerie et le diable. Ce climat de terreur et de superstition était alimenté par la croyance répandue que les sorcières possédaient des pouvoirs maléfiques et pratiquaient des arts obscurs en concluant des pactes avec le diable. L’intérêt pour la magie et la recherche des moyens de la poursuivre se sont rapidement développés à partir du 13e siècle, mais c’est vers la fin du 15e siècle que la chasse aux sorcières s’est répandue en Europe, avec des caractéristiques différentes selon les pays. En Italie, par exemple, la récupération de la culture classique a conduit à la réévocation de créatures féminines telles que les lamiae et les striges, censées être capables de sucer le sang et de prendre l’apparence d’oiseaux. Parmi les éléments récupérés figurent la métamorphose grâce à des onguents magiques, le vol nocturne et les meurtres liés au vampirisme. Les accusations contre les sorcières portaient également sur la capacité à provoquer des maladies, des famines, des catastrophes naturelles et d’autres maux, ainsi que sur la pratique de sorts et de malédictions à l’encontre des personnes et du bétail. Les persécutions étaient souvent fondées sur des témoignages infondés, des aveux obtenus sous la torture et des croyances populaires ancrées dans l’ignorance et la peur collective. En Italie, comme dans d’autres pays européens, les chasses aux sorcières ont eu lieu dans différentes régions, les procès et les condamnations s’inscrivant dans des contextes historiques et sociaux variés. Voici cinq des lieux les plus significatifs la chasse aux sorcières s’est déroulée.

Triora (Imperia)

Dans la province d’Imperia, en Ligurie, à quelques encablures d’Arma di Taggia, se trouve le charmant village de Triora, niché dans la vallée de l’Argentine. Réputé pour sa beauté et son histoire intense, Triora offre des paysages fascinants et variés. Au XVIe siècle, Triora a été le théâtre du plus grand procès de sorcellerie de la fin du XVIe siècle, si brutal qu’il lui a valu le surnom de Salem d’Italie. En 1585, sous le règne de la république de Gênes, Triora a connu une grave famine et la population épuisée a commencé à soupçonner certaines femmes du quartier le plus pauvre, Cabotina, d’être liées au diable et coupables de crimes horribles, les rendant responsables de la crise économique. Trente-cinq femmes furent accusées de sorcellerie ; dix-neuf d’entre elles, ainsi qu’un homme, furent emprisonnés à Gênes. Les documents relatifs aux procès et aux interrogatoires sont aujourd’hui conservés aux archives de l’État de Gênes. La fascination de cette histoire, entre réalité et fantaisie, persiste dans les ruelles étroites du Borgo et au musée ethnographique et de la sorcellerie de Triora. En souvenir de ces événements, Triora célèbre chaque année, le premier dimanche après Ferragosto (mi-août), la fête de Strigora, dédiée à la sorcellerie, évoquant un chapitre obscur mais fascinant de son histoire.

Vue de Triora
Vue de Triora. Photo : Alessandro Vecchi

Bénévent

Au cœur de la Campanie, à Bénévent, la persécution des sorcières a des racines profondes. L’Inquisition, guidée par la publication en 1486 du Malleus Maleficarum, a organisé une chasse aux sorcières, appelées localement janare, probablement en raison de leur lien avec le culte de Diane ou avec des divinités samnites et grecques telles que Cybèle. La renommée des sorcières de Bénévent, soulignée par Pietro Piperno dans son livre De nuce maga beneventana (1647), pourrait provenir des rites païens des Lombards le long du fleuve Sabato : les femmes dansaient autour d’un noyer avec des serpents, tandis que les guerriers à cheval pratiquaient des rituels sur une peau de chèvre. Malgré leur conversion au christianisme, les Lombards ont conservé des rituels liés à Isis, considérant les arbres et les cours d’eau comme sacrés. Le long de la rivière Sabato, les femmes cueillaient également des herbes médicinales et des plantes hallucinogènes. Ces rites, considérés comme démoniaques par les Beneventois catholiques, étaient interprétés comme des sabbats de sorcières. Le premier témoignage complet sur les sorcières de Bénévent remonte au procès de Matteuccia di Francesco da Todi en 1428, condamnée comme “femme de mauvaise condition, vie et renommée, enchanteresse publique, sorcière et sorcier”.

La rivière Sabato près de Bénévent. Photo : Evelina Ribarova
Le fleuve Sabato près de Bénévent. Photo : Evelina Ribarova

Fiè allo Sciliar (Bolzano)

Le massif du Sciliar est entouré d’anciens mythes et légendes. Au Moyen Âge, il était considéré comme un lieu de rencontre pour les sorcières et les démons. Dans la première décennie du XVIe siècle, le château de Presule, alors siège du tribunal de Fié, a été le théâtre d’une chasse aux sorcières, au cours de laquelle dix femmes ont été accusées de pratiquer la magie et la sorcellerie et brûlées sur le bûcher. Le procès de 1506 se déroule au château de Presule et neuf femmes sont condamnées pour sorcellerie. Un deuxième procès a suivi en 1510. Les documents du procès, aujourd’hui conservés au musée national d’Innsbruck, contiennent des récits surréalistes de femmes survolant le Schlern la nuit sur des balais. Une étude a depuis lors suggéré que les aliments de l’époque, en particulier le pain, contenaient des graines hallucinogènes, mais cela n’explique pas entièrement l’hostilité à l’égard des parias, exécutés sur la base de preuves douteuses et de superstitions. Pour commémorer les victimes de l’Inquisition, la municipalité de Fiè allo Sciliar a érigé une stèle commémorative à l’entrée du château, afin que les générations futures tirent les leçons de la tragédie de l’ignorance et de la superstition, et s’opposent à toute forme d’intolérance et de marginalisation.

Vue de Fiè allo Sciliar. Photo : Klaus Graf
Vue de Fiè allo Sciliar. Photo : Klaus Graf

Rifreddo (Cuneo)

Dans le village de Rifreddo, dans la province de Cuneo, des légendes folkloriques sont transmises sur des femmes aux pouvoirs surnaturels qui effrayaient autrefois la communauté locale, appelées masche. Le procès des sorcières du village de Riffredo a commencé le 4 octobre 1495, lorsque le Magister Vito dei Beggiami, frère de l’ordre des Frères prêcheurs de Savigliano et théologien, a intenté une action en justice contre la “secte des masche” de Rifreddo et Gambasca. Cette année-là, Rifreddo fut le théâtre de violentes persécutions contre de prétendues sorcières, avec les procès de trois femmes de la région accusées d’hérésie et de sorcellerie : Caterina Bonivarda, Caterina Borrella et Giovanna Motossa. Les documents historiques des procès de sorcellerie, retrouvés dans les archives municipales, ont été récemment étudiés par les professeurs Comba, Grado Merlo et Nicolini, qui ont publié le volume Lucea talvolta la luna. I processi alle masche di Rifreddo e Gambasca del 1495, avec le soutien de la municipalité de Rifreddo et de la province de Cuneo. Chaque année, à la fin du mois d’octobre, la ville célèbre Les nuits des sorcières, un événement qui valorise le patrimoine culturel local, avec des départs de l’ancien monastère de Santa Maria della Stella et des excursions jusqu’au suggestif massif du Mombracco qui, en automne, révèle tout son charme.

L'ancien monastère féminin de Santa Maria della Stella à Rifreddo. Photo : Wikimedia/Felsbrunn
L’ancien monastère féminin de Santa Maria della Stella à Rifreddo. Photo : Wikimedia/Felsbrunn

Valcamonica (Bergame-Brescia)

La Valcamonica, située entre les provinces de Bergame et de Brescia, s’est imposée dans le passé comme le lieu de prédilection des sorcières pour plusieurs raisons : l’isolement des villages au milieu des forêts denses, la persistance d’anciens cultes, l’ignorance qui alimentait les croyances occultes et le col du Tonale qui, pendant les orages, devenait le lieu idéal pour le sabbat, où les sorcières et les sorciers, peut-être influencés par les plantes hallucinogènes locales, se réunissaient autour du feu. Il y a 500 ans, entre 1518 et 1521, Valcamonica a été le théâtre de l’une des plus grandes persécutions de l’ère moderne contre les femmes accusées de sorcellerie. En quelques années, entre 62 et 80 sorcières ont été condamnées au bûcher pour des accusations allant de l’invocation de la sécheresse à l’induction de maladies chez les hommes et le bétail par la sorcellerie. La diffusion des procès de sorcellerie dans le Valcamonica est probablement liée à l’enracinement des croyances païennes, notamment romaines, dans la vallée. Plusieurs procès ont eu lieu dans le Valcamonica, la première exécution de sorcières datant de 1455, suivie par d’autres en 1510-12, 1516-17 et 1518-21. L’excès de procès conduit le pape Léon X, le 15 février 1521, à demander aux évêques de Vénétie d’intervenir. Trois personnalités, dont Agnese “capitana delle fattucchiere” et Messer Pasino “Cancelliere del Tonale”, sont condamnées à mort avec un messager anonyme. En 1521, la République vénitienne imposa le 31 juillet un blocus de l’inquisition dans la vallée. Aujourd’hui, une plaque sur la Tour Federici à Sonico, Brescia, commémore ces événements violents, symbole d’un passé sombre qui invite à la réflexion sur la tolérance et contre l’injustice.

Tour Federici de Sonico in Valcamonica
La tour Federici à Sonico dans le Valcamonica. Photo : Héritage culturel de Lombardie

Chasse aux sorcières : 5 lieux de persécution et de sorcellerie en Italie
Chasse aux sorcières : 5 lieux de persécution et de sorcellerie en Italie


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.