Le labyrinthe du château de Bufalini en Ombrie, l'un des plus anciens au monde


Construit entre 1692 et 1706 et resté pratiquement inchangé depuis, le labyrinthe du château de Bufalini, situé à San Giustino en Ombrie, est l'un des plus anciens au monde à avoir conservé sa forme. Voici toutes ses particularités.

Au cœur de la vallée duHaut-Tibre, la Valtiberina ombrienne, se dresse l’un des ensembles architecturaux du XVe siècle les plus intéressants d’Italie : le château de Bufalini à San Giustino, un village de dix mille habitants situé entre Sansepolcro et Città di Castello. Le château est situé en plein centre de la ville, protégé par une ancienne muraille qui cache partiellement son aspect aux yeux des passants. Cet édifice, aujourd’hui musée d’État géré par l’administration régionale de l’Ombrie, a été construit à l’origine comme une forteresse militaire et est mentionné dès le XIIIe siècle. En 1393, tout le fief de San Giustino passa à la famille Dotti de Sansepolcro, qui conserva le bâtiment comme avant-poste pour la défense de ses possessions. Par la suite, au XVe siècle, lors de la bataille d’Anghiari qui changea l’équilibre de la région, il passa à la communauté de la proche Città di Castello, qui l’utilisa pour la défense du territoire : en 1480, la municipalité décréta que la forteresse devait être renforcée et mieux défendue. Une muraille fut élevée autour de l’édifice, mais la Commune ne put achever les travaux et décida en 1487 d’en transférer la propriété à un seigneur local, Niccolò di Manno Bufalini, qui fit reconstruire le château dans sa forme actuelle, selon le projet de l’architecte Mariano Savelli et sur les suggestions de Giovanni et Camillo Vitelli, experts dans le domaine de l’architecture militaire. Le château, qui prit alors le nom de Niccolò di Manno Bufalini (qui en fit sa résidence), prit son aspect actuel, celui d’une austère forteresse de plan carré, avec quatre tours aux angles, dont l’une, la tour principale, est plus grande que les autres.

La famille Bufalini restera longtemps propriétaire du château qui, vers 1530, passe du statut de forteresse militaire à celui de somptueuse résidence aristocratique et fait l’objet d’une importante campagne de décoration, conçue par l’architecte Giovanni di Alesso, qui avait étudié avec la famille Sangallo à Florence. Cette campagne comprenait également la construction de la loggia aérée de style Renaissance qui caractérise encore aujourd’hui le château, et la transformation des jardins potagers environnants, jusqu’alors utilisés pour l’agriculture de subsistance, en un jardin luxuriant aux formes sobres de style Renaissance. Mais c’est entre le XVIIe et le XVIIIe siècle que le parc du château est devenu le jardin à l’italienne que l’on peut encore visiter aujourd’hui : En effet, la famille Bufalini souhaitait faire du château une résidence d’agrément, c’est pourquoi l’architecte Giovanni Ventura Borghesi (à qui l’on doit également l’ingénieux système d’irrigation qui pompait l’eau du ruisseau Vertola tout proche) s’est vu confier un nouveau projet de rénovation à cette époque, qui a conduit à à l’intérieur de nouvelles formes de baroque tardif, avec des cycles de stucs et de fresques qui n’ont toutefois pas modifié de manière substantielle les anciennes décorations du XVIe siècle, encore visibles dans certaines pièces.

Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Château de Bufalini
Château de Bufalini
Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae

Il s’agissait d’un jardin organisé selon un plan bien défini: il était divisé en sept zones reliées entre elles et délimitées par des chemins périmétriques qui longeaient les douves et le mur d’enceinte du château. Dans l’une de ces zones, un labyrinthe de buis a été créé, qui était principalement destiné à divertir les invités des Bufalini et qui peut être considéré comme l’un des plus anciens labyrinthes au monde: il est situé à côté de deux grands cyprès, plantés le 4 novembre 1694 (nous avons encore la date), et qui sont parmi les arbres les plus anciens du parc. De forme trapézoïdale, il couvre une superficie de 670 mètres carrés : il n’a qu’un seul accès et ses méandres mènent à pas moins de trois centres différents.

Le premier plan du labyrinthe remonte à 1706 : on en trouve le tracé dans un Plan du Palais et du Jardin de la Villa de S. Giustino appartenant à M. et Mme March.si Bufalini , qui montre comment, au cours de plus de trois siècles, le labyrinthe a été modifié par des ouvertures entre les haies qui, à une époque postérieure à la création du premier tracé, ont abouti aux formes actuelles à l’intérieur du tracé qui, lui, est resté inchangé. Le fait qu’un plan aussi ancien du labyrinthe soit conservé est peut-être la caractéristique la plus singulière du labyrinthe de San Giustino : pratiquement aucun plan de labyrinthe encore existant aujourd’hui n’est parvenu jusqu’à nous des siècles plus tard. Sans compter que la datation du plan permet de fixer une date post quem pour la réalisation du labyrinthe, c’est-à-dire une date à laquelle l’ouvrage a sûrement déjà été exécuté. Mais c’est aussi la conformation du tra cé qui surprend, le chemin entre les haies de buis étant altéré et fragmenté au cours des siècles, sans que l’on en connaisse les raisons. Il est toutefois possible que ces transformations remontent aux alentours des années 1920, époque à laquelle on avait tendance à modifier les tracés des labyrinthes les plus anciens afin d’en faciliter l’entretien. Selon l’ingénieur Ettore Selli, le labyrinthe du château de Bufalini appartient à un type de labyrinthe qui a vu le jour aux XVIIe et XVIIIe siècles avec le labyrinthe du Palazzo Papafava à Padoue : “ cette catégorie de labyrinthes, explique Selli, présente des haies qui sont un ensemble de plusieurs branches séparées, dont certaines peuvent inclure des parties du tracé, générant ce qu’on appelle des ”îles de haies“ ”. Il s’agit clairement d’une évolution architecturale par rapport aux modèles simples, capable d’augmenter le niveau de difficulté au moyen de très grands circuits courts : dans ce cas, si le centre se trouve à l’intérieur d’un îlot de haies, la méthode de résolution appelée “règle de la main” permettra de sortir du labyrinthe, mais pas d’atteindre le centre, qui sera contourné.

Il labirinto di Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le labyrinthe du Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le dessin du labyrinthe dans une feuille du 18e siècle
Le dessin du labyrinthe dans une feuille du 18e siècle
Il labirinto di Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le labyrinthe de Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Il labirinto di Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le labyrinthe du Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Il labirinto di Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le labyrinthe du Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Il labirinto di Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le labyrinthe du Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Il labirinto di Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae
Le labyrinthe du Château de Bufalini. Photo : Alessandro Pasquali / Projet Danae

Les haies de buis qui composent le labyrinthe du château Bufalini, selon la Direction régionale des musées de l’Ombrie, pourraient encore être, peut-être en partie, celles qui ont été plantées en 1692, lorsque la construction du labyrinthe a vraisemblablement commencé, si nous l’imaginons contemporaine de la plantation des deux grands cyprès près de l’entrée.

Le château est passé à l’État en 1989, presque intact, car l’intérieur conserve encore les fresques (dont l’aspect contraste en partie avec l’extérieur austère) et même une bonne partie du mobilier accumulé entre le XVIe et le XIXe siècle, reflétant le goût des générations de Bufalini qui ont habité ces pièces. Le chapitre le plus récent de l’histoire du labyrinthe remonte au 21 avril 2024, date à laquelle, pour la première fois, le labyrinthe a été ouvert au public de manière continue jusqu’en octobre, tous les troisièmes dimanches du mois (mais uniquement sur rendez-vous, et pour des groupes de dix personnes au maximum, répartis en équipes : ceci afin de préserver l’intégrité d’une œuvre qui a peu d’égaux dans le monde, pour avoir conservé son aspect pendant trois siècles avec peu de modifications). Cette ouverture, a déclaré Veruska Picchiarelli, directrice du château de Bufalini, est fonctionnelle au processus de récupération et de réévaluation de l’ensemble du complexe monumental, afin de permettre le doublement et l’amélioration du parcours de visite. Ainsi, de plus en plus de personnes pourront connaître cette perle de l’Italie centrale.

Le labyrinthe du château de Bufalini en Ombrie, l'un des plus anciens au monde
Le labyrinthe du château de Bufalini en Ombrie, l'un des plus anciens au monde


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.