Pitigliano, la petite Jérusalem "apparition fantastique dans la tranquillité du paysage


Le village de Pitigliano, dans la Maremme, se dresse sur un haut éperon de tuf : le géographe Bertarelli l'a décrit comme une "apparition fantastique dans la tranquillité du paysage". Mais le village abrite également une ancienne communauté juive.

La communauté de Pitigliano se souvient avec douleur de l’année 1938, celle des lois raciales. Une douleur qui touche bien sûr toute l’Italie, mais qui est particulièrement aiguë ici, puisque, depuis le XVIe siècle, ce village situé sur un éperon de tuf dans la Maremme de Grosseto abrite une petite communauté de juifs, qui ont toujours vécu en parfaite harmonie avec les autres habitants. En 1938, la communauté juive de Pitigliano comptait environ soixante-dix membres, soit la moitié des Juifs vivant en Maremme. C’est le début de la fin : certains sont déportés dans le camp d’internement voisin de Roccatederighi, d’où partent des convois pour Fossoli, qui sert à son tour de camp de concentration pour l’envoi des Juifs italiens dans les camps de concentration de l’Allemagne nazie. D’autres ont fui ailleurs pour ne jamais revenir. D’autres encore se sont dispersés dans la campagne pour se cacher, pouvant compter sur un dense réseau de solidarité mis en place par les habitants de la Maremme, dont certains seront plus tard nommés “Justes parmi les Nations” par Yad Vashem.

À la fin de la guerre, la communauté juive de Pitigliano, qui avait animé ce centre historique connu de tous comme la “petite Jérusalem” précisément parce qu’il était fortement marqué par leur présence, avait été presque entièrement anéantie : aujourd’hui, elle ne compte plus que quelques personnes, bien que les projets de mise en valeur de leur patrimoine séculaire ne manquent pas.

“Une terre située singulièrement sur un rocher de tuf au milieu d’une vallée étroite, avec des terres très fertiles, cultivées de vignes et de fruits, avec peu de gens aisés, mais un grand nombre de juifs qui y ont une synagogue, et des masseurs qui font du trafic de couches avec l’État du Pape ; les gens y sont audacieux, querelleurs et querelleurs” : c’est ce qu’on peut lire dans un rapport de Pietro Leopoldo de Toscane en 1773, qui insiste sur les topoï qui ont historiquement accompagné Pitigliano. À savoir : sa position incroyable, la fertilité de son sol (et, dans une certaine continuité, la salubrité de l’environnement, sur laquelle le grand-duc reviendra plus tard, dans un autre rapport : un élément très important, dans les siècles où la Maremme était une “terre amère” de marais insalubres), la pauvreté de ses habitants, la présence de juifs.

Vue de Pitigliano
Vue de Pitigliano. Ph. Crédit


Intérieur de la synagogue de Pitigliano. Ph. Crédit Musées de la Maremme
Intérieur de la synagogue de Pitigliano. Crédit Ph. Crédit Musées de la Maremme


Via Zuccarelli, cœur du ghetto juif de Pitigliano
Via Zuccarelli, cœur du ghetto juif de Pitigliano. Crédit photo Crédit


Ghetto de Pitigliano, porte en forme de candélabre juif
Ghetto de Pitigliano, porte en forme de candélabre juif. Ph. Crédit

Mais pourquoi cette forte présence ? Il faut remonter au milieu du XVIe siècle, lorsque Pitigliano était un comté indépendant, un fief de la famille Orsini, une zone frontalière entre le grand-duché de Toscane, le duché de Castro et l’État pontifical, et qu’il jouissait de divers privilèges, dont le droit d’accueillir (avec certaines restrictions) les citoyens d’autres pays qui avaient été chassés de leurs territoires. Les mesures restrictives prises par l’État pontifical dans les années 1550 et par Cosimo Ier de Toscane en 1570 ont contraint de nombreux Juifs de ces régions d’Italie à quitter leurs terres.Comme ils auraient trouvé à Pitigliano un endroit où ils auraient pu vivre et travailler en paix, beaucoup d’entre eux se sont retrouvés dans le village de la Maremme (où les Juifs vivaient peut-être déjà auparavant, mais ils n’étaient certainement pas si nombreux, et les origines de cette présence restent encore à découvrir).

Pendant des siècles, ils ont constitué une minorité industrieuse, se consacrant à la banque, au commerce et à l’artisanat. Au cours de ces siècles, les Juifs de Pitigliano, écrit l’historien Renato Salvadori, "ont fait preuve d’une vitalité et d’un esprit d’entreprise inconnus des goym, les non-Juifs. Ils achètent et vendent des tissus (pannine, comme on disait alors) et tout autre type de marchandise, ils deviennent entrepreneurs de tabac et de papier, ils prêtent à intérêt sous des formes plus ou moins légales, ils mettent de l’ordre dans la friperie, ils tentent de creuser des minerais, ils planifient des manufactures, ils deviennent tailleurs ou cordonniers, ils stipulent des contrats de succession, ils font du trafic de céréales et de devises, ils pratiquent la contrebande, ils achètent des terres, des vignobles, des maisons, des caves, des objets précieux. En un mot : ils s’enrichissent".

Où trouver aujourd’hui les traces de cette communauté qui, peu avant l’unification de l’Italie, représentait environ un quart de la population de Pitigliano, alors qu’il ne reste aujourd’hui que quelques juifs qui se comptent sur les doigts de la main ? Le voyage à travers le Pitigliano juif peut commencer par la synagogue du XVIe siècle et le musée juif attenant, et se poursuivre par le ghetto créé en 1622 par les Médicis, qui l’ont repris après la chute de la famille Orsini (le ghetto est le quartier situé le long de l’actuelle Via Zuccarelli), puis par la cave casher, le four à pain azyme, la teinturerie et le cimetière juif. Les survivances tangibles se retrouvent ensuite dans la cuisine, et en particulier dans le dessert local typique, l’“éviction”.

Le Pitigliano catholique (qui a également de fortes traditions, notamment parce que l’un des papes les plus importants du Moyen Âge, Grégoire VII, est né près d’ici, à Sovana), ainsi que le Pitigliano “institutionnel”, se développent sur l’axe parallèle, la via Cavour, qui prend ensuite les noms de via Roma, via Generale Orsini et via Aldobrandeschi. Au début de la via Roma se trouve la Piazza della Repubblica, point d’accès à la partie la plus ancienne du village : c’est là que se dresse l’austère Palazzo Orsini, qui abrite le musée d’art sacré. À l’intérieur, on trouve des œuvres d’artistes de l’école siennoise (Jacopo della Quercia surtout, mais aussi une large représentation de l’importante et méconnue école siennoise du XVIIe siècle, dirigée par le grand Francesco Vanni, dont l’extraordinaire Madone du Rosaire avec les saints est conservée dans le Dôme), des tableaux du XVIIIe siècle de Francesco Zuccarelli, l’un des peintres les plus célèbres de la Maremme. On y trouve également des peintures de Francesco Zuccarelli, l’un des plus célèbres peintres de la Maremme de tous les temps, une bibliothèque avec des incunables et le reliquaire avec le bras de Grégoire VII, une œuvre à laquelle les habitants de Pitigliano sont très attachés.

Palais Orsini
Palais Orsini. Ph. Crédit


Les arches de l'aqueduc Médicis. Ph. Crédit Matteo Vinattieri
Les arches de l’aqueduc Médicis. Ph. Crédit : Matteo Vinattieri


La cathédrale de Pitigliano
La cathédrale de Pitigliano


L'église de San Rocco. Ph. Crédit Hans Peter Schaefer
L’église de San Rocco. Ph. Crédit Hans Peter Schaefer

En tournant le regard, on découvre les arches de l’aqueduc des Médicis, commandé par les grands ducs de Toscane dans les années 1730. Un peu plus loin se trouve l’exubérante façade du baroque tardif de la cathédrale, dédiée aux saints Pierre et Paul : tripartite, avec des sections marquées par d’imposants pilastres, richement stuquée, fermée par un haut tympan avec un bas-relief en marbre de Carrare représentant l’Assomption de la Vierge au centre et les saints Rocco et François sur les côtés. En continuant, nous arrivons au petit oratoire de San Rocco, qui nous apparaît aujourd’hui sous son élégant aspect Renaissance, avec une façade géométrique et soignée, mais qui remonte en réalité au XIIe siècle et qui est probablement l’église la plus ancienne du centre historique de Pitigliano. La Via Aldobrandeschi se termine par une terrasse panoramique d’où l’on peut apprécier la vue qu’offre cette falaise de tuf abrupte sur les vallées environnantes. Le caractère unique de ces paysages est connu depuis longtemps. Ce n’est pas seulement Pietro Leopoldo, déjà cité, qui, à l’occasion de son voyage, a parlé de cette terre “aérée, ventilée” et saine : il convient de citer les paroles du célèbre géographe Luigi Vittorio Bertarelli qui, dans son guide de l’Italie centrale publié en 1923, parlait de Pitigliano, “surgissant sur le haut banc de tuf complètement isolé”, comme d’une “apparition fantastique dans la tranquillité du paysage”.

Article rédigé par la rédaction de Finestre sull’Arte dans le cadre de la campagne “Toscana da scoprire” d’UnicoopFirenze.

Pitigliano, la petite Jérusalem
Pitigliano, la petite Jérusalem "apparition fantastique dans la tranquillité du paysage


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.