Sélinonte, que voir: 11 arrêts sur le site archéologique


Que voir à Sélinonte: voici un itinéraire en 11 étapes incontournables sur le site archéologique, un morceau de Grèce en Sicile.

Sélinonte est un morceau de la Grèce antique au cœur de la Sicile occidentale. Sélinonte se trouve dans la commune de Castelvetrano, un petit village de la province de Trapani qui offre à ses visiteurs non seulement des plages blanches et des eaux cristallines, mais aussi de nombreux endroits où l’on peut voir de près d’importantes traces du passé. Le plus célèbre est certainement le grand parc archéologique de Selinunte, Cave di Cusa et Pantelleria. Dans ce parc, l’une des plus grandes zones archéologiques d’Europe, vous pouvez littéralement marcher dans l’histoire. Les origines de la ville de Sélinonte remontent au milieu du VIIe siècle avant J.-C., par des colons venus de Mégara Hyblaea. Les Sélinontins occupèrent des points stratégiques de la future zone urbaine et délimitèrent de vastes zones agricoles à exploiter. Au début du VIe siècle avant J.-C., le tracé urbain est réalisé de manière rigoureuse par la construction du réseau routier que l’on peut encore observer aujourd’hui. En 409 avant J.-C., la ville fut détruite par les Carthaginois et resta entre leurs mains jusqu’à la conquête par les Romains un siècle et demi plus tard. La zone archéologique est aujourd’hui un véritable trésor avec ses temples spectaculaires, mais aussi avec ce qui reste des anciens quartiers, en observant lesquels on peut facilement imaginer ce qu’était la vie à Sélinonte à l’époque de son apogée. Voici onze étapes à ne pas manquer lors de votre visite à Sélinonte.

1. L’Acropole

L’Acropole est certainement le joyau le plus splendide de Sélinonte. Sa construction remonte aux origines de la ville, au VIe siècle av. Le plan de l’Acropole a une forme trapézoïdale avec, dans la partie nord, une grande muraille en escalier entourée de murs formés par des rideaux de blocs carrés avec un remplissage de moellons et ponctués par 5 tours et 4 portes. Au nord, l’Acropole possède des fortifications datant du début du IVe siècle avant J.-C., tandis qu’à la hauteur de l’entrée principale se trouve la tour dite de Pollux, construite au XVIe siècle pour lutter contre les corsaires. Les premiers temples construits sur l’Acropole, les temples P et R, datent de la première moitié du VIe siècle avant J.-C., mais au milieu du siècle, le principal bâtiment du sanctuaire est devenu le temple C avec son grand autel. Plus tard, à partir du IVe siècle avant J.-C., les zones sacrées ont été occupées par des habitations puniques et un sanctuaire carthaginois a été construit dans le pronaos du temple A. Avant l’abandon de la ville, au sud-est du temple C, fut construit le petit temple B, remarquable par la polychromie de ses éléments architecturaux.

L'Acropole
L’Acropole. Photo Wikimedia/BJS

2. Le temple A

Selon les reconstitutions des archéologues, le temple A, construit vers le milieu du Ve siècle avant J.-C., était certainement le temple le plus harmonieux et le plus raffiné de la ville. De petite taille, il présente des colonnes entourant la cella dans une symétrie parfaite, tandis que l’extrémité de la corniche, la sima, est décorée de précieux marbres grecs insulaires et couronne l’élévation bien proportionnée. Dans la cella, l’entrée avec les deux colonnes est décalée à l’ouest par l’opisthodomos similaire. Le compartiment destiné à la statue de culte est séparé de la cella. Les deux escaliers en colimaçon placés dans le mur d’entrée de la cella sont des éléments très élaborés: il s’agit probablement du premier exemple d’escalier en colimaçon dans l’histoire de l’architecture. Enfin, le grand autel reprenait en partie les formes du temple périptère avec sa mensa, qui était bordée d’une colonnade avec un entablement dorique et deux frontons faisant office de joues. Seul le côté faisant face au temple était interrompu par une large volée de marches, indispensable pour les cultes.

3. Le temple C

Objet d’importants travaux de restauration depuis les années 1920, le temple C est certainement l’un des endroits les plus connus et les plus immortalisés de Sélinonte aujourd’hui. Le temple C, également connu sous le nom d’Apollonion, a été construit vers le milieu du VIe siècle avant J.-C., avec des dimensions imposantes et une deuxième rangée de colonnes à l’avant. Le côté principal, à l’est, où se trouvait l’entrée du temple, abritait la célèbre tête de Gorgone en terre cuite peinte dans le fronton, tandis que la frise contenait les reliefs figuratifs des métopes, aujourd’hui conservés à Palerme, représentant certains épisodes célèbres de la mythologie grecque tels que le Quadrige du Soleil, Persée tuant Méduse et Héraclès vainqueur des Cécropes. La colonnade nord a été élevée entre 1925 et 1927 et a fait l’objet de plusieurs restaurations au cours des dernières années. Après avoir franchi l’escalier d’entrée monumental, on pénètre dans un vaste portique divisé en son centre par quatre colonnes. Au centre de la cella se trouvait une table pour les sacrifices et les offrandes, tandis que la statue de culte était placée dans la pièce arrière.

Temple C
Temple C. Photo de Jochen Reinhard

4. Temple D

Le temple D date du dernier quart du VIe siècle av. J.-C. et se trouve immédiatement au nord du grand temple C. Ici, l’extension en longueur est réduite avec la construction d’une salle de culte. Ici, l’extension en longueur est réduite avec la disposition de seulement 13 colonnes sur les longs côtés, tandis que la deuxième colonnade sur le côté est, caractéristique de la période archaïque, est supprimée et semble se confondre avec la façade de la cella. Le temple D était dédié à Athéna et le grand autel extérieur, qui n’est pas dans l’axe du temple mais placé en oblique, suggère que le temple D actuel occupe l’emplacement d’un temple antérieur. En général, les spécialistes considèrent que le temple D est plus avancé que le temple C, bien que, même dans ces bâtiments, une certaine incertitude dans les mesures soit encore évidente. Comme le temple C, le temple D présente également de nombreuses cavités circulaires ou carrées dans le sol du péristyle et de la cella, dont la fonction est inconnue. Le bâtiment dans son ensemble semble représenter une forme plus évoluée du temple périptère de la période archaïque et pose les bases des formes de la période classique.

5. Temple E

Également connu sous le nom d’Héraion, ses vestiges ont été mis au jour en 1823 par deux archéologues britanniques, Samuel Angele et William Harris, qui ont tenté en vain d’apporter les métopes sculptées du temple au British Museum. Les temples doriques du sanctuaire suburbain de la colline orientale, en revanche, peuvent être considérés comme les édifices cultuels les plus prestigieux de la ville et représentaient la magnificence et la puissance de la colonie mégarienne pour tous ceux qui naviguaient le long de cette partie de la côte sicilienne. Au moment de sa découverte, l’architecture du sanctuaire était complètement en ruine et seule une partie du mur de la cellule était encore debout. Il est resté dans cet état jusque dans les années 1950, lorsque le temple a été presque entièrement reconstruit dans le cadre d’une opération massive qui a donné au sanctuaire son aspect actuel. Le temple E présentait de riches finitions polychromes, dont certaines ont été conservées. Dans la cella, sur la frise des petits côtés, se trouvaient des métopes sculptées, en pierre calcaire avec des éléments en marbre. Sur les douze au total, il n’en reste que cinq, conservées au musée Salinas de Palerme.

Le Temple E
Temple E. Photo de Matthias Süssen

6. Temple F

Le temple F est également très intéressant. Il s’agit d’un édifice de l’époque archaïque mûre qui, selon les spécialistes, pourrait avoir été dédié à Athéna, Héraclès ou Dionysos. Ce qui est certain, c’est que même ce coin de l’acropole conserve un charme unique, envoûtant le visiteur avec des échos du passé. C’est de là que proviennent deux splendides fragments de métopes représentant des épisodes de la gigantomachie et qui, comme tant d’autres trouvailles mises au jour dans la zone archéologique de Sélinonte, sont conservés au musée Salinas de Palerme. Sur la base des reconstructions et des études réalisées sur l’ensemble de la zone, les chercheurs estiment que dans le temple F, on a essayé d’insérer le plan étroit et long du plan traditionnel dans un rectangle aux proportions moins allongées, une solution qui a donné lieu à une irrégularité entre la rangée intérieure de colonnes du côté est et la façade de la cella. Plus tard, l’espace entre les colonnes de la péristasis a été fermé par des barrières de plus d’un homme de haut. Il s’agit peut-être d’une mesure de sécurité visant à assurer une plus grande discrétion dans la conduite des cultes.

Temple F à Sélinonte. Photo par Norbert Nagel
Temple F de Sélinonte. Photo de Norbert Nagel

7. Temple G

Le temple G, également connu sous le nom d’Olympieion, est l’un des plus grands sanctuaires doriques du monde grec. Il doit son nom d’Olympieion à l’importante inscription, plus connue sous le nom de Tavola Selinuntina, trouvée en 1871 dans l’opisthodomos du temple et aujourd’hui conservée au musée archéologique Salinas de Palerme. Ce temple avait les dimensions d’un terrain de football: il mesurait 50 mètres de large et 110 mètres de long, avec huit colonnes sur les petits côtés et dix-sept sur les côtés. Deux rangées de colonnes divisaient la cella en trois nefs qui culminaient dans un petit temple où était conservée la statue de culte. Aujourd’hui, la colonne colossale connue sous le nom de “Fuso della Vecchia” émerge des immenses ruines de l’édifice. Les formes architecturales très différenciées du temple, en particulier les chapiteaux, témoignent de la longue période de construction de l’édifice, estimée à environ soixante-quinze ans. Bien que de nombreux détails n’aient jamais été achevés, le temple semble avoir été utilisé au moins à partir du milieu du Ve siècle av. J.-C., même si les chercheurs ont encore des doutes sur la destination d’une soixantaine de grands blocs de colonnes prévus pour le temple, mais qui sont restés dans la grotte de Cusa.

Temple G à Sélinonte. Photo Wikimedia/BJS
Temple G de Sélinonte. Photo Wikimedia/BJS

8. Sanctuaire de Malophoros

L’un des sites les plus fascinants de toute la zone archéologique de Sélinonte est sans aucun doute le vaste sanctuaire de Malophoros dans la Contrada Gàggera. Il délimite, avec le temple M et le mégaron d’Héra au sud, la limite occidentale de la ville au-delà du fleuve Modione. L’espace intérieur du sanctuaire était divisé en deux grandes zones sacrées. La plus grande et la plus importante, délimitée sur trois côtés par de hauts murs d’enceinte, était accessible par une entrée monumentale. Au nord s’étendait un portique et au sud une enceinte sacrée. Le mégaron de Malophoros était divisé à l’intérieur en trois compartiments, tandis que l’autel du coffre contenait de nombreuses offrandes votives archaïques. Un canal d’eau, relié à la source de Gàggera, traversait tout le sanctuaire du nord au sud et dépassait même les murs d’enceinte. Il y avait également une zone dédiée à Zeus Meilichios où les vestiges de deux portiques sont encore conservés.

Sanctuaire de Malophoros
Sanctuaire de Malophoros. Photo Wikimedia/Dedda71

9. Nécropoles

La zone archéologique de Sélinonte compte plusieurs nécropoles. La plus importante se trouvait à l’intérieur de l’Acropole, sur le Plateau de Manuzza, une autre au nord des temples sur la colline orientale dans la contrada Buffa, une troisième dans la zone de la contrada Galera Bagliazzo et une quatrième à l’ouest du fleuve Modione, plus en avant du sanctuaire de Malaphóros, dans la contrada Manicalunga Timpone. Dans tous ces sites, on a trouvé de nombreuses tombes d’où ont été extraits des milliers d’objets, principalement des vases et des statuettes en terre cuite, qui servaient à protéger et à accompagner les défunts dans leur voyage vers l’au-delà. Les découvertes faites sur le plateau de Manuzza sont particulièrement intéressantes. Il s’agit d’une vaste zone où le plan urbain orthogonal de 580 avant J.-C. constitue l’un des exemples les plus intéressants de planification coloniale de l’époque archaïque.

10. Grotte de Cusa

A environ 11 kilomètres du site archéologique de Sélinonte se trouvent, matériellement, les origines de la ville. La grotte de Cusa était le principal lieu d’extraction des pierres utilisées pour la construction des bâtiments et des temples de Sélinonte. La roche de la grotte de Cusa, très compacte, a été utilisée à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C., pour être abandonnée alors que l’exploitation des carrières était encore en pleine activité, comme le montrent les blocs de colonnes en cours de formation ou déjà extraits pour la construction du temple G, au moment de l’avancée de l’armée d’Hannibal, en 409 av. Aujourd’hui, leur aspect est caractérisé par un long mur rocheux d’extraction d’environ 8 mètres de haut que l’on peut suivre sur environ 1 700 mètres, tandis que le nom actuel et fait référence au baron de Cusa, l’ancien propriétaire de la zone. Au XVIe siècle, ils étaient connus sous le nom arabe de Ramuxara. Les Selinuntines extrayaient également des pierres de construction dans d’autres carrières. Certaines d’entre elles, comme celles situées sur les pentes de Manuzza, se trouvent à l’intérieur de la ville, d’autres, comme les carrières de Barone, se trouvent à environ 4 kilomètres au nord de Selinunte. Plus loin, les carrières de Misilbesi, près de Menfi, sont exploitées principalement pour la sculpture. Depuis la grotte de Cuse, les pièces étaient transportées sur un chemin rocheux de neuf à dix mètres de large qui n’est plus visible aujourd’hui.

Grotte de Cusa. Photo de Hans Suter
Grotte de Cusa. Photo de Hans Suter

11. Le plateau de Manuzza

La colline de Manuzza est la zone où se sont installés les premiers colons. La linéarité du terrain et son immensité ont incité les colons à choisir comme site d’implantation cette zone proche de l’Acropole, à laquelle elle était convenablement reliée. Ces mêmes colons ont divisé la zone en bandes, tandis que la frontière concrète entre l’espace urbain, la nécropole et la campagne a été fixée plus tard avec la construction des murs de défense. Dès le début, cependant, le tracé urbain du plateau a été caractérisé par un corps qui reliait l’Acropole aux villages situés sur ses flancs et à la colline orientale. Avec le développement des constructions monumentales et de la grande architecture religieuse, le paysage a subi une transformation radicale: d’un établissement rural, il est devenu un paysage urbain articulé. Au centre de la ville, entre les quartiers sud et nord, un vaste espace a été réservé à la construction de l’agora, une grande place réservée à la vie publique de la ville. Toutes les routes principales convergent vers cette place et un monument funéraire dédié au fondateur de la ville a été construit presque en son centre.

Plateau de Manuzza
Le plateau de Manuzza. Photos du parc archéologique de Sélinonte

Sélinonte, que voir: 11 arrêts sur le site archéologique
Sélinonte, que voir: 11 arrêts sur le site archéologique


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.