Sur les traces de Pasolini dans le Frioul, de Casarsa della Delizia à Grado


Itinéraire sur les traces de Pier Paolo Pasolini en Frioul-Vénétie Julienne: certains lieux sont encore intimement liés à la vie et à la formation de l'un des plus grands poètes et intellectuels du XXe siècle.

Certains lieux du Frioul-Vénétie Julienne sont encore intimement liés à la vie et à la formation de Pier Paolo Pasolini, l’un des plus grands intellectuels, poètes et cinéastes du XXe siècle. Bien que né à Bologne en 1922, il est venu à plusieurs reprises dans le Frioul car sa mère Susanna Colussi, qu’il aimait tant, était originaire de Casarsa della Delizia. C’est en effet ici que Pasolini a passé plusieurs années de son enfance et de nombreuses vacances d’été, et c’est également ici qu’il repose au cimetière avec sa famille. Le Frioul est également présent dans ses écrits: ses premiers poèmes publiés en 1942 et dédiés à Casarsa sont en frioulan, et le recueil La meglio gioventù (Le meilleur de la jeunesse ) ainsi que sa première pièce de théâtre ITurcs talFriùl (Les Turcs au Frioul), publiée en 1976 mais composée en 1944, sont également dans le dialecte de la région. Le réalisateur Pasolini a également rendu hommage au territoire frioulan: le film Médée, avec Maria Callas, se déroule dans la lagune de Grado.

À Casarsa della Delizia, vous pouvez visiter la maison de sa mère, connue sous le nom de Casa Colussi, qui abrite aujourd’hui le Centre d’études Pier Paolo Pasolini. Les manuscrits de ses œuvres imprimées de sa période frioulane, les premières éditions de ses œuvres imprimées et les publications ultérieures, ainsi que son répertoire complet de films et ses travaux critiques y sont conservés. Ses peintures à l’encre sont également exposées: en plus d’écrire, Pasolini aimait peindre. L’exposition permanente de la maison permet d’admirer les peintures et les dessins de l’époque de Casarsa et les affiches politiques placardées sous l’ancienne loggia municipale de San Giovanni les dimanches de 1948.

Toujours à Casarsa, l’église de Santa Croce abrite des fresques de Pomponio Amalteo représentant des scènes de l’histoire de la Sainte-Croix. C’est ici que Pasolini, avec les garçons de Casarsa, a commencé à restaurer et à nettoyer les œuvres. Dans l’église se trouve également une plaque votive provenant de l’église de la Beata Vergine delle Grazie: elle commémore l’invasion des Turcs en 1499, événement qui inspira à l’écrivain le drame théâtral en frioulan mentionné plus haut, I Turcs tal Friûl, composé en mai 1944 mais publié à titre posthume en 1976. C’est dans cette église qu’ont eu lieu les funérailles de Pasolini, le 6 novembre 1975.

Non loin de là se trouve le petit hameau de Versuta, dominé par l’église de Sant’Antonio Abate, dont l’intérieur est orné de fresques représentant sainte Ursule, sainte Catherine et le Sauveur en gloire parmi les saints, réalisées par un artiste de la seconde moitié du XIVe siècle appartenant à l’école de Vitale da Bologna et de Tommaso da Modena. Nombre de ces fresques étaient cachées par un épais revêtement à l’époque de Pasolini. Ce dernier et ses élèves les ont mises en lumière en frottant l’enduit avec des oignons, comme le lui avait conseillé son ami Federico De Rocco. Le village est lié aux années de la Seconde Guerre mondiale, car c’est ici que Pasolini et sa mère se sont réfugiés pendant l’occupation allemande. C’est également ici que Pasolini a participé à l’Academiuta di Lenga furlana, une sorte de salon littéraire créé dans le but de valoriser la langue frioulane et de lui donner une dignité littéraire. L’église de la Versuta, le canal de la Versa tout proche et la campagne environnante ont été évoqués et célébrés par Pier Paolo Pasolini dans ses Poèmes à Casarsa.

Piazza del Popolo à San Vito al Tagliamento. Photos d'Elio et Stefano Ciol
Piazza del Popolo à San Vito al Tagliamento. Photo d’Elio et Stefano Ciol
Lagune de Grado. Photo par Alessandro Castiglioni
La lagune de Grado. Photo d’Alessandro Castiglioni
Lagune de Grado. Photo par Alessandro Castiglioni
Lagune de Grado.
Photo d’Alessandro
Castiglioni
La tombe de Pasolini à Casarsa La
tombe de Pasolini à Casarsa
Casarsa, Centre d'études Pier Paolo Pasolini
Casarsa, Centre d’études Pier Paolo Pasolini

Lié à l’engagement politique du poète, le petit hameau de San Giovanni di Casarsa, où Pasolini avait l’habitude d’apposer des affiches murales, inspirées par lui, imprégnées de fortes polémiques politiques, à tel point qu’elles lui ont valu de nombreuses inimitiés, et rédigées en italien et en frioulan. La Loggia del Comune, de style gothique vénitien, datant du XIIIe siècle, mérite une visite. Les peintures murales datent du printemps et de l’été 1948, alors que Pasolini s’était engagé politiquement l’année précédente. Ce fut pour lui la seule période de militantisme politique actif de sa vie.

De retour à Casarsa, une dernière étape est le cimetière où se trouve la tombe du poète, située à l’entrée sur la gauche. Toute la famille y est enterrée: Carlo Alberto Pasolini, mort à Rome en 1958, où il venait de rejoindre son fils, et son frère Guido Alberto, tué par les partisans slovènes en 1945. Pier Paolo est enterré à côté de sa mère dans un seul îlot de verdure, soulignant le lien profond et intime qui les unissait. Le petit sanctuaire a été décoré de fresques par le peintre frioulan Federico De Rocco. Il n’est pas rare de trouver sur sa tombe des visiteurs qui lisent ses poèmes, précisément pour lui rendre hommage.

Mais les lieux liés à l’intellectuel ne s’arrêtent pas là. À Sacile, Pasolini est entré en première année en 1928 et a vécu jusqu’en 1932 dans une maison proche de la cathédrale, Via Gasparotto (alors Via S. Martino e Solferino). Surnommée “le jardin de la Sérénissime”, Sacile est une jolie ville où il faut voir la Piazza del Popolo, la cathédrale et la petite église de la Pietà, ainsi que le Palazzo Ragazzoni, qui abrite un cycle de fresques du XVIe siècle d’une qualité remarquable. De 1943 à 1950, il vécut entre Casarsa et Versuta, enseignant à Valvasone et participant activement à la vie politique.

Des traces précieuses de la formation artistique et de l’engagement civil du jeune Pasolini sont conservées à San Vito al Tagliamento. Entouré de nombreux amis, dont le peintre Federico De Rocco qui l’initie à l’art figuratif, Pasolini imprime à San Vito les quatre premiers numéros de la revue Stroligut et la plaquette en vers italiens Diarii. En janvier 1948, la ville est également le théâtre de la révolte des paysans et des ouvriers agricoles contre la non-application du Lodo De Gasperi, qui prévoyait l’indemnisation des propriétaires par les paysans pour les dommages causés par la guerre: la commission d’arbitrage du tribunal d’Udine, en l’absence des représentants des métayers, rend une sentence le 7 janvier 1948 qui n’accorde aux paysans frioulans qu’un tiers de ce qui est prévu par le Lodo au niveau national. C’est ainsi que commença un fort soulèvement populaire qui se traduisit par des événements dramatiques et que Pasolini, déjà militant communiste et proche de la cause des rebelles, relata dans une partie de son roman Il sogno di una cosa (Le souvenir d’une chose).

C’est à Grado que Pasolini a tourné quelques scènes du film Médée. Introduit dans la lagune de Grado par son ami le peintre Giuseppe Zigaina, le réalisateur la fréquenta longtemps, choisissant comme buen retiro un casone sur la mota Safon, un îlot ainsi nommé en raison du siphon d’où s’écoule de l’eau douce potable, utilisée par les pêcheurs.

PromoTurismoFVG propose un itinéraire sur les traces de Pasolini, de la Casa Colussi, qui abrite aujourd’hui le Centre d’études Pier Paolo Pasolini, à l’Academiuta di Lenga furlana, à l’église Santa Croce, puis au village de Versuta, au hameau de San Giovanni di Casarsa et enfin à la tombe dans le cimetière de Casarsa. Une visite guidée au prix de 10 euros (gratuite avec la carte FVG) est prévue jusqu’au 28 août tous les dimanches à 10 heures, du 4 septembre au 30 octobre tous les dimanches à 15 heures et du 1er novembre au 18 décembre tous les dimanches à 10 heures. La réservation est obligatoire, et pour le transfert à Versutta, San Giovanni et au cimetière, il est nécessaire de se déplacer en voiture.

Pour plus d’informations, visitez le site turismofvg.it

Sur les traces de Pasolini dans le Frioul, de Casarsa della Delizia à Grado
Sur les traces de Pasolini dans le Frioul, de Casarsa della Delizia à Grado


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.