À Venise, une grande exposition sur Robert Indiana pendant la Biennale de Venise


L'un des grands noms du Pop Art, Robert Indiana, est le protagoniste d'une exposition qui se tiendra du 17 avril au 24 novembre à la Procuratie Vecchie de Venise, dans le cadre de la Biennale de Venise.

L’un des grands noms du Pop Art, Robert Indiana (Robert Clark ; New Castle, 1928 - Vinalhaven, 2018), est le protagoniste d’une exposition qui se tiendra du 17 avril au 24 novembre aux Procuratie Vecchie de Venise. L’exposition est présentée par le Yorkshire Sculpture Park et s’intitule Robert Indiana : The Sweet Mystery: il s’agit d’un événement collatéral officiel de la 60e Biennale de Venise. Cette exposition trouve sa place dans le complexe des Procuratie Vecchie, un lieu chargé d’histoire, récemment restauré par le célèbre architecte David Chipperfield, lauréat du prestigieux prix Pritzker. L’exposition est l’occasion de s’immerger dans l’univers artistique de Robert Indiana à travers une perspective qui met en lumière les thèmes essentiels de sa recherche, à savoir la spiritualité, l’identité et la condition humaine.

L’exposition, réalisée en collaboration avec The Robert Indiana Legacy Initiative, se propose d’offrir un regard approfondi sur l’œuvre de l’artiste américain, couvrant six décennies de créativité extraordinaire et présentant des œuvres significatives, dont beaucoup sont rarement exposées au public. Robert Indiana, figure majeure de l’art contemporain, est célèbre pour sa série emblématique LOVE et a laissé une empreinte indélébile sur la scène artistique internationale grâce à sa capacité à aborder des thèmes universels à travers un langage visuel unique et émouvant. Organisée par Matthew Lyons, l’exposition offre un aperçu de la production d’Indiana en présentant plus de quarante œuvres, dont des peintures et des sculptures, qui explorent les thèmes complexes et actuels de l’humanité et de la foi. Des œuvres emblématiques telles que The Sweet Mystery, EAT/DIE, Love is God et The Melville Triptych ne sont que quelques-unes des créations présentées dans cette exposition.

Les espaces d’exposition du deuxième étage des Procuratie Vecchie accueillent l’exposition, tandis que le troisième étage a été dédié par Generali, qui gère le complexe, à la “Maison du filet de sécurité humain” et à l’exposition interactive Un monde de potentiel, un point de rencontre pour la communauté internationale, où des questions cruciales liées à l’inclusion sociale, à l’innovation et à la durabilité seront débattues, offrant au public l’occasion d’approfondir sa compréhension des défis mondiaux de notre époque.

Robert Indiana : The Sweet Mystery est accompagné d’un catalogue richement illustré, qui se veut une ressource intéressante pour les amateurs d’art, car il est enrichi de nouvelles études sur l’œuvre de Robert Indiana, avec des contributions d’experts tels que Clare Lilley, Allan Schwartzman et Matthew Lyons lui-même.

L’histoire de Robert Indiana est tout aussi fascinante que son art. Après une enfance itinérante au cœur du Midwest américain et une formation artistique à Chicago et en Europe, Indiana s’installe à New York en 1954. C’est là, influencé par des rencontres avec des artistes comme Ellsworth Kelly, qu’il commence à façonner sa vision unique du monde, adoptant le nom d’Indiana, l’État qui l’a vu grandir. Vivant dans un loft à Coenties Slip, au cœur du Lower Manhattan, Indiana trouve son inspiration dans le melting-pot culturel vibrant qui l’entoure, travaillant aux côtés d’autres artistes d’avant-garde tels que Kelly, Agnes Martin, James Rosenquist, Cy Twombly et Jack Youngerman. Son œuvre audacieuse et profonde reflète les défis et les contradictions d’une époque marquée par un consumérisme effréné et des tensions sociales. Sa forme particulière de Pop art représente une extension du radicalisme américain, s’inspirant des racines des transcendantalistes du XIXe siècle et de l’expérimentation formelle des premiers modernistes.

Tout au long de son extraordinaire carrière, Robert Indiana a su transformer ses expériences personnelles en œuvres d’art universelles, explorant la complexité de la condition humaine et ouvrant de nouvelles perspectives sur la vie et la foi. Robert Indiana : The Sweet Mystery vise donc à présenter l’univers de cet artiste et à transmettre sa vision du monde au public.

Robert Indiana, vue des œuvres au Yorkshire Sculpture Park, 2022. De gauche à droite : Column Die 1963-64, Column Love 1963-64, Column Eat/Hug/Err 1964, Column Eat 1963-64, Column Eat/Hug/Die 1964, Column Hug 1964 ; My Mother 1964/98, My Father 1964/98, Call Me Ishmael 1964/98, Call Me Indiana 1964/98, Bob's Column 1964/98, Dillinger 1964/98 ; Love is God 1964 Photo : © Jonty Wilde, Courtesy of Yorkshire Sculpture Park. Œuvre d'art : © 2024 Morgan Art Foundation Ltd. / Artists Rights Society (ARS), avec l'autorisation de The Robert Indiana Legacy Initiative.
Robert Indiana, vue des œuvres au Yorkshire Sculpture Park, 2022. De gauche à droite : Column Die (1963-64), Column Love (1963-64), Column Eat/Hug/Err (1964), Column Eat (1963-64), Column Eat/Hug/Die (1964), Column Hug (1964) ; My Mother (1964/98), My Father (1964/98), Call Me Ishmael (1964/98), Call Me Indiana (1964/98), Bob’s Column (1964/98), Dillinger (1964/98), Love is God (1964). Photos : © Jonty Wilde, avec l’autorisation du Yorkshire Sculpture Park. Œuvre d’art : © 2024 Morgan Art Foundation Ltd. / Artists Rights Society (ARS), avec l’autorisation de The Robert Indiana Legacy Initiative
.
Robert Indiana, The Sweet Mystery (1960-62 ; huile sur toile, 182,9 x 152,4 cm) Photo : avec l'autorisation de Tom Powel Imaging, New York ; œuvre d'art : © 2024 Morgan Art Foundation Ltd./ Artists Rights Society (ARS), avec l'autorisation de The Robert Indiana Legacy Initiative.
Robert Indiana, The Sweet Mystery (1960-62 ; huile sur toile, 182,9 x 152,4 cm) Photo : avec l’aimable autorisation de Tom Powel Imaging, New York ; Œuvre d’art : © 2024 Morgan Art Foundation Ltd./ Artists Rights Society (ARS), avec l’aimable autorisation de The Robert Indiana Legacy Initiative
.
Robert Indiana, Eat/Die (1962 ; huile sur toile, 182,9 × 152,4 cm). Photo : Tom Powel Imaging ; Œuvre d'art : © 2024 Morgan Art Foundation Ltd. / Artists Rights Society (ARS), avec l'aimable autorisation de la Robert Indiana Legacy Initiative.
Robert Indiana, Eat/Die (1962 ; huile sur toile, 182,9 × 152,4 cm). Photo : Tom Powel Imaging ; œuvre d’art : © 2024 Morgan Art Foundation Ltd. / Artists Rights Society (ARS), avec l’autorisation de la Robert Indiana Legacy Initiative
.
Robert Indiana, The Melville Triptych (1962 ; huile sur toile, 152,4 × 365,8 cm). Photo : Todd White Art Photography © 2024 Morgan Art Foundation Ltd. / Artists Rights Society (ARS), avec l'autorisation de la Robert Indiana Legacy Initiative.
Robert Indiana, The Melville Triptych (1962 ; huile sur toile, 152,4 × 365,8 cm). Photo : Todd White Art Photography © 2024 Morgan Art Foundation Ltd. / Artists Rights Society (ARS), avec l’aimable autorisation de la Robert Indiana Legacy Initiative
.
Robert Indiana, Love Is God (1964 ; huile sur toile, 172,7 × 172,7 cm) © 2024 Morgan Art Foundation Ltd./ Artists Rights Society (ARS), Courtesy of The Robert Indiana Legacy Initiative
Robert Indiana, Love Is God (1964 ; huile sur toile, 172,7 × 172,7 cm) © 2024 Morgan Art Foundation Ltd./ Artists Rights Society (ARS), Courtesy of The Robert Indiana Legacy Initiative
Robert Indiana : Exploding Numbers (1964-66 ; huile sur toile, quatre panneaux, respectivement 30,5 x 30,5, 61 x 61, 91,4 x 91,4, 121,9 x 121,9 cm). Photo avec l'aimable autorisation de Tom Powel Imaging, New York ; Artwork© 2024 Morgan Art Foundation Ltd./ Artists Rights Society (ARS), avec l'aimable autorisation de The Robert Indiana Legacy Initiative.
Robert Indiana, Exploding Numbers (1964-66 ; huile sur toile, quatre panneaux, 30,5 x 30,5, 61 x 61, 91,4 x 91,4, 121,9 x 121,9 cm respectivement). Photo avec l’aimable autorisation de Tom Powel Imaging, New York ; Artwork© 2024 Morgan Art Foundation Ltd./ Artists Rights Society (ARS), avec l’aimable autorisation de The Robert Indiana Legacy Initiative
.

Déclarations

“Au fil des années”, déclare Simon Salama-Caro, fondateur et directeur de The Robert Indiana Legacy Initiative, “il est devenu de plus en plus évident que Bob Indiana était l’un des plus grands artistes de notre époque. Il avait l’extraordinaire capacité de s’immerger profondément dans l’esprit de son époque, créant des œuvres complexes, innovantes, stratifiées et d’une grande intensité émotionnelle. Il est merveilleux de constater que l’héritage artistique de Bob est aujourd’hui reconnu à la Biennale de Venise, où ses œuvres peuvent être appréciées dans une nouvelle perspective académique”.

“La réaction du public à l’œuvre de Robert Indiana”, déclare Clare Lilley, directrice du Yorkshire Sculpture Park et commissaire de l’exposition Robert Indiana : Sculpture 1958-2018 (YSP 2022-23) , “témoigne de la pertinence continue de cet artiste extraordinaire pour de nouvelles générations de personnes diverses. Indiana a répondu au monde matériel en réinventant et en assemblant des objets et des images dans un nouveau langage qui amplifie les préoccupations politiques et sociales et promeut l’unité, l’acceptation et l’amour. Le génie d’Indiana réside dans sa capacité à modeler une poésie raffinée et décisive dans des formes matérielles méticuleusement élaborées. Il est passionnant de voir comment son travail interagira avec l’architecture des Procuratie Vecchie et avec un nouveau public”.

"Cette exposition, explique le commissaire Matthew Lyons, explore méticuleusement l’utilisation par Indiana de l’autoréférence pour explorer des questions métaphysiques profondes sur la nature de la vie. En intégrant des détails biographiques complexes dans ses œuvres, Indiana crée non seulement un récit personnel, mais souligne également les liens durables avec les anciens mouvements artistiques radicaux en Amérique. Grâce à une sélection thématique d’œuvres, l’exposition sert de portail pour présenter à une nouvelle génération de spectateurs la perspective Pop distinctive et transcendantale d’Indiana, alors qu’ils sont confrontés aux dilemmes existentiels pressants de ce siècle".

À Venise, une grande exposition sur Robert Indiana pendant la Biennale de Venise
À Venise, une grande exposition sur Robert Indiana pendant la Biennale de Venise


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.