Arrêt du centre commercial devant le château de Catajo : dit le Conseil d'Etat


L'affaire du centre commercial qu'une société voulait construire près du splendide château de Catajo, dans les collines euganéennes, est enfin terminée. Le Conseil d'État a jugé que l'hypermarché n'était pas compatible avec les contraintes de protection.

Après vingt ans, l’histoire du projet de centre commercial devant le merveilleux Castello del Catajo, somptueuse demeure située à Battaglia Terme, au cœur des collines euganéennes, non loin de Padoue, touche enfin à sa fin. L’idée remonte à longtemps mais avait commencé à faire son chemin en 2017, lorsque la société propriétaire d’une zone située à proximité du château, mais dans une autre commune (Due Carrare), avait entamé le processus de construction d’un hypermarché de 32 000 mètres carrés (comme cinq terrains de football réglementaires) à peu de distance du monument (environ un kilomètre, pour être exact), près de la sortie autoroutière Terme Euganee sur l’autoroute A13 Padoue-Bologne. Il s’en est suivi une campagne sociale pour empêcher la construction de la structure, puis une bataille juridique qui s’est finalement soldée par la victoire du château.

Le château, comme l’a rappelé le Conseil d’État, est une propriété monumentale protégée par une contrainte de protection directe, fixée par des décrets distincts du 19 avril 1925, du 15 janvier 1930 et du 13 avril 1964, ce dernier englobant non seulement le bâtiment mais aussi les parcs attenants et les adjacences. En 2017, peu après la reprise du projet de construction du centre commercial, la Surintendance de Padoue a entamé la procédure d’apposition d’une contrainte de protection indirecte, ultérieurement adoptée par la mesure du 18 avril 2018 de la Commission régionale pour le patrimoine culturel de la Vénétie (“Corepacu”). La contrainte apposée a une extension d’environ 3 kilomètres carrés, et implique donc également l’inconstructibilité de la zone où la société prévoyait de construire la structure commerciale. En 2018, l’entreprise avait contesté la mesure en faisant appel au tribunal administratif régional de Vénétie (TAR) et en invoquant des irrégularités dans la procédure qui avait conduit à l’imposition de la contrainte sur la zone. Le TAR avait toutefois rejeté le recours, et l’entreprise avait fait appel. Nous sommes en 2019 et, à la suite de l’appel, MiBACT a décidé d’intenter un procès, accompagné d’un ensemble de sujets différents (le Comité populaire Lasciateci Respirare, Confesercenti del Veneto Centrale et Confcommercio Imprese per l’Italia, ASCOM Padova, Confagricoltura Padova, CIA Agricoltori Italiani, Padova, les associations Legambiente Onlus et Italia Nostra, ainsi qu’Eurimmobiliare s.r.l.) qui avaient l’intention de s’opposer à l’appel.

L’affaire a été entendue en audience publique le 8 juin, mais le Conseil d’État a également donné tort à la société requérante. La jurisprudence, lit-on dans l’arrêt, a “précisé que la contrainte indirecte peut être apposée pour permettre de comprendre l’importance des lieux dans lesquels s’insère le bien protégé par la contrainte directe grâce à sa conservation quasi intégrale”. En outre, “l’appréciation de l’administration dans le domaine en question est pour l’essentiel incontestable, sauf du point de vue de la congruence et de la logique du raisonnement et notamment pour défaut ou illogisme manifeste du raisonnement ou erreur de fait”. Et encore, l’arrêt précise que “la justification de la contrainte indirecte, son extension et son impact (la contrainte a été imposée sur une extension d’environ 3 km et entraîne l’inconstructibilité absolue des zones) apparaissent cohérents avec la nature, les caractéristiques et les raisons de la protection du bien monumental auquel elle est fonctionnelle”. Plus précisément, il convient de souligner qu’une partie de la valeur artistique et architecturale du bien monumental ainsi que sa signification historique étaient, bien avant l’application de la restriction indirecte contestée, également liées à la relation active que le château exprime avec le territoire environnant, ce qui justifie le caractère particulièrement invasif de la mesure de protection indirecte imposée“. La mesure de protection indirecte, explique le Conseil d’État, ”vise à préserver les caractéristiques particulières du cadre environnemental dans lequel se trouve le bien culturel, dont il existe une description précise dans l’acte attaqué, afin de sauvegarder non seulement les lignes de perspective, qui permettent d’apprécier l’insertion spatiale, mais aussi les multiples cônes visuels qui peuvent être appréciés depuis les points de vue privilégiés de l’ensemble architectural, afin de préserver les conditions de la perspective et du décorum historique".

La société, parmi les diverses raisons pour lesquelles elle avait fait appel, avait souligné comment un instrument de protection historico-artistique avait été utilisé pour protéger le paysage: Palazzo Spada, cependant, a souligné que “l’extension de la contrainte n’est pas justifiée par la nécessité de préserver les valeurs du contexte territorial en soi (bien que précieux en soi), mais plutôt les valeurs qu’il exprime par rapport au patrimoine culturel du château de Catajo et de ses dépendances, auquel il est inextricablement lié, comme cela est clairement mis en évidence par les passages des rapports techniques susmentionnés”. En définitive, le Conseil d’État conclut que “le contenu de la restriction contestée est en harmonie avec les caractéristiques du bien monumental auquel elle est fonctionnelle. En d’autres termes, le pouvoir concrètement exercé par l’administration, qui, comme indiqué ci-dessus, est l’expression d’un pouvoir d’appréciation technique, n’apparaît ni déraisonnable ni illogique, trouvant au contraire sa justification dans la nécessité de conservation déterminée par la contrainte directe, compte tenu des particularités du bien spécifique considéré”. L’entreprise s’est également plainte de la violation du principe de proportionnalité et du sacrifice injuste imposé à la propriété privée : un point sur lequel la Cour constitutionnelle s’était déjà prononcée en 2020 : “les attentes des particuliers en matière de construction ne peuvent [...] être considérées comme un élément susceptible d’empêcher la pleine mise en œuvre de la protection d’un bien reconnu comme ayant une valeur environnementale”.

Une grande satisfaction émane du château de Catajo : “La sentence qui met une pierre tombale au méchant projet de construction d’un centre commercial devant le château de Catajo vient d’arriver”, écrivent-ils sur leur page Facebook. “Aujourd’hui est le plus beau jour de notre histoire ! Nous sommes soulagés et heureux car la valeur de la préservation d’un bien historique aussi précieux et de son merveilleux paysage a été affirmée. Sergio Cervee et toute l’équipe du château souhaitent remercier toutes les personnes qui se sont battues pour la protection de la zone au fil des ans, la Surintendance, le ministère de la Culture, toutes les associations professionnelles et environnementales, ainsi que le comité La Nostra Terra et tous les citoyens qui nous ont soutenus. Merci !”

Arrêt du centre commercial devant le château de Catajo : dit le Conseil d'Etat
Arrêt du centre commercial devant le château de Catajo : dit le Conseil d'Etat


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.