Condenser l'infini" : l'exposition de Michele Ciacciofera à l'espace Building de Milan


L'espace d'exposition Building Terzo Piano à Milan accueille du 16 janvier au 17 février l'exposition "Condensare l'infinito" (Condenser l'infini), un solo show de Michele Ciacciofera, réalisé en collaboration avec le musée MA*GA.

Sur Milan, l’espace d’exposition Building Terzo Piano accueille l’exposition Condensare l’infinito, un solo show de Michele Ciacciofera (Nuoro, 1969), curaté par Angelo Crespi, et réalisé en collaboration avec le Musée MA*GA, à voir jusqu’au samedi 17 février 2024.

L’exposition présente une série d’œuvres réalisées dans différents matériaux: des sculptures en verre soufflé polychrome de Murano, dont certaines ont déjà été exposées au Petit Palais à Paris, ainsi que le tableau The Translucent Skin of the Present (La peau translucide du présent). Ces œuvres peuvent également être considérées comme un manifeste visuel de la poétique de Ciacciofera. Réalisées dans le four Seguso Vetri d’Arte à Murano et appartenant à la série Tales of the Floating World, les sculptures sont conçues comme des fragments d’un autre monde. Dans la lignée des recherches de l’artiste, les œuvres explorent l’ambiguïté formelle entre les domaines du vivant, réfléchissant aux hypothèses actuelles d’“infra-vies” et d’effondrement global. La réflexion sur la question temporelle émerge en relation avec les hypothèses sur la fin de la civilisation.

L’exposition choix d’œuvres a été conçue comme un prolongement plastique de l’exposition ouverte au Musée MA*GA. Divisée en trois salles, l’exposition analyse la relation entre différents matériaux tels que la céramique en relation avec la mousse, les matériaux recyclés ou des groupes d’œuvres verticales qui évoquent des formes mégalithiques ou monolithiques, comme le Menhir dans un rapport entre la verticalité du ciel et l’horizontalité de la terre. Entre le monde physique et le monde spirituel.

L’exposition est également accompagnée d’une monographie réalisée par Johan&Levi editore qui contient une documentation photographique des différentes phases du parcours créatif de Michele Ciacciofera, ainsi qu’une étude approfondie des recherches de l’artiste. Le livre prend une forme non conventionnelle semblable à celle d’un atlas géographique, entremêlant la partie théorique et la partie visuelle. Cette structure représente un voyage conceptuel entre la mémoire géologique et humaine, entre l’ancien et le moderne, offrant une perspective unique, sans aucun doute différente de celle d’un catalogue traditionnel.

Notes sur l’artiste

Michele Ciacciofera est né à Nuoro en 1969 et vit et travaille actuellement à Paris. Son travail se caractérise par l’utilisation de différents médias : peinture, dessin, son, sculpture, ainsi que l’utilisation de matériaux tels que la céramique, le verre, le bronze, la pierre et les assemblages de matériaux.

Grâce à son intérêt pour l’archéologie et à sa formation en sciences politiques, l’artiste explore le sens de l’anthropologie, les mythes revisités et la mémoire collective à travers différents thèmes liés aux îles dont il est originaire, la Sardaigne et la Sicile, dans un rapport étroit avec la matière, un élément doté d’une forte capacité de communication. Outre de nombreuses institutions muséales internationales, ses œuvres ont été exposées à la 57e Biennale internationale d’art de Venise, à la Documenta 14 de Kassel et d’Athènes, au MAN Museum de Nuoro, au CAFA Museum de Pékin, au Musée d’art contemporain de Rochechouart (France), au Musée de Rennes, à Summerhall Edinburgh et au Musée IMMA de Dublin.

En 2015-2016, il a également reçu la Civitella Ranieri Foundation NYC Visual Arts Fellowship, un programme de résidence d’artiste. Actuellement, Ciacciofera prépare deux expositions personnelles en France et une en Écosse, ainsi que deux œuvres publiques en France et en Italie. Il participera également à la 6e Biennale d’art contemporain de Mardin, en Turquie, avec une œuvre dédiée.

Photo : montage de l’exposition. Photo : Ilaria Maiorino

Condenser l'infini
Condenser l'infini" : l'exposition de Michele Ciacciofera à l'espace Building de Milan


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.