La crise de l'énergie éteint les lumières des villes. Les monuments dans l'obscurité


Hier soir, dans de nombreuses villes italiennes, les principaux monuments ont été laissés dans l'obscurité : une forme de protestation des municipalités italiennes pour attirer l'attention sur la crise énergétique qui touche notre pays.

La grave crise énergétique dans laquelle l’Italie est entrée et qui menace de réduire à néant les bénéfices du PNRR a éteint les lumières de nos villes. C’est la forme de protestation que l’Associazione Nazionale Comuni Italiani (ANCI)(Association Nationale des Communes Ital iennes) a décidé de mettre en place pour attirer l’attention sur un problème qui pourrait être encore plus grave que la crise sanitaire que nous sommes en train de laisser derrière nous.

Ainsi, hier soir, à partir de 20 heures, trois mille communes de toute l’Italie, de Rome à Turin, de Bari à Florence, de Bologne à Gênes, de Naples à Venise, dans toutes les régions, ont occulté les lieux symboliques, pour envoyer un signal clair au gouvernement : avec les hausses des prix de l’énergie, les communes ne tiendraient pas le coup, et sans les communes, c’est toute l’Italie qui serait dans l’obscurité. L’initiative lancée par Anci a recueilli des milliers d’adhésions, des petites et moyennes municipalités aux grandes villes métropolitaines. Le moment de l’extinction a été immortalisé et rassemblé dans un reportage vidéo couvrant les villes du nord au sud, publié sur le site web d’Anci. L’extinction des monuments a duré trente minutes.

“Les réponses du gouvernement à nos demandes ne sont pas suffisantes”, a déclaré Antonio Decaro, maire de Bari et président de l’Anci. “Manifestement, le risque que cette crise ait des répercussions négatives sur les budgets des autorités locales et, par conséquent, sur la possibilité de continuer à fournir des services publics aux citoyens n’est pas perçu. C’est pourquoi ce soir, à 20 heures, de nombreuses municipalités à travers le pays éteindront symboliquement l’éclairage d’un bâtiment représentatif ou d’un lieu significatif pour la communauté. Nous espérons que cela permettra aux citoyens de comprendre les risques qu’ils courent s’ils n’interviennent pas rapidement avec un soutien adéquat pour au moins couvrir toutes les augmentations prévues ces derniers mois. L’Anci estime une augmentation d’au moins 550 millions d’euros pour les municipalités, sur une dépense annuelle totale d’électricité comprise entre 1,6 et 1,8 milliard d’euros. Nous ne voudrions pas nous retrouver une fois de plus à devoir choisir entre la sauvegarde des équilibres budgétaires et la fourniture de services aux citoyens”.

La crise énergétique est due à plusieurs causes : la croissance de la demande de gaz des pays asiatiques qui adoptent des politiques de remplacement des centrales à charbon (et donc la disponibilité réduite des pays européens), les tensions géopolitiques entre l’Ukraine et la Russie, et l’augmentation du coût des émissions. Les résultats sont des augmentations à trois chiffres : si en janvier 2021, selon le rapport de l’Autorité de régulation des réseaux énergétiques et de l’environnement (ARERA), l’électricité coûtait 0,083 euro par kWh par jour et 0,068 le soir, un an plus tard, les coûts ont atteint 0,383 et 0,340. Il s’agit, a expliqué l’ancien président de la Confindustria Vincenzo Boccia dans une interview, d’un problème qui concerne surtout l’Italie, car notre pays, contrairement à d’autres comme la France et l’Allemagne, est très dépendant des importations. “Les entrepreneurs s’inquiètent de devoir tôt ou tard expliquer à leurs institutions financières comment ils réagiront à ces augmentations d’énergie”, a déclaré M. Boccia. Comme il y a eu une croissance des exportations en 2021 de toute façon, ils ont tendance à attendre avec optimisme, en espérant que tout se calmera. Mais la question financière est structurelle et non conjoncturelle. Ajoutez à cela le fait que jusqu’à présent, nous avons été “distraits” par les événements du Quirinal et de la variante Omicron, et c’est la raison pour laquelle nous n’en parlons pas. Je me demande s’il y a quelque chose de pire que le coût élevé de l’énergie. Je crois qu’avec une facture de 36 milliards d’euros contre 8,8 habituellement, toutes les familles l’ont remarqué. L’Italie est un pays merveilleux : nous faisons la grève pour le coin fiscal et non pour les familles qui vont bientôt mourir de faim. Il y a une torpeur économique très dangereuse parce que nous pourrions bientôt en payer les conséquences".

Les mesures mises en œuvre par le gouvernement ont permis d’atténuer les effets de la crise avec un paquet de près de 4 milliards d’euros, mais elles semblent insuffisantes. Pour M. Boccia, la solution à mettre en place immédiatement est une “task force sur la question énergétique, qui doit prendre en compte trois éléments : économique, social et environnemental”. Le maire de Florence, Dario Nardella, s’est également exprimé sur La7 au sujet des solutions possibles, affirmant qu’il est nécessaire “d’investir dans les infrastructures pour développer des sources d’énergie alternatives”. Le Pnrr s’est concentré sur l’hydrogène et, en Toscane, nous présentons également des projets visant à l’utiliser comme source propre. L’hydrogène vert pour alimenter les bus et les trains, mais nous sommes encore loin du compte. C’est pourquoi le Pnrr est également décisif pour combler cette lacune italienne dans le secteur de l’énergie".

Sur la photo, le Campidoglio à Rome s’est assombri lors de la manifestation d’hier soir.

La crise de l'énergie éteint les lumières des villes. Les monuments dans l'obscurité
La crise de l'énergie éteint les lumières des villes. Les monuments dans l'obscurité


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.