Le chaos du Super Green Pass, le MiC clarifie : pas besoin de musées et de bibliothèques. Ce que dit le DL


La mesure gouvernementale relative au Super Green Pass a suscité une grande confusion dans le monde de la culture, puisqu'il ressort du décret-loi que les nouvelles dispositions s'appliquent à tous les lieux. Or, le MiC a exclu les musées et les bibliothèques. Voici pourquoi.

Dans le domaine de la culture, l’introduction du Super Passeport Vert est un véritable chaos: le certificat vert renforcé stipule que pour certains types d’activités, il est uniquement nécessaire de présenter un passeport certifiant que l’on a guéri du Covid-19 ou que l’on a été vacciné, ce qui exclut donc ceux qui n’ont que le prélèvement. Initialement, il semblait que le Super Green Pass s’appliquerait à toute la culture. En effet, voyons ce que dit le décret-loi n° 172 du 26 novembre 2021, publié au Journal officiel.

L’article 5, “ Utilisation des certifications vertes de vaccination ou de récupération COVID-19 ” introduit le Super Pass Vert en établissant que “ dans les zones jaune et orange, l’utilisation de services, l’exercice d’activités et les déplacements, limités ou suspendus conformément à la réglementation en vigueur, sont permis exclusivement aux personnes en possession d’une des certifications vertes COVID-19 visées à l’article 9, paragraphe 2, lettres a)... ”. (a), b) et c-bis), ainsi qu’aux personnes visées au paragraphe 3, première phrase, dans le respect de la réglementation sur les zones blanches“. Les lettres a), b) et c-bis) (du décret-loi n° 52 du 22 avril 2021, converti avec des modifications par la loi n°. 87) sont celles qui indiquent que le laissez-passer vert peut être obtenu soit avec une vaccination anti-SARS-CoV-2 réussie (a), soit avec une guérison réussie du COVID-19 (b), soit avec une guérison réussie du COVID-19 après l’administration de la première dose de vaccin ou à la fin du cycle de primo-vaccination ou de l’administration de la dose de rappel correspondante (c-bis). Parmi les ”services“ et ”activités“ qui sont ”limités ou suspendus conformément à la réglementation en vigueur“, donc ceux pour lesquels l’utilisation de certifications vertes est requise, sont également inclus (art. 9 bis du DL du 22 avril 2021 converti en loi) comprennent également ”les spectacles ouverts au public, les manifestations et compétitions sportives, ainsi que les activités se déroulant dans les dancings, discothèques et autres lieux similaires“ (c’est-à-dire que par ”spectacles ouverts au public“, on entend les théâtres, cinémas, concerts, etc. vioa), ”musées, autres instituts et lieux de culture et d’exposition“ (donc aussi les bibliothèques, les archives et les sites archéologiques, qui, selon le code du patrimoine culturel, relèvent des ”autres instituts et lieux de culture“), ”centres culturels, centres sociaux et récréatifs".

Poursuivant la lecture du DL du 26 novembre, l’article 6 (“Dispositions transitoires”), dans son premier paragraphe, stipule que du 6 décembre 2021 au 15 janvier 2022, le Super Pass Vert, que l’article 5 limite à partir de la zone jaune, sera également étendu à la zone blanche. En effet, il est dit : “Du 6 décembre 2021 au 15 janvier 2022, dans les régions et les provinces autonomes de Trente et de Bolzano, dont les territoires sont situés en zone blanche, l’exercice des activités et l’utilisation des services pour lesquels il existe des limitations en zone jaune sont autorisés exclusivement aux personnes en possession des certifications vertes COVID-19 visées à l’article 9, paragraphe 2, lettres a), b) et c) -bis). b) et c -bis ), du décret-loi n° 52 de 2021, ainsi qu’aux personnes visées à l’article 9-bis, alinéa 3, première phrase, du décret-loi n° 52 de 2021 précité, dans le respect du règlement de la zone blanche. Les services visés à la première phrase comprennent les services de restauration, à l’exception de ceux fournis au sein des hôtels et autres structures d’hébergement réservés exclusivement aux clients qui y sont hébergés et des cantines et de la restauration continue sur une base contractuelle, auxquels s’appliquent les dispositions de l’article 9-bis, alinéa 1, du décret-loi n° 52 de 2021 précité. ”

Il semblait donc, d’après le décret-loi du 26 novembre, que le Super Green Pass était nécessaire pour toute la culture en zone blanche, à tel point que de nombreux musées et bibliothèques, sur leurs sites (par exemple, les Musei Civici à Florence), ainsi que des associations professionnelles, ont publié des avis informant le public qu’à partir du 6 décembre, le Green Pass renforcé serait nécessaire. Certains musées (comme le musée égyptien de Turin) ont même remboursé les réservations des utilisateurs qui auraient visité le musée en utilisant uniquement le tampon négatif.

La confusion est apparue hier après qu’une circulaire signée par le chef de cabinet du ministère de l’Intérieur, Bruno Frattasi, a été envoyée à tous les préfets d’Italie le 2 décembre. Le document indique que, conformément aux dispositions du DL du 26 novembre, “les personnes titulaires de la certification verte ”renforcée“ susmentionnée pourront accéder : aux spectacles, aux manifestations sportives en tant que spectateurs, aux restaurants couverts, aux fêtes (à l’exception de celles qui suivent les cérémonies civiles et religieuses), aux cérémonies publiques, aux salles de danse, aux discothèques et aux locaux assimilés”. La circulaire ne mentionne donc pas les musées et les lieux de culture, bien qu’ils fassent partie (ainsi que les fêtes faisant suite à des cérémonies civiles et religieuses) des activités restreintes ou suspendues en vertu de la réglementation en vigueur (en outre, même dans la zone blanche, il existe une restriction importante pour les musées et les bibliothèques : on ne peut y accéder qu’avec un laissez-passer vert).

Le MiC est toutefois d’accord avec le chef de cabinet de l’Intérieur et a publié hier une note précisant que “les nouvelles règles sur l’endiguement de la contagion pandémique, en vigueur à partir du lundi 6 décembre, sont très claires pour les lieux de culture et prévoient que dans les musées, les archives et les bibliothèques, dans la zone blanche et dans la zone jaune, le super laissez-passer vert n’est pas nécessaire. Vous continuerez donc à entrer avec un laissez-passer vert, dans le respect de la réglementation et de l’obligation de porter un masque”. La communication précise qu’il en va “différemment pour les cinémas, les théâtres et les salles de concert, qui resteront ouverts à 100 %, où l’entrée ne sera possible qu’avec le super laissez-passer vert. Les enfants de moins de 12 ans continueront à avoir accès gratuitement aux musées, cinémas, théâtres, salles de concert et lieux de divertissement”. En bref : selon le MiC, tout est clair et, à partir de lundi, il ne sera plus nécessaire de présenter le Super Green Pass dans les musées et les bibliothèques. Toutefois, ce n’est pas la première fois dans cette situation d’urgence que des circulaires, des communiqués et des FAQ précisent ce qui est écrit dans les arrêtés.

Le chaos du Super Green Pass, le MiC clarifie : pas besoin de musées et de bibliothèques. Ce que dit le DL
Le chaos du Super Green Pass, le MiC clarifie : pas besoin de musées et de bibliothèques. Ce que dit le DL


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.