Les ventes s'effondrent et la situation des éditeurs est dramatique.


Il n'est pas nécessaire de faire appel à la lecture de livres pour comprendre la situation critique de l'édition : l'effondrement des ventes de livres est dramatique.

Les appels à lire un livre pendant les mesures de confinement de l’urgence pandémique ne servent à rien. Le secteur de l’édition a plongé dans une grave crise: c’est ce que dénonce l’Observatoire de l’Association italienne des éditeurs (AIE), qui a mené une enquête auprès des éditeurs. Selon l’AIE, 98 % des éditeurs estiment que les dommages causés par la situation d’urgence sont “importants ou dramatiques pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement”, un chiffre en hausse par rapport à l’enquête de la semaine dernière (91 % des éditeurs étaient de cet avis). Cette année, 23 200 titres seront publiés en moins, ce qui représente 30 % de l’ensemble de la production éditoriale italienne. Cela se traduira par une diminution du nombre d’exemplaires imprimés (49 millions de moins en 2020). L’utilisation d’amortisseurs sociaux par les éditeurs est également en hausse : le 30 mars, 64% des maisons déclaraient avoir déjà entamé des procédures de licenciement ou être en train de les planifier.

“Ces chiffres parlent d’eux-mêmes”, déclare Ricardo Franco Levi, président de l’AIE. “Les appels à soutenir la culture fusent de toutes parts. Ce n’est pas une coïncidence, l’alarme est claire. C’est pourquoi nous demandons instamment au gouvernement et au parlement d’intervenir : braquez les projecteurs sur le monde du livre. Vous êtes en train de le perdre”.

L’ADEI, l’Association des éditeurs indépendants, dénonce également l’effondrement des ventes en constatant que le mois de mars s’est soldé, pour les éditeurs indépendants (qui représentent 46,5 % du marché), par une baisse de 68 % du chiffre d’affaires: traduit, cela signifie que 60 millions d’euros sont partis en fumée. Les résultats sont issus d’une enquête que l’ADEI a proposée à 160 éditeurs. En ce qui concerne les titres, pour les seuls éditeurs indépendants, il y aura 10 000 nouveautés en moins d’ici 2020, avec des tirages en baisse de 20 % (16 millions d’exemplaires en moins). Et là encore, pour 75 % des éditeurs indépendants, un retour complet à la normale ne sera possible qu’après septembre. Les mois à venir s’annoncent encore difficiles : pour avril, les estimations sont de 10 % du potentiel, pour mai de 15 % et pour juillet de 65 % du potentiel.

“Nous devons comprendre les dommages réels afin d’élaborer un plan stratégique et d’exiger un engagement direct du gouvernement pour ce secteur fondamental de la culture”, déclare Marco Zapparoli, président de l’ADEI. Les chiffres, affirme-t-il, “sont ruineux. Nous avons besoin d’une intervention immédiate de l’État et des régions pour pallier le manque de liquidités à court terme. Le prochain décret de Cura Italia doit également prévoir des fonds pour l’édition de livres. Le cinéma et le divertissement ont un impact économique moindre que le nôtre, mais ils ont été dotés de 130 millions. Le monde du livre manque d’au moins 100 millions de liquidités à court terme, il est essentiel qu’ils soient alloués d’ici avril : nous demanderons aux ministères de la culture, de l’économie et du développement trois types de mesures : à court, moyen et long terme”.

Les ventes s'effondrent et la situation des éditeurs est dramatique.
Les ventes s'effondrent et la situation des éditeurs est dramatique.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.