Mattarella lance les travaux de la bibliothèque d'histoire de l'art au Quirinale : "La culture est notre âme".


Une cérémonie a eu lieu ce matin pour lancer les travaux qui conduiront la Bibliothèque d'archéologie et d'histoire de l'art dans ses nouveaux locaux au sein du complexe du Quirinal. "La culture est l'âme de notre pays", a rappelé le président Sergio Mattarella.

Une cérémonie a eu lieu ce matin au Palais du Qu irinal pour marquer le début des travaux de la nouvelle Bibliothèque d’archéologie et d’histoire de l’art de Rome, qui sera installée dans le Palais San Felice, à l’intérieur du complexe du Quirinal. L’édifice, qui abritait les locaux de service du Quirinal, sera restauré grâce au projet de Mario Botta, qui a présenté sa proposition à titre gracieux. La cérémonie de ce matin s’est déroulée en présence du ministre de la Culture, Dario Franceschini (présent par liaison vidéo), de l’architecte Mario Botta, de la secrétaire générale de la Fondation Giorgio Cini, Renata Codello, et de la directrice de l’Agenzia del Demanio, Alessandra Dal Verme.

Actuellement, la bibliothèque, la plus importante d’Italie pour le secteur avec un patrimoine de plus de 400 000 volumes, fondée en 1875 et point de référence international, se trouve au Palazzo Venezia: cependant, les espaces de l’édifice historique de la Renaissance qui fut le siège des ambassadeurs vénitiens à Rome entre le XVIe et le XVIIIe siècle ne sont plus adaptés pour abriter la grande bibliothèque. Les nouveaux locaux du Palazzo San Felice s’ouvriront autour de la grande cour avec le palmier au centre, donnant sur la Via della Dataria (qui deviendra une sorte de piazza avec une cafétéria), et comprendront des salles de conférence et multifonctionnelles au rez-de-chaussée, au premier étage les réserves, qui compteront pas moins de 15 000 mètres linéaires de rayonnages, au deuxième étage les salles de lecture et d’étude, et au troisième un espace d’exposition avec des terrasses. L’achèvement des travaux, financés à hauteur de plus de 10 millions d’euros, est prévu pour décembre 2024. Trois ans donc pour la nouvelle bibliothèque.

"Le ministère, a déclaré le ministre de la culture Dario Franceschini, s’est engagé à la fois à trouver les ressources et à soutenir le Quirinal dans cette opération qui donne un grand message au pays : le Palazzo San Felice sera un lieu merveilleux, ouvert sur la ville. Le projet de l’architecte Botta montre clairement qu’il ne s’agira pas seulement d’un lieu de conservation, mais d’un lieu de vie et d’activité. Nous apporterons du Palazzo Venezia la merveilleuse bibliothèque d’archéologie et d’histoire de l’art, l’une des institutions les plus importantes du pays, qui compte plus de 400.Nous apporterons du Palais de Venise la merveilleuse bibliothèque d’archéologie et d’histoire de l’art, l’une des institutions les plus importantes du pays, avec plus de 400 000 volumes, des incunables, du matériel photographique, des archives infinies qui se trouvent aujourd’hui dans un espace inadéquat au Palais de Venise, et puisque nous avons choisi de créer, parmi les nouveaux musées autonomes, le Palais de Venise et le Vittoriano (ce qui sera aussi un grand retour à l’Italie et à la ville de Rome), le choix de l’apporter au Palais San Felice lui donnera une nouvelle centralité. Une opération dont je suis très heureux qu’elle commence aujourd’hui".

“Donnons de la vie, de l’actualité à ce lieu d’histoire et de mémoire”, souligne Mario Botta. “Nous prenons un morceau de la Rome antique pour mettre Rome au goût du jour : c’est notre tâche, une tâche générationnelle qui veut que chaque génération interprète au mieux la contemporanéité et donc sa façon d’être homme sur terre aujourd’hui. Nous portons le poids d’une responsabilité qui va au-delà du peu que nous parvenons à faire, et qui nous pousse à interpréter le meilleur non pas tant pour nous-mêmes que pour les générations suivantes. Nous créons un avenir”.

“Je suis vraiment très heureux”, a déclaré le Président Sergio Mattarella, “qu’avant la fin de mon mandat de sept ans, les travaux commenceront à réaliser ce grand projet, un choix d’une grande importance. Je souligne qu’il s’agit d’une grande opération culturelle, qui donne à la ville de Rome, en son centre, un lieu d’étude dynamique, qui préserve un grand patrimoine de la culture de notre pays et qui regarde vers l’avenir, parce que c’est en recueillant et en mettant à la disposition des chercheurs, ceux d’aujourd’hui et ceux de demain, ce grand patrimoine que la bibliothèque contiendra, que nous projetterons dans l’avenir la culture que notre pays a accumulée au cours des siècles. La culture qui est l’âme de notre pays et qui rend ses perspectives d’avenir plus rassurantes, car sans cette dimension, toute autre activité, engagement ou aspect de la vie sociale perd de son sens et peine à trouver sa propre dimension et sa propre conscience. Je suis très reconnaissant de ce qui a été fait. Trois ans, c’est raisonnablement court pour un travail aussi exigeant, et c’est une grande réussite : le projet que l’architecte Botta nous a donné et qui, avec tant d’habileté et de sagesse dans l’image et la division, permet de faire vraiment de ce bâtiment et de ce complexe une réalité vivante dans le centre de la ville. Le Quirinal est ravi d’avoir mis à disposition ce bâtiment à cette fin, et ce que nous réalisons ensemble et commençons aujourd’hui est vraiment une grande contribution à l’avenir de notre pays”.

Mattarella lance les travaux de la bibliothèque d'histoire de l'art au Quirinale :
Mattarella lance les travaux de la bibliothèque d'histoire de l'art au Quirinale : "La culture est notre âme".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.