Musées fermés à cause du coronavirus, le risque est que non seulement le tourisme soit touché, mais aussi les travailleurs culturels.


Urgence coronavirus, travailleurs culturels à risque économique : les effets risquent d'affecter particulièrement les travailleurs précaires.

Il ne s’agit pas seulement des dommages causés au tourisme, comme beaucoup l’ont déjà signalé, en raison de l’urgence du coronavirus qui a entraîné une série de fermetures de musées et d’activités dans presque tout le nord de l’Italie. Les dommages pourraient affecter les travailleurs culturels eux-mêmes, en particulier les travailleurs temporaires, sur lesquels la charge des fermetures est susceptible de retomber. Environ 130 musées publics sont fermés, alors qu’ils sont normalement visités par environ 500 000 personnes entre les dernières semaines de février et de mars : le manque de visites signifie évidemment un manque à gagner pour l’État, pour les entreprises qui gèrent les musées et les services, et pour les musées gérés par le secteur privé.

Les travailleurs qui risquent de faire les frais de ces fermetures sont les guides touristiques, les opérateurs de musées, les gestionnaires de services éducatifs et bien d’autres encore. Beaucoup d’entre eux ont des contrats précaires, beaucoup d’autres n’ont pas de contrat du tout, la plupart d’entre eux gagnent peu (il a été calculé qu’en Italie, 8 travailleurs culturels sur 10 gagnent moins de 15 000 euros par an), avec des salaires très souvent inférieurs à 8 euros de l’heure. Beaucoup d’autres travaillent sur appel sur la base de la TVA ou de l’impôt à la source, et ce sont ces travailleurs qui subissent des pertes immédiates: il en va de même pour ceux qui sont payés à l’heure avec co.co.pros, une situation qui affecte de nombreux centres touristiques importants tels que Milan, Turin, Bologne, Ravenne, Trieste, Mantoue, Parme, Modène, Bergame, Padoue et Brescia. Il y a aussi les travailleurs externalisés, comme ceux des musées civiques de Venise.

Aucun des travailleurs de la culture ne nie évidemment l ’urgence et la nécessité des mesures prises, mais les institutions demandent que ceux qui diffusent la culture ne soient pas laissés pour compte. Nous savons que nous sommes nombreux à être dans la même situation, des bars au secteur hôtelier", explique Alice Battistella, activiste du mouvement Mi Riconosci ? Je suis une professionnelle du patrimoine culturel, qui vit de près la fermeture des musées civiques vénitiens. L’urgence, affirme Alice Battistella, risque de submerger tout le secteur du tourisme dans les semaines et les mois à venir. Nous sommes les plus faibles de la chaîne, des travailleurs indépendants contraints de travailler avec la TVA ou l’impôt à la source, ou avec des contrats plus que précaires. Pour nous, perdre 500, 1 000 euros signifie souvent ne plus avoir d’argent pour le loyer et les factures : une situation déjà grave mais potentiellement dramatique si l’urgence se prolonge. Nous avons été exclus pendant des décennies des filets de sécurité sociale les plus banals, et maintenant l’urgence de réformer notre situation se présente dans toute sa force. Nous demandons au gouvernement de tout mettre en œuvre pour nous aider. Le choix a été fait de bloquer notre secteur, nous nous sacrifions volontiers pour l’urgence, mais nous ne pouvons pas, pour nous sauver d’une urgence, en faire exploser une autre : celle du travail précaire dans le secteur du patrimoine culturel, celle des travailleurs pauvres qui s’appauvrissent encore plus du jour au lendemain.

Il y a aussi des pertes pour ceux qui travaillent dans la culture et le tourisme, comme l’explique Chiara Delmiglio, guide touristique à Milan, pour qui l’ordonnance de fermeture des musées régionaux et de suspension des voyages scolaires a été un coup dur, mais pire encore a été “la prise de conscience que quelque chose a changé pour nous en cette première moitié d’année”. En effet, Mme Delmiglio explique : "Comme beaucoup de mes collègues, je travaille à 70 % avec des écoles de tous niveaux : je travaille à la fois en tant que membre des équipes didactiques internes de certains musées et en tant qu’indépendante pour planifier des sorties scolaires avec des ateliers en classe. Pour vous donner une idée de la gravité de ma perte, rien que cette semaine (du 24 février au 1er mars), j’ai dû annuler : deux journées complètes (l’une avec une école et l’autre avec un groupe d’adultes), trois visites éducatives dans des musées de Milan, deux sentiers en plein air et une visite thématique pour les jeunes mamans à Monza. Je suis tout à fait disposée à suivre à la lettre tous les points de l’ordonnance, mais ce qui me préoccupe, c’est l’après... que va-t-il se passer ? Bien qu’il soit écrit noir sur blanc que les voyages scolaires doivent être annulés jusqu’au 15 mars, j’ai déjà reçu quatre annulations pour des visites guidées avec des classes d’écoles primaires et secondaires en mars et avril. Il semblerait que les chefs d’établissement puissent décider de prolonger la restriction et donc d’annuler toutes les sorties pédagogiques prévues. Tout le monde ne se rend peut-être pas compte que derrière un simple voyage scolaire se cache un travail énorme : planification, inspections, création d’outils pédagogiques innovants, achat de matériel pour les ateliers, etc. Ce que nous espérons, conclut M. Delmiglio, c’est que “les associations professionnelles puissent faire quelque chose, car les vrais dégâts ne sont pas immédiats, mais à long terme”. Les mois d’avril et de mai sont les plus chargés pour nous et l’hystérie collective injustifiée va provoquer un désastre. Milan se relèvera comme elle l’a toujours fait... mais le tourisme (en particulier le tourisme scolaire) mettra plus de temps à redémarrer. Et nous, les tour-opérateurs, nous restons seuls, comme toujours".

À Turin, Flavio Utzeri, archéologue et militant de Mi Riconosci, estime que la situation n’est pas très différente. Ces derniers jours, nous dit-il, j’ai recueilli de nombreux témoignages de collègues et d’amis ici à Turin et je peux vous assurer que le plus petit dénominateur commun est la peur. La peur de perdre beaucoup d’argent et d’être complètement ignorés, même par les éventuelles mesures du gouvernement pour faire face aux dommages économiques causés par les mesures. Beaucoup d’entre nous, travailleurs, ne sont pas sous contrat, nous sommes précaires, nous travaillons à la pièce, payés à l’heure (ce que la loi appelle le “précompte professionnel” ou la “TVA”). Essayez d’imaginer ce que cela signifie, par exemple, pour ceux qui travaillent dans les projets éducatifs du Polo del 900, qui gagnent presque exclusivement de l’argent dans les écoles, de voir leurs activités avec les enfants annulées comme ça, du jour au lendemain, et de ne pas avoir de compensation ou de protection. A cela s’ajoute le fait que les salaires sont normalement bas, et qu’en été ils travaillent quelques heures et rien de plus... ou pour les guides touristiques, qui risquent de perdre plusieurs centaines d’euros pour cette seule semaine, et qui risquent un “effet domino” pour les mois à venir. Nous ne comprenons pas pourquoi nous devons nous arrêter et pas les magasins, par exemple, tout le monde s’interroge. Sommes-nous si inutiles aux yeux de ceux qui gouvernent et administrent ? La contagion est-elle vraiment plus facile dans les musées que dans les centres commerciaux ? Je pense surtout aux musées (la majorité) qui accueillent quelques centaines de visiteurs par jour, voire des dizaines. Ici, nous semblons être les seuls à nous poser la question. Mais il est certain que, de la part d’une société qui nous considère comme facilement interchangeables avec le secteur associatif, nous ne pouvions peut-être pas nous attendre à plus".

Il y a aussi des effets négatifs en Frioul-Vénétie Julienne, comme l’explique Mario Andrea Francavilla, paléontologue, guide naturaliste, accompagnateur et expert en communication, qui travaille à Trieste: “En Frioul-Vénétie Julienne, il y a un grand nombre d’activités qui se déroulent dans la région. En Frioul-Vénétie Julienne, une région très liée aux flux touristiques de Venise et de la nouvelle capitale européenne de la culture Rijeka, comme dans toute l’Italie, le blocus a eu un effet dévastateur sur les travailleurs du tourisme culturel. Musées fermés, activités, visites guidées et voyages scolaires suspendus, c’est un blocus total et une série d’annulations qui, pour un professionnel, en cette saison, représentent plus de 1 000 euros par semaine en fumée, mais pas seulement pour le marché italien, car cela a également mis en crise les tour-opérateurs et les professionnels qui travaillent sur les arrivées de l’étranger. Si pour un guide, cela signifie perdre de l’argent, pour le personnel externalisé des musées, des bibliothèques, etc. cela signifie perdre son emploi. Cela équivaut à perdre son emploi, compte tenu des salaires de misère et des contrats ultra précaires qui y sont associés. Les carnavals sont supprimés, de même que les cours à l’université. Il ne nous est pas encore possible de quantifier le montant des dégâts, mais il suffit de prendre en compte la façon dont le blocus affecte les gens de l’Australie au Canada pour imaginer des chiffres se chiffrant en dizaines de millions d’euros”.

L’appel que les travailleurs de la culture adressent au gouvernement est de lancer immédiatement des mesures extraordinaires pour les travailleurs indépendants ou précaires touchés par la fermeture des institutions culturelles. Il n’y a pas que les entreprises et les grandes institutions, répètent-ils : ceux qui sont au bas de l’échelle sont plus exposés aux risques.

Sur la photo : les portes fermées du château de Miramare à Trieste.

Musées fermés à cause du coronavirus, le risque est que non seulement le tourisme soit touché, mais aussi les travailleurs culturels.
Musées fermés à cause du coronavirus, le risque est que non seulement le tourisme soit touché, mais aussi les travailleurs culturels.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.