Notre cerveau aime les légendes d'œuvres d'art : l'étude de l'Université de Florence


L'université de Florence a mené une étude sur l'appréciation de l'art moderne et contemporain : les résultats montrent que l'observation des œuvres d'art est plus gratifiante lorsqu'elle est accompagnée de légendes descriptives. Voici l'étude en détail.

Selon une étude de l’université de Florence, notre cerveau aime les légendes des œuvres d’art. En d’autres termes, l’observation d’une œuvre d’art est plus gratifiante si elle est accompagnée d’une légende descriptive. La confirmation vient de la recherche de l’équipe coordonnée par l’Université de Florence, qui a testé cette appréciation en termes de réponses émotionnelles et cognitives mesurées par l’enregistrement de paramètres physiologiques et comportementaux.

L’étude, publiée dans la revue scientifique Plos One, a été menée (en collaboration avec les universités Roma Tre et La Sapienza) dans un musée d’art moderne et contemporain de Florence, la collection Roberto Casamonti, située au Palazzo Bartolini Salimbeni. Maria Michela Del Viva, du département des neurosciences, de la psychologie, de l’espace pharmaceutique et de la santé de l’enfant de l’Unifi, a dirigé la recherche.

Le projet découle d’une prise de conscience de la manière dont, ces dernières années, l’attention s’est portée sur le thème de la qualité de l’expérience du visiteur. Comprendre le comportement, les besoins et les attentes du public, ainsi que les dynamiques relationnelles et les processus d’apprentissage dans des contextes non formels, est une étape préliminaire à la conception de tout projet de mise en valeur du patrimoine et de communication.

Bien qu’il soit prouvé que les outils éducatifs dans les musées peuvent être essentiels pour améliorer le processus de compréhension, d’appréciation et de promotion du bien-être individuel, leur rôle, selon l’article publié dans Plos One, a été remis en question et certains musées ont choisi de réduire, voire d’éliminer, les explications et les étiquettes afin de rendre l’expérience plus émotionnelle et moins axée sur la culture. L’évaluation scientifique de l’impact des étiquettes sur la perception et la compréhension des œuvres d’art peut donc contribuer à renforcer l’engagement des musées à développer la qualité de l’expérience des visiteurs et l’efficacité de leurs offres éducatives. Selon les chercheurs de l’université de Florence, cela est particulièrement pertinent pour les musées d’art moderne/contemporain et les visiteurs peu éduqués en matière d’art. Les personnes inexpérimentées préfèrent généralement les peintures figuratives aux peintures abstraites, car leur contenu est très souvent ambigu et indéfini, par rapport à l’art figuratif, où les objets représentés sont clairement reconnaissables. En effet, l’appréciation est liée à la compréhension des œuvres d’art, et une compréhension incomplète peut conduire à la déception du visiteur et potentiellement décourager d’autres visites au musée

Le projet a consisté à choisir quelques œuvres d’art, à sélectionner une typologie liée à la considération que les observateurs non experts ont plus de difficultés à comprendre et à apprécier l’art moderne, après quoi les chercheurs ont enregistré les différents paramètres biométriques (mouvements oculaires, réponse pupillaire, rythme cardiaque, conductance cutanée) et comportementaux (temps d’observation, questionnaires) des visiteurs du musée florentin. Les participants (trente volontaires en bonne santé âgés de 21 à 30 ans, tous étudiants à l’université, non spécialistes de l’art, avec un bagage culturel typique de ceux qui n’ont étudié l’art qu’au lycée, qui ne visitent les expositions et les musées qu’une ou deux fois par an en moyenne, et qui n’ont pas lu récemment de magazines, de livres ou de blogs sur l’art) ont vu les œuvres avec des étiquettes essentielles lors d’une première visite et avec des étiquettes descriptives lors d’une deuxième visite. Afin de vérifier que les effets pouvaient effectivement être attribués aux étiquettes descriptives et non à une double exposition aux peintures et aux étiquettes essentielles, qui pourrait entraîner des effets de familiarité, une condition de contrôle a été introduite, dans laquelle les étiquettes essentielles ont été montrées à un échantillon supplémentaire de participants au cours des deux sessions.

Les résultats ont montré que lorsqu’une légende descriptive est fournie avant l’exposition des peintures, les participants passent plus de temps à observer l’œuvre et leurs mouvements oculaires sont dirigés vers les zones décrites. Une description détaillée encourage les participants à passer plus de temps à observer l’œuvre, en suivant les informations fournies. Il est en effet difficile pour les non-spécialistes de saisir le sens des œuvres d’art moderne : par exemple, un tableau de Miró peut apparaître comme une série de larges coups de pinceau noirs avec de petites taches colorées. Mais lorsque les participants apprennent que les taches dessinent la forme d’un corps féminin, leurs yeux fixent davantage les parties représentant la figure. Cela suggère que l’explication fournit une clé de compréhension cognitive et émotionnelle, confirmée par la perception subjective d’une augmentation des sentiments positifs et de la compréhension.

Les résultats montrent également que les participants qui apprécient le plus l’art abstrait sont ceux qui passent le plus de temps devant les tableaux. Cependant, l’appréciation esthétique des peintures spécifiques présentées au cours de l’expérience n’a pas changé avec l’explication. Cela suggère que même si les étiquettes peuvent faciliter la compréhension, cela n’est pas suffisant pour provoquer une plus grande appréciation. On peut supposer, selon les chercheurs qui ont mené l’étude, qu’une formation artistique spécifique est nécessaire pour apprécier les œuvres d’art modernes. En effet, la connaissance de l’art facilite ce que l’on appelle la “fluidité esthétique”, un processus qui pourrait amener les gens à mieux saisir la signification d’une œuvre d’art et son appréciation esthétique. En outre, ce résultat peut être interprété par le fait que l’art moderne/contemporain n’a pas pour objectif principal d’être “beau”, mais plutôt d’être intéressant, activant, provocant, ambigu et significatif. Dans l’ensemble, les résultats montrent que les visiteurs tirent d’importants bénéfices de la lecture d’informations détaillées sur l’œuvre d’art.

“La rencontre avec l’œuvre d’art peut générer des réactions très différentes en fonction des conditions préalables que possède le visiteur et de son histoire éducative et émotionnelle”, explique Maria Michela Del Viva, professeur de psychobiologie et de psychologie physiologique à l’Unifi. “Mais ce qui affecte la qualité de l’expérience muséale, ce sont surtout les outils d’accompagnement que le musée peut développer pour intensifier le processus de compréhension et d’implication du public”.

"Nous avons observé, poursuit le conférencier, une augmentation de la conductance cutanée et du diamètre pupillaire : il s’agit de réponses psychophysiologiques qui suggèrent une augmentation de la réactivité et du plaisir induits par l’appréciation des œuvres. L’implication accrue des spectateurs a été confirmée par les questionnaires remis aux participants : grâce aux légendes descriptives, les visiteurs ont déclaré avoir trouvé le contenu des œuvres moins complexe et plus stimulant. Les résultats indiquent que les spectateurs bénéficient des descriptions détaillées des œuvres, confirmant l’impact produit par l’écrit dans le contexte d’une expérience esthético-culturelle. Une confirmation que l’utilisation d’un matériel d’information efficace devrait être un objectif primordial des musées.

Notre cerveau aime les légendes d'œuvres d'art : l'étude de l'Université de Florence
Notre cerveau aime les légendes d'œuvres d'art : l'étude de l'Université de Florence


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.